skip to Main Content
Menu

TSW – Chapitre 149 – Sœurs sans égales

Traducteur Français : Hellteach
Éditrice :
Checkeur :

TSW - Chapitre 149 - Sœurs sans égales

Alors que Wang Zheng et les autres s’entraînaient dur, de l’autre côté de la galaxie lointaine, il y avait une histoire d’une romance sauvage qui se déroulait.

C’était la partie la plus occupée de l’Alliance de la Voie Lactée, la galaxie d’Andromède. C’est à cet endroit que se trouvait l’empire le plus célèbre de tous, l’Empire Aslan.

De grandes et de petites stations spatiales entouraient une planète bleue, reliée à la surface de la planète par des structures métalliques. Tous les navires marchands de la Voie Lactée déchargeaient à la hâte des spécialités provenant de partout dans la galaxie dans ces stations spatiales, et lorsque leurs paiements étaient reçus, les marchands se précipitaient pour en obtenir davantage. C’était comme si toute la Voie Lactée leur appartenait.

C’était sur cette planète que résidait le cœur de l’Empire Aslan. Elle était à l’origine de l’expansion de l’influence de l’humanité, une zone que toute la galaxie admirait.

Elle comportait une capitale magnifique, pleine d’activité animée. Les gens travaillaient efficacement et sans erreur. Le visage de chaque citoyen arborait une élégance presque éternelle. Tout cela venait de la confiance en soi des Aslaniens, qui vivaient dans le pays le plus grand et le plus puissant de la galaxie.

C’était vraiment le centre de la galaxie, un titre bien mérité.

Le Collège Royal d’Aslan était le lieu le plus important de la capitale. Sa défense était encore plus serrée qu’au palais de l’Empire Aslan. Les Chevaliers Royaux les plus prestigieux et deux brigades complètes étaient postés ici sur le long terme.

Les plus grands scientifiques de l’empire, peut-être même l’univers, se trouvaient à cet endroit, que ce soit en physique, en biologie, en écologie planétaire ou sous d’autres aspects. La grande majorité des recherches technologiques les plus avancées avaient été lancées et développées ici.

La technologie était la racine d’un pays fort et, pour l’Empire Aslan, c’était clairement le cas.

Dans la capitale impériale, le Collège Royal occupait beaucoup de place. Au collège, les étudiants allaient et venaient, tous vêtus de vêtements différents. Il y avait aussi beaucoup d’étudiants d’autres pays, comme Atlantis et autres.

« Bordia ! Félicitations ! Votre théorie de l’évolution électromagnétique a été vérifiée. Le prix de Contribution Universitaire en Sciences et Technologie, remis tous les quatre ans, portera certainement votre nom. »

« Oh, Sir Aurora. Merci pour vos éloges. Mais au lieu du prix de Contribution pour la Science et la Technologie, j’aurais plutôt préféré obtenir la Médaille de Chevalier de l’Empire Aslan. »

Le jeune Bordia était plutôt maigre, mais il avait un visage aux beaux traits comparables à ceux d’un dieu. Quand il parlait, ses oreilles pointues se contractaient de temps en temps et son léger sourire exsudait un charme qui séduisait à la fois les hommes et les femmes.

Aurora, en revanche, était un aristocrate typique d’Aslan. Il était grand et beau, et portait des vêtements élégants. Chaque partie de ses vêtements avait l’air soigneusement choisie. Que ce soit la montre, la cravate, son haut ou son pantalon… Cette élégance qu’il tenait n’était pas quelque chose d’inné, mais un comportement naturel acquis après de nombreuses années passées en présence de personnes similaires. C’était l’aristocratie d’Aslan.

Même le plus grand acteur de la Galaxie ne pourrait pas reproduire ce sentiment qui venait de son âme. Dans l’industrie du divertissement, on disait que seul un Aslanien pouvait agir en tant qu’Aslanien.

« Vous avez remporté la médaille des Patriotes de la République d’Atlantis. Les Chevaliers d’Aslan, comparés à une personne ayant vos qualifications, ne sont que des rien du tout. » Ce qu’Aurora disait semblait raisonnable. Chaque mot qu’il employait semblait attrayant pour les oreilles des gens. D’autre part, un tempérament héroïque incomparable se dégageait de Bordia, un individu de la puissante Atlantis.

« Un rien du tout ? Alors pourquoi le Hall des Chevaliers n’a-t-il pas encore approuvé ma candidature ? »

Aurora révéla un sourire amer. Bordia était trop sérieux. « Hé hé, cette médaille n’est généralement pas attribuée à des individus non Aslaniens. »

« Vous parlez de la situation en général ! Je comprends ce que vous dites et c’est ce que j’aime chez vous, les Aslaniens. Parfois, j’ai même le sentiment qu’Aslan ressemble plus à Atlantis qu’à Atlantis elle-même, à la fois brillante et courageuse Atlantis. »

Pendant que les deux personnes discutaient, on pouvait également voir les personnes qui les entouraient engager leur propre conversation à voix basse.

Ils se tenaient tous juste là. Évidemment, ce n’était pas parce qu’ils n’avaient rien à faire, mais ils attendaient quelque chose ou quelqu’un.

La vérité était qu’il n’y avait qu’une seule personne qui pût amener les gens du Collège Royal à ne plus se soucier de leur temps et à attendre tranquillement.

C’était Aina Aslan, la première princesse de l’Empire Aslan.

La princesse avait disparu quelque temps après sa cérémonie de passage à l’âge adulte et cela avait surpris les étudiants du Collège Royal. Tout le monde savait qu’après la cérémonie, la princesse devrait entrer au Collège Royal pour étudier, comme c’était la tradition royale. Avant la cérémonie de passage à l’âge adulte, elle recevait un enseignement privé dispensé par les enseignants de la famille royale. Après la cérémonie, elle étudierait au Collège Royal. La famille royale n’était pas une existence inaccessible. Au contraire, ils devaient rester en contact avec l’élite du pays et les guider.

Bong…

Les cloches anciennes sonnèrent mélodieusement. C’était le son des classes se terminant.

Les deux personnes qui parlaient s’arrêtèrent et leurs yeux se tournèrent vers un bâtiment pas très loin. Quelques personnes sortirent, hommes et femmes remplis d’une confiance en soi indicible. Ils chuchotaient quand ils parlaient et ne faisaient aucun bruit. Leur allure était mesurée alors qu’ils marchaient de façon ordonnée vers les deux qui attendaient.

Quand la foule s’approcha de l’endroit où ils se trouvaient, ils se levèrent, puis la foule ralentit un peu et la plupart d’entre eux s’arrêtèrent même de marcher. En voyant cela, les deux personnes qui discutaient descendirent les marches en direction de la foule. La foule se sépara et fit un salut.

Une belle silhouette sortit lentement de la foule. Son visage et son tempérament étaient vraiment extraordinaires.

Aina, la lumière de l’Empire, la future Reine d’Aslan, l’actuelle Princesse Héritière.

« Bordia, Aurora, pourquoi êtes-vous ici ? »

Aina sourit et se dirigea vers eux. Chaque pas exsudait la grâce d’une princesse aslanienne. Sa beauté et son tempérament réchauffaient les regards du peuple aslanien. C’était la Princesse Héritière d’Aslan.

« Princesse. » Aurora sourit et leva les mains, faisant le salut classique du Chevalier Aslanien. Il n’expliqua pas pourquoi ils étaient là.

Bordia se contenta de sourire. Le tempérament unique du peuple d’Atlantis pouvait maintenant être ressenti pleinement ; c’était comme s’il avait une aura saisissante capturant l’esprit. « Je suis venu questionner la princesse au sujet de l’impact de la transmission d’énergie dans l’univers dont vous avez parlé en classe la dernière fois. »

Aina sourit faiblement. « J’ai seulement entendu cette théorie d’un ami et je l’ai empruntée. Je ne la comprenais pas assez. »

Bordia haussa légèrement les sourcils. « Oh, qui pourrait être cet ami ? »

« Il n’est pas à Aslan en ce moment. »

La courbure de sa bouche fit qu’Aurora plissa les yeux légèrement. Par rapport au sourire tout à l’heure, la princesse montrait maintenant un bonheur dans son cœur.

Depuis que la princesse était allée sur Terre, de vrais sourires comme celui-ci apparaissaient de plus en plus souvent devant tout le monde.

Bordia semblait très déçu. Ils s’entretinrent poliment pendant un court moment avant qu’il ne parte.

Aurora dit alors : « La princesse Huiyin est à Stonehenge. »

Aina secoua la tête et soupira. « Elle est probablement en train de troubler la paix, et je m’excuse pour ses actions. »

« C’est mon devoir. » Aurora changea sa posture pour adopter celle d’un gardien avant de guider poliment Aina vers Stonehenge.

Aina hocha la tête. Elle était habituée à ces règles et à cette étiquette dès son plus jeune âge. Cela avait été instillé dans ses os. Pourtant, cette fois-ci, elle pensa à une personne débridée qui ignorait tout des règles et du sourire impuissant qu’il avait sur le visage lorsqu’il utilisait son dernier sou pour payer la dette d’une étrangère.

Il n’était pas beau, mais elle pensait encore à lui de temps en temps avant de se sentir heureuse secrètement.

Les yeux d’Aurora cillèrent lorsque la princesse sembla avoir l’esprit ailleurs. Ses yeux en forme d’étoile ne pouvaient lui cacher aucune pensée profonde.

La Terre… Qu’est-ce qui était si nostalgique dans ce lieu primitif ?

Dans la zone de divertissement de Stonehenge.

Il y avait une zone de divertissement destinée à la famille royale d’Aslan. C’était sûr et on y mettait l’accent sur la vie privée. C’était également l’endroit préféré des membres de la famille royale pour discuter et y emmener des invités.

« Votre Altesse Royale. »

En voyant Aina, une petite silhouette se leva du canapé, s’inclina et leva les mains.

Deux yeux étoilés brillèrent de vigueur.

« Ne sois pas vilaine. » Aina sourit, tendit le bras et embrassa Lin Huiyin. ‘Vilaine’ avait ici un sens différent.

Lin Huiyin se pendit à l’épaule d’Aina de tout son corps. « Comment suis-je vilaine ? Hé hé hé… »

Aina la regarda profondément.

« Bon, d’accord. J’abandonne. Je dois dire qu’Aurora est un très bon choix. En tant qu’un des aristocrates d’Aslan, il n’est pas seulement poli et est connu comme un maître des sabres, son père est le duc, qui est un descendant impérial. La partie la plus rare est qu’il est aussi très beau. Puisque tu l’apprécies tellement, je vais te le laisser. »

« Je ne veux pas… » Lin Huiyin se couvrit la bouche. Parler avant de penser n’était vraiment pas une bonne habitude.

Aina sourit faiblement. Ses yeux étoilés semblaient dire : « Tu ne voulais pas de lui, alors tu l’as poussé vers moi ? »

« Si un simple maître d’épées n’est pas assez bon, pourquoi pas le Magicien des Épées Oz ? Sa force n’est pas inférieure à celle d’Aurora, il est issu d’une famille ordinaire et est déterminé à gravir les échelons. Une princesse sortant avec un roturier. Ce serait vraiment une histoire romantique comme celle de Cendrillon, et cela ferait certainement sensation dans tout l’Empire. Tant que nous lui donnerons un peu de territoire, il deviendra sûrement le Premier Maréchal de l’Empire. »

« Nous devons gagner un tel talent de notre côté. » Aina se mit à rire.

« Oui, oui. » Dit Lin Huiyin en hochant la tête comme un poulet picorant des grains de riz.

« Eh bien, je peux peut-être parler à ma tante. Quelqu’un semble trop tranquille et libre. Peut-être que trouver un petit ami fiable à l’avance pourrait la faire se comporter davantage comme une princesse. »

« Hé, j’étais gentille là ! Je ne suis pas encore adulte ! » Lin Huiyin se mit à sauter.

Aina se contenta de tendre la main et frotta la tête de Lin Huiyin. « Puisque c’est une affaire d’adultes, les enfants ne doivent pas interférer. »

« Je ne suis pas une enfant. Bon, d’accord, je suis jeune. Je suis une enfant. Il est trop tôt pour chercher un petit ami pour moi, car il y a cent préjudices et aucun bénéfice. » Lin Huiyin tira sa petite langue en se disant : Tout est de la faute de Wang Zheng.  Depuis combien de temps sa sœur, mignonne et douce à l’origine, traînait-elle avec lui ? Ce petit agneau était teint en noir.

« Au fait, ne dis pas que je ne t’ai pas aidé. Je sais que tu as été très occupée récemment et que tu ne remarqueras certainement pas ces choses, mais ton M. Tu-Sais-Qui, son nom figurait sur la liste des contributions des étudiants en sciences et en technologie. Je ne sais pas comment il s’est retrouvé mêlé à ça. On dirait que les normes pour ces choses ont été basses récemment. » Déclara Lin Huiyin.

Aina révéla finalement un regard agréable, puis elle prit Huiyin dans ses bras et l’embrassa doucement. « Ma bonne sœur, sois assurée que dans le futur, lorsque tu rencontreras quelqu’un que tu aimes, je te soutiendrai certainement. »

« Hé hé, la personne que j’aime doit être célèbre à travers la galaxie, au sommet du monde, sans pareil… » Bien que la petite princesse soit jeune, même les jeunes filles avaient leurs propres normes.

Cet article comporte 12 commentaires
  1. Merci beaucoup pour ces chapitres bonus!
    J’ai cru qu’on y arriverai jamais lol heureusement que tu nous as donné du temps supplémentaire ^^
    Je commence à en avoir marre de tous ces aveugles qui jugent sans connaître notre Wang Zheng et qui le rabaisse, vivement qu’il soit reconnu!

  2. Merci pour ces chapitres 🙂
    Tout comme l’a dit Traxy, heureusement que tu nous a laissé une petite marge de temps sinon pour 3 commentaires ça aurai été dommage ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top