skip to Main Content
Menu

SRH – Chapitre 193 – Détonateur, le début du chaos [Partie 2]

Traducteur Français : Hellteach

Checkeur : Zhexiel

SRH - Chapitre 193 - Détonateur, le début du chaos `{`Partie 2`}`

Cillin accéléra. À cet instant, il ne pouvait plus vérifier quelles forces se dressaient sur son chemin – quiconque le ferait mourrait. Comment pouvait-il se donner la peine de vérifier quand sa propre vie était en danger ? De plus, ce n’est pas comme si chaque membre de ‘Flying Snake’ était le subordonné de Qi Geyou. Qi Geyou avait dû ordonner à ses hommes d’évacuer cet endroit, n’est-ce pas ? Et même s’ils étaient les hommes de Qi Geyou, le fait qu’ils ne soient pas partis à temps signifiait fondamentalement qu’ils n’avaient que peu d’espoir de survivre. Après tout, ils n’avaient pas réussi à résister au virus et avaient commencé à massacrer les gens autour d’eux, et les élites des deux forces étaient toujours présentes.

Ils n’avaient jamais rencontré de gardien de prison jusqu’à présent, alors ils avaient probablement déjà tous été emmenés. Bien que toutes les prisons – même une prison de premier niveau – aient des personnes assez puissantes, car comme dit le proverbe, ‘aussi fort que vous soyez, il y a toujours quelqu’un de plus fort’, les deux forces qui étaient venues ici n’étaient sérieusement pas quelque chose à laquelle ils pourraient faire face en ce moment même. Il ne pouvait rien attendre des gardes de la prison maintenant. Il ne pouvait compter que sur lui-même… Un moment plus tôt, le bruit d’une explosion lointaine avait permis à Cillin de se sentir beaucoup plus calme. L’explosion avait été causée par la micro-bombe de Lung et, à en juger par le son, Cillin pouvait confirmer que Lung était probablement proche d’une sortie. S’il ne réussissait toujours pas à s’échapper dans ces conditions, il ne serait pas un membre de la famille Andrea.

Quand P’tite Moustache vit que Cillin avait augmenté sa vitesse de déplacement, elle le poursuivit à la hâte. Elle sortit une longue lame pliée et tua tous les condamnés qui se tenaient sur son chemin. Si Cillin lui-même se moquait bien de savoir qui se tenait sur son chemin, alors naturellement, elle s’en fichait encore plus.

Le sentiment de crise devint de plus en plus fort. Cillin ne comprenait pas pourquoi il se sentait ainsi. Bien qu’il n’ait pas vu son adversaire, il savait, rien que par ses sentiments, qu’il ne faisait absolument pas le poids face à son adversaire pour l’instant. Ce n’était pas une distance qui pourrait être diminuée avec une arme à feu ou deux.

Presque, ils étaient presque au chemin secondaire !

Boum !

Une explosion soudaine nettoya tous les détenus autour du couloir. Ce n’était pas une bombe normale, et la partie centrale de la bombe était couverte de flammes. Même les murs du chemin secondaire se déformaient lentement sous les flammes.

Dieu merci, Cillin n’y était pas encore arrivé, et pendant ce moment, ils avaient senti l’anomalie. Cillin et P’tite Moustache s’étaient tous deux arrêtés et avaient reculé à la place. Sinon, ils auraient très certainement été engloutis par les flammes.

L’explosion et les flammes avaient excité les condamnés au-delà de la zone. Ils chargèrent le duo depuis le passage environnant de la bifurcation.

Cillin et P’tite Moustache n’eurent pas eu le temps de flâner dans cet endroit. Ils fixèrent leur regard sur un passage en particulier et se dirigèrent vers celui-ci.

Le passage menant dans la direction des cellules de la prison au niveau du couloir secondaire était également le lieu de l’origine de l’explosion. Des lumières bleues aussi droites que des lames apparurent des flammes avant qu’une silhouette ne sorte lentement de l’intérieur. C’était une femme à la peau bleue dont les yeux ressemblaient à ceux des lames bleues dans ses mains, froides, glacées et sans émotion. Les flammes ne semblaient pas l’affecter.

La femme balança les lames bleues dans ses mains quand elle vit les condamnés la chargeant. Elle taillada facilement tous les condamnés qui l’attaquaient. La femme ne semblait pas du tout s’intéresser à ces condamnés. Ses yeux fixaient exactement l’endroit où Cillin se trouvait.

Quand devraient-ils courir si ce n’était maintenant ?!

Cillin chargea dans ce passage, et Ptite Moustache était juste derrière lui. Ils couraient pour leur vie ; il était évident que cette femme n’était pas facile à cueillir au premier abord. Bien sûr, ils couraient car ils ne pouvaient rivaliser avec elle !

Cette femme se mit à courir de plus en plus vite. Les condamnés qui la bloquaient étaient comme des morceaux de tofu faciles à couper, sans le moindre bruit.

À ce moment-là, Cillin détestait sérieusement les condamnés pour leur douceur.

Soudain, il sentit un frisson dans son dos, et Cillin mit de la force dans ses jambes et sauta sur les côtés. Au même moment, la lame de poignet sur son bras jaillit.

Crac !

La lame de poignet de cinq cent mille crédits annoncés par Cary comme une marchandise rare se cassa en réponse à peu près aussi proprement que l’on pouvait s’y attendre.

Putain ! La lame de poignet de cinq cent mille crédits n’avait même pas tenu plus d’une demi-seconde !

 

Il s’éloigna des lames bleues qui se dirigeaient vers lui. Cela ressemblait à une arme spéciale du type à excitation énergétique, mais Cillin n’en avait jamais vue auparavant car l’arme était complètement attachée à la main de la femme, même si elle n’était visiblement pas un robot.

À ce moment précis, Cillin n’avait pas le temps de réfléchir à ce problème. La femme les avait désignés comme cibles.

Après avoir reculé, Cillin et P’tite Moustache restèrent immobiles à deux pas l’un de l’autre et firent face à la femme les pourchassant ensemble.

La femme n’a pas regardé derrière elle tandis qu’elle coupait un condamné en deux. Ensuite, elle fit un pas après l’autre en direction de Cillin et P’tite Moustache.

Cillin et Ptite Moustache échangèrent un bref coup d’œil. S’ils ne pouvaient pas s’enfuir, ils se battraient. Ils n’avaient pas d’autre choix.

Juste au moment où Cillin était sur le point d’agir, l’alarme se mit soudainement à lancer une série de bips sonores.

C’était l’alarme du système de défense central de la prison. Logiquement parlant, cette alarme ne devrait pas être déclenchée même si le programme d’instructions du système de défense avait été altéré, à moins que la prison n’ait déjà atteint un état critique entraînant l’activation de l’instruction finale. Cette instruction ne devait pas être altérée, car la prison entière activerait de force son programme d’autodestruction la seconde où ce serait le cas. Par conséquent, les deux forces n’auraient pas pu déclencher l’instruction finale tant qu’elles étaient encore à l’intérieur de la prison.

Comme ce n’était pas le dernier cas, la première explication devait être la raison pour laquelle le programme d’autodestruction avait été activé. Quel genre de pouvoir pourrait mettre toute la prison dans un état critique ?

Cillin n’avait plus le temps de réfléchir. La sortie reliée à ce passage avait commencé un compte à rebours et était sur le point de se fermer !

Les mots étaient superflus. Cillin et P’tite Moustache utilisèrent presque toute leur force et se dirigèrent vers ce passage. La femme avait arrêté ses pas un moment, et cette courte pause permit à Cillin et P’tite Moustache de charger jusqu’à la sortie. Le compte à rebours de la sortie venait également d’arriver à zéro à cet instant-là.

Mais juste au moment où les pas de charge de Cillin frappaient le sol, une force d’attraction formidable l’attira soudainement. C’était comme si une main géante l’avait ramené avec force dans le passage.

Il ne pouvait pas résister du tout. Peu importe comment il se débattait, c’était futile.

Un fouet s’était emmêlé autour du poignet de Cillin tandis qu’il était ramené dans le passage. P’tite Moustache tenta de le tirer par la sortie, mais la force d’attraction était si puissante qu’elle fut à nouveau attirée dans le passage. Cependant, à la fermeture de la sortie, le fouet fut également coupé.

P’tite Moustache regarda fixement son fouet cassé pendant un moment. Puis, elle jeta un coup d’œil à la porte fermée avec une expression compliquée. Bien qu’elle n’ait pas coopéré avec ce gars depuis plus d’une heure, elle avait une très bonne impression de lui. Si cet homme réussissait à sortir, elle l’inviterait absolument à ‘Fire Phoenix’ en tant qu’invité.

Fire Phoenix était une grande force au même niveau que ‘Flying Snake’ et ‘Mad Owl’. C’était juste que cette région n’appartenait pas à Fire Phoenix. P’tite Moustache ne s’était introduite ici en douce que parce qu’elle voulait regarder ‘Flying Snake’ et ‘Mad Owl’ se battre. Qui savait qu’elle se retrouverait dans une affaire aussi difficile et avait presque risqué sa vie pour ça.

P’tite Moustache soupira et se détourna. La prison n’était pas loin de la destruction.

De retour à Cillin. Lorsque Cillin avait été aspiré dans le passage par la force d’attraction, ce n’était pas la fin, mais juste le début. Tout le monde dans le passage, y compris la femme tenant les lames de lumière bleue, était tiré avec force vers l’autre extrémité du passage.

Cependant, une force de frappe encore plus grande apparut soudainement dans l’instant qui suivit, et Cillin fut envoyé voler comme une balle qui avait été jetée sur le côté avant d’avoir été frappée d’où il venait avec une grande force.

Les deux forces combinées et l’impact formidable poussèrent Cillin à décoller comme une balle qui heurtait une chauve-souris. Il pouvait même entendre clairement les sons craquants de son propre corps.

Ses os étaient brisés. Quant à savoir à quel point ils étaient brisés, Cillin n’avait plus l’énergie nécessaire pour vérifier. Il savait seulement que cette fois, il était profondément dans la merde.

Le changement de pression et l’impact autour de son corps à cet instant précis firent craquer tous les os de son corps et firent couler le sang de son nez, de ses oreilles et de sa bouche, mais sa peau craqua aussi comme une terre séchée alors du sang se mettait à couler.

Après s’être écrasé lourdement contre la porte de sortie, Cillin s’effondra au sol, impuissant. Chaque minuscule mouvement semblait nécessiter un effort incroyable pour être exécuté. Lorsque Cillin tourna la tête avec difficulté et regarda la femme qui avait été envoyée voler tout comme lui pas très loin de là, un choc froid l’enveloppa.

Bien qu’ils aient tous deux subi le même coup, il était à moitié mort alors que cette femme n’avait craché que deux goulées de sang avant de s’installer dans une posture de combat et de se diriger vers l’autre côté du passage.

Sa tête semblait être blessée aussi. Comme il était couché sur le côté, le sang coulait également dans cette direction et dans ses yeux. Comment se sentait-il ?

Il ne savait pas. À cet instant, Cillin se sentait engourdi. Il n’était pas sûr que ses nerfs soient endommagés puisqu’il ne ressentait aucune douleur. C’est juste que tout devant ses yeux était rouge.

L’air semblait être devenu plus lourd. Il était difficile même de respirer. Cillin savait que le symptôme était causé par ses poumons endommagés. Les poumons mis à part, ses organes internes étaient probablement assez blessés aussi, non ?

Vais-je mourir ?

 

Cillin ne ferma pas les yeux. Il continuait à regarder à la fin du passage. Sa vision était vraiment floue ; si floue qu’il ne pouvait voir que les lames de lumière bleue vacillante. Contre qui la femme se battait-elle ? Il ne pouvait pas voir clairement. Il ne pouvait vraiment pas voir clairement. Cillin avait fait de son mieux, mais il découvrit que même les lames de la lumière bleue disparaissaient lentement pour ne laisser que l’obscurité.

Cillin ne pouvait ni voir ni bouger, mais il pouvait vaguement entendre certains sons. C’était le son de la bataille à l’instant auparavant. Il y eut un silence momentané après une détonation, suivi d’un autre combat intense et d’une autre pause.

Juste au moment où Cillin pensait que les gens étaient tous partis, deux voix résonnèrent près de lui.

Cillin n’entendait que vaguement quelques miettes. ‘Respire encore’, ‘laisse’, ‘explose’…

Toute la prison n’avait pas encore subi sa destruction finale, mais elle avait été lourdement endommagée et ressemblait déjà plus à un camp de réfugiés abandonné qu’à une prison.

À l’intérieur de la prison, des taches de sang étaient présentes partout, que ce soit dans les passages, les cellules ou les salles de surveillance. Moins de cent gardiens de prison sur plusieurs dizaines de milliers étaient encore en vie. De plus, aucune de ces personnes n’avait vu un membre des deux forces. Peut-être que c’était exactement pourquoi ils avaient survécu.

Qui aurait pu imaginer que la prison de premier niveau considérée comme une force indigène de la région, un lieu où on considérait que les condamnés et les gardiens de prison relevaient des affaires personnelles du Secteur S, était presque complètement détruite.

Cette affaire affecta les nombreuses grandes forces du secteur qui considéraient ‘Flying Snake’ et ‘Mad Owl’ comme leurs dirigeants. Chaque gardien de prison du Secteur S fut alarmé par la nouvelle. Si presque tous les gardiens de cette prison avaient été éliminés, alors qui pourrait dire qu’ils ne seraient pas les prochains sur le billot ?

Pendant ce temps, la garnison du Secteur S commença à bouger.

À la fin de l’incident, toutes les forces se mirent à prendre leurs propres mesures. Une réorganisation commença à se faire sentir dans toutes les prisons du Secteur S, du premier au cinquième niveau, mais une série d’incidents devait inévitablement se produire en cette période de crise à cause de la réorganisation.

C’était cet incident de la prison de premier niveau qui avait joué le rôle de détonateur et avait déclenché le début du chaos dans le Secteur S.

Cet article comporte 5 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top