skip to Main Content
Menu

SRH – Chapitre 182 – Le condamné pas à sa place [Partie 1]

Traducteur Français : Hellteach

Checkeur : Zhexiel

SRH - Chapitre 182 - Le condamné pas à sa place `{`Partie 1`}`

Ils n’avaient peut-être pas trouvé le bon code, mais ils avaient obtenu une indication approximative des résultats de leur déchiffrement jusqu’à ce point.

Blue Butterfly.

C’était la première fois que Cillin était en contact avec quelque ayant trait à Blue Butterfly.

Le papillon bleu sur l’écran battait des ailes et les symboles qui le composaient étaient le message contenu dans ce code original.

« Pas étonnant que le système ne puisse pas le déchiffrer. C’est un message de Blue Butterfly. » Soupira Lung. Le système de décryptage qu’il avait apporté était le plus récent système de décryptage développé par la famille Andrea. Cependant, les données de Blue Butterfly étaient la seule exception car ils en savaient trop peu sur eux. Ils ne connaissaient pas leurs communications.

Blue Butterfly était déjà un cas à part et il était très difficile pour le personnel autre que celui de Blue Butterfly d’en acquérir une compréhension approfondie. Même les membres principaux des trois autres Régiments de Hunters n’avaient pas la confiance nécessaire pour identifier un dixième des membres essentiels de Blue Butterfly. En effet, les membres de Blue Butterfly n’avaient que des noms de code et aucun nom. Une fois qu’un membre possédant un nom de code décédait, la personne suivante héritait de son nom de code.

Par exemple, le chef de Blue Butterfly s’appelait Blue Butterfly. Chaque personne qui avait dirigé Blue Butterfly s’appelait Blue Butterfly. Pratiquement personne ne savait leurs vrais noms, ou s’ils le savaient, c’est qu’ils étaient déjà morts.

« Hey Cillin, es-tu sûr de pouvoir le déchiffrer davantage ? » Dit Lung à contrecœur en regardant le papillon bleu à l’écran. « Cela fait tellement d’années que nous n’avons rien entendu sur Blue Butterfly. Je me sens vraiment excité de voir cette image soudainement, tu sais. »

« Je vais essayer. Pourtant, ce message crypté est sérieusement problématique. Même si je devais le décrypter plus avant, nous ne pourrions pas nécessairement arriver à la bonne conclusion. »

Dix minutes plus tard, les symboles qui faisaient le papillon bleu à l’écran se transformaient en mille vingt-quatre noyaux. De loin, il ressemblait toujours à un papillon bleu, mais sa base était altérée.

Cillin frotta l’espace entre ses sourcils et pointa l’image du papillon sur l’écran en disant : « C’est aussi loin que ça peut aller. C’est le résultat final du déchiffrement. Cependant, nous ne savons pas exactement quel point contient le vrai message. En fait, chacun de ces noyaux contient un message complet. Cependant, ils ne faisaient que couvrir le vrai message. »

« Tu veux dire qu’un seul de ces mille vingt-quatre messages est authentique ? Qu’est-ce qu’on va faire ? Passer en revue chaque message une fois ? » Lung pouvait sentir son regard devenir un peu étourdi.

« C’est exactement ce que je voulais dire. »

Cillin bougea ses doigts, ouvrit et lut tous les mille vingt-quatre messages. Les messages clignotèrent sur l’écran l’un après l’autre, et quand il eut finalement tous lus une fois, Cillin appuya sa main sur sa tête.

« Ils utilisent probablement des mots de code, alors je ne sais pas quel message est le vrai. Je ne peux pas les filtrer. »

La bouche de Lung s’ouvrit : « Non seulement ils ont utilisé plus d’un millier de messages pour dissimuler le vrai message, mais ils ont même utilisé des mots codés ? »

Dans ce cas, il n’y avait sérieusement aucun moyen de comprendre le contenu de ce message de Blue Butterfly.

Cillin ne pouvait rien y faire non plus. Il en savait trop peu sur Blue Butterfly et il n’avait aucune idée de la diction ou de la grammaire que leurs mots de code habituels contenaient. Par conséquent, même s’il était capable de déchiffrer ces codes, il ne pourrait en obtenir aucune information précise.

« Nous ne savons peut-être pas exactement quel type de signification ce message Blue Butterfly tente de transmettre, mais le fait qu’ils aient commencé à communiquer les uns avec les autres signifie qu’ils ont débuté leur opération il y a longtemps. Faisons attention aux nouvelles récentes dans les médias. Il devrait y avoir quelque chose de pertinent en cours. »

« Il est impossible que les médias du Secteur S rapportent la vérité. » Lung fit fonctionner un peu ses doigts sur un panneau de commande à proximité : « Quelques publications électroniques de l’AG suivent cela de plus près que la norme, mais leur efficacité sera médiocre. Nous ne pouvons compter que sur les fuites. »

Lung évoquait le réseau d’information propre à la famille Andrea. En ce qui concernait les affaires du Secteur S, Lung avait un accès partagé à ce réseau avec les autres membres de la famille. Ils signaleraient également les dernières nouvelles sur ce réseau.

« Il n’y a que des nouvelles désordonnées et non urgentes ici. Ils sont tous dans une prison sous le niveau 3, et il n’y a rien du tout sur les niveaux quatre et cinq. » Pendant qu’il parcourait l’info sur le réseau d’information, Lung déclara : « Si les forces sont déjà en mouvement, mais qu’il n’y a pas encore d’anomalie dans les prisons de quatrième et cinquième niveau, cela signifie que tout le monde a gardé ses mouvements sous contrôle serré. Après tout, ce sont les élites qui sont envoyées ici. Peut-être que les personnes en prison de quatrième et cinquième niveau ont été remplacées sans que personne ne le remarque. »

« Si je me souviens bien, leur objectif est de protéger ces cibles importantes en toute sécurité hors de la prison, non ? Dans ce cas, ils n’ont pas besoin de tenter une évasion. » Dit Cillin.

« Certaines personnes délogeraient les personnes à l’intérieur juste pour être en sécurité. Après tout, tout peut arriver dans une prison, en particulier dans des endroits dangereux comme les prisons de quatrième et cinquième niveau. Tu dois savoir que, selon les critères d’un Hunter, même les gardes de rang les plus bas sont des personnages de niveau commandant. De plus, ces forces ne sont pas toutes là juste pour sauver des gens. Certains sont envoyés là-bas pour assassiner quelqu’un. »

Cillin laissa échapper un long soupir. Il avait raison. Ces experts en hibernation étaient tous de vrais maîtres.

La tempête était sur le point d’arriver.

« Peu importe, ne pensons pas à ces choses. Lorsque les émeutes éclatent, saisissons l’occasion pour brûler quelques endroits et stimuler un peu les gardes du secteur S. » Lung lui-même n’était pas si affecté que ça. Il n’était pas là pour combattre ces monstres après tout. Puisque son vieux lui avait dit qu’il n’était pas encore à la hauteur, il pourrait tout aussi bien attendre de voir à quel point ces personnes capables étaient vraiment puissantes.

« Ah, au fait. Comment va ce chiot ? » Demanda Lung.

« Il dort je suppose. Ses blessures guérissent plutôt rapidement. »

« Tu es vraiment prêt à emmener ce petit gars avec toi ? En parlant de ça, ce petit bonhomme est assez spécial. Logiquement, un chien de l’enfer ne quitterait pas cette planète. Après tout, ils n’ont pas achevé l’ordre auquel ils doivent obéir toute leur vie. »

« S’il était pareil que les autres chiens de l’enfer, je ne l’aurais pas amené avec moi. » Un chien de chasse à la pensée unique ne serait qu’un fardeau pour lui, et un fardeau supplémentaire pour un Hunter signifiait un danger supplémentaire. Personne ne mettrait sa vie en danger sans raison valable.

Lung acquiesça agréablement : « Ce petit gars avait la férocité d’un chien de l’enfer, et ses capacités sont également assez fortes. Cependant, il a aussi une conscience de soi et n’est pas aussi inflexible que le reste de ses congénères. Si tu pouvais l’intégrer à ton équipe, l’Escadron Six B gagnerait encore un puissant coup de main. »

« Cela dépendra de son choix. »

« Quel choix ? »

« Le choix de devenir un chien ou un homme. »

Lung se tut un instant avant de se lever et de sortir : « Allons voir à quel genre appartient ce petit gars. »

Quand Cillin et Lung arrivèrent dans l’infirmerie, ils fixèrent les deux gars sur la table d’opération dans un silence abasourdi.

Le chat gris avait poussé le petit gars au coin de la table d’opération. Tout en ramassant la queue du petit gars pour son propre usage, il était étendu sur ses jambes et avait même marché sur le visage de ce dernier avec un membre postérieur. Il n’y avait pas d’image à proprement parler.

« Depuis quand la position de sommeil de ce chat est-elle devenue aussi moche ? » Lung captura à la hâte une photo de la scène. Il était rare de trouver quelqu’un avec une posture de sommeil pire que la sienne.

« C’est l’hôpital qui se fout de la charité. »

Cet article comporte 6 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top