skip to Main Content
Menu

SRH – Chapitre 123 – L’Ordre de Tuer Prioritaire

Traducteur Français : Hellteach

Checkeur : Zhexiel

SRH - Chapitre 123 - L’Ordre de Tuer Prioritaire

Au champ de croix, les sourcils de Carranio se fronçaient de plus en plus tandis qu’il fixait le couvercle transparent.

La première fois qu’ils avaient attaché les bêtes autochtones aux croix et avaient attiré les vers pour les brûler avec une température extrême à l’intérieur du couvercle, cela avait été un véritable succès, et cela avait beaucoup remonté le moral de ses hommes. Cependant, le piège était à l’évidence inefficace la deuxième fois. Les vers allaient et venaient aux alentours, mais n’allaient pas à l’intérieur. Plus précisément, ils se contentaient de traîner à l’extérieur du couvercle transparent et ne passaient pas la ligne où ils pourraient être piégés.Ce chapitre a été volé de l’Empire des Novels. Soutenez le traducteur !

Ces vers étaient incroyablement intelligents, et cela provoqua chez Carranio beaucoup de frustration. Poison Fang avait combattu contre deux sortes d’ennemis pendant très longtemps, et c’étaient les hommes et les virus. L’homme était quelque chose qu’ils massacraient lorsqu’ils en avaient envie, et les virus étaient une chose auxquels les membres de Poison Feng étaient résistants après de nombreuses expériences. Toutefois, ils ne s’étaient jamais retrouvés contre cette sorte de forme de vie auparavant. Il ne pouvait qu’espérer que la base de recherche trouve un plan pour les contrecarrer aussi rapidement que possible.

Depuis tout à l’heure, Carranio avait une mauvaise impression. On pouvait même appeler cela un sentiment sinistre.

Il n’arrivait pas à se rappeler la dernière fois où il avait ressenti cela depuis qu’il s’était frayé un chemin en se battant pour sortir seul du Secteur V et avait créé Poison Fang.

Soudain, le communicateur de Carranio sonna, et après avoir accepté l’appel, un cri terrifié se fit entendre. « King, la base est détruite ! La base de recherche a été détruite ! »

Carranio eu la sensation qu’un seau de glaçons lui avait été versé sur la tête. Il se sentit glacé jusqu’à la moelle.

Carranio inspira plusieurs fois profondément et fit de son mieux pour retrouver sa voix. « Ne vous avais-je pas dit d’activer le niveau de sécurité le plus élevé et d’allumer les scans de bio-signature ?! »

Carranio rugit presque les derniers mots tandis que les clameurs dans le champ de croix se réduisaient instantanément au silence. Même les bêtes autochtones attachées aux croix semblaient être mortes de peur et devinrent aussi silencieuses que des tombes. Le champ de croix tout entier fut abruptement enveloppé par la colère et l’intention meurtrière de Carranio.Ce chapitre a été volé de l’Empire des Novels. Soutenez le traducteur !

Bang !

Carranio perdit finalement le contrôle après avoir entendu le rapport et écrabouilla le communicateur à mains nues. Ses deux paires de crocs étaient tendus presque parallèlement au sol, et chaque membre de Poison Fang reconnaissait que c’était là un signe que le Skull King bouillonnait d’une grande rage. Personne n’osait ne serait-ce que respirer fort en sa présence.

Les yeux de Carranio étaient remplis d’une brume sombre tandis qu’il s’asseyait sur la chaise.

« Continuez à brûler ces vers. » Une fois qu’il eut dit cela, Carranio se leva et laissa ses subalternes consternés derrière lui.

Lorsque Carranio eût quitté le champ de croix, il arriva dans une salle d’isolement et attrapa un communicateur. Le signal se connecta.

« Est-ce que les chercheurs sont encore en vie ? » Carranio prononça quelques noms. Ils étaient le personnel principal chargé de la recherche sur les petits parasites et les ‘Oiseaux de Paradis’.

Cependant, le rapport qu’il reçut balaya complètement toute pensée d’espoir qu’il aurait pu avoir. Un seul sur les cinq chercheurs qui étaient principalement responsables de la recherche sur les deux sortes de vers avait à peine survécu. L’état du chercheur était sévère dans la mesure où ses poumons avaient été mâchés, et son foie et ses reins étaient tous les deux mordus aussi. Personne ne savait encore combien de temps il avait à vivre. Le reste des chercheurs qui avaient réussi à s’échapper avaient fait tout leur possible pour le sauver et sortir les ‘Oiseaux de Paradis’ de l’intérieur de son corps, mais ils savaient tous que sans instruments ou les informations correspondantes conservées dans le laboratoire de recherche, il était probablement impossible de le maintenir en vie pendant longtemps.Ce chapitre a été volé de l’Empire des Novels. Soutenez le traducteur !

Le laboratoire de recherche qui était utilisé pour faire des recherches sur ces deux vers était la salle la plus profonde et la plus hermétique de toute la base. Cela dit, il fut aussi le tout premier à souffrir des effets de la désertification. C’était déjà une grande aubaine qu’ils aient réussi à se sauver en premier  lieu, mais ce qui les attendait à l’extérieur, c’étaient les ‘Oiseaux de Paradis’ affamés qui venaient juste de sortir de leur coquille, anxieux de satisfaire leur faim.

Toutes les données rassemblées et les recherches effectuées n’en étaient pas à l’étape finale, mais elles avaient atteint un certain point et ce n’était qu’une question de temps avant que l’analyse soit terminée. Tout ce progrès avait maintenant été transformé en sable.

C’était exactement ce que Cillin voulait : les pousser pas à pas au bord du désespoir et leur faire subir leur punition dans la panique et le désespoir.

À présent, Carranio était certain que tout ce qui était arrivé jusqu’à maintenant avait été planifié par Cillin. Ce jeune homme qui avait l’air honnête, mais qui était en fait le diable en personne, leur avait apporté le désastre. Carranio ne pouvait pas attraper Cillin, et il voulait énormément changer de cible et attaquer Emmus et Wa Qing. Mais il ne le pouvait pas. Avec les capacités d’Emmus, Poison Fang n’arriverait pas à toucher ne serait-ce qu’un seul de ses cheveux sans les bonnes armes et les bons équipements. Ils ne feraient que gaspiller leur force de combat.

Carranio était profondément plongé dans les regrets. Poison Fang s’était trop reposé sur Emmus toutes ces années. Ce n’était pas évident avant tout cela, mais après qu’Emmus ait rompu les liens, il n’y avait que trop de choses qui ne pouvaient pas fonctionner correctement sans lui.

Après avoir réfléchi pendant un moment, Carranio émit l’Ordre de Tuer Prioritaire, le niveau le plus élevé à Poison Fang, ordonnant de tout laisser de côté et de chasser Cillin à n’importe quel prix. Puisque Cillin avait pu rapporter ces vers sur leur planète sans encombre, cela signifiait qu’il avait un moyen de s’occuper de ces vers. On ne pouvait plus compter sur les chercheurs survivants. Carranio pariait son dernier espoir sur Cillin et informa chaque membre de Poison fang que la clé pour exterminer ces vers était Cillin. Ils se mirent à le chercher encore plus vigoureusement qu’auparavant.

 

À cet instant, l’homme qui faisait l’objet de la haine profonde de Carranio, Cillin, et le chat gris, étaient arrivés dans un port déserté. Le port avait été abandonné auparavant par Carranio, et il y avait quelques vaisseaux spatiaux et quelques chasseurs parqués là.

« Ces vaisseaux spatiaux et ces chasseurs ont tous une séquence d’autodestruction et une bombe télécommandée à l’intérieur. Carranio a probablement la télécommande principale avec lui. Si nous essayons de voler sur n’importe lequel de ces vaisseaux ou de ces chasseurs, nous exploserons aussi brillamment que des feux d’artifice en moins de deux secondes. » C’était un piège tendu par Carranio après qu’Akayi et les autres soient partis sur un vaisseau spatial. En contrôlant les vaisseaux spatiaux et les chasseurs, il pourrait éviter que Cillin ne s’échappe même s’il ne pouvait pas l’attraper.

Le chat gris était juste sur le point de piloter un vaisseau pour s’amuser avant que les paroles de Cillin ne l’atteignent comme un coup de poing. À cet instant, le chat gris craignait pas mal d’armes humaines, car plus il entrait en contact avec ces armes, plus il savait à quel point nombre d’entre-elles pouvait réduire en poussière un miracle de l’univers extrêmement rare comme lui.

Cillin se dirigea vers un vaisseau spatial après un moment d’investigation. Les personnes à l’intérieur du véhicule s’étaient soit échappées, soit étaient devenues le repas savoureux des ‘Oiseaux de Paradis’. Il y avait un subordonné de Poison Fang dans un corridor qui n’avait pas réussi à échapper aux ‘Oiseaux de Paradis’ et dont le corps avait été consommé au-delà de toute reconnaissance.

Lorsque Cillin s’approcha de lui, un œuf d’Oiseau de Paradis venait juste d’éclore à l’intérieur du corps. Ensuite, ‘l’Oiseau de Paradis’ qui grimpa hors du corps devint extrêmement excité lorsqu’il vit un humain vivant, mais s’arrêta à temps lorsqu’il ressentit une aura spéciale se dégageant de la personne. Cette aura était si terrifiante que cela fit tressaillir le ver, et pourtant si familière qu’elle aurait tout aussi bien pu être parentale. Les deux sensations dissipèrent l’intention d’attaquer de ‘l’Oiseau de Paradis’. Quant au chat gris, il n’y avait aucun ‘Oiseau de Paradis’ qui oserait l’attaquer. Cette forme de vie anormale était juste trop dangereuse. Et donc, les petits ‘Oiseaux de Paradis’ rampèrent de façon obéissante hors du corps et bondirent à la recherche de nourriture ailleurs.

« Très bien, allons-y. » dit Cillin au chat gris.

« Qu’as-tu fait ? »

« Rien. J’ai seulement pris les blocs énergétiques à l’intérieur. »

Le chat gris réalisa soudainement. « Je vois. Y a t-il autre chose de valeur dans ces véhicules ? Je veux les vendre pour un bon prix et payer ma dette lorsque nous quitterons cet endroit. »

Cillin sourit et lui tapota la tête. « Nan. Allez, au suivant. »

« Héhé, très bien, si je le trouve en premier, il est à moi ! »

« À chacun le sien. Fais attention à ne pas toucher à d’autre appareils de propulsion cela dit. Si un seul de ces vaisseaux s’activait soudainement, alors tout ce que je pourrais faire c’est d’ériger une nouvelle croix à cet endroit. »

« J’ai compris, j’ai compris. Pas la peine de me parler de ces machines. » Le chat gris agita les oreilles et se mit à chercher les blocs énergétiques dans les autres vaisseaux et chasseurs.

Pauvre Carranio. Cet endroit était supposé être un piège, mais il ne se serait pas attendu à ce que Cillin et le chat gris extraient jusqu’à la dernière goutte des choses de valeur de cet endroit.

Cillin regarda le ciel. D’après son plan original, la chasse était sur le point de débuter. Il déchira l’emblème de crâne de la poitrine des corps dévorés et sortit du vaisseau spatial.

 

 

 

Cet article comporte 2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top