skip to Main Content
Menu

Chapitre 98 – De Retour au Travail


Source : Version anglaise

Traduit par : Arpakshaad
Checké par : Miss X


SKYFIRE AVENUE – CHAPITRE 98


Jin Tao dodelinait de la tête, bougeant ses cheveux roses en rythme sur la route de l’école.

Aaah, Professeur Lan n’est pas venu depuis un moment. Quand est-ce qu’on va avoir un autre cours ? Je veux dire, quand est-ce qu’il va revenir ?

Jin Tao regarda le sol à ses pieds furieux, soudainement de mauvaise humeur.

Le jour qui avait suivi la ‘leçon’ de Lan Jue, Jin Tao avait été battu tellement fort qu’il aurait presque préféré être mort. Il avait dû sauter quelques jours de cours. Mais il avait ravalé sa douleur, et refusé non seulement d’aller à l’hôpital, mais aussi de répondre aux questions de sa famille.

Cependant, cela avait semblé valoir le coup. À sa grande surprise, une fois la douleur partie et ses blessures guéries, il avait bel et bien remarqué un changement dans sa Discipline. Avant, sa Discipline ne lui permettait que de se transformer en carlin. Maintenant, la base de ses capacités le transformaient en chien sauvage. C’était un gros changement !

Ayant découvert qu’il s’améliorait, le corps de Jin Tao ne lui faisait plus aussi désespérément mal. Au contraire, il attendait impatiemment une nouvelle leçon de son instructeur. Mais à son plus grand désarroi, en cherchant le Professeur Lan , il entendit de sa sœur que le maître était parti. Un cours et tout d’un coup, il s’en allait aussi longtemps ? Ça faisait très capricieux ! Il était allé sur la pelouse derrière le bâtiment des électifs tous les jours depuis, mais Professeur Lan n’y avait jamais été.

Pourtant, les performances scolaires de Jin Tao étaient montées en flèche au moins autant que sa Discipline. Cela venait peut-être de l’inspiration du premier cours d’Étiquette, ou peut-être du contrôle accru qu’il avait sur le mécha depuis que sa Discipline avait augmenté. Quelle qu’en soit la raison, une sorte de confiance en lui tranquille avait gagné Jin Tao. Elle était peut-être petite pour l’instant, mais c’était une amélioration visible de tous.

Ding ding ! Le son d’une cloche tinta non loin, secouant Jin Tao de sa pénible marche.

« Enc*** d’aveugle à la c- … Hey, Professeur Lan ! » Il s’était dépêché sur le côté et s’était retourné, prêt à injurier la source de la cloche quand il comprit qui c’était. Lan Jue se tenait derrière lui, une jambe plantée sur le sol, l’autre sur la pédale de sa vieille bicyclette, jugeant son élève de haut en bas.

« Hey, » répondit-il.

« Ah énorme, vous êtes de retour. » La précipitation de Jin Tao vers son maître était si soudaine et intense que Lan Jue dut lever ses bras pour se protéger de l’assaut. Il tint son élève en respect par l’épaule, et juste à temps, sinon il aurait eu peur de se faire écraser par Jin Tao.

« Qu’est-ce que tu fais ? » dit Lan Jue, le regardant d’un air dubitatif.

« C-c’est moi, Stupide Cabot. Vous ne me reconnaissez pas ? » Jin Tao tremblait presque d’excitation.

« Mais si, » dit Lan Jue. « T’es le petit porcinet que j’ai battu, non ? »

Jin Tao secoua vigoureusement la tête comme un tambourin, ses cheveux roses ballottant comiquement. « Nan nan. Porcinet c’est Gros Tang. Moi chuis Stupide Cabot. »

Lan Jue fronça les sourcils. « Pourquoi tiens-tu tellement à être un cabot ? »

Jin Tao rit dans sa gorge. « C’est quoi le problème ? Les chiens sont loyaux, intelligents, forts, de bons coureurs, ont un excellent odorat et sont les meilleurs amis de l’Homme. C’est ma Discipline… Comment pourrais-je ne pas m’aimer ? »

Sa tirade prit Lan Jue par surprise. Il ne s’attendait pas à une telle réponse. « Et que fais-tu sur mon chemin ? »

« J’attends que vous me battiez à nouveau ! Vous ne le savez probablement pas, mais quand vous m’avez frappé la dernière fois, ma Discipline a augmenté énormément. Dépêchez-vous de me taper, j’en ai marre d’attendre d’être plus fort ! »

Lan Jue lui lança un regard affûté. « Si tu veux que toute l’école le sache, vas-y, continue de crier. »

Soudain, Jin Tao prit conscience de son environnement. Il avait oublié où il se trouvait et leur arrangement après son excitation. Maintenant, plusieurs étudiants en route vers l’école s’étaient arrêtés pour les regarder bizarrement. Il grimaça, son visage redevenant sérieux en s’approchant de son professeur et en abaissant sa voix à un chuchotement.

« Pardon, c’est de ma faute. Ne vous inquiétez pas Professeur, c’est notre secret. Entre maître et apprenti. Personne n’en saura rien. Alors qu’en est-il, quand est-ce que vous allez me refrapper ? »

Lan Jue secoua la tête avec un sourire sardonique. « Tu cherches encore une leçon. Midi, je dois encore aller au bureau et montrer que je suis là. Va le dire à Tang Xiao aussi. Après manger – attends, non, ne mangez pas. Gaspillage de calories. Venez juste sur la pelouse derrière le bâtiment des électifs à midi. »

« Bien reçu ! » Jin Tao sautait presque de joie. Il poussa un cri de joie en s’éloignant en courant. Lan Jue le regarda désespéré courir comme un fou vers l’école.

À dire vrai, il n’avait aucune envie de prendre un apprenti. Son objectif principal, la dernière fois, était de fournir un catalyseur pour que la loque de Tang Xiao s’améliore. Il n’avait aucun intérêt à se balader et à frapper des étudiants au hasard. Il avait aussi stimulé la discipline du gamin avec ses propres pouvoir de foudre pour qu’il n’aie pas l’impression de s’être fait battre pour rien.

En ce qui concerne Jin Tao, il n’arrivait pas à savoir s’il devait se considérer chanceux ou malchanceux. Une rencontre fortuite. Et donc Lan Jue avait fait ce qu’on lui avait demandé, fortifiant les capacités de Jin Tao aussi bien sûr. Il ne s’était pas attendu à lui rentrer dedans aussi aujourd’hui. Le gamin avait goûté au doux plaisir de l’amélioration, avait appris qu’il pouvait s’améliorer. Et maintenant, Lan Jue savait qu’il n’aurait plus la paix. Mais il semblait vraiment que le gamin s’était amélioré.

S’était-il vraiment retrouvé avec deux nouveaux disciples ? On dirait bien, mais ces deux-là ? Un si pathétique qu’il se comparait à un chien fou, et l’autre morbidement obèse. Peu importe, il s’en occuperait en temps voulu. Cette fois, pensa-t-il, il les frapperait plus fort. Ils ne reviendraient pas en redemander demain.

Université Nationale de l’Est. Bureau de l’Enseignement.

Wu Junyi regardait le jeune homme en costard devant lui. Au bout d’un moment, son expression amère se changea en un sourire.

« Professeur Lan. Vous êtes enfin de retour. »

La réponse de Lan Jue était doublée d’une expression douce. « Directeur Wu. Veuillez accepter mes excuses, demander un congé immédiatement après avoir commencé les cours. C’était une urgence, mais c’est résolu. Je suis prêt à reprendre les cours à votre convenance. »

« Immédiatement, évidemment. » Répondit Directeur Wu. « Bien sûr, vous ne recevrez pas de salaire pour ce mois, puisque vous n’étiez pas là. Comme vous le savez les professeurs d’électifs n’ont pas de salaire fixe. »

« Ah, bien. » Lan Jue était content de ne pas avoir été viré.

Wu Junyi poursuivit. « Après avoir écouté votre cours, beaucoup se sont mis à réfléchir ! Professeur Lan, avec votre aide, je pense que les élèves pourraient avoir un certain avantage. Vous m’aviez même ému, moi. Voici ce que je vous propose : nous vous lançons avec votre propre cours d’éthique sponsorisé par l’école. Vous pourrez apprendre à ces gamins comment se comporter en société. Ce serait une situation bien meilleure que votre classe d’Étiquette, et si tout se passe bien, vous serez un professeur à temps plein d’ici trois ans. »

« Huh ? » Lan Jue ne s’attendait pas une telle réponse, et secoua la tête plusieurs fois. « Non, non, c’est bon Directeur. Vraiment, vous en avez déjà tellement fait, je ne suis certainement pas qualifié pour cette position. Vraiment, je ne suis que fait pour ce petit domaine de l’enseignement. Je crois que ce serait pour le mieux si je continuais seulement le cours d’Étiquette. »

Directeur Wu le regarda déçu. « Très bien, nous en resterons là, pour l’instant. Vous avez gagné une bonne réputation auprès des élèves après votre premier cours. Un certain nombre espère pouvoir s’inscrire à votre cours. Si vous y êtes préparé, vous pourrez donner votre prochain cours demain. Je vais faire une annonce aux étudiants. À partir de là, deux cours par semaine. Si tout se passe bien, et que les bienfaits pour les étudiants sont bons, nous réfléchirons à rendre votre cours d’Étiquette standard. »

« Excellent. Merci beaucoup Directeur Wu. » Sa réponse était sincère et brève, même si dans son cœur, il espérait secrètement que cela n’en viendrait pas à là. Deux cours par semaine étaient déjà plus que ce qu’il voulait.

La situation expliquée, Wu Junyi retourna à son travail. En temps que Directeur de l’Enseignement, il avait beaucoup de choses à faire après tout. Même s’il appréciait beaucoup les compétences et les efforts de ce jeune homme, l’étude des méchas et la recherche devaient être la priorité de l’UNE.

En sortant des bureaux, Lan Jue leva le bras et regarda son communicateur indécis. Après quelques instants de réflexion, il entra un bref message.

Je suis rentré

ζ

Beep ! Zhou Qianlin écoutait attentivement un professeur quand elle sentit le buzz de son communicateur à son poignet. Ses yeux regardèrent inconsciemment l’écran, et elle aperçut les trois mots.

Un frisson parcourut son corps élancé, et l’éclair d’une agréable surprise traversa son visage. Cependant, il fut rapidement remplacé par une expression amère. Elle repoussa la pensée, et retourna son attention sur le cours. Du moins, telle était son intention, mais après quelques secondes, ses yeux revinrent sur son communicateur. Ses lèvres rouges se serrèrent très légèrement, puis se transformèrent en un vilain et malicieux sourire.

Ses doigts coururent sur le clavier, tapant sa réponse.

ζ

Beep !

J’ai des ennuis. Que tu m’as amené ! Viens me chercher à la salle des nationaux immédiatement ! Le cours se termine dans vingt minutes.

Huh ? Lan Jue regarda le message. Des ennuis ? Des ennuis que j’ai amenés ?

Il sentit la main glacée de la peur serrer son cœur. Se pourrait-il que ce soit le Château Pontifical, qui cherche à se venger ?

L’angoisse grandit jusqu’à menacer de le submerger. Puis elle partit. Non… ça ne pouvait pas être le Château, pensa-t-il. Ils savaient uniquement qu’il était sur Skyfire, sur Skyfire Avenue ; pas ce qu’il faisait ici. Et si c’était le cas, elle ne serait pas aussi détendue. Cela devait être autre chose.

Je dois contenir mes pensées ! Mais… si ce n’est pas ça, pourquoi devrais-je m’en soucier ?

Il repoussa ses émotions conflictuelles, et se dirigea vers la salle de classe. Il entra un message en chemin.

ζ

Tu n’as plus peur que les autres étudiants sachent pour nous deux maintenant ?

Zhou Qianlin fusilla le message du regard. Elle répondit : C’est un gros problème, tu dois t’en occuper tout de suite, le plus vite sera le mieux. Si cela veut dire risquer que les élèves apprennent que je te connais, c’est un risque que je suis prête à prendre. Tu n’as qu’à dire que tu es mon cousin.

ζ

« Cousin… » Lan Jue était sans voix. Comment pouvait-il passer pour son cousin ? Et c’était la sœur d’Héra…

Très bien, va pour cousin.


<< Précédent <<    >> Suivant >>

Cet article comporte 6 commentaires
  1. Il va peut-être foncer avec sa discipline vu comment il s’inquiète à ne pas rater hâte du prochain, on se revoit mercredi 🙂
    Merci joyeux 50ème chap

  2. @Max @asd4321 C’est rigolo de lire vos prévisions quand je sais déjà ce qui va se passer. Vous allez avoir une belle surprise mercredi 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top