skip to Main Content
Menu

SRH – Chapitre 291 – Entrée dans la ville [Partie 1]

Traducteur Français : Hellteach

Checkeur : Zhexiel

SRH - Chapitre 291 - Entrée dans la ville `{`Partie 1`}`

Grâce à l’Aigle Flamboyant, le revenu quotidien du Vieux Chang était de plus de dix mille par jour. En fait, il connut même un pic de trente mille une fois.

Trente mille MB ne représentaient peut-être rien pour beaucoup de gens dans la ville, mais ici, à cet endroit, c’était une somme folle. Pour cette raison, un vieux Chang excité ne put pas dormir correctement pendant plusieurs jours consécutifs. Si cette tendance se poursuivait, les frais médicaux de Chang Cinq seraient prêts très bientôt.

Sept jours plus tard, après avoir terminé une journée de travail et avoir dîné, le Vieux Chang régla le salaire de Cillin et de Bel pour les derniers jours. Le salaire de Cillin avait été décidé depuis un certain temps, et le salaire de Bel avait été décidé en fonction de ses performances, comme convenu précédemment.

Une fois les salaires payés, Cillin obtint 50 000 MB tandis que Bel reçut 20 000 MB. Le Vieux Chang lui-même avait près de 100 000 MB. À l’origine, le Vieux Chang prévoyait de leur payer plus d’argent, mais Cillin et Bel avaient refusé. Puisqu’il avait besoin d’économiser de l’argent pour la maladie de Chang Cinq, le Vieux Chang n’insista pas pour les payer plus. Mais il couvrit leurs dépenses par la suite.

Le chat gris se lécha les pattes en se demandant quand Cillin pourrait-il se rendre en ville et acheter des biscuits au poisson. Ces collations commençaient à beaucoup lui manquer.

« Ah oui, j’ai remarqué que nous manquions de certaines pièces détachées aujourd’hui, et nous avons quelques gros clients qui ont besoin de ces pièces pour des réparations au cours des prochains jours. Je n’arrive pas à les trouver non plus dans la région, alors je devrai peut-être faire un voyage en ville. » Dit Cillin.

Les oreilles du chat gris se redressèrent immédiatement. Il fixa Cillin avec des yeux brillants.

Le Vieux Chang hocha la tête et passa immédiatement 20 000 MB à Cillin. Cillin ne le refusa pas non plus ; ce n’était pas comme si le Vieux Chang allait reprendre l’argent même s’il refusait. Cillin demanda si le Vieux Chang avait autre chose qu’il voulait acheter pendant qu’il était en ville, et ce dernier fit une liste après un moment de réflexion. Cependant, la chose la plus importante dans la liste du Vieux Chang était l’hôpital général de la ville. Il y a quelques années, il avait fait une enquête sur le traitement complet de Chang Cinq et avait appris que le prix était au minimum de 10 000 MB, sans compter le coût du traitement de rééducation. Il voulait savoir quel était le coût actuel du traitement.

« Bien sûr, je vais leur demander. »

Cillin avait vérifié l’état physique de Chang Cinq ces derniers temps, et il avait constaté qu’il allait beaucoup mieux depuis qu’il avait commencé les traitements médicamenteux. À tout le moins, le tampon augmentait considérablement les chances de succès d’un traitement complet, sans compter que Chang Cinq se sentait très bien et souriait de plus en plus ces derniers temps. C’étaient tous de bons signes.

« Alors je suppose que c’est à mon tour d’assumer la responsabilité demain ! » Bel avait l’air assez impatient. Il tapota l’épaule de Cillin et dit : « Laisse-moi m’occuper de tout, mon ami. Il n’y a pas de quoi s’inquiéter, tu peux partir en paix. Héhéhé. »

Cillin : « … » Pourquoi as-tu l’air d’avoir une arrière-pensée ?

En apprenant que Cillin allait visiter la ville, Chang Sept fut incapable de s’endormir toute la nuit. Il était encore plus excité que Chang Huit la fois où elle était sortie avec Cillin, et la nouvelle avait rendu Chang Six et Chang Huit très envieux.

C’était une visite à la ville après tout. Ils ne se souvenaient pas d’en avoir fait une depuis leur naissance.

Le matin suivant, Cillin monta dans un transport aérien public avec Chang Sept dans ses bras et se dirigea vers la ville. Ils n’utilisèrent pas la voiture volante du Vieux Chang pour des raisons évidentes.

Récemment, les transports aériens publics se dirigeant vers la ville avaient un problème de surpeuplement. Malgré l’augmentation du nombre de transports et l’augmentation des prix encore et encore, chaque véhicule était plein à ras bord. Ceux qui avaient agi même un peu plus lentement n’avaient pas d’autre choix que de rester debout pendant l’intégralité de leur voyage. Dans le passé, il était possible de faire entrer quelques personnes de plus tant qu’il y avait de la place, mais de nos jours, les entrées de la ville étaient imposées avec de lourds points d’inspection et les transports avertis encore et encore de ne pas dépasser la limite de passagers. Si le conducteur était attrapé, la punition ne serait plus aussi petite qu’une amende. Leurs véhicules seraient arrêtés et leur personne condamnée pour avoir enfreint les règles. C’est pourquoi tout le monde jouait un peu la sécurité pour l’instant.

Beaucoup de personnes qui se rendaient en ville par les transports publics espéraient tenter leur chance. Auparavant à l’atelier de réparation, Cillin entendait souvent les propriétaires de voitures parler des dernières nouvelles à l’intérieur de la ville en attendant leurs voitures, comme un certain X qui avait eu de la chance, ou un certain Y qui était entré dans les bonnes grâces d’un certain Z. Chaque nouveau potin rendait les auditeurs environnants plus excités.

Indépendamment de l’authenticité de ces ragots, le nombre de personnes qui allaient dans la ville n’avait fait qu’augmenter avec le temps. Même ceux qui observaient depuis les coulisses et les ateliers de réparation qui profitaient de meilleures affaires ne pouvaient plus rester assis et ne rien faire, soit faire leurs bagages, soit fermer leurs magasins avant de courir pour la ville. Après tout, peu importe la qualité des affaires, c’était toujours la bonne affaire d’un magasin qui avait été transmis depuis des générations dans un endroit pauvre et miteux. Qui se souciait d’un petit magasin s’ils pouvaient gagner les bonnes grâces d’un noble et tenter la gloire ?

C’est pourquoi l’atelier de réparation du Vieux Chang gagnait beaucoup d’argent. Il avait réussi à acheter une grande quantité de pièces et d’autres ressources à un prix extrêmement bas et ainsi réaliser un bénéfice incroyable.

Même dans les transports publics, la conversation des passagers tournait étroitement autour de ces quelques cas de succès. Ils avaient l’air tellement passionnés que c’était presque comme s’ils étaient présents sur les lieux. Leurs yeux étaient également remplis d’envie et de désir non dissimulés.

Chang Sept était un enfant agité, et depuis le moment où il était monté dans le transport, il s’était allongé contre la fenêtre et regardait le paysage à l’extérieur. Même les paysages naturels les plus ternes l’excitaient beaucoup.

« Regarde ! Regarde ! C’est la Star Tower ! » Cria un passager avec excitation.

« Wow, c’est vraiment la Star Tower… »

« Laisse-moi voir ! Laisse-moi voir ! »

Pendant un moment, les passagers arrêtèrent de parler de ces cas réussis et pressèrent leur visage contre les fenêtres pour regarder à l’extérieur. Il y avait des images sur les moniteurs, mais naturellement, elles ne pouvaient pas se comparer à la réalité vue de leurs propres yeux. Cela valait la peine de se vanter seulement s’ils l’avaient vu pour de vrai.

La Star Tower était le plus haut bâtiment de la planète et le bâtiment de marque de la ville. Si l’on voyait la Star Tower, cela signifiait que la ville n’était pas loin.

Cillin sourit quand il vit Chang Sept presser son visage contre la fenêtre à tel point qu’il était sur le point de s’aplatir comme une crêpe. Il frotta la tête de Chang Sept et dit: « Pourquoi es-tu si anxieux ? Tu pourras tout voir clairement dans un instant. »

« Mm ! » Fut la réponse de Chang Sept, mais il n’arrêta pas d’appuyer son visage contre la fenêtre et de regarder à l’extérieur. « Ce serait bien si Six, Huit et Cinq pouvaient les voir aussi. »

« Ne t’inquiète pas, nous viendrons ici ensemble la prochaine fois. »

« Vraiment ?! »

« Vraiment. »

« Super ! » Chang Sept sourit vivement à sa réponse. Le peu de regret et de culpabilité qu’il ressentait plus tôt avait disparu en un éclair.

Après leur entrée officielle dans la ville, Chang Sept devint silencieux. Le vieux Chang leur avait appris à ne pas parler négligemment lorsqu’ils étaient en ville. Mais bien qu’il n’ait pas dit un mot, ses yeux n’étaient pas du tout oisifs. Le garçon continua à chercher partout.

Le transport public aérien s’arrêta au parking à la périphérie de la ville. Le parking avait été volontairement aménagé pour les voitures volantes de la zone des roturiers. Des gens vêtus de vêtements similaires s’étiraient jusqu’à l’horizon. Ce n’était tout simplement pas évident de dire d’où ils étaient en ce moment.

Il y avait des gens riches qui construisaient leurs domaines privés ou leurs grandes usines en dehors de la ville, mais tous ces endroits avaient leurs propres parkings spécifiques. Ils étaient également beaucoup plus luxueux et pas aussi encombrés et délabrés que celui-ci.

Presque tous les commerçants de petits magasins construits autour du parking n’étaient pas non plus des citadins. Tout comme le client présenté par Bender la dernière fois, il s’agissait simplement de personnes vivant en périphérie de la ville. Mais même alors, ils ressentaient un sentiment incontestable de supériorité sur les gens de la zone des roturiers.

Les vrais citadins méprisaient normalement un peu les gens qui vivaient à la périphérie. Lorsqu’ils traversaient ces zones, ils choisissaient généralement un chemin détourné parce qu’ils pensaient que c’était un endroit sale qui minait leur statut.

Il y avait beaucoup de monde à la gare des transports publics. Les sorties en particulier étaient remplies de monde.

Cillin se fraya un chemin hors du parking tout en tenant Chang Sept. Il n’y avait pas de taxis à l’intérieur de la gare, et très peu près du quartier aussi. C’était presque comme s’ils essayaient d’éviter un fléau. Mais tant qu’on marchait plus loin et qu’on prenait un virage quelque part, on trouverait de plus en plus de taxis à proximité.

Ce n’était pas que ces gens aient une rancune contre l’argent ; ils étaient juste inquiets pour leur réputation. Après tout, que se passerait-il si quelqu’un disait qu’il était lié à ces personnes ? Cillin avait posé des questions sur certaines choses à l’intérieur de la ville avant de venir ici, et il avait appris que préparer une carte d’identité de zone roturière n’était pas difficile. Cillin avait facilement obtenu une fausse carte d’identité temporaire après avoir dépensé de l’argent. Les roturiers à l’intérieur de la ville avaient reçu plus ou moins le même traitement que les personnes qui ne possédaient pas de carte d’identité, de sorte qu’ils n’allaient probablement pas examiner et vérifier de près une personne avec une carte d’identité de roturier.

Cet article comporte 1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top