skip to Main Content
Menu

TSW – Chapitre 179 – Petites amies

Traducteur Français : Hellteach
Éditrice :
Checkeur :

TSW - Chapitre 179 - Petites amies

Le cœur d’une fille était particulièrement sensible. Ye Zisu le savait aussi, mais elle refusait de partir.

Les pieds de Wang Zheng étaient ancrés au sol, refusant de bouger. Sa stature musculaire semblait donner beaucoup de mal à Ye Zisu.

Honnêtement, Yan Xiaosu et Ye Zisu étaient considérés comme les amis les plus proches de Wang Zheng. Cependant, il ne s’attendait pas à donner autant de mal à Ye Zisu.

Wang Zheng n’était pas un rocher. Alors qu’il hésitait à partir, Ye Zisu semblait qu’elle pouvait sentir les émotions de Wang Zheng et se retourna, seulement pour voir Wang Zheng regarder fixement dans l’espace.

Bien qu’elle trouva cela un peu étrange, elle fit quand même un petit sourire. « Tu es venu. »

Elle était comme une petite amie qui avait attendu très longtemps mais qui ne s’était toujours pas enflammée en voyant un petit ami extrêmement en retard. Wang Zheng ne savait pas comment répondre.

« Allons-y. » Ye Zisu régla la facture. Le jeune serveur ne put s’empêcher d’exprimer un regard d’admiration. Il était surpris qu’une fille avec un si bon caractère puisse encore se trouver. Si c’était sa petite amie, après avoir attendu une demi-journée – non, en fait, pas plus de dix minutes – elle serait rentrée directement à la maison.

« On dirait qu’il y a eu une certaine surprise au rassemblement d’aujourd’hui. » Déclara Ye Zisu d’un ton indistinct.

Wang Zheng était à court de mots. À ce sujet, aurait-il dû la rejeter ? Wang Zheng pensait que c’était mieux pour Ye Zisu.

Cependant, cela serait trop indigne pour elle. Après tout, elle n’avait pas avoué ses sentiments. Si elle devait agir de cette manière, peut-être qu’ils ne pourraient même plus être amis par la suite.

Cette situation dépassait clairement Wang Zheng. Il était trop proche de Ye Zisu. En ce qui concernait les amis, Wang Zheng les suivait et les soutenait tout simplement.

Voyant la façon de parler hachée de Wang Zheng, Ye Zisu ne put pas retenir son rire. « Regarde ton visage pensif, as-tu peur de tomber amoureux de moi ? »

Wang Zheng faillit trébucher sur ses pieds. « Eh bien, à ce sujet. Comment serait-ce possible ? Je ne suis pas aussi narcissique que Tyran Su. »

Mon frère, à des moments cruciaux comme ceux-ci, tu dois être mon bouclier.

« En fait, je t’admire un peu. Je suis également très envieuse de ta relation avec Aina ; cela ressemble à un conte de fées. Mais ne deviens pas narcissique, je ne serai pas pire que toi ! » Dit Ye Zisu avec son sourire. Elle mit sa main sur l’épaule de Wang Zheng. « Nous sommes des amis proches après tout ! »

Wang Zheng transpirait. « Pouvons-nous être frères ? »

« C’est pareil. Allons-y. »

Wang Zheng poussa un soupir de soulagement. En effet, il avait été plutôt narcissique ces derniers temps. Ye Zisu exprimant son impression de lui était en effet une expression amicale de soin et d’inquiétude.

Cependant, Wang Zheng n’avait pas remarqué la détresse émotionnelle de Ye Zisu. Ye Zisu connaissait trop bien Wang Zheng. Elle savait qu’il se sentirait responsable si elle tombait amoureuse de lui et décida donc de régler les choses de cette façon.

À chaque pas, il me manque toujours

Mes souvenirs me font tourner en rond

Je ferme les yeux et pleure

Je fais semblant que tout va bien

Tu me manques vraiment, tu me manques vraiment

Mais pourtant je me mens

Tu me manques vraiment, tu me manques vraiment

Que ce soit un secret

Tu me manques vraiment

Tu me manques vraiment

Que cela soit profondément enfoui… dans mon cœur

C’était la voix d’une fille.

 

Le premier tour préliminaire de l’IG était terminé, mais qui savait quand la véritable compétition commencerait réellement ?

Un semestre s’était terminé sur la Lune et le Moonlight College était maintenant en vacances. C’était légèrement plus tôt que sur la Terre. La vie sur la Lune avait en effet plus d’ordre et de structure.

Les huit étoiles de la Lune s’étaient rencontrées pendant un certain temps avant de partir individuellement. Bien qu’Atos soit désormais éliminé, ils étaient toujours les plus forts.

Dong Xiaosa et Pi Xiaoxiu venaient tous deux de Radiant City. C’était la plus grande ville de la Lune, qui était toujours couverte d’obscurité. Cependant, aujourd’hui, c’était couvert d’une lumière infinie. Il y avait suffisamment de lumière dans les réserves stockées pour une lumière et une chaleur infinies.

En allant vers le côté obscur de la Lune, Dong Xiaosa lisait un roman pendant que Pi Xiaoxiu discutait avec sa famille.

« Je sais, oui, Dong Xiaosa viendra dîner. Maman et papa prépareront beaucoup de nourriture car il a un si gros appétit. »

« Le gros mangeur Dong arrive ? Frangin, tu aurais dû me le dire plus tôt ! »

Une jeune fille passait par là. Ses yeux brillaient et elle avait une forme corporelle dégingandée. Bien qu’elle possédât déjà le charme d’une jeune femme, elle portait un uniforme conçu pour les élèves du primaire…

« Sois sérieux ! Où est l’autographe signé que je t’ai demandé ? » Pi Xiaosiu trouvait que cette fille était un vrai casse-tête. Elle avait l’air d’avoir dix-huit ans, même si elle en avait douze ans, et elle était déjà un modèle renommé de la Lune. Pourtant, elle était extrêmement intéressée par Dong Xiaosa.

« Ne t’inquiète pas, étant donné que je le fais moi-même, ce ne sera pas un problème. »

Pi Xiaoqian sourit vivement avant d’être écartée par sa mère. « Pousse-toi. Est-ce que Xiao Dong est là ? Xiao Qian est encore jeune et immature. Dans trois ans, ça ira, soyez patient… »

En lisant son roman, Dong Xiaosa essayait de rester concentré, mais il se trouvait constamment distrait par le corps mince et attrayant de la petite fille !

Pi Xiaoxiu raccrocha et regarda Dong Xiaosa avec un sourire. « Viens un peu chez moi. »

« Oui, beau-frère. Avec ton charme, je n’ai pas le choix. » Déclara Dong Xiaosu impuissant.

« Oh, laisse tomber le ce truc de beau-frère. Tout le monde dans ta maison est un beau-frère ! » Cria Pi Xiaoxiu.

Le train arriva rapidement arrivé à Radiant City. Après être descendus, Pi Xiaoxiu et Dong Xiaosa devinrent solennels. Ils étaient nés et avaient grandi ici, c’était leur maison.

« Allons-y. » Déclara Pi Xiaoxiu.

Dong Xiaosa hocha la tête et ils éteignirent tous les deux leurs appareils.

Après une demi-heure, ils se retrouvèrent devant les portes d’une école.

Lycée N° 7 de Radiant.

L’enseigne sur les portes était absolument impeccable, brillante de lumière. Un vieil homme bossu portait un seau, versant de l’eau sur le portail. Il y avait aussi un balai au coin, suggérant qu’il était prêt à nettoyer l’endroit.

Dong Xiaosa et Pi Xiaoxiu ne dirent rien et commencèrent immédiatement. Dong Xiaosa prit le seau au vieil homme pendant que Pi Xiaoxiu ramassait le balai. Tous les deux commencèrent le nettoyage.

En un rien de temps, le campus fut nettoyé impeccablement par les deux jeunes. Ils rangèrent le matériel de nettoyage et restèrent immobiles comme des piliers.

« Que faites-vous ici ? Allez à l’intérieur. »

« Oui professeur ! »

Tous les deux entrèrent dans l’école. Les fleurs et l’herbe semblaient familières et pourtant étrangères. Comme c’était les vacances, l’école était vide et aucune âme n’était en vue.

Tous les deux entrèrent dans la salle de fitness comme s’ils étaient déjà venus ici. En un rien de temps, le vieil homme entra également et cria : « Venez me voir, ensemble. »

Le vieil homme se tenait là paresseusement, comme tout autre vieil homme ordinaire.

Cependant, Dong Xiaosu et Pi Xiaoxiu semblaient extrêmement sérieux. L’un prit le flanc gauche et l’autre prit le flanc droit. Ils lancèrent une attaque simultanée sur le vieil homme.

Clang…

La posture du vieil homme changea immédiatement et il commença à faire des mouvements explosifs !

Tous les trois échangèrent des coups. Dong Xiaosa et Pi Xiaoxiu étaient respectivement devant et derrière le vieil homme.

Tous les trois s’arrêtèrent après quelques coups supplémentaires. Le vieil homme hocha la tête tandis que les deux se mettaient à genoux. « Pi Xiaoxiu, tu es plutôt bon. Tu as trouvé ton propre chemin. Dong Xiaosa, à l’avenir, ta force devrait être mieux contrôlée. Ne presse pas l’assaut sans relâche… Je n’ai plus rien à vous apprendre. »

« Professeur. »

« Relevez-vous. Les genoux des hommes sont en or. Hormis les parents et les ancêtres, tant que vous n’avez pas été touché au genou, n’osez pas vous agenouiller. »

Dong Xiaosa rit de bon cœur. « Même si j’étais abattu, je ne m’agenouillerai pas. Je m’allongerai simplement. »

Le vieil homme le taquina : « Une langue si douce. Venez, prenez un verre avec moi. »

Dong Xiaosa récupéra tranquillement deux bouteilles de vin dans son sac.

« Oh, une bière centenaire, du bon vin. »

« Cette bouteille a été apportée par moi. » Dong Xiaosa s’impatientait.

« Je ne suis pas vieux et confus. Toi, grande bouche, cela a dû être apporté par Xiaoxiu. Allons-y, je me sens bien aujourd’hui. Je vais faire quelques plats à déguster. »

Trois chambres et un salon. Le vieil homme vivait seul avec peu de choses, menant évidemment une vie simple.

Cependant, Dong Xiaosa et Pi Xiaosu savaient tous les deux que dans la chambre se trouvait un coffre-fort contenant de nombreux documents militaires. Cela comprenait certains qui représentaient des réalisations de la plus haute distinction et des accréditations héroïques. Le vieil homme était autrefois une figure militaire célèbre, mais pour une raison quelconque, il restait maintenant dans un tel endroit. Les deux ne savaient pas jusqu’où ils devaient aller pour devenir les disciples de ce vieil homme.

Tous les trois buvaient non pas dans des verres mais dans des bols. C’était vraiment agréable. Il n’était pas nécessaire de se presser pour boire ou pour porter des toasts plaisants. Ils buvaient simplement à leur rythme, à leur guise.

Dong Xiaosa avait une faible tolérance à l’alcool. Après deux bols, il partit se reposer sur le canapé.

Pi Xiaoxiu et le vieil homme buvaient joyeusement, devenant encore plus excités alors qu’ils continuaient à boire.

Le vieil homme commença à devenir excité. Il pointa Pi Xiaoxiu du doigt. « Petit morveux, excellent à bien des égards, mais manquant d’ambition. »

« Buvons et soyons stupides. La vie est courte. Maître, pourquoi prendre la peine de se battre ? Soyons tous simplement heureux. » Pi Xiaoxiu se mit à rire.

« Maître, si vous voulez mettre vos espoirs sur lui, vous pourriez aussi bien compter sur moi. » Déclara Dong Xiaosa en se montrant lui-même du doigt.

« Eh bien, si c’était toi, j’aurais juste un bouclier de viande pour bloquer une balle. »

« Maître, veuillez ne pas montrer un tel traitement préférentiel. Vous devez être ivre. Permettez-moi de vous aider à terminer. » Dès qu’il eut fini ses paroles, il prit immédiatement le vin du vieil homme.

« Petit gamin, comment oses-tu voler le vin d’un vieil homme ! Même si vous apportez dix autres tonneaux, je les terminerai tous ! »

Le vieil homme et le jeune n’étaient pas en état de se battre pour l’alcool.

 

Sur Terre, au fond de l’Atlantique, à une latitude inconnue, s’étalait une petite île qui n’était pas visible sur la carte.

Île de Cronos 1.

La revendication de la famille Cronos sur l’île s’étendait sur près de deux cents milles marins.

Sur l’île, un groupe de soldats suivait un entraînement strict. L’intensité n’était pas inférieure au camp d’entraînement de l’IG. En fait, c’était probablement plus difficile. Là se trouvait l’armée privée des Cronos.

Parmi le groupe de personnes, un grassouillet était particulièrement remarquable. Il était à bout de souffle. À première vue, il semblait sur le point de s’évanouir à tout moment au cours de l’entraînement. Cependant, il avait réussi à endurer jusqu’à ce point.

Le grassouillet était Luo Fei.

Il pensait pouvoir enfin se détendre pendant les vacances. L’appel de Lear disait qu’il était en route vers un complexe privé. Le grassouillet était particulièrement excité. Il avait enfilé son maillot de bain et était monté à bord du navire que Lear avait envoyé.

Finalement…

C’était une fausse île de vacances ! C’était clairement un terrain d’entraînement !

Le maillot de bain qu’il avait préparé s’était avéré enfin utile. Lorsqu’il restait encore une centaine de milles marins avant d’atteindre l’île, le grassouillet avait été jeté du navire, l’obligeant à nager !

Si l’on devait nager, alors on ferait de son mieux pour nager, surtout après avoir traversé le camp d’entraînement de l’IG. Ils y étaient habitués, après tout. Même nager sur une centaine de milles marins ne serait pas un problème.

Cependant, dès que le grassouillet avait mis le pied sur l’île et a à peine bu une gorgée d’eau, il avait été affecté à une équipe d’entraînement. L’entraînement avait immédiatement commencé et il était sans doute pire que celui de l’IG.

Néanmoins, le grassouillet savait que cette île était la base militaire secrète de la famille Cronos. À partir de ce moment, il avait été intégré dans le giron de Lear et était devenu un vrai membre. D’une certaine manière, Lear développait maintenant la force des gens en dessous de lui.

Cet article comporte 3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top