skip to Main Content
Menu

SRH – Chapitre 164 – Le quatrième jeune maître, Shi Huajing [Partie 1]

Traducteur Français : Hellteach

Checkeur : Zhexiel

SRH - Chapitre 164 - Le quatrième jeune maître, Shi Huajing `{`Partie 1`}`

Comme Cillin s’y attendait, les personnes qui s’étaient évanouies la nuit précédente pendant la soirée dansante avaient toutes subi une confusion ou une perte de mémoire. Leur souvenir d’un homme et d’un chat faisant une ‘Dance Battle’ sur la grande plateforme ronde de la piste de danse était soit trop vague, soit tout à fait parti. Peut-être se souviendraient-ils de petites ombres après leur guérison peu de temps après, mais c’était aussi tout ce dont ils pourraient se souvenir. Chaque fois qu’ils danseraient, de faibles images leur traversaient l’esprit jusqu’à ce qu’ils les oublient complètement.

Bien sûr, il y avait des gens qui se souvenaient de cette nuit. Bien que leurs souvenirs soient incomplets, ils savaient que Rikulab n’était pas le seul à danser sur la grande et ronde plateforme ce jour-là ; il y avait aussi un chat gris. Certaines personnes pourraient peut-être considérer le chat gris comme un monstre ou une espèce spéciale, mais ce n’était pas l’affaire de Cillin ou du chat gris.

À la fin de la soirée, la direction supérieure du ‘Dance Night’ avait examiné tous les enregistreurs et constaté que tous leurs enregistrements s’étaient transformés en code corrompu qui ne pouvait pas être restauré. S’ils essayaient de le restaurer de force, les enregistrements disparaissaient automatiquement.

Ils supposèrent que leur système avait été piraté et que tous leurs enregistrements et programmes avaient été altérés par des techniciens supérieurs n’appartenant pas au ‘Dance Night’. Ils l’avaient signalé aux plus hauts responsables et les résultats obtenus par le gouvernement de l’AG étaient d’oublier l’affaire.

Les hautes instances du ‘Dance Night’ comprirent que cet incident devait impliquer des personnes qu’ils ne pouvaient pas se permettre d’offenser. Par rapport à la ‘Dance Battle’ de ce soir-là, ils étaient plus inquiets pour leurs propres statuts et carrières. Par conséquent, les cadres supérieurs du ‘Dance Night’ connurent tous une ‘perte de mémoire’ après avoir reçu le message secret des supérieurs.

Il y avait des journalistes qui avaient continué à enquêter sur la question et s’étaient heurtés à un empêchement puissant de la part de forces non officielles ou à une intervention énergique du gouvernement. À la fin, ils n’eurent pas d’autre choix que d’abandonner. C’est parce qu’ils savaient qu’ils ne vivraient peut-être pas pour annoncer la nouvelle, même s’ils avaient appris la vérité ce soir-là. Cette planète elle-même contenait déjà un nombre incalculable d’âmes lésées, et les pleurs angoissés de ces âmes lésées au milieu de la tempête de sable rappelaient constamment aux habitants de cette planète qu’il y avait des yeux cachés dans un certain coin sombre.

Rikulab n’allait que de temps en temps à la soirée dansante. Par conséquent, après son retour chez lui la nuit précédente, il était revenu à son style de vie décadent habituel et s’était allongé sur le lit, et dormait. Il n’avait même pas mangé de petit déjeuner ni de déjeuner.

Cependant, lorsque Rikulab se réveilla pour boire de l’eau, la main tenant la tasse s’arrêta soudainement et se déplaça pour ouvrir la porte à la place. Il vit immédiatement Cillin assis sur le canapé du salon en train de lire un livre médical de poche. Le chat gris se promenait partout et reniflait de temps en temps des flacons médicaux.

Quand le chat gris vit Rikulab, il leva la tête et la queue très haut et le salua avec un air de complaisance en disant : « Yo, tu t’es réveillé, perdant ! »

Le coin des yeux de Rikulab se contracta une fois alors qu’il se souvenait du miaulement de ravissement lors du tomber de rideau. C’est ce ‘miaou’ qui lui avait fait comprendre qu’il avait perdu face à ce chat à l’esprit spirituel.

Rikulab tira une chaise et s’assit. Il termina l’eau dans sa tasse, la posa et fixa Cillin du côté opposé, sans expression, et le chat gris faisant des cercles fiers à ses côtés.

« Je me souviens d’avoir verrouillé toutes les portes. Comment êtes-vous entrés ? » Demanda Rikulab.

En réalité, Rikulab avait verrouillé plus que la porte. Chaque fois qu’il se rendait au ‘Dance Night’ pour prendre son pied, dès qu’il rentrait chez lui, il fermait toutes les portes et toutes les fenêtres et activait le système de sécurité au maximum. Le système de sécurité annihilerait même un insecte qui aurait pénétré dans son logement, et même s’il ne le pouvait pas, cela déclencherait l’alarme. Il était peut-être endormi, mais Rikulab ne croyait pas qu’il dormirait si profondément qu’il ne pourrait pas entendre l’alarme. Cela voulait dire que tout était normal. Alors, comment diable cet homme et ce chat étaient-ils entrés dans sa maison alors que tout était normal ?

Le chat gris s’accroupit au sommet d’un grand placard et baissa les yeux. Il aimait de plus en plus ce sentiment de regarder d’en haut maintenant. Après avoir jeté un regard dédaigneux sur Rikulab, il déclara, tout en se montrant immensément satisfait : « Hmph hmph, penses-tu sérieusement que ce niveau de sécurité minable est suffisant pour nous arrêter ? »

Cillin n’avait rien dit pendant tout ce temps. Comme il s’agissait d’une proposition que le chat gris avait élaboré seul, il n’y avait aucun mal à lui permettre de l’essayer. Peut-être que cela pourrait tourner pour le mieux.

Quand Rikulab entendit les mots du chat gris, il leva un sourcil. Le système de sécurité de son domicile était comparable à celui d’un gouvernement planétaire, et pourtant ce niveau de sécurité était qualifié de ‘minable’ aux yeux de ce chat.

« Mais qui êtes-vous donc ? Quels sont vos objectifs ? » Demanda Rikulab d’une voix lourde. Depuis la dernière fois où Udoze avait amené ces deux types chez lui, il avait déjà remarqué que la personne assise sur son canapé avait caché sa lame très profondément. Il avait même suspecté que la raison pour laquelle il avait pu détecter la ‘neurotoxine’ était parce que cet homme l’avait intentionnellement laissé faire.

« Hé perdant, tu veux changer d’environnement de vie ? Quelque chose comme travailler pour nous ? Ne t’inquiète pas, je te protégerai. Je suis très fort, tu sais. » Dit le chat gris comme un chef s’adressant à son subordonné.

Rikulab tira le coin de ses lèvres sans s’engager. Il regarda vers Cillin qui était sans réaction, mais il découvrit que celui-ci n’avait même pas levé la tête alors qu’il gardait les yeux rivés sur le livre ouvert dans sa main.

« Pas intéressé. » Dit Rikulab.

« Hmm ? Tu refuses ? » Les moustaches du chat gris se redressèrent alors qu’il étrécissait les yeux en fixant Rikulab. Tout le monde pouvait sentir que le chat ne se sentait pas si bien en ce moment. Après tout, il avait garanti à Cillin qu’il serait définitivement en mesure de convaincre Rikulab. Mais qui aurait pu savoir que ce gars le rejetterait si brutalement !

« Ouais, c’est bon. Je suis très satisfait de mon état de vie actuel. » Rikulab se servit une tasse de thé pour se rafraîchir. Quant au gars de l’autre côté, il avait déjà fini quelques tasses de thé sans son consentement. En fait, il utilisait les feuilles de thé de haute qualité qu’il avait récupéré dans le placard. Ce devait être ce bâtard de chat qui avait fouillé dans ses affaires !

« C’est bon ? » Le chat gris évalua Rikulab de haut en bas et regarda autour de lui une fois, tout comme quand il regardait la voiture minable d’Udoze : « Tu ressembles à un minable en ce moment. »

Un minable…

 

 

 

C’était un mot qu’il n’avait pas entendu depuis très longtemps.

Les yeux de Rikulab devinrent instantanément clairs et l’intention de tuer qui s’était répandue fit immédiatement baisser la température intérieure de plusieurs degrés. Cependant, ni Cillin ni le chat gris ne réagirent beaucoup.

« Quoi, j’ai exposé ta honte et maintenant tu veux faire taire un chat ? Ce Monsieur Chat ici présent peut prendre chacun de vous avec une patte… »

Avant que le chat gris ne puisse finir, un scalpel s’enfonça profondément dans l’armoire, juste à côté de sa patte.

Cillin leva la tête pour regarder. Puis il se concentra à nouveau sur le livre.

Les quelques mèches de poils au-dessus des sourcils du chat gris tremblèrent une fois, et avec un fracas, le chat gris souleva ses pattes apparemment charnues, étendit ses griffes et découpa le scalpel de haut en bas en rubans comme s’il coupait du tofu. S’il n’y avait pas de bruit mordant, si Rikulab ne savait pas avec quel type de matériau était fabriqué le scalpel, il aurait certainement soupçonné que le couteau était en bois.

Le chat gris ne s’arrêta pas après avoir coupé le scalpel en rubans. Comme s’il cherchait à établir son pouvoir, le chat gris leva les restes du scalpel avec une patte, ouvrit la bouche et les mordit. Il mangea le couteau peu à peu comme s’il grignotait un biscuit. Quand il eut complètement mangé le couteau, il marmonna : « Ça a mauvais goût. Pouah. »

Une sphère métallique sortit de sa bouche. On aurait dit qu’elle avait été fondue à haute température et s’était transformée en boule.

Les pupilles de Rikulab se rétrécirent lorsqu’il sentit une vague soudaine d’impuissance le traverser. Pas étonnant qu’il ait perdu contre ce chat ; ce n’était pas quelque chose contre quoi un homme pouvait se mesurer.

Il soupira. Il savait qu’il n’était pas à la hauteur du chat en termes de force martiale, et même s’il devait se droguer, Rikulab n’avait aucune confiance en sa capacité à gagner face à eux. Le salon était rempli de drogues et il en existait plusieurs types incolores et inodores. Quiconque resterait ici longtemps présenterait éventuellement des symptômes. Cependant, Cillin et le chat ne semblaient pas du tout mal en point, même s’ils étaient restés ici assez longtemps.

C’était la première fois depuis de nombreuses années que Rikulab se sentait aussi impuissant qu’aujourd’hui. Un jour plus tôt, ce chat l’avait vaincu lors d’une ‘Dance Battle’ et il ne pouvait même pas le battre par la force martiale. Même les composés chimiques en lesquels il avait confiance n’avaient aucun effet.

Ce que Rikulab n’avait pas compris, c’est que ses composés chimiques n’étaient pas réellement inutiles. C’était juste que la constitution de Cillin et du chat gris était trop spéciale et qu’elle ne réagissait donc pas du tout à ses médicaments.

Le chat gris se mit en colère après avoir vu Rikulab rester silencieux et ne pas parler. Il semblerait qu’il doive changer de tactique. S’éclaircissant la gorge avec prétention, le chat gris dit : « Rikulab Fan. Tu es arrivé sur la planète Acallela il y a dix-huit ans. Bien que je ne sache pas quel genre de relation tu partages avec le gouvernement planétaire, ce doit être une bonne relation. Si tu crains qu’ils te causent des problèmes et t’ empêchent de partir, je peux m’en occuper pour toi. »

Cet article comporte 6 commentaires
  1. Salut merci pour le taff! Je voulais te demander, je vois que le site n’est quasiment plus actif, j’ai l’impression qu’il ne reste que toi à publier régulièrement. Je sais pas si tu connais le site Xiao Novel, je pense que ca serait une bonne chose pour vous que de mettre votre travail sur ce site! Il y a beaucoup plus de monde, et pleins de traducteurs réguliers. Je pense que vous formeriez une bonne équipe ;).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top