skip to Main Content
Menu

SRH – Chapitre 218 – Le Royaume des Robots [Partie 1]

Traducteur Français : Hellteach

Checkeur : Zhexiel

SRH - Chapitre 218 - Le Royaume des Robots `{`Partie 1`}`

Cette fois, leur destination était la planète centrale du Secteur G, District F, la planète G-F100. Sa taille était modérée, et bien qu’elle ait été désignée comme la planète centrale du District F, en réalité, son habitabilité planétaire n’atteignait pas le rang A. C’était une planète de rang B qui avait de moins bonnes conditions.

Le propriétaire de la planète G-F100 s’appelait Robert Frentz. C’était également lui qui avait négocié le contrat avec Falvey.

En parlant de la famille Robert ; la fameuse famille spécialiste des robots de l’AG, ils ne comptaient en fait pas plus d’une centaine de personnes. On pouvait dire qu’ils étaient les non conventionnels des non conventionnels parmi toutes les autres familles réputées de l’AG.

Contrairement aux autres familles, la famille Robert n’avait pas de serviteurs humains, de gardes du corps, etc. Au lieu de cela, ils les avaient remplacés par des robots extrêmement réalistes qui semblaient si vivants que beaucoup de gens ne pouvaient pas distinguer si les robots de la famille Robert étaient de vrais humains ou de faux humains, même en se tenant juste en face d’eux. Ces robots pouvaient même tromper un scanner également.

Dans le passé, l’Escadron Trois B et l’Escadron Six B n’avaient appris l’existence des robots de la famille Robert que grâce aux rapports publiés dans des publications électroniques. Cependant, ce qu’ils avaient vu aujourd’hui de leurs propres yeux les avaient visiblement stupéfaits à un plus grand degré.

Les vaisseaux spatiaux étaient stationnés à la station spatiale à l’extérieur de la planète, et seulement une grande majorité du personnel de combat et une petite minorité du personnel logistique allaient mettre le pied sur la planète G-F100. Shawton n’avait amené que trois équipes avec lui, et l’équipe de Cillin en faisait partie. Par rapport à la disposition des forces de Falvey, le côté de Shawton était beaucoup plus discret. Après tout, ils accompagnaient uniquement l’Escadron Trois B, de sorte qu’ils ne pouvaient pas se tenir eux-mêmes sous les feux de la rampe.

Après être descendu de l’aéronef, Cillin jeta un coup d’œil à une nuée d’oiseaux volant dans le ciel.

« Ce sont tous des oiseaux-robots. » Le chat gris n’avait pas l’air en conflit simplement parce que ces oiseaux n’étaient pas des formes de vie en carbone. En fait, il avait l’air plutôt content de la découverte. En tant qu’espèce rare dans l’univers, son alimentation était incroyablement diversifiée. Naturellement, il pouvait consommer des oiseaux carbonés, mais il pouvait tout autant consommer des oiseaux-robots. Ce n’était pas mal de manger quelque chose de différent pour changer après tout.

« Modère-toi. Les observateurs remarqueront si l’un de ces oiseaux-robots disparaît. Il sera difficile d’expliquer les choses si leurs disparitions sont retracées jusqu’à toi. » Cillin tendit un doigt et tapota la tête du chat gris.

« Je sais, je disais juste ça comme ça. Je vais prétendre que je ne comprends pas de quoi ces robots parlent. » Le chat gris se lécha la patte, leva les yeux et inspira profondément. « Quelle odeur familière. » C’était l’odeur des machines.

La disposition de la planète ressemblait presque à celle d’une planète de rang A. En fait, elle avait l’air plus jolie qu’une planète de rang A. Après tout, un robot ne générait pas tant de déchets quotidiens.

Il y avait des gens qui élevaient des moutons sur une large prairie. L’herbe était de la vraie herbe et les chèvres étaient de vraies chèvres, mais on ne pouvait pas en dire autant des humains qui les élevaient. Peut-être qu’ils étaient tous des robots, mais avaient l’air presque identiques aux gens normaux.

Falvey conduisit le groupe sur un tronçon de route dans la prairie avant de s’arrêter pour dire : « Ça devrait être ici ; sur le côté gauche de la planète. »

Les prairies remplissaient les côtés à gauche et à droite du groupe. Elles étaient spacieuses et vides, et les bergers qui étaient là auparavant étaient tous partis. Ils n’avaient rencontré personne d’autre en cours de route.

« C’est l’endroit sur lequel nous nous sommes mis d’accord, il ne faut donc pas se tromper. Attendons. » Dit Shawton aux membres de l’Escadron Six B qui se dirigeaient vers lui.

Étant donné que les deux commandants avaient donné leur parole, personne ne les réfuterait, naturellement. Ils attendirent docilement sur place.

Vent Écarlate était visiblement excité de voir la prairie. La planète sur laquelle il se trouvait auparavant n’avait pas de si belles prairies.

Beaucoup d’animaux aimaient les prairies. Snowball et le chat gris roulaient déjà sur l’herbe. Le petit lapin de Tico avait également été mis en liberté pour se nourrir d’herbe. La couleur du corps de Dough était identique à celle de la prairie, il était donc impossible de voir où il était à moins qu’on y prête attention.

« En fait, la raison pour laquelle cette planète a été classée au rang B était parce qu’elle avait trop peu de ressources. Cependant, les conditions de cette planète ont lentement changé sous l’influence de Robert Frentz et de son royaume robotique. Après tout, il y avait très, très peu de gens qui avaient besoin de manger sur cette planète. La plupart des ‘gens’ ici n’ont besoin que d’absorber l’énergie solaire pour fonctionner. » Expliqua Shawton au groupe.

« C’est ce qui a rendu la famille Robert étonnante. Le Royaume des Robots est toujours le Royaume des Robots sous cette prairie. » Dit Eudy en regardant le panneau du scanner.

« Après que cette planète a été réformée, elle est devenue le royaume de Robert Frentz, alors que Robert Frentz lui-même était le roi de cette planète. »

En écoutant les paroles de Shawton et Beaver, Cillin remarqua également l’activité sous la prairie.

L’activité souterraine n’était pas grande. En fait, il était presque impossible de la distinguer au-dessus de la prairie. Cependant, la raison pour laquelle cette prairie avait pu pousser si luxuriante n’était pas seulement à cause des boucliers lumineux. Le sol lui-même était stérile et les nutriments et éléments nécessaires à la croissance de toutes sortes de plantes manquaient. C’est pourquoi les machines sous le sol avaient injecté des nutriments et des éléments dans cette terre.

La réforme des sols à partir du sous-sol était beaucoup plus respectueuse de l’environnement que la pulvérisation des éléments nutritifs et des éléments directement sur la surface, et le taux d’utilisation s’améliorait également de beaucoup. Cette méthode était également plus proche des normes de ‘réalisme’ de la famille Robert, et elle semblait plus naturelle en surface.

Cependant, ce qui avait été réformé avait été réformé. Peu importait leur apparence, ils étaient toujours réformés. Une fois le processus de réforme arrêté, tout redeviendrait ce qu’il était auparavant. La famille Robert était un groupe de personnes qui aimaient vivre dans leur propre monde.

Le groupe n’attendit pas trop longtemps lorsqu’une voiture volante arriva au loin. Elle effectua un beau virage une fois qu’elle s’approcha du groupe, s’arrêta en l’air devant eux et descendit lentement au sol.

Une personne sortit de l’intérieur de la voiture. Il avait l’air très en forme et il arborait un sourire chaleureux sur son visage. Après avoir jeté un coup d’œil sur les gens dans la prairie, il se dirigea directement vers Falvey.

« M. Falvey, je m’excuse de vous avoir fait attendre si longtemps, vous et vos hommes. Mon patron a été retenu par quelque chose, et il n’a pas pu dégager de temps pour venir personnellement. Veuillez accepter nos excuses. » Dit clairement la personne en s’avançant devant Falvey. Après avoir salué à la manière d’un aristocrate, il déclara : « Je m’appelle Carl. Mon patron m’a ordonné de vous accueillir. »

« M. Carl, je suis très content de vous voir. Nous n’avons pas attendu longtemps non plus. »

Falvey ne révélait pas beaucoup d’émotion sur son visage, et le ‘contentement’ dont il avait parlé ne se voyait pas du tout. Bien sûr, cela ne voulait pas dire qu’il était en colère. Les expressions de Falvey étaient juste rares pour commencer.

Carl continua de sourire gentiment. Après la brève présentation, il dit : « Veuillez tous me suivre, s’il vous plaît. »

Un vaisseau spatial descendit du ciel en suivant la voix de Carl. Carl fit un geste d’invitation, mais il ne suivit pas le groupe dans le vaisseau. Le vaisseau avait déjà un pilote à l’intérieur.

Il s’envola lorsque les deux escadrons furent montés dans le véhicule. Pendant ce temps, Carl sauta dans la voiture volante dans laquelle il était assis avant et les suivit.

La destination du vaisseau spatial était un endroit semblable à un village. Ici, il n’y avait pas de gratte-ciel et aucune atmosphère de villes animées comme sur les autres planètes. Cela ressemblait plus à un monde isolé.

Tous dans le groupe étaient un peu étonnés par la vue devant eux.

Les ‘hommes’ transportaient de nombreux sacs de récoltes emballées dans l’entrepôt. Les ‘femmes’ se moquaient les unes des autres et séchaient les vêtements à côté des grenadiers. Les ‘enfants’ jouaient à des jeux en groupe, courant partout avec de la terre collée sur leur corps.

« Ce sont tous… » Cary avait l’air un peu méfiant.

« Ce sont tous des robots. » Dit Eudy.

« Ce sont tous des robots ?! » Tang Qiuqiu regarda curieusement chaque personne des deux côtés de la rue. Ces ‘personnes’ étaient différentes des robots qu’elle avait vus auparavant. Ne sont-ils pas un peu trop… Réels ?!

« Waouh ! »

Un cri d’enfant éclata dans l’air. Plusieurs enfants donnèrent accidentellement des coups de pied à un autre enfant pendant qu’ils jouaient, et en conséquence, l’enfant qui avait été frappé n’attrapa pas la carte à jouer qu’il voulait à temps.

Le son des pleurs était vraiment indiscernable du vrai, tirant les larmes de tous ceux qui l’entendaient et choquaient ceux qui en prenaient connaissance. Les larmes dans les yeux des enfants étaient particulièrement réalistes, s’étalant son visage déjà poussiéreux et souillé de terre en le rendant encore plus sale qu’auparavant.

« Sont-ils… Vraiment… Des robots ? » Demanda à nouveau Cary.

Cette fois, Eudy et Beaver se turent également.

Un homme sortit de la maison à cause des cris de l’enfant et le ramassa au sol. Il essuya les larmes du visage de l’enfant et essaya de le calmer avec un sourire. Il remit une carte à jouer à l’enfant, et finalement l’enfant qui avait pleuré si fort que son visage était enflé et rouge arbora finalement un sourire.

Eudy et les autres continuèrent à garder le silence. Même Shawton n’osait pas deviner imprudemment, ou ce serait embarrassant s’ils faisaient une erreur.

Carl qui ouvrait la voie devant lui sourit simplement faiblement à cette vue. Il continua à les guider vers l’avant.

Lorsqu’il passa près de la chaise sur laquelle le gamin s’était assis plus tôt, Cillin tendit une main et essuya la larme du gamin en pleurs qui avait été laissé sur la chaise, apparemment au hasard.

« De quoi s’agit-il ? As-tu trouvé quelque chose ? » Cary se déplaça et vit l’eau sur la main de Cillin. « C’est une larme ? »

Le chat gris qui était à l’origine couché sur les épaules de Cillin devint énergique et étira son cou. Voyant cela, Cillin essuya une partie de la larme sur son doigt directement sur les moustaches du chat gris.

Le chat gris secoua la tête avec dédain. « Tsk, de l’eau. »

« Oui, de l’eau. Tout se ramène à cela. » Dit Cillin.

Cary n’avait pas encore tout à fait réalisé : « Que veux-tu dire ? »

Tico, vêtu d’un grand manteau blanc, s’approcha et expliqua : « Si ce n’est que de l’eau, alors ce gamin est vraiment un robot. La larme d’un humain ne contient pas seulement de l’eau. Si nous devions les classer, elles pourraient être différenciées en types de base, types réflexifs, types émotionnels, etc. Par exemple, les larmes qui coulent lorsqu’une personne est triste ou émue sont différentes. La composition de la larme est différente. Que ce soit les éléments métalliques tels que le sodium, le potassium, le manganèse, etc. ou les enzymes, la composition d’une larme est différente selon la situation. »

C’était la complexité d’un être humain. Contrairement aux êtres humains, un robot ne pouvait que faire couler de l’eau de leurs yeux, peu importe à quel point ils semblaient réalistes. Ils n’étaient pas aussi complexes qu’une larme humaine.

« Je vois. » Cary acquiesça en comprenant.

« Même ainsi, les robots de la famille Robert sont tout simplement trop choquants. » Déplora Eudy. C’était réel, trop réel. La sensation de toucher et les veines bleues qui jaillissaient du bras de ‘l’homme’ lorsqu’il avait levé l’enfant semblait très réaliste.

Cependant, ils étaient tous des robots. Dans le Royaume des Robots de la famille Robert, chaque ‘personne’ ici pouvait instantanément changer de mode et se transformer en un outil de combat qui n’était pas moins dangereux que le personnel de combat de l’Escadron Trois B et de l’Escadron Six B si nécessaire.

Ce n’étaient que les robots du Royaume des Robots de Robert Frentz. Qu’en était-il du domaine des autres membres de la famille Robert ? Se ressemblaient-ils également ?

« Des robots comme ceux-ci pourraient vendre à un prix à au moins huit chiffres par unité à l’extérieur. » Dit Beaver. Il connaissait au moins le prix de vente des robots spéciaux de la famille Robert.

« Peut-être que nous pourrons acheter un bras si nous me vendons. » Marmonna Cary pour lui-même.

Cet article comporte 1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top