skip to Main Content
Menu

TOTB – Chapitre 53 – Technique de clonage

Traducteur Français : Hellteach
Éditrice : Hellteach
Checkeur : KTA007

TOTB - Chapitre 53 - Technique de clonage

« Il est possible d’y parvenir en combinant le dernier as des vaisseaux de guerre Kaedeiens : le vaisseau spatial de type D Starshine ; avec la technique d’hyper clonage programmée manuellement. Mais pour ce faire, cette personne doit être un sacré bon Kaedeien. » Les paroles provenaient d’une autre voix agréable.

C’était Ma Xiaoru.

Zhou Sisi fut surprise par l’apparition de Ma Xiaoru à cette heure, mais rien d’extraordinaire ne s’était produit entre les deux jolies filles.

« La technique de clonage est la technologie militaire de haut niveau des Kaedeiens, et ne peut être exécutée que par eux avec leur Énergie d’Âme et leur force de contrôle. Mais dupliquer des centaines de vaisseaux de guerre en un clin d’œil ? C’est impossible. »

« En effet. Selon la Queen Kaedeian Academy, leur record le plus élevé pour cette année était de 178 flottes, et la simulation, il y a quelque temps, montrait environ 130 flottes, ce qui a pu se classer au 3e rang des meilleurs records de la Queen Kaedeian Academy. » Commenta calmement Ma Xiaoru, même si elle ne se sentait pas du tout calme.

Les filles furent choquées quand elles virent Wang Tong sortir de la salle de contrôle. « Comment allez-vous les filles ? Oh, Zhou Sisi, je suis vraiment désolé. Je retourne maintenant au Dortoir N° 5. » Wang Tong pensait que Zhou Sisi était là pour le presser pour son quart de nuit.

« C’était TOI ?! » Interrogea Zhou Sisi car elle ne pouvait toujours pas en croire ses yeux.

« Hey Xiaoru, je pensais que tu étais rentrée tout à l’heure ? »

« ET tu l’appelles XIAORU ?! » Zhou Sisi fut de nouveau choquée. Ses yeux scrutaient Wang Tong et Ma Xiaoru. Depuis quand étaient-ils si proches ? Incroyable !

« Qu’y a-t-il de si bizarre à ce sujet ? Wang Tong est mon camarade de classe, et c’est aussi mon pote. » Déclara Ma Xiaoru en regardant Zhou Sisi. Sans aucun doute, Zhou Sisi avait l’air incroyable, avec sa silhouette élégante et une touche d’obstination dans ses veines.

« Tu as perdu la raison ? Je suis venue ici pour ma propre pratique, pas pour t’inciter à revenir. Hé, comment t’as fait ça ?! » Demanda Zhou Sisi à Wang Tong en désignant les données affichées sur le moniteur.

« Ah, ça ? Ce n’est pas difficile, tu le sais, car il y a un problème dans le système, tout ce que tu as à faire est de le mettre en pause et de te préparer en te verrouillant sur chaque cible une par une, puis en tirant ! Haha ! » Wang Tong se sentit mal à l’aise en expliquant.

« Huh, je vois. » Zhou Sisi ignora alors Wang Tong et partit pour son propre entraînement. Elle avait réalisé ce que Wang Tong avait dit était qu’il avait triché. Tout était juste pour le plaisir, et rien de tactique à ce sujet.

Wang Tong ne se dérangea pas en regardant vers Ma Xiaoru. La jolie dame sourit et demanda : « Je voudrais demander ton avis sur quelques questions, allons-nous en discuter pendant le dîner ? »

« Oh, en parlant de dîner, je meurs de faim ! » Wang Tong se mit à rire.

Ma Xiaoru rigola alors que Wang Tong disait cela. Le garçon venait de passer un après-midi entier à broyer son corps et son âme sur un système de contrôle compliqué, bien sûr, qu’il mourrait de faim ! De plus, elle ne croyait aucun mot de son explication il y avait un instant. Ma Xiaoru savait que Wang Tong avait toujours été une personne secrète.

« Oh mon dieu, qu’est-ce qui ne va pas avec ta main ? » Ma Xiaoru fut choquée lorsqu’elle remarqua la main gauche de Wang Tong, ses doigts saignaient et son poignet avait enflé.

« Ça va, je viens de lui donner une leçon pour ne pas avoir coopéré avec moi. » Wang Tong cacha son bras en prétendant que ce n’était pas un gros problème.

« Toi ! Arrête de discuter ! À l’infirmerie ! Maintenant ! » Dit Ma Xiaoru d’un ton sérieux, et Wang Tong n’eut aucune chance de répliquer.

« Ce n’est vraiment pas un gros problème, j’irai bien après un bon repos, allons chercher de la nourriture à la place ? »

« Hé, tu devrais vraiment prendre soin de toi. De plus, ne sais-tu pas que les étudiants peuvent aller l’infirmerie gratuitement ?  » Ma Xiaoru dit cela en sentant l’embarras de Wang Tong.

« Wow, pourquoi ne l’as-tu pas mentionné plus tôt ? A partir de maintenant, je vais vivre là-dedans, haha ! » Wang Tong plaisantait, obtenir des choses gratuitement était définitivement de la musique à ses oreilles.

Ma Xiaoru resta sans voix par son attitude, Wang Tong ne se souciait pas de ce que les gens jugeaient important, mais quand c’était quelque chose que les gens négligeaient, il avait toujours… Soudain, Ma Xiaoru se sentit mal pour Wang Tong en le voyant rire. Parce qu’elle savait que personne n’était censé naître comme ça.

Pourtant, elle cacha ses sentiments et dit : « C’est mieux comme ça, maintenant allons-y et pansons tes blessures. J’achèterai le dîner ce soir, mais en retour, j’ai besoin de ton aide pour résoudre quelques problèmes concernant les structures des Zergs. »

« D’ac-o-d’ac ! » Wang Tong avait l’air joyeux bien qu’il soit encore assez embrouillé par le fait que ses mains gauche et droite n’étaient pas parfaitement synchronisées. Il n’y avait pas de choses telles que les gauchers et les droitiers parmi les Kaedeiens ; ce n’était que pour les Terriens. Même si Wang Tong y prêtait plus d’attention depuis qu’il avait été critiqué par Einherjar Wannabe. Sa main gauche avait besoin de plus d’entraînement ; néanmoins, Wang Tong avait pu atteindre le résultat final.

La technique de clonage était une question d’équilibre absolu. C’était difficile, même pour les Kaedeiens, sans parler des Terriens. Wang Tong avait un problème avec sa main gauche car elle n’était pas capable de suivre le rythme de sa main droite, et l’opération échouait si le rythme n’était pas complètement synchronisé. Par conséquent, Wang Tong avait enseigné à sa main gauche une ‘leçon’ pour se souvenir du rythme.

« Pourtant, pourquoi ferais-tu cela à ta propre main ? Tu sais, des trucs compliqués comme ça ne peuvent pas être maîtrisés en un jour, n’est-ce pas ? » Ma Xiaoru était en quelque sorte en colère à ce sujet.

« Ça va, ce n’était rien comparé à ce que j’ai vécu sur Norton, haha ! Mais honnêtement, nous, les Terriens, avons encore beaucoup à apprendre des Kaedeiens ! »

Un homme devrait agir un peu plus cruellement envers lui-même !

Cela n’a pas été dit par le Vieux Schnoque, mais par Einherjar Wannabe. Einherjar Wannabe disait cela à Wang Tong d’une manière froide à chaque fois qu’il était blessé. Pour lui, si ce n’était pas fatal, alors ça allait.

Pour la première fois, Ma Xiaoru regardait un gars, dont elle n’avait aucune idée des pensées, et se demandait comment il pouvait agir comme si ce n’était rien pour de telles choses. Elle avait peut-être reçu une série d’entraînements difficiles pendant son séjour à la Maison Li, mais elle ne pouvait qu’imaginer à quel point ce serait difficile et brutal de passer un an sur Norton.

« Quoi ? J’ai quelque chose sur la figure ? » Wang Tong la vit le regarder.

« Juste de la poussière, laisse-moi t’aider. » Mentit-elle par réflexe, puis elle fouilla dans sa poche pour trouver son mouchoir mais fut surprise de constater qu’elle ne l’avait pas sur elle.

C’était un de ses objets commémoratifs et n’avait été utilisé que quelques fois.

« Ah mea culpa, j’ai presque oublié que ton mouchoir est chez moi, je te le rendrai plus tard ! » Dit Wang Tong en se grattant la tête, son esprit était occupé par des tests et des examens.

« Nan, ça va aller. Tu peux le garder, c’est notre gage d’amitié. » Répondit Ma Xiaoru.

« Décidément, merci ! » Wang Tong hocha la tête ; pour être honnête, il n’était pas sûr de l’endroit où il avait laissé le mouchoir.

La plupart des gens se souciaient beaucoup de chaque petite chose autour d’eux, car ils n’avaient aucune idée de ce que c’était que de survivre dans un enfer vivant. Quant à Wang Tong qui avait fait face à de nombreuses situations de vie ou de mort, il lui restait encore un long chemin à parcourir pour apprendre à apprécier ces biens ‘mémorables’.

Pendant ce temps, la fille qui avait été précédemment ‘intimidée’ par Wang Tong était toujours assise dans la salle d’entraînement animée, regardant le moniteur avec rage. Elle s’était entraînée en imitant les pas de Wang Tong, mais le mieux qu’elle avait pu réaliser était une quarantaine de coups, et une erreur système se produisait si c’était plus que cela, encore moins cent coups ! Ce petit coquin menteur !

Elle était sûre que Ma Xiaoru avait été trompée par son apparence honnête, en fait, elle croyait que tout le monde était dupé par cet homme !

Elle était furieuse du fait que sa colocataire soit également de son côté, et elle était encore plus en colère contre elle-même de le croire comme un imbécile, ayant perdu une heure à cause de lui pour expérimenter ses affirmations. Pendant un instant, elle put imaginer Wang Tong en train de rire d’une manière perverse.

En se mordant les lèvres, pour la première fois, Zhou Sisi se sentit intéressée par un homme – intéressé à lui donner un coup de poing au visage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top