skip to Main Content
Menu

SRH – Chapitre 53 – Analyse Postérieure

Traducteur Français : Hellteach

Checkeur : Zhexiel

Chapitre 53 - Analyse Postérieure

Mo Heng ne dérangea pas Cillin ; il avait l’air d’avoir mis le doigt sur quelque chose. Parfois, si quelqu’un pouvait avoir ce flash soudain d’illumination, ce serait bénéfique à sa progression personnelle. On ne pouvait tomber sur une telle opportunité que par hasard, on ne pouvait pas la rechercher.

Bien entendu, il espérait que c’était réellement un flash d’inspiration dont Cillin faisait l’expérience, et non pas une autre crise de fringale. Mo Heng ne serait pas capable de se retenir de lui balancer une tasse dessus autrement.

Cillin resta dans cette posture pendant quelques minutes, sans bouger. Ensuite, il posa les pièces détachées qu’il tenait dans ses mains, posa le composant qu’il avait quasiment terminé d’assembler sur le côté, sorti son couteau multi-usages et commença à le démonter pièce par pièce. Jusqu’à maintenant, Cillin n’avait fait qu’assembler mais n’avait jamais démonté aucune machine auparavant, et c’est pourquoi il avait toujours eu le sentiment que quelque chose manquait à son procédé de pensée.

Pour réussir à maîtriser quelque chose, il fallait avoir une compréhension et une connaissance plus approfondie de ladite chose. Devant et derrière, en avant et en arrière, assemblage et désassemblage ; il devaient tous être compris et pratiqués soigneusement. Pendant ce processus de désassemblage, Cillin était capable d’analyser et de réfléchir sur cette machine à partir de perspectives différentes. Donc, voici ce qu’il me manquait pendant tout ce temps.

À chaque fois que Cillin jetait un œil à une machine assemblée, il ne considérait que la manière dont elle était montée, mais n’analysait pas comment l’instrument devrait être correctement démantelé. Par où devrait-il débuter son travail, commencer par quelle pièce, et dans quel ordre ?

La déduction inversée ou l’induction, c’était juste comme revenir sur ses pas pendant une chasse. Cette méthode de pensée devrait être au même  niveau que la pensée logique, et pourtant, elle était souvent négligée.

La pensée divergente et la pensée convergente étaient deux rôles d’importance égale.

Les mouvements de désassemblage de Cillin n’étaient pas lents ; partout où son couteau passait, les pièces qui étaient solidement assemblées en un tout se séparaient parfaitement. Chaque angle de force appliquée mettait en question la globalité et la déformation potentielle des pièces désassemblées, et ces pièces désassemblées démontraient pleinement la capacité d’analyse de Cillin.

Il y avait plus ou moins quelques marques laissées sur les pièces partout où le couteau multi-usages passait, et ces marques existaient même si elles pouvaient être invisibles à l’œil nu. Même les changements les plus petits affecteraient l’intégrité d’une pièce, donc pendant le processus de démontage, Cillin avait fait de son mieux pour minimiser le temps d’utilisation de son couteau. C’était ainsi que se présentait la scène où de multiples pièces furent démontées avec un simple éclair du couteau.

Mo Heng hocha intérieurement la tête pendant qu’il observait les action de Cillin. Donc c’était bien un flash d’inspiration, et non pas qu’il avait faim…

Après que Cillin eut démonté le composant presque terminé de nouveau en pièces détachées, il s’assit alors par terre et lança une pièce en l’air. Il l’attrapa, puis la lança de nouveau, puis il l’attrapa, puis il la lança encore… finalement, il mit les pièces sur le côté et s’allongea sur le sol. Il fixa le plafond des yeux.

Dans sa tête, il y avait de nombreuses pièces individuelles étalées dans chaque coin. Ensuite, elles se mirent à s’assembler d’elles-mêmes une par une en un composant entier, avant de redevenir des pièces détachées d’elles-mêmes. Puis, elles s’assemblèrent à nouveau, et se démontèrent ; elles s’assemblèrent, et se démontèrent…

Après avoir réfléchi pendant un moment, Cillin se releva et commença l’assemblage. Sa méthode était différente de celle d’avant. Lorsqu’il était en train d’assembler, il lançait quelques pièces détachées en l’air, et ensuite elles tombaient et atteignaient l’endroit où elles devaient être montées. Les mains de Cillin étaient floues et fixaient les pièces exactement à leurs places respectives.

Au premier coup d’œil, on aurait le sentiment que les pièces étaient jetées en l’air en succession avant de tomber pour s’assembler en un tout. Si quelqu’un y prêtait une attention plus soutenue, alors il remarquerait que les pièces étaient tombées dans un ordre spécifique. En même temps, Cillin avait ajusté trois points pendant le processus d’assemblage. C’était là les raccourcis qu’il avait trouvé lorsqu’il était en train de réaliser l’induction.

Une série de données étaient affichées à l’écran.

« Précision générale à 99,96 % de la valeur théorique. »

« Précision générale à 99,96 % de la valeur théorique. »

« Précision générale à 99,97 % de la valeur théorique. »

« Précision générale à 99,96 % de la valeur théorique. »

« Précision générale à 99,97 % de la valeur théorique. »

« Précision générale à 99,97 % de la valeur théorique. »

« Précision générale à 99,97 % de la valeur théorique. »

« … »

Mo Heng était si excité que son vieux visage était rouge brillant. Un génie, Cillin était absolument un génie. Mais depuis combien de temps Cillin était-il officiellement en contact avec l’assemblage mécanique et avait reçu une éducation formelle ? La précision générale de Cillin était déjà presque la même que la sienne, lui, un vétéran qui avait passé de nombreuses années sur son art. Cillin pourrait être classé septième dans toute l’Alliance Galactique.

S’il pouvait améliorer sa précision générale de 99,95 % à 99,97 % en un laps de temps aussi court, alors combien de temps cela lui prendrait-il pour atteindre 99,98 ?

Cillin était complètement immergé dans ce monde, où il assemblait des piles de pièces détachées catégorisées en composants, puis il assemblait ces composants en une unité globale.

Mo Heng ne regardait plus l’écran de l’ordinateur et observait l’assemblage de Cillin avec toute son attention. Cette série d’assemblages de Cillin pouvait absolument être considérée comme un excellent contenu d’enseignement, mais le nombre exact d’autres personnes qui seraient capables d’en tirer un enseignement était inconnu. C’était là quelque chose qui testait fortement la vision et la créativité d’une personne.

Cillin ne s’arrêta pas de toute la journée, et Mo Heng se contenta de s’asseoir et d’observer l’assemblage de Cillin. Aucun d’entre-eux n’avait déjeuné, ni n’avaient eu la conscience de s’arrêter pour le faire.

Cette situation continua jusqu’à ce que Cillin assemble les pièces finales en une machine. Il l’inspecta pendant un moment avant d’appuyer sur le bouton ‘marche’. La machine commença à changer continuellement de forme avec des mouvements réguliers, sans aucun bruit inattendu ou suspect.

« Il n’est pas besoin de vérifier ; tu as complètement réussi. » dit Mo Heng. Il ne pouvait pas cacher l’excitation dans sa voix, et juste comme il était prêt à se lever et à examiner le travail de Cillin minutieusement, il réalisa…

« Pffff … Aïe, c’est complètement engourdi ! » dit Mo Heng tout en se frottant les jambes. Il était resté dans la même position pendant bien trop longtemps, et c’était seulement maintenant qu’il réalisait que ses jambes étaient engourdies. « Cillin, viens-là vite et donne-moi un coup de main ! »

« Reposez-les juste un moment, Monsieur. Asseyez-vous là un instant. » Cillin alla prendre deux chaises et les empila avant de placer lentement dessus les jambes de Mo Heng. Puis il commença à les frotter et masser.

« Pffff, je me fais vieux. Je deviens sénile. » soupira Mo Heng.

« De ce que j’ai pu en voir, vous étiez bien féroce lorsque vous discipliniez la foule hier, Monsieur. Aucun de ces mentors ne pouvait même relever la tête. »

C’était par hasard que Cillin soit tombé sur cette scène où Mo Heng était en train de donner une leçon à ces mentors hier. Le mot ‘vigoureux’ décrivait bien la scène, et c’était comme si le corps de Mo Heng tout entier émettait un air royal. Ces mentors qui avaient l’habitude de regarder de haut leurs étudiants avec une attitude fière avaient baissé la tête si bas qu’il pouvaient quasiment embrasser leur derrière.

Mo Heng leva la tête bien haut. « C’est ce qu’on appelle avoir du caractère ! Un caractère né ! »

« Même si vous affichez un air ‘royal’, vous devriez tout de même ne pas sauter vos repas et dormir pendant le travail, n’est-ce pas ? J’ai entendu dire que vous restez souvent dans votre atelier et que vous travaillez plusieurs heures à la suite, Monsieur. »

« C’est ce qu’on appelle le professionnalisme ! » dit Mo Heng avec un visage impressionnant de droiture.

« Mais oui, mais oui, du professionnalisme. »

« Dis-donc toi, sale gamin… » Mo Heng attrapa et pinça la joue de Cillin. « C’est quoi cet air incroyablement dédaigneux sur ton visage ? »

« Mais je n’oserais jamais, Monsieur, mais vraiment, même les machines ont besoin de maintenance, encore plus un humain. En tant que pilier de la division de recherche, vous devriez prendre plus soin de vous, ou j’aurai des problèmes si personne ne me couvre. »

« Tss, espèce de petit salopard ! » Mo Heng riait à moitié et grondait Cillin avant de tirer avec force la joue de Cillin avant de faire un signe de la main. « Très bien, mes jambes vont bien maintenant. Je vais d’abord jeter un œil à la machine. »

Mo Heng tourna autour de la machine que Cillin avait assemblée et examina minutieusement le produit fini devant ses yeux.

« Maître, je voudrais partir. Je suis exténué aujourd’hui. »

« Permission accordée ! Vas-y, vas-y. » Mo Heng continua de tourner autour de la machine avec des yeux brillants, la touchant et la caressant de temps à autres.

« Maître, je veux une augmentation. » Après qu’il soit arrivé à la division de recherche, à chaque fois que Cillin terminait une tâche, il recevait une prime additionnelle en plus de son salaire fixe en tant qu’assistant de recherche. Bien entendu, Mo Heng était celui qui payait cela.

« Bien sûr, une augmentation, une augmentation. » répondit Mo Heng très candidement.

« Je veux trois fois la somme habituelle. »

« Pas de problème, ce sera trois fois. »

« Aussi… »

« File de là et va chercher le dîner ! »

En voyant que Mo Heng n’était pas encore prêt à partir, Cillin commanda leurs repas et leur fit livrer par un robot. Bien entendu, c’était sur l’ardoise de Mo Heng.

Après que Cillin eut dîné avec Mo Heng à l’intérieur de la pièce de repos l’atelier et qu’ils eurent discuté à propos de ses réflexions postérieures à l’assemblage, Mo Heng envoya Cillin dormir dans la baie de repos car il était déjà tard. Jusqu’à aujourd’hui, seuls son fils et son petit-fils avaient eu le droit de rester dans la baie de repos de Mo Heng. Cillin était le troisième, donc on pouvait exactement voir à quel point Cillin avait de la valeur dans le cœur de Mo Heng.

Le bureau et l’atelier de Mo Heng comportaient tous les deux des baies de repos spécialement construites, et puisque Mo Heng était à la fois ‘important et puissant’, les baies de repos étaient totalement équipées. Par conséquent, Cillin ne refusa pas et prit la baie de repos dans l’atelier de Mo Heng pour lui tout seul. Il prit son dîner, et prit un bain relaxant avant de dormir confortablement pendant deux jours de suite.

Cillin avait bien dormi, mais il n’avait pas idée à quel point c’était le chaos sur la plateforme du Championnat de Secteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top