skip to Main Content
Menu

Chapitre 95 – Le Fantôme Astral


Source : Version anglaise

Traduit par : Arpakshaad
Checké par : Miss X


SKYFIRE AVENUE – CHAPITRE 95


« Où est Lan Jue ? » Lan Qing était assis en face du Maître des Vins, ne disant rien de plus sur la remarque de Prométhée.

Le Maître des Vins continua sur sa ligne de pensée d’une voix douce. « Des quatre Divins Monarques, vous êtes le plus connu. Supersoldat de l’Alliance de l’Est. Le ‘Dieu de la Sagesse’. Mais avec toute cette sagesse supposée, vous venez quand même ici. Si je ne m’abuse, votre nom est sixième sur la Liste Noire depuis que vous avez détruit le bataillon du Nord qui se faisait passer pour pirate. »

Lan Qing sourit en coin. « Celui juste devant moi s’appelle le ‘Fantôme Astral’. »

Le Maître des Vins lui renvoya son sourire, mais son ton était sérieux. « Vous n’auriez pas dû venir. Vous êtes frères, vous auriez pu l’appeler à vous. »

« Il ne serait pas venu, » dit Lan Qing, secouant la tête. « Sinon, il serait venu depuis longtemps. »

« Voulez-vous boire quelque chose ? » interrogea le Maître des Vins, changeant soudainement d’approche.

Une fois de plus, Lan Qing secoua la tête. « Il fut un temps où j’étais un bon jeune homme riche. Mais je n’ai pas pris une seule goutte depuis que j’ai vingt ans. L’alcool perturbe le jugement. »

Le Maître des Vins ricana malgré lui. « Ainsi que votre force, hm ? »

Une lumière dure brilla dans les yeux de l’amiral. « Vous ne devez jamais laisser à vos ennemis l’opportunité de vous attaquer. »

« Le Maître des Joyaux est sur le chemin du retour. » Une fois de plus, le Maître des Vins changea brusquement de sujet. « Il devrait être là d’ici environ une heure. Je suppose qu’il ira droit vers son magasin sur la surface de l’Avenue. »

Son hôte hocha. « Merci. J’attendrai. »

« Hm. » Lan Qing ferma les yeux. Il resta ainsi, immobile, silencieux, aveugle.

An Liu resta debout à côté de lui. Alors que Lan Qing fermait les yeux, son extérieur réputé glacial se réchauffa de plusieurs degrés. La dureté de son expression s’assouplit aussi, tout excepté la zone autour de ses yeux qui garda sa résolution d’acier. Ses cils étaient tellement longs ! Assis comme cela, elle pouvait voir clairement les similitudes entre lui et le Maître des Joyaux. Même assis ‘au repos’ son dos était droit et sa posture parfaite, certainement digne de sa désignation militaire.

« Mlle An, je suis sûr que vous avez d’autres choses à faire que de veiller sur nous, » dit le Maître des Vins, poliment et paternellement.

« Oui, monsieur, » vint sa réponse respectueuse. Elle se retourna et se dirigea vers la porte. En passant près de Lan Qing, la main de celui-ci jaillit subitement et attrapa son poignet.

La réaction d’An Liu fut rapide, inconsciente et puissante. Instantanément, une aura suffocante de froid s’éleva autour d’elle. Cependant, aussi rapidement, elle se sentit comme si elle avait été enveloppée dans une couverture, une force invisible empêchant ses pouvoirs de se manifester en surface. Elle tourbillonna et trébucha à ses côtés.

Un pic sombre, noir comme un trou, apparut devant la poitrine de Lan Qing. Mais il ne le transperça pas.

La lumière autour de Lan Qing bougea, se déforma, et l’instant d’après lui et An Liu disparurent. Le Maître des Vins suivit rapidement.

Une voix étouffée s’éleva. Elle semblait comme venir de l’autre côté d’un mur, d’une autre salle. Les tons rauques les assaillirent de toutes les directions. « Ah, Cosmagus. Il semblerait que je suis quand même arrivé trop tard ! »

Alors que la voix s’évaporait, trois ombres se matérialisèrent.

Lan Qing était assis là où il avait toujours été assis. Il semblait inchangé, comme si de rien était. An Liu était aussi revenue à elle-même, mais réapparut cette fois-ci de l’autre côté de là où elle avait disparu.

Le visage du Maître des Vins était dur et en colère. « Le Fantôme Astral ! »

An Liu comprit alors que Lan Qing lui avait pris le poignet pour lui sauver la vie. La chaleur de sa main restait encore sur sa peau, mais l’expression sur son visage était noire et gelée.

« Je m’en occupe, » dit-elle, en faisant un pas en avant.

« Pas besoin. » Lan Qing leva le bras pour arrêter son avancée. Elle heurta son bras, et le bref impact lui fit perdre l’équilibre. En trébuchant, le général l’attrapa contre sa poitrine.

Le contact fut bref, mais causa quand même chez An Liu du malaise et de la surprise. En l’attrapant, le dos solide d’An Liu atterrit sur ses cuisses. Pour la première fois depuis leur rencontre hors de l’Avenue, il la vit comme la femme attractive qu’elle était.

Le joli visage d’An Liu devint rouge. « Que faîtes-vous ?! »

Lan Qing se secoua de sa stupeur temporaire. « N’essayez pas de le poursuivre, ça ne servirait à rien. C’est l’un des Dix Parangons, le plus faible d’entre-eux, mais sa maîtrise est la vitesse. Il n’y a personne dans les Trois Alliances qui puisse l’égaler. Il peut même plier l’espace, créer des trous de verre. À priori, il est venu ici à l’instant où il a appris mon arrivée. Il ne comptait probablement pas sur la présence du Cosmagus1 ici. »

La réponse du Maître des Vins était nivelée, mais froide. « C’est quelque chose que nous réglerons lui et moi. Son arrogance a été tolérée trop longtemps. »

Une autre rare esquisse de sourire apparut sur le visage de Lan Qing. « Je suppose qu’il a paniqué, une fois qu’il a compris que vous étiez là. Après tout, s’il y a quelqu’un dans cet univers capable de les contrôler lui et sa vitesse, ce seraient les trois Parangons de Skyfire Avenue. »

Les divers Parangons s’étaient attachés d’une manière ou d’une autre aux différentes forces des Trois Alliances. Spécialement, l’Avenue comptait trois Parangons présents. Dans l’Alliance de l’Ouest, le Château Pontifical et la Tour Noire en avaient un chacun. Le Conclave du Nord en avait deux pour lui. Trois autres existaient, même si leurs allégeances se trouvaient autre part. Ce Fantôme, le dernier des Parangons, appartenait au couvent d’assassins le plus grand et le plus connu des territoires connus.

Le Maître des Vins lança un regard curieux à Lan Qing. « Vous survivez à une rencontre avec le Fantôme, et vous n’êtes même pas un tout petit peu ébranlé ? »

La réponse de Lan Qing fut tiède. « Et à quoi servent les nerfs ? Si c’était An Lun, il n’aurait pas osé mettre la main sur moi. Je ne peux pas nier que l’homme est exceptionnellement puissant, mais face à la science moderne et la technologie, même les puissants ne peuvent pas tout faire. Même en tant que Parangon, même au sommet de son art, sa capacité destructrice n’est pas si différente d’un vaisseau capitale. Mais s’il devait faire face à un vaisseau plus gros ? Plus fort ? Il ne peut que fuir. Ma métaphore n’est pas la plus adéquate, mais dans le monde où nous vivons, il n’y a rien, Adeptes inclus, que la technologie moderne ne peut surpasser. »

« On dirait que mon souci à votre égard est inutile, » dit le Maître des Vins penseur.

Lan Qing ne répondit rien. À la place, il ferma les yeux et resta assis en silence.

La respiration d’An Liu était, entre-temps, devenue significativement plus rapide. Elle resta debout, et regarda Lan Qing en silence quelques instants de plus avant de sortir.

En sortant de la Cave Gotique, elle rencontra un vent frais. Son regard s’affûta et elle fit face au zéphyr. Cependant, malgré la fraîcheur, du rouge lui monta aux joues.

Il m’a tenue !

ζ

La verti-car haute-alt ronronnait silencieusement dans l’air jusqu’à atteindre Skyfire Avenue. Sa porte s’ouvrit doucement, et la lueur de lampes artificielles se réfléchit sur sa surface aérodynamique.

Quatre fines et gracieuses silhouettes sortirent en tandem. Derrière elles, un peu plus lentement, le vent s’engouffra dans le coupe-vent kaki de Lan Jue à sa sortie. Son visage était encore un peu pâle.

« C’est bon d’être chez soi, » dit-il derrière un sourire douloureux.

Son assertion ne lui valut aucune réponse. Mika semblait mal. Ke’er et Lin Guoguo ne semblaient pas mieux. Xiuxiu semblait au bord des larmes.

« Très bien, direction la maison ! » Lan Jue tapota gentiment le dos de Mika. Il ouvrit la marche sur le chemin de l’Avenue.

Les quatre femmes se regardèrent silencieusement avant de suivre leur boss. Derrière elles, les portes de la verti-car se fermèrent, et de l’extérieur, on aurait cru qu’il n’y avait aucune porte.

« Maître des Joyaux. » Un petit groupe de Gardes de Skyfire se redressèrent à l’approche de Lan Jue. Il leur répondit d’un hochement de tête poli.

Un vent froid souffla. Le Maître des Joyaux releva son col. Ses yeux balayèrent l’Avenue, regardant les beaux magasins tout du long. Immédiatement, ils devinrent brumeux sous son regard.

Trois ans. C’est le temps qu’il lui avait fallu pour que Skyfire Avenue devienne son chez-lui. Même quand il était venu se réfugier ici, inconsolable, il sentait qu’il avait sa place ici. C’était peut-être cela le destin.

Marchant contre le vent, il prit le chemin de la maison. Mais sa marche fut interrompue par une sensation qui naquit en lui. Il releva la tête et regarda le long de la sombre rue.

Skyfire n’était jamais très éclairée la nuit. Les magasins utilisaient rarement les néons voyants ici. Ils comptaient sur la lumière naturelle pour l’éclairage. Dans la pénombre envahissante, il pouvait deviner une silhouette habillée en noir devant lui. Et pourtant, Lan Jue sut instinctivement que l’homme était là avant même d’avoir levé la tête.

Lan Jue plissa les yeux à cette vue. Lentement, il s’arrêta au milieu d’une Avenue mal éclairée. Son corps trembla, comme s’il était sur le point de tomber.

« Boss ! » Xiuxiu fit un pas un avant pour le supporter, mais Lan Jue lui fit signe d’arrêter.

Devant, l’homme vêtu de noir se retourna pour leur faire face. Leurs yeux se croisèrent, et même s’ils étaient séparés d’une centaine de mètres, leur lueur était visible.

Une ombre les dépassa, et l’homme en noir disparut.

« Non ! » Cria Mika. Mais à peine avait-elle ouvert la bouche que Lan Jue avait levé les main. Son corps vola comme s’il avait été frappé par un train.

Xiuxiu était la plus proche, et s’était précipitée pour protéger Lan Jue de l’explosion. Mika, Lin Guoguo et Ke’er étaient sur ses talons. Mais la force était trop forte, trop rapide, et les quatre femmes se retrouvèrent projetées au sol à dix mètres de là.

Lan Jue grogna, une goutte de sang coulant du coin de sa bouche. Il avait été pâle et frêle, mais maintenant, il semblait fait en papier.

Lan Qing apparut à l’endroit où se trouvait son frère. Il baissa son regard sur Lan Jue, et le sang qui lui coulait sur le menton. Quelque chose brûlait dans ses yeux.

« Bâtard ! » Mika brûlait comme un volcan, prête à entrer en éruption. Elle se ramassa et sauta dans les airs. L’Avenue fut baignée de lumières provenant de l’irruption de feux cramoisis autour d’elle. Elle se précipita sur Lan Qing, devenant une boule de feu criante. Elle laissait une énorme traînée de feu dans son sillage.

Les yeux brillants de Lin Guoguo s’illuminèrent comme des diamants, un déferlement d’énergie mentale se répandant dehors. Ke’er, aussi, sauta dans les airs comme sa sœur de feu. Mais là où les feux de Mika étaient rouges et en colère, une lumière bleue sortait d’elle. Au milieu du halo bleu, son corps se mit à changer, se métamorphosant en un canon massif.

Seule Xiuxiu demeura immobile. Elle regardait Lan Qing, choquée.

Les trois amazones étaient devenues des boules terrifiantes d’énergie, mais Lan Qing agit comme s’il ne les avait pas vues. Ses yeux restèrent fixés sur Lan Jue.

Le sourire léger caractéristique de son frère avait disparu. Une grimace le remplaçait, tenace, froide et en colère.


<< Précédent <<    >> Suivant >>

  1. NdTFR : Ce qui est complètement débile si vous voulez mon avis
Cet article comporte 4 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top