skip to Main Content
Menu

SRH – Chapitre 178 – Les protecteurs finaux [Partie 1]

Traducteur Français : Hellteach

Checkeur : Zhexiel

SRH - Chapitre 178 - Les protecteurs finaux `{`Partie 1`}`

Quand ils approchèrent la planète ‘Enfer’, ils purent voir la planète clairement à partir du grand écran. L’extérieur de ce monde était gris et flou. Lung largua de nombreuses sondes pour tester divers paramètres de la planète. Bien que le niveau de pollution de l’air dépassât les limites acceptables, Lung, Cillin et le chat gris pouvaient toujours le supporter sans porter de vêtements de protection.

En regardant les séquences transmises par les sondes, la planète avait subi un grand changement. Cependant, elle n’était pas tout à fait de la couleur rouge sanglante que Lung avait mentionnée plus tôt. Elle était simplement d’un jaune brun tacheté d’une couleur rouge sang.

« Les images d’il y a plusieurs dizaines d’années ne ressemblaient pas à cela. À l’époque, il y avait plus de couleur rouge sang que maintenant. L’apparence actuelle de la planète est probablement causée par les mouvements de sa croûte. » Dit Lung.

« Eh, qu’est-ce que c’est que ça ?! » Le chat gris ne put s’empêcher de sauter des épaules de Cillin et de passer sur le panneau de commande. La machine était plus proche de l’écran.

En regardant les séquences transmises par l’une des sondes, un animal inconnu à la fourrure noire et épaisse de plus de dix mètres détala soudainement près d’un rocher. Sa semelle avait la forme d’un sabot et, lorsqu’il beuglait, il exhibait une bouche pleine de dents acérées. Il y avait des traces de sang sur son corps, mais il était de couleur bleue au lieu du rouge vif habituel.

Cette bête féroce courait de toutes ses forces comme s’il y avait quelque chose qui arrivait de derrière elle. Soudain, une ombre apparut et renversa la bête féroce avec un grand impact.

« Un chien ? » Dit le chat gris avec incertitude en penchant la tête et en fixant du regard la nouvelle créature.

La chose qui avait renversé la bête féroce ressemblait à un chien, mais ce n’était pas une description tout à fait exacte. Un regard attentif révéla qu’il avait beaucoup de traits qui le différencient d’un chien comme ses griffes, son visage, etc… En tout cas, cela donnait simplement l’impression que quelque chose ne tournait pas vraiment rond.

Le ‘chien’ mordit le cou de la bête féroce au moment où elle fut renversée et ne lâchait rien, peu importe la force avec laquelle la bête se débattait. Quand la bête s’en débarrassa finalement, la gueule du chien tenait un gros morceau de viande. Au fur et à mesure que la bête féroce saignait, elle perdait sa vigueur et sa vitesse initiale et fut de nouveau mordue par ce ‘chien’ peu de temps après sa tentative de fuite. De plus en plus de blessures apparaissaient sur son corps alors que le chien déchirait bouchée après bouchée le corps de la bête féroce trois fois plus gros, semblant vouloir déchiqueter sa proie en morceaux.

Le sang bleuâtre se répandit partout. Peu à peu, certains carnivores de plus petite taille commencèrent à montrer leur tête. Aucun d’entre eux ne se précipita vers l’avant car le ‘chien’ était toujours là, cependant.

À présent, la bête féroce avait cessé de se débattre et était complètement morte. Après avoir confirmé que la bête féroce était totalement morte, le ‘chien’ finit par haleter alors que du sang bleu coulait sur les côtés de sa bouche et que son corps était couvert de sang gluant. Ne prêtant plus attention à la grande bête tellement mutilée qu’on ne pouvait plus la reconnaître, il leva les pattes et partit, laissant derrière lui une traînée de traces de pas bleuâtres.

Quand le ‘chien’ fut parti, les petits carnivores qui tendaient le cou et regardaient se précipitèrent pour savourer leur délicieux repas sans avoir fourni le moindre effort.

« C’est un chien de l’enfer. » Dit Lung.

Cillin fit défiler les images de la créature ressemblant à un chien l’instant auparavant. « Ce sont eux ? »

« Ils ont été créés par les humains, et ne sont pas de purs canidés. » Lung s’allongea sur sa chaise et dit lentement : « Ces créatures possèdent à la fois des gènes humains et des gènes de chiens. Il peut s’agir de chiens ayant reçu une injection de gènes humains ou d’humains ayant reçu une injection de gènes de chiens. Parfois, un gène de loup était également utilisé, mais finalement, ces personnes découvrirent que les gènes de chien étaient plus efficaces que ceux de loup, car les loups étaient trop sauvages et difficiles à contrôler, alors que les chiens étaient plus faciles à contrôler. »

« Avant que la planète n’ait connu sa calamité, ces compagnons étaient utilisés pour surveiller d’autres créatures de laboratoire telles que les forçats devant être utilisés comme sujets de test ou d’autres animaux. Ils pouvaient mémoriser l’odeur de chaque sujet à tester, et il ne s’agit pas seulement de l’odeur de surface, mais de l’odeur même de leurs gènes. Peu importe où ces personnes s’échappaient, ils étaient toujours en mesure de les localiser. Ils suivront leurs objectifs pendant une éternité jusqu’à ce qu’ils rencontrent leur propre mort. »

« Plus tard, la planète fut confrontée à la calamité. Un tremblement de terre de grande ampleur et de violents mouvements de la croûte terrestre paralysèrent presque toute la toile de défense initiale. Les volcans sont entrés en éruption et ont rendu le monde entier gris et flou. Les virus à l’intérieur de la base de recherche ont fuit et les sujets testés se sont échappés. Les virus et les corps testés ont complètement transformé le monde entier. Plus tard, les dirigeants de la planète ont découvert que cette planète n’était plus habitable. »

« Avec suffisamment de temps, les problèmes concernant les virus et les sujets de test auraient pu être résolus. Mais on ne pouvait pas en dire autant des mouvements de plus en plus fréquents de la croûte terrestre de la planète. À la fin, ils abandonnèrent cette planète et laissèrent derrière eux tout un monde de virus et de ‘monstres’ échappés des laboratoires de recherche. Il y avait aussi ces ‘chiens’ qui prirent l’initiative de chasser ces ‘monstres’ échappés comme objectif éternel. Plus tard, la planète reçut le nom ‘d’Enfer’ et ces ‘chiens’ furent appelés ‘chiens de l’enfer’. Ils sont également les derniers protecteurs de cette planète. »

« Donc, tu dis que certaines de ces créatures sont en fait des humains qui ont été génétiquement modifiés pour avoir cette apparence horrible qui n’est ni celle d’un homme ni celle d’un chien ? » Dit Cillin.

« Ouais. » Lung changea de scène et sélectionna une séquence peu claire parmi plusieurs séquences transmises par les sondes. Il y avait trop de poussière volant dans cette zone et certaines parties de la scène étaient masquées. Cependant, la partie critique de la séquence était encore relativement claire : « C’est un chien de l’enfer dont la forme originale était humaine. »

Cillin et le chat gris regardèrent la créature ensemble. Contrairement au ‘chien’ d’avant, celui-ci avait une forme et un visage plus proches de ceux d’un être humain. Cependant, tout son corps était recouvert d’une longue fourrure et traînait également une queue dans le dos. Ses oreilles étaient légèrement pointues et il courait comme un animal sauvage en utilisant à la fois ses bras et ses jambes. Il ne marchait plus avec uniquement ses jambes comme un être humain. Certains de ses hurlements pouvaient également être entendus dans les images. Outre le fait qu’il ressemblât un peu à l’homme, son mode de vie et ses habitudes ne différaient pas de ceux d’un animal sauvage.

Ces sujets de test avaient été élevés de cette façon à partir du moment où ils avaient été génétiquement modifiés et créés. Cela signifiait que les membres de la base de recherche ne les avaient pas traités comme des êtres humains dès le début.

Une partie des poils de la queue du chat gris se dressait à son extrémité. Tout à coup, il se demandait ce qui pourrait arriver s’il était capturé par ces scientifiques fous ? Oh mon miaou comme c’est effrayant !

« Nous y entrons ? » Lung arrangea les paramètres recueillis de l’environnement de la planète sur le panneau afin que Cillin et le chat gris puissent avoir une lecture plus complète.

« Nous sommes déjà là, alors bien sûr que nous y allons. »

Cillin n’avait pas peur de ces choses. En outre, il était curieux de savoir si les bases de recherche avaient laissé des informations précieuses après la catastrophe. De plus, la quantité de virus sur cette planète était abondante, et si ces bêtes féroces pouvaient survivre à ces virus, leur constitution serait également satisfaisante. De plus, il était plus facile de trouver des objets enfouis sous terre dans un endroit où les mouvements de la croûte étaient fréquents.

Comme l’atmosphère extérieure de la planète était grise et floue, Cillin et Lung décidèrent d’éviter la téléportation spécifique sur site et commencèrent à entrer en pilotant à la place une navette spatiale que Cillin avait modifiée. Le vaisseau était en mode invisibilité au cas où quelqu’un vienne l’attaquer alors qu’il était encore sur la planète.

Après avoir traversé la bande grise et floue, Cillin aperçut ensuite le paysage de la planète. Cela ressemblait à peu près aux images transmises par les sondes. Ils trouvèrent rapidement un endroit où le niveau de la mer était élevé et y firent stationner leur navette spatiale après avoir scruté les lieux et n’avoir trouvé aucune bête féroce dans la région.

Au moment où il sortit de la navette, Cillin perçut immédiatement le tourment de cette planète. Il sortit une petite seringue de la largeur d’un doigt et appuya sur un bouton sur son côté. La seringue commença à absorber l’air. Il y avait quelques couches de filtres à l’intérieur de la seringue. Les filtres effectuaient différents processus d’absorption en fonction des caractéristiques physiques et chimiques des virus.

Après avoir recueilli l’échantillon de micro-organismes dans l’air de cet endroit, il rangea la seringue et regarda un peu plus loin. Le chat gris était sorti depuis longtemps pour taquiner les petits animaux cachés dans leurs trous souterrains.

Lung avait sorti une balle métallique ronde et, après activation, plusieurs objets en forme de tentacules s’étendirent hors des profondeurs du ballon. Le ballon plana dans les airs alors que les tentacules pointaient dans une direction particulière.

Lung fit un signe : « Hey Cillin, il y a de l’eau dans les environs ! »

Les endroits avec de l’eau contenaient une plus grande variété d’espèces. Peut-être pourraient-ils voir des formes de vie encore plus étranges.

« Il est temps d’y aller, chat stupide. »

« D’accord, tout de suite ! » Le chat gris poursuivit Cillin et Lung après avoir tendu une patte dans le trou et tenté d’attraper quelque chose.

Cet article comporte 1 commentaire
  1. merci pour le chapitre
    La planète ressemble a Apokolips et a Netu est quelque part sur la planète il y a un être qui est un mélange entre Sokar et Nirrti

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top