skip to Main Content
Menu

Chapitre 80 – Le Clash des Sept Étoiles


Source : Version anglaise

Traduit par : Arpakshaad
Checké par : Miss X


SKYFIRE AVENUE – CHAPITRE 80


« Tu es là pour cette gemme de pouvoir, n’est-ce pas ? Il semblerait que tu aies fini par découvrir ce qu’elle fait. Dis-moi donc, quel prix penses-tu que je devrais demander ? » L’Impératrice sourit malicieusement à Lan Jue, une lumière de connivence dans ses yeux.

« En voilà une bien belle avare, » marmonna Lan Jue.

L’Impératrice rit simplement, se tournant vers ses invités. « Aww, qui a dit que j’étais avare ? Vous ne voulez qu’une carte des étoiles ? Elle est à vous. »

Elle leva sa main droite en parlant. Vide, une lumière apparut dans sa main – faible au début, mais grandissante jusqu’à couvrir toute sa main. Quand elle disparut, elle contenait un disque argenté, qu’elle donna à Lan Jue.

Lan Jue ne fit aucun mouvement de courtoisie, prenant le disque et le donnant à Ke’er, qui était à côté de lui.

« Merci. Je t’en dois une. On va y aller. » Disant cela, il se retourna et prit le chemin de la sortie. Il n’avait aucunement l’intention de rester plus longtemps que nécessaire.

« Arrêtez-vous là ! » Interrompit la charmante voix de l’Impératrice.

Lan Jue s’arrêta, et se retourna pour voir un visage qui était devenu agité.

« Inconcevable. On finit de faire affaire, et tu t’en vas comme un voleur ! » Elle sonnait rancunière.

« Hey, » commença Ke’er, le visage amer, « fais attention à ce que tu dis. Notre boss est quelqu’un de bien, personne ne profite de qui que ce soit ici. »

L’Expression de l’Impératrice s’assombrit. « Cesse de te moquer de moi, petite fille. D’une certaine manière, j’imagine que vous espérez toutes qu’il ne soit pas aussi bien. Les Amazones de Zeus… est-ce que l’une d’entre vous oserait avouer ne pas être intéressée ? Vous savez qu’il fait semblant de ne pas remarquer. »

Ce fut au tour du visage de Lan Jue de s’assombrir. « Ke’er, rends-lui les cartes. On s’en va. »

Ke’er resta choquée sur place. Lin Guoguo et Mika étaient toutes aussi surprises, leurs visages portant d’étranges expressions. Elles connaissaient très bien leur boss. Cette fois-ci, il était très en colère.

L’Impératrice elle-même fut surprise, mais elle ne fit aucun mouvement pour prendre le disque des mains de Ke’er. Les coins de ses yeux rougirent, et une boule se mit à grandir dans sa gorge alors qu’elle parlait. « Tu les protèges donc, elles. Sois franc, Zeus – si je me soumettais, est-ce que tu me prendrais sous tes ordres aussi ? Deviendrais-je ta cinquième servante ? »

Les sourcils de Lan Jue se levèrent, et il soupira alors que la douceur revenait dans ses yeux. « Petite Yue, tu sais que c’est impossible. Avec ton caractère, comment pourrais-tu ne pas te rebeller ? Et même si, ma protection n’est pas sans limite. »

L’Impératrice Moonfiend baissa la tête. « Je sais. Tes trois années d’isolement n’étaient pas que pour Héra. Mais aussi pour les trois filles avec toi. Le savais-tu Mika ? Je vous envie vraiment vous toutes – d’avoir un homme comme lui comme gardien. Parfois, le Seigneur dur et sévère dans son château, et parfois l’ange au grand cœur. Partez donc, je n’ai plus rien à vous dire. »

Mika, Guoguo et Ke’er tournèrent leurs yeux vers Lan Jue.

Lan Jue sourit indifféremment, comme si rien ne s’était passé. « On y va. » Les mots flottaient encore dans les airs alors qu’il se retournait pour partir.

À ce moment-là une silhouette apparut, montant rapidement des étages en dessous. C’était l’homme à capuche dorée de tout à l’heure qui avait prévenu Luo Shang – et qui se révélait être Gao Yong.

« Votre Majesté. Ils en ont amené un autre. »

L’Impératrice avait retrouvé sa noble façade en un instant, et était à nouveau la majestueuse reine des pirates Moonfiend. « Amène-les à la salle de réception. J’y serai dans un instant. »

Gao Yong regarda furtivement Lan Jue et ses servantes avant de continuer. « Votre Majesté, leurs intentions cette fois … J’ai bien peur que nous ne puissions les faire attendre plus longtemps. »

L’Impératrice renifla dédaigneusement. « Ils attendront que les poules aient des dents si c’est ce que je veux. Mais très bien, j’irai les voir. »

Ke’er tripotait le disque entre ses mains en marmonnant, surtout à elle-même. « Je savais que ça ne serait pas facile. »

Lan Jue ricana. « C’est pour le mieux, en fait. Comme ça je n’aurais pas besoin de m’en occuper plus tard. »

Se retournant, il prit note de l’expression sur le visage de l’Impératrice. « Alors, quel est le problème, Petite Yue? »

Mais elle était devenue têtue, et lui fit signe de s’en aller. « Ça ne te regarde pas. Vas-t-en. »

Lan Jue se tourna alors vers Gao Yong. « Peut-être que tu seras plus avenant. »

Gao Yong regarda sa maîtresse, puis Lan Jue, de l’incertitude plein les yeux. Il répondit doucement. « Monsieur Lan, c’est le clan des pirates du Purgatoire. Nous ne savons pas comment ils ont fait pour gagner en pouvoir aussi rapidement … ils veulent une redistribution des territoires. Ils ont prévu d’utiliser les anciennes méthodes pirates – »

« Un duel. » dit Lan Jue.

Gao Yong hocha.

« Quelle sorte de duel ? » poursuivit-il.

Gao Yong répondit. « Trois combats d’adeptes. Quatre de méchas. Sept au total, le premier à quatre victoires a gagné. Ici, on l’appelle le ‘Clash de Sept Étoiles’. »

« Ça m’étonne, » dit Lan Jue. « Avec la puissance de la Moonfiend, j’aurais pensé que vous n’auriez pas eu ce genre de problèmes. »

Le sourire de Gao Yong était amer. « Au départ, notre pouvoir était absolu, mais depuis peu, le Purgatoire a recruté quelques adeptes particulièrement puissants dans leurs rangs. Nous soupçonnons qu’ils aient été pris des Trois Alliances, amenés avec six vaisseaux de guerre. Avant, le clan était déjà proche de nous en terme de pouvoir, mais à présent, l’écart est considérablement réduit. »

Lan Jue se tourna vers l’Impératrice. « Petite Yue, je peux t’aider avec ça. Disons que c’est ton prix, que les dettes sont réglées. Et pas juste pour la carte des étoiles – compris ? »

Elle regarda Lan Jue silencieusement. Les émotions dans ses yeux étaient nombreuses et compliquées, mais contrôlées. Finalement, elle ouvrit la bouche. « C’est toi qui vois. »

Ke’er fronça les sourcils à ce qui se passait. « Boss, allons-y. On dirait que tu veux absolument l’aider. Qu’est-ce qu’on fait encore là ? »

Lan Jue ne répondit pas, au lieu de ça, il parla à Gao Yong. « Quand commence le Clash ? »

« Si ça ne tenait qu’à eux, dans trois jours, » répondit Gao Yong. « Si Monsieur Lan accepte de nous aider, nous leur répondrons ainsi. »

Lan Jue hocha. « Très bien. Dans trois jours, nous reviendrons à Moonfiend. Entre-temps nous avons nos propres affaires gérer. Attendez notre retour, puis nous nous battrons au nom des pirates Moonfiend »

Le visage de Gao Yong était ravi. « Mille mercis, Monsieur Lan ! » Depuis qu’il avait appris l’identité de Lan Jue, Gao Yong était encore plus reconnaissant pour la magnanimité et la retenue dont il avait fait preuve ce jour-là sur l’Avenue.

Il prit le chemin hors du château, un petit sourire toujours présent comme une ombre sur son beau visage. Ses trois amazones le suivirent.

« Boss ! » Appela Mika.

Lan Jue ne lui prêta aucune attention, même s’ils marchaient côte à côte. Son bras se pressa contre elle pendant un court instant.

Elle ne dit rien de plus, et marcha avec lui en silence. Doucement, elle tapa quelques boutons dans le communicateur sur son poignet.

Alors que les quatre quittaient la ville, Lan Jue ne dit pas un mot. La verti-car qu’ils avaient loué les attendait patiemment non loin, prête à partir.

« Un instant, Zeus. » L’exclamation brisa le silence de leur marche.

Lan Jue s’arrêta net, et ses traits se changèrent, laissant tomber ce petit sourire. Doucement, il s’adressa à la voix. « Allez-vous m’obliger à tuer quelqu’un ? »

« On dirait que mes estimations sont exactes. Si je te laisse partir aujourd’hui, j’ai bien peur que tu ne reviennes pas. L’Impératrice a toujours autant d’affection pour toi, et même si je ne sais pas ce qu’elle a insinué, on dirait que tu as compris. »

Une grande silhouette se dirigeait lentement vers eux. La réalité semblait tourbillonner et se tordre autour d’eux. Les quelques marchants et piétons sur la rue disparurent silencieusement. Les protectrices de Lan Jue ressentirent clairement qu’elles étaient entrées dans une autre réalité.

<< Précédent <<    >> Suivant >>

Cet article comporte 1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top