skip to Main Content
Menu

SRH – Chapitre 287 – Un Empereur et trois Rois, Aigle Flamboyant, Vogel [Partie 1]

Traducteur Français : Hellteach

Checkeur : Zhexiel

SRH - Chapitre 287 - Un Empereur et trois Rois, Aigle Flamboyant, Vogel `{`Partie 1`}`

Le chat gris était furieux, mais il ne réalisait pas que le livre trompait non seulement un enfant, mais aussi beaucoup d’adultes.

Chang Cinq se tut alors qu’il regardait le chat gris devenir tellement en colère que ses moustaches tremblaient au bord du lit. Il aurait dû savoir que les félins étaient tous capricieux. Cela étant dit, Chang Cinq avait été stupéfait par les paroles du chat gris. Même s’il pensait lui-même que certaines informations dans le livre étaient un peu tirées par les cheveux, ‘conneries’ n’était toujours pas le terme qu’il aurait utilisé pour les décrire. Mais maintenant que le chat gris l’avait mentionné, Chang Cinq se retrouvait d’accord avec le chat gris. Si même lui, un enfant qui n’avait reçu aucune éducation formelle, pouvait identifier certains des sophismes de ce livre, alors il y en avait sûrement d’autres qui avaient un meilleur discernement.

Si les pensées de Chang Cinq devaient être connues des autres, certaines personnes pourraient envisager de sauter des navettes spatiales et de se suicider. Même ceux qui avaient fait des études supérieures n’étaient pas nécessairement capables de comprendre le contenu de ce livre.

Le fait est que des livres comme celui-ci n’avaient circulé que dans la classe inférieure. Cela n’apparaissait pas du tout dans la classe supérieure.

« As-tu une tablette ? » Demanda le chat gris.

« Tiens. » Chang Cinq attrapa la relique d’une tablette qu’il avait mise derrière son oreiller. C’était celle que son père utilisait jusqu’à son décès.

Le chat gris leva une patte et tira la tablette vers lui. Après avoir un peu étiré les pattes, il commença à travailler.

Chang Cinq se demanda à quoi ressemblait la patte de chat à l’intérieur alors qu’il regardait le chat gris taper naturellement des symboles et des caractères sur sa tablette.

Le chat gris bougeait de plus en plus vite. Au début, Chang Cinq put observer le chat gris taper et le programme qu’il entrait dans la tablette en même temps. Cependant, lentement, Chang Cinq ne put plus suivre les deux choses en même temps. Ensuite, il pouvait à peine suivre les programmes clignotant sur la tablette. En fin de compte, il savait seulement que les programmes et les symboles clignotaient sur la tablette, mais pas de quel type de programmes il s’agissait.

Les mouvements du chat gris n’étaient qu’une couverture. Il n’avait pas du tout besoin d’utiliser ses pattes pour taper sur l’ancienne tablette. Après que Chang Cinq n’ait pu plus suivre ses mouvements, le chat gris commença immédiatement à modifier directement le programme. Pourtant, Cillin avait dit de garder un profil bas, alors il avait décidé de se couvrir comme ça pour l’instant.

Dix minutes plus tard, le chat gris poussa la tablette vers Chang Cinq. « Oublie ce livre de conneries et lis celui-ci. »

Chang Cinq accepta la tablette et examina les schémas détaillés de construction et d’assemblage des pièces, ainsi que l’analyse du programme. Il fut surpris pendant un moment. Mais après cela, il devint rapidement complètement absorbé par les données.

À ce moment, Chang Cinq avait l’impression d’être entré en contact avec une toute nouvelle vision à la fois rafraîchissante et vaste.

Lorsque Chang Cinq eut fini de lire le cinquième exemple, la tablette devint soudainement noire. Il lui fallut un certain temps avant qu’il ne se ressaisisse enfin. Il vérifia le chargement de la tablette et l’appareil lui-même, mais n’y trouva rien qui clochait. Alors pourquoi s’était-elle éteinte si soudainement ?

« Économise ton énergie, c’est moi qui l’ai éteinte. Ton corps a besoin de repos et Cillin a dit que tu devrais maintenir un horaire de sommeil approprié. »

« Mais je ne peux pas dormir. » C’était injuste, pensa Chang Cinq. Il s’amusait tellement à lire, mais maintenant il était obligé de s’arrêter. Vraiment ?

« Hmm… tu veux que je t’aide alors ? » Le chat gris fléchit un peu les pattes.

« Et comment vas-tu m’aider ? » Chang Cinq déglutit. Il sentait toujours que les yeux du chat gris n’étaient pas tout à fait honnêtes.

« Cillin a dit qu’un humain ne récupère rapidement que lorsqu’il dort. Si tu ne peux vraiment pas t’endormir, je peux t’aider comme ça. » Le chat gris balança ses pattes en disant cela.

Chang Cinq : « … » Cette méthode physique était un peu trop intense, pensa-t-il. Il valait probablement mieux l’éviter.

Chang Cinq toucha sa propre tête et sentit un frisson : « Je suppose que je vais juste laisser ça se produire naturellement. Je devrais pouvoir dormir si je vide mon esprit. »

Le chat gris agita ses oreilles. « Cillin a dit que l’hypnose fonctionnera aussi, mais malheureusement cette méthode affectera tes nerfs cérébraux. Fais-le encore quelques fois et ta mémoire sombrera. C’est pourquoi tu dois simplement t’endormir. Hmm, Cillin m’a dit qu’il pouvait résoudre des problèmes même quand il dormait. Pourquoi n’essaies-tu pas sa méthode et ne mets tu pas en oeuvre ces programmes dans ta tête ? » Le chat gris avait délibérément omis certaines choses en disant cela. L’une d’elles était que la méthode n’était efficace que pour certaines personnes et qu’elle avait l’effet inverse pour la plupart des autres.

Mais Chang Cinq hocha la tête après avoir entendu la suggestion du chat gris. C’est une très bonne idée, pensa-t-il, essayons-la.

« Voilà, c’est fini pour aujourd’hui. Je vais me coucher aussi. » Le chat gris laissa échapper un bâillement et sauta dans le lit de Chang Cinq. Avant de partir, il n’oublia pas de marcher une fois sur le livre.

« Bonne nuit, Wheeze. »

« Bonne nuit. »

Après le départ du chat gris, Chang Cinq éteignit les lumières et fixa son regard dans la pièce totalement noire. Il pouvait vaguement entendre les voix des triplés à l’extérieur. C’était probablement le vieux Chang qui les avait forcés à s’installer dans leur lit. Le sommeil était très important pour les enfants car ils grandissaient.

Chang Cinq sourit en se rappelant tout ce qui s’était passé aujourd’hui. Puis, il ferma les yeux et commença à penser aux cinq exemples qu’il avait vus plus tôt. Un instant plus tard, il entra dans le sommeil sans s’en apercevoir.

« Hein ? Wheeze, pourquoi es-tu accroupi ici ? » Il fallut longtemps avant que le vieux Chang réussisse à persuader les triplés de s’endormir. Au moment où il allait descendre et ranger les choses un peu, il remarqua que le chat gris était accroupi devant la porte de la chambre de Chang Cinq.

Le chat gris n’était pas parti immédiatement après sa sortie. Il avait attendu dehors jusqu’à ce que Chang Cinq se soit vraiment endormi. Quand il entendit les paroles du vieux Chang, le chat gris se leva, secoua son corps et répondit : « Je pars maintenant. »

Lorsque le chat gris retourna dans la chambre de Cillin, ce dernier pensait à certaines choses. Il demanda en voyant entrer le chat gris : « Le petit homme s’est-il endormi ? »

« Mm. Tout comme toi, il a utilisé cette méthode pour s’endormir. » Le chat gris sauta aux côtés de Cillin, s’allongea et continua de parler : « Chang Cinq n’a peut-être pas un bon physique, mais je suppose qu’il n’est pas stupide. »

« Parmi les humains, ce garçon peut déjà être considéré comme un génie. »

« Mutation génétique ? Les triplés n’ont cependant montré aucun signe de ce genre. »

« C’est probablement la tempête électromagnétique qu’il a subie alors qu’il était encore dans le ventre de sa mère. Ses cellules cérébrales sont un peu différentes des personnes normales. »

« Pouvons-nous utiliser des médicaments d’amélioration sur son corps ? »

« J’en doute. Il a besoin d’être traité à fond. »

Le chat gris se frotta les oreilles contre Cillin et dit avec irritation : « Cela ne veut-il pas dire beaucoup d’argent ? Pourquoi ne trouverions-nous pas quelqu’un à voler, Cillin ! »

« Allez, file. Nous n’avons aucun soutien pour le moment, nous ne pouvons donc pas agir de manière imprudente. Mais… il y a une méthode différente que nous pouvons essayer. C’est un peu lent, mais cela donnera également au corps de Chang Cinq le temps de s’adapter. De cette façon, il aura une meilleure chance pendant le traitement complet. » Dit Cillin en se frottant le menton.

S’il souhaitait soigner lentement le corps de Chang Cinq, il devrait sérieusement envisager les médicaments qu’il prendrait. Cillin avait en fait des médicaments de rechange dans son anneau à motif de feuilles au moment où il était dans l’AG. Il avait toutes sortes de médicaments là-dedans, et il pouvait les ajouter tranquillement dans les médicaments de Chang Cinq pendant qu’il les consommait. Il devrait faire attention à la concentration et au ratio du médicament, mais c’était une tâche facile.

Après cela, c’était une question d’argent.

Les affaires du vieux Chang allaient de mieux en mieux, tout comme le bonus de Cillin. Quand ils travaillaient, ils travaillaient efficacement et produisaient d’excellents résultats. Encore mieux, les clients fréquents présentaient plus de clients dans la boutique.

Cillin parlait souvent au vieux Chang des médicaments de Chang Cinq en privé. Ils l’avaient caché à Chang Cinq, parce que le garçon était du genre à se sentir mal s’il apprenait que le vieux Chang allait l’envoyer pour un traitement complet. Cela produirait donc l’effet inverse.

Le vieux Chang pensait que les médicaments de Cillin venaient de la ville. Par conséquent, leur qualité devait être bien meilleure et plus chère que celles d’un petit endroit comme le leur. Il n’était pas certain de ce qu’il devait faire. Devait-il le rembourser avec de l’argent ? Si oui, pour quel montant ? Il doutait de pouvoir couvrir la valeur totale des médicaments de Cillin même s’il vendait toute sa boutique. Cillin lui a donc dit que c’était un remboursement à sa famille pour lui avoir sauvé la vie, donc ils étaient dégagés de tout.

Le vieux Chang n’essaya pas de simuler l’humilité et de refuser son offre. Ce serait de l’hypocrisie s’il le faisait. Parfois, le vieux Chang ne pouvait s’empêcher de penser que son acte accidentel de sauver une vie avait aidé non seulement lui-même, mais aussi Chang Cinq.

Depuis lors, le vieux Chang donna à Cillin la moitié des revenus de son travail tous les jours. À l’origine, cela allait être un partage de trois pour sept, mais Cillin déclina.

Aujourd’hui, après avoir terminé les trois commandes qu’ils avaient reçues, Cillin et le vieux Chang étaient sur le point de dîner lorsque les triplés s’écroulèrent.

« Grand-père, grand-père ! Nous sommes sur le point de manquer de capsules de repas de poisson ! » Le triplé et Chang Cinq regardèrent tous le vieux Chang. Leurs yeux disaient pratiquement qu’ils achèteraient des capsules de poisson pour le chat gris, même si cela signifiait avoir faim pour la journée.

Le vieux Chang regarda le ciel. Il était trop tard, alors le vieux Chang dit : « Je les achèterai demain. »

« Laissez-moi partir demain. Je n’ai jamais été dans cet endroit avant. » Dit Cillin.

Les triplés se tournèrent vers Cillin à l’unisson et le regardèrent avec des yeux impatients. Il était évident qu’ils pensaient aller s’amuser dehors. Dans le passé, il n’y avait que le vieux Chang, alors ils avaient consciemment retenu leur jeune instinct. Mais maintenant qu’il y avait Cillin, il pouvait réellement les emmener jouer !

« Pas cette fois-ci. La prochaine fois, je vous sortirai tous. Je dois d’abord me familiariser avec l’endroit, sinon ce sera mauvais si nous nous perdons. »

Bien qu’ils puissent pas y aller cette fois, Cillin avait promis de les sortir la prochaine fois. Mais ils devraient se relayer du plus jeune au plus âgé, et une seule personne à la fois. Les triplés n’avaient aucune objection à cela.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top