skip to Main Content
Menu

SRH – Chapitre 219 – Le Royaume des Robots [Partie 2]

Traducteur Français : Hellteach

Checkeur : Zhexiel

SRH - Chapitre 219 - Le Royaume des Robots `{`Partie 2`}`

Tout en laissant échapper des soupirs d’admiration face au Royaume des Robots de la famille Robert, le groupe suivit Carl jusqu’à un bâtiment qui ressemblait à un ancien château.

Après être entrés à l’intérieur, plusieurs personnes vêtues d’anciens uniformes de chevalier debout à côté du couloir rendirent un salut ancien en voyant Carl.

« Humph, ces deux robots disent des conneries à notre sujet ! » Dit le chat gris avec indignation près des oreilles de Cillin après qu’ils se soient bien éloignés. Personne d’autre que Cillin ne pouvait entendre ses paroles.

« Qu’ont-ils dit ? » Cillin leva une main et gratta le bas de son menton.

Les robots ne communiquaient pas entre eux par des mots, mais une sorte d’onde électromagnétique qui était presque indétectable même par les êtres humains de rang A. Par conséquent, bien que les deux personnes vêtues d’uniformes de chevalier aient l’air de se tenir là solennellement la bouche fermée, elles avaient en fait communiqué beaucoup de choses entre elles.

Les yeux du chat gris se plissèrent au frottement du menton de Cillin. « Ils disent que chacun de nous a l’air incroyablement laid et stupide, et qu’ils ne peuvent pas croire que nous amenons des animaux avec nous. Ils disent que Snowball est aussi gros qu’une boule et que ma couleur de pelage est très moche. C’est quoi ce miaou ! Ils n’ont aucune appréciation de l’esthétique ! » Renâcla le chat gris.

« Pas la peine de s’appesantir là-dessus. Tu es une forme de vie supérieure de plusieurs rangs par rapport à eux. »

« Bien sûr que oui ! N’as-tu pas remarqué que je prétendais n’avoir rien entendu ? C’est ce qu’ils appellent le ‘mépris’, n’est-ce pas ? » Dit fièrement le chat gris.

« Oui, oui, tu t’es très bien comporté aujourd’hui ! » Dit Cillin. Un chat devait être caressé dans le bon sens du poil, sinon ses poils se hérissaient.

Carl conduisit le groupe dans une grande salle. Il y avait là de la nourriture soigneusement préparée et de belles servantes debout à côté. S’ils n’avaient pas su que plus de quatre-vingt-dix-neuf pour cent des ‘gens’ ici étaient tous des robots, certains d’entre eux se seraient émus à cette jolie vue. Maintenant, ils ne pouvaient que mettre toute leur énergie excitée sur leur nourriture. Bien sûr, un niveau de prudence de base était indispensable. Les deux commandants ne les avaient pas amenés jouer le rôle de gloutons et de décorations.

Carl dit que Frentz était toujours occupé et qu’ils ne devaient pas se retenir et manger en premier.

Le groupe ne se fit pas prier. En tout cas, la famille Robert ne manquait absolument pas d’argent.

Après avoir fini de manger, Carl conduisit Falvey et Shawton dans le bureau pendant que les autres attendaient dehors. Après le repas, des rafraîchissements et du thé furent servis afin que les invités n’aient pas l’air d’être négligés.

Cary méprisait grandement ces procédures superficielles, mais mépriser quelque chose et choisir de manger étaient deux choses différentes. Par conséquent, il n’avait manqué aucun rafraîchissement ni thé.

Cillin était assis sur sa chaise et buvait du thé à loisir. Pendant ce temps, le chat gris gisait sur l’épaule de Cillin, gardait les oreilles ouvertes et écoutait ces ondes électromagnétiques et ces ‘potins’ entre les robots.

En réalité, les ondes électromagnétiques transmises par ces robots ne pouvaient être déchiffrées que par des gens comme Frentz, qui savaient comment les ondes électromagnétiques devaient être converties en signaux codés. Même Cillin ne pouvait pas comprendre ce que ces ondes électromagnétiques signifiaient même si elles étaient captées par des instruments. La seule raison pour laquelle le chat gris pouvait comprendre c’était parce qu’il avait l’avantage d’être un demi cyborg.

Le chat gris essaya très fort de garder un visage impassible en écoutant les potins des robots. Cependant, ses moustaches tremblantes laissaient Cillin deviner que ce gars était sur le point d’exploser.

« Ne t’étouffe pas. Contente-toi juste de rire si tu veux rire. Tant que ce n’est pas trop ridicule, personne ne saura que tu ries de ce dont ces robots parlent. »

Le chat gris sourit et était sur le point de raconter une histoire intéressante qu’il venait d’entendre, quand soudain il se figea.

« Qu’est-ce que c’est ? » Cillin remarqua l’anomalie chez le chat gris.

Le chat gris réfléchit un instant avant de dire : « … Quelque chose ne va pas. »

Un instant plus tard, le chat gris travailla dur pour maintenir une expression normale sur son visage de chat. Cependant, ce que cela disait à Cillin le rendit complètement tendu.

« Je viens de recevoir un extrait d’ondes électromagnétiques qui est très familier et impressionnant… C’est l’onde électromagnétique que j’ai perçue à l’entrepôt lorsque nous sommes allés sur cette planète-prison de troisième niveau dans le Secteur S il n’y a pas longtemps. »

‘Grim Reaper’ !

Ce fut la première réaction de Cillin. Il ne pouvait penser à personne d’autre qu’à ‘Grim Reaper’ tout de suite.

Les systèmes de défense et le réseau de défense de la prison de troisième niveau – que ce soit sur la planète ou ailleurs – s’étaient complètement effondrés. Il n’était pas étonnant que Cillin soit si nerveux face à une telle technologie. Après tout, la chute de la planète prison de troisième niveau était trop horrible.

« Continue à l’écouter. » Dit Cillin au chat gris.

« Mm, je sais. » Le chat gris ne plaisantait plus. Parce qu’il avait contrôlé son expression pendant tout ce temps, personne ne s’aperçut de quoi que ce soit d’inhabituel, même à l’instant.

Cillin fit un geste de la main caché, et tout le monde, y compris Eudy et Dias, ressentit une appréhension soudaine en le voyant. Ils ne savaient peut-être pas ce qui se passait, mais la signification du geste de la main de Cillin était trop importante.

Alerte élevée !

Pourquoi Cillin leur avait-t-il dit d’être en état d’alerte ?

Lorsque Tico vit le geste de la main de Rikulab et le petit lapin pliant les oreilles et tremblant dans la poche de son manteau, elle inspira profondément.

ll y avait des problèmes. De gros problèmes. Sinon, les oreilles de Little White ne trembleraient pas de cette façon.

Tico avait toujours connu la capacité du petit lapin à prédire le danger. Elle avait également compris ce que ses oreilles tremblantes signifiaient après tant d’années d’association.

L’Escadron Trois B avait également vu le message caché que Cillin leur avait envoyé. Alors qu’ils semblaient toujours bavarder et rire comme avant, ils étaient prêts à réagir à n’importe quoi.

Ils étaient tous des gens qui avaient vécu beaucoup de choses, et ils avaient tous leurs propres façons de faire face à une situation comme celle-ci. Cependant, il y avait de nombreuses servantes robots qui les entouraient, donc ils ne pouvaient pas réagir de façon trop évidente.

Vent Écarlate prit d’énormes bouchées de la nourriture dans son assiette tout en gardant ses oreilles pointues parfaitement droites. En ce moment, il faisait attention à son environnement à chaque instant, et il ne remuait plus la queue.

Cillin se leva. Tout le monde autour de lui le regardait.

Il sourit et déclara : « Je viens de recevoir des nouvelles sur les minéraux T13. Permettez-moi d’en informer le commandant Shawton et le commandant Falvey ; nous pourrons peut-être augmenter notre prix. »

Personne ne crut les paroles de Cillin, mais certaines personnes comprirent que cela signifiait que l’affaire était liée aux deux commandants et que les deux commandants étaient en danger !

« Je vais t’accompagner. » Dit Cary.

Ce n’était pas seulement Cary ; les lieutenants-commandants des deux escadrons voulaient également l’accompagner. Cependant, Cillin refusa.

« Ça va. Cela ne prendra qu’un moment. Vous devriez attendre ici, il y a beaucoup de bidasses ici après tout. »

Ce qu’il voulait dire, c’était : si quelque chose se produit, vous devez être ici pour diriger nos camarades. Si nous nous dirigeons tous, les choses deviendront difficiles à gérer. De plus, il est plus facile pour moi d’agir seul.

Ils n’insistèrent pas après avoir entendu les paroles de Cillin.

Udoze avait l’air un peu nerveux. Heureusement, il baissa la tête pour que personne ne remarque l’anxiété dans son cœur. Beaver lui tapota l’épaule pour lui indiquer de se calmer. Il leva les yeux et sourit à Beaver. « Je vais bien, je me suis étouffé avec quelque chose tout à l’heure. »

Après avoir inhalé profondément plusieurs fois, Udoze devint également beaucoup plus calme qu’avant.

Cillin se dirigea vers le bureau de Frentz. Cependant, les servantes ne tentèrent pas de l’arrêter. Cela intrigua énormément Cillin.

Cela ne devrait pas être comme ça…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top