skip to Main Content
Menu

TSW – Volume 6 – Chapitre 17 – Bijoux de Famille…imparfaits

Traducteur Français : Hellteach
Éditrice :
Checkeur :

TSW - Volume 6 - Chapitre 17 - Bijoux de Famille…imparfaits

Sur le champ de bataille, on ne devait négliger aucun adversaire.

C’était vraiment insouciant. Johnson était quelqu’un qui ne pouvait pas attendre ; il voulait ouvrir les yeux et voir ses confrères.

« Monsieur Johnson, votre Skylink. C’est un appel de l’armée. » dit doucement une ravissante infirmière.

« Aidez-moi à décrocher. »

« C’est Aimar. Johnson, comment se passe votre guérison ? »

« Mon général, le docteur a dit que j’avais une chance de 70% pour que la guérison soit un succès. Je vais certainement revenir dans l’équipe ! Merci ! » dit Johnson en s’asseyant.

« Inutile de me remercier ; c’est grâce à votre statut de guerrier honorable. Cependant, cette fois, les frais de votre traitement sont réglés par CT. Personnellement, j’espère que vous pourrez endosser l’uniforme militaire une fois encore et que vous ne décevrez pas les sentiments des gens. »

Aimar éteignit son Skylink. L’Île Paradisiaque n’était pas un endroit où les gens ordinaires pouvaient entrer, même s’ils étaient riches. L’armée avait donné le feu vert, et qui plus est, Johnson était un excellent soldat.Ce chapitre a été volé de l’Empire des Novels. Soutenez le traducteur !

Johnson était légèrement choqué. Le docteur lui avait demandé de se reposer, mais la situation était tout simplement étrange. CT était une compagnie à but lucratif ; pourquoi voudrait-elle l’aider ?

Était-ce à cause de ces quelques combats qu’il avait menés ?

C’était impossible.

Confronté à ses questions brûlantes, Johnson partit questionner le service clients. Peu importait si l’autre partie l’ignorait ou non, il exprimerait ses remerciements.

Ce qui était inattendu, c’est que son Skylink se mit à vite à sonner.

« Monsieur Johnson, je suis Solon. Je suis en charge de CT région Terre. »

« Bonjour Monsieur Solon. Je voudrais vous remercier. Je ne sais pas quoi dire. »

Solon se fendit d’un léger sourire. « Vous remerciez la mauvaise personne. Vos frais médicaux ont été pour la plupart payés par Skeleton. C’est lui qui nous en a fait la demande. Bien entendu, nous sommes également honorés d’aider un vétéran à se sentir mieux. Nous, à la compagnie CT, souhaitons fortement payer une part des frais et espérons que vous vous remettrez rapidement. Peut-être qu’à l’avenir vous serez occupé, mais nous espérons que vous reviendrez dans le jeu pour jeter un œil de temps en temps. »

Solon était très occupé et donc, il n’épilogua pas avec Johnson. Il éteignit ensuite son Skylink.

Johnson était tranquillement allongé sur son lit tandis qu’il fermait lentement les yeux. Cependant, son cœur ne pouvait pas rester tranquille…

 

 

Après avoir terminé un autre combat rafraîchissant, Wang Zheng et Yan Xiaosu rentrèrent à l’école.

« P’tite Sœur Rouquine est vraiment trop rusé. Il a vraiment saisi une telle opportunité pour faire sa déclaration à Little Suds. Ah, le pauvre petit chou a été enlevé ! »

Yan Xiaosu se mit à rire. Un groupe de personne dans le Corps était en colère. Little Suds était une idole pour de nombreuses personnes. Cependant, elle avait été courtisée avec succès par Rainbow.

« J’ai l’impression que les standards de tout le monde se sont améliorés. »

« C’est le cas. Tout le Corps est extrêmement motivé. De plus, tout le monde a amélioré sa conscience dans le jeu ; ils ne se ruent plus de manière imprudente pour se faire tuer. Naturellement, ils vont s’améliorer. » Yan Xiaosu se mit à nouveau à rire. « Bien que Yao Ailun et Chen Xiu soient des joueurs moyens, leur capacité a émettre des jugements précis est extrêmement puissante. En outre, ils sont tous les deux de bons enseignants et donnent de bons conseils. Leur aide a été très utile. »Ce chapitre a été volé de l’Empire des Novels. Soutenez le traducteur !

Wang Zheng se fendit d’un léger sourire. Avant qu’il puisse ouvrir la bouche, son Skylink sonna. « Wang Zheng, où donc t’es-tu enfui ?! Viens immédiatement au laboratoire ! »

La voix de Xiao Fei était tonitruante dans le Skylink.

Yan Xiaosu avait l’air extrêmement heureux. « Le Roi a appelé. Étudiant Zheng, tu dois y aller ! Vite ! »

Wang Zheng eut un sourire amer. « Elle n’est pas un Roi, elle est une Impératrice. »

Il avait éteint son Skylink pendant le combat. Xiao Fei avait un mauvais caractère et avait certainement pété les plombs.

Wang Zhent se mit à partir à la hâte. Peu de temps après, Yan Xiaosu reçut un appel par Skylink. Ce pouvait-il que ce soit sa MeiMei adorée ? C’était vraiment une soirée parfaite. Juste après ce combat, allait-il s’engager dans un autre passionné ?

Et pourtant, lorsqu’il vit le numéro s’afficher, il ne put que le regarder ébahi. Ce numéro était celui qu’il avait réussi à obtenir avec grande difficulté, mais il ne l’avait jamais composé auparavant… Yue Jing ?

… ???

Pourquoi donc le contactait-elle de sa propre initiative ?

Cependant, Yan Xiaosu décrocha quand même.

« Étudiant Xiaosu, c’est Yue Jing. » La voix à l’autre bout était très chaleureuse.

Yan Xiaosu se racla la gorge. « Étudiante Yue Jing, quel est le problème ? »

« Je suis à Pékin et je voudrais bavarder avec toi. Serait-ce possible ? » dit Yue Jing sur un ton presque suppliant.

Yan Xiaosu hésita pendant un moment. Elle était son béguin secret précédent. Néanmoins, il ne s’agissait que d’une rencontre. Elle n’arriverait pas à le manger tout cru, n’est-ce pas ?

 

An Mei était en fait en train de chercher Yan Xiaosu ce soir-là. Cependant, un gros problème s’était produit dans le Club de Théâtre. L’idole de son école secondaire, le populaire acteur Zheng Ke, était venu !

Zheng Ke avait été autrefois un étudiant à l’Ares College. Toutefois, après qu’il eut été découvert, il était immédiatement entré dans le showbiz. Il avait réussi à percer et était devenu l’idole de nombreuses jeunes filles.

Sa visite avait attiré beaucoup d’attention. Pour les étudiants, c’était une grande nouvelle. Son fan-club avait complètement encerclé la zone !

Zheng Ke n’était pas seulement exceptionnellement séduisant, il avait aussi la qualité d’un nouvel étudiant qui émanait de lui. Son regard profondément émouvant était en mesure de souffler n’importe quelle jeune fille.

An Mei n’avait pas eu pour lui une réaction aussi exagérée. Toutefois, son cœur était tout de même très excité. Par conséquent, sa performance était aussi exceptionnelle.

Zhang Ke était ici pour donner des conseils à quelques-uns de ses juniors. Cependant, tout le Club de Théâtre fut inspiré par ses paroles.

Lorsque le spectacle se termina, Zhang Ke prit l’initiative d’inviter toute le monde à dîner. Cela provoqua des acclamation de la part de tout le monde. C’était ça être une idole. Il était un grand, mais il n’agissait pas en tant que tel. Au lieu de cela, il était toujours si amical et approchable.

Cependant, lorsqu’An Mei arriva à l’endroit prévu pour le dîner, elle réalisa qu’elle était la seule personne présente.

« Senior, où sont tous les autres ? »

Zhang Ke lui adressa un sourire en coin et tira une chaise pour qu’elle s’asseye. « Assieds-toi. » En même temps, il ne put s’empêcher de caresser la taille d’An Mei.

« Ta performance était remarquable. Félicitations. »

« Merci. » Il exerçait sur An Mei une sensation imposante.

« Haha. Génial. C’est magnifique. En fait, j’ai mes raisons égoïste pour te rencontrer. An Mei, ta performance n’était pas mauvaise ; elle était pleine de potentiel. J’ai l’impression que tu peux considérer à te développer dans le monde du spectacle. Bien qu’il y ait encore quelques problèmes mineurs avec ton jeu, j’ai l’impression qu’après avoir accumulé un peu d’expérience, tout ira très bien. Si cela t’intéresse, je peux te présenter mon manager. »

Zhang Ke avait immédiatement sorti sa carte maîtresse. An Mei était une fille qui adorait jouer ; elle aimait la sensation d’être sur scène et d’afficher sa beauté. C’était un côté d’elle auquel Yan Xiaosu ne s’opposait pas. Toutefois, la compétition était féroce. Elle ne s’était jamais attendu à ce qu’une telle opportunité se présente.Ce chapitre a été volé de l’Empire des Novels. Soutenez le traducteur !

An Mei ne put s’empêcher d’être plaisamment surprise. « Vraiment, Senior ? Vous pouvez faire ça ? »

Zhang Ke se fendit d’un sourire enchanteur et mature, et avec un regard qui semblait dire tu veux dire que tu ne me crois pas ?  tout en tenant la main d’An Mei.

An Mei était tout à fait choquée. Elle retira sa main silencieusement. « Monsieur Zheng, pourriez-vous me dire quelles sont les conditions ? »

« Haha. Vraiment stupéfiant. Tu es une fille intelligente. Je ne vais pas y aller par quatre chemins. Ton potentiel est illimité, mais si tu veux atteindre le sommet, tu dois payer un prix. À Pékin, je serai ton supporter. Tant que tu m’écoutes avec obéissance, je ne te traiterai pas mal ! »

Le sourire de Zhang Ke était très naturel. C’était parce qu’il avait fait des préparations pour gérer une fille comme elle. Qu’est-ce qu’une fille voulait vraiment ? Bien sûr, c’était être une célébrité. Pour satisfaire sa vanité.

 

 

À rencontrer la déesse de ses rêves une fois encore, Yan Xiaosu se sentait un peu ému. Bien qu’elle soit toujours aussi belle, Yue Jing avait l’air un peu émaciée.

Yan Xiaosu et Wang Zheng étaient des gens qui n’étaient pas rancuniers, spécialement lorsqu’il s’agissait de telles choses. Ce qui était passé, c’était dans le passé. Qui plus est, Yue Jing avait pris l’initiative réhabiliter  leurs relations.

Ils parlèrent tous deux des choses intéressantes qui s’étaient produites à l’école, et leurs rires résonnèrent autour d’eux. Yan Xiaosu pouvait sentir que Yue Jing s’était à nouveau transformée en la déesse de ses rêves.

« Xiaosu, j’ai entendu dire que tu avais une petite amie maintenant. De plus, elle est la beauté numéro un du Club de Théâtre. Tu es vraiment tombé amoureux d’une autre réellement très vite. Je me sens blessée. » le taquina Yue Jing.

Le Yan Xiaosu habituellement extraverti eut l’air un peu embarrassé. « Je suis heureux que quelqu’un veuille de moi. »

« Xiaosu, Wang Zheng et toi êtes des personnes capables. Cependant, vous avez tous les deux une mauvaise vue. En tant que fille et en tant qu’amie, je voudrais te dire qu’une fille fofolle qui souhaite faire carrière dans le showbiz n’est pas quelqu’un sur qui l’on peut compter. » dit Yue Jing.

Un sourire idiot fleurit soudainement sur le visage de Yan Xiaosu. « Vraiment. »

« Comprends-tu ce que je veux dire ? » demanda Yue Jing. Pourquoi donc cet imbécile était-il si stupide ?

« Je comprends. Tu dis que les filles fofolles ne sont pas des personnes de confiance. » dit Yan Xiaosu.

Yue Jing hocha la tête. « C’est correct. Pour pouvoir monter plus haut, elles auront recours à n’importe quelle mesure. Y compris se vendre. »

« Ah. C’est pitoyable. Une mer d’amertume s’étale devant sans le moindre espoir d’entrevoir le rivage, mais au lieu de cela, le salut existe lorsque l’on fait marche arrière. » dit Yan Xiaosu en soupirant.

Tout au fond d’elle-même, Yue Jing était furieuse. Comment cet idiot pouvait-il ne pas comprendre ? À cet instant, son Skylink sonna. Yue Jing le fixa en souriant brièvement avant que son visage affiche une expression de colère et de choc.

Elle se levai soudainement. « Xiaosu, regarde ça. C’est vraiment rageant. Comment An Mei peut-elle faire ça ? Pour pouvoir devenir célèbre, elle a vraiment fait une chose aussi dégoûtante ! »

On pouvait voir quelques photos sur le Skylink. L’une était de Zhang Ke qui tenait la taille d’An Mei. L’autre montrait Zhang Ke qui tenait la main d’An Mei, et celle-ci arborait une expression de joie sur le visage.

À l’origine, Yan Xiaosu pensait que Yue Jing avait changé. Cependant, après avoir entendu ses paroles, il savait que tel n’était pas le cas et avait donc répondu avec sarcasme. Yue Jing, d’un autre côté, n’avait pas compris. Cependant, il ne s’attendait pas à ce que de telles photos fassent leur apparition.

Il s’était consacré à An Mei. En même temps, il se sentait absolument furieux.

« Xiaosu, ne sois pas en colère. Tu m’as encore, moi. » Après avoir dit cela, elle attrapa la main de Xiaosu avant de la caresser doucement. Elle était extrêmement proche de lui, et elle avait même posé sa tête contre la poitrine de Xiaosu. « Xiaosu, tu es remarquable. J’ai fait une erreur en ne te voyant pas tel que tu es. Recommençons depuis le début. »

 

De l’autre côté, exactement la même histoire se déroulait.

« Monsieur Zhang, je pense que vous avez mal compris. Nous n’avons plus aucune raison de continuer à discuter. Au revoir. » An Mei se leva. Être utilisée comme un jouet n’était pas un concept étranger. Cependant, elle ne s’attendait pas à ce que cela lui arrive.

Zhang Ke ne s’attendait pas à cela non plus. Il regarda la solennelle An Mei qui l’avait rejeté. « Petite Mei, tu es une bonne fille. Toutefois, il n’y a rien de génial chez un riche playboy. Regarde donc ça. »

C’était une photo de Yue Jing qui consolait Yan Xiaosu. La photo avait même fait un gros plan sur la poitrine généreuse de celle-ci.

Zhang Ke sourit. « Il faut vivre pour s’amuser. Ce salopard n’a que de l’argent sale. Il n’est rien d’autre qu’un bon à rien. Une fois que tu est célèbre, l’argent ne sert à rien. Pourquoi donc te flouer toi-même ? Se pourrait-il que tu penses que je ne suis pas son égal ? »

An Mei prit le verre de vin, son visage esquissant un sourire. Ce sourire devint de plus en plus large. Soudain, le verre de vin fut lancé au visage de Zhang Ke. En même temps, sa main gauche écrasa une assiette sur sa tête. En un seul mouvement rapide, elle avait assommé Zhang Ke dans un état d’hébétude.

« Mais regarde-toi donc ! Pourquoi donc n’irais-tu pas chercher et trouver quel genre de personne, moi, An Mei, je suis. De telles petites entourloupes. Vas donc dire à ta grand-mère (Yue Jing), cette traînée, que si elle a la plus petite once de capacité, qu’elle vienne donc et me confronte directement. Ne joue pas à ces jeux minables avec moi ! »

Zhang Ke se toucha la tête. Ses mains étaient tachées de sang. Ensuite, il se rua sur elle, en colère. « Petite salope, tu cherches à mourir ! »

Alors qu’il se préparait à la frapper, An Mei réagit naturellement et donna un grand coup de pied.

Un cri pitoyable résonna alentours. « Mes bijoux de famille… Bijoux de famille… Mes bijoux de famille imparfaits… »

 

 

 

Cet article comporte 14 commentaires
      1. Bon ok je maîtrise pas du tout le truc et j’ai cru que rien n’a été envoyé alors j’ai recommencé et puis ça m’a souelé et mais sinon franchement tu fais un travail et on le dira jamais assez merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top