skip to Main Content
Menu

Chapitre 151 – Conséquences

Traducteur en Français : Arpakshaad
Editrice & Checkeuse : Miss X

Chapitre 151 - Conséquences

Hua Li suivit Chu Cheng à l’étrange rocher. Ils avaient tous deux besoin de voir les résultats de ce traitement de leurs propres yeux. Lan Jue avait, en effet, l’air d’aller bien.

Le Docteur les poussa pour voir son patient, et il plaça une main sur son corps. Presque immédiatement, la lueur verte familière les enveloppa tous deux. Après quelques instants de concentration, le Docteur se mit à parler d’une voix surprise.

« Tous ses méridiens sont normaux, ni cassés ni éparpillés. La pression sanguine est une fois et demi celle normale, les signes vitaux sont bons. L’élasticité de la peau est presque deux fois meilleure qu’avant… et c’est tout ce que je peux voir pour l’instant. Je suppose qu’on verra le reste plus tard. C’est presque inconcevable, je veux dire, ses méridiens étaient en pagaille. Mais là c’est comme s’il ne s’était rien passé. Ils ne disaient pas de blague quand ils – »

« A-hm ! » Le Docteur s’arrêta subitement en entendant le Maître des Vins tousser.

Le Docteur connaissait les règles, et fit un pas pour rejoindre les trois autres. « Le Maître des Joyaux va vraiment mieux. Il a juste besoin de repos. Il se réveillera tout seul dans quelques temps. »

Hua Li plissa les yeux, mais il pouvait voir que Lan Jue allait mieux. Il se détendit avec la confirmation de ce qu’il voyait. Il se retourna vers le Parangon et lui adressa la parole, la voix pleine de respect. « Monsieur, prévoyez-vous de rentrer sur Skyfire avec le Docteur rapidement ? »

Le Maître des Vins hocha de la tête.

« Si le Cosmagus préfère, nous pouvons prendre Poséidon 1. »

« C’est fort aimable, merci pour le dérangement. »

Dix minutes plus tard, le groupe était à bord de Poséidon 1 au décollage. Le vaisseau disparut dans une lumière bleue, fonçant vers le ciel.

Leur fuite fut rapidement suivie de l’arrivée d’une douzaine de vaisseaux. La destruction de Taihua était énorme, et les conséquences allaient employer une grande quantité d’efforts. Tout d’abord, évidemment, il fallait accomplir la mission de recherche et de sauvetage pour les personnes manquantes. Finaliser la liste des morts serait épuisant, et après, il faudrait le dire aux familles, et les compenser.

ζ

Le vaisseau trembla légèrement en amorçant sa décente.

« Hm ? » Tan Lingyun s’éveilla en sursaut de son profond sommeil. Son corps protesta à coup de fortes douleurs et de joints grinçants qui lui firent pousser un grognement.

Son regard était flou, comme si elle était entourée de brouillard, mais sa vision s’éclaircissait à chaque instant.

« Où suis-je ? » Elle s’assit soudainement, assaillie par l’intense douleur dans ses muscles. Elle refit une grimace, essayant de regarder dans toutes les directions à la fois.

Il lui parut évident qu’elle était dans un vaisseau. Vide. Sauf pour elle, personne n’avait l’air d’être là. Ce n’était pas un grand vaisseau, et à juger par l’intérieur, ce devait être un vaisseau civile.

Elle se frappa le front, essayant de pousser sa mémoire engourdie à se rappeler des détails des dernières heures. Ce qui sortait le plus du brouillard était l’énorme silhouette bleue. Mais il y avait plus. Des yeux, des yeux impérieux qui brillaient doré.

Un mécha tellement puissant ! Est-ce lui qui m’a sauvé ?

« Vous êtes réveillée ? » La voix qui la salua était un peu brusque.

Tan Lingyun se retourna à temps pour voir un Wang Hongyuan en piteux état sortir du cockpit.

« Vous ? C’est vous qui m’avez sauvé ? » La surprise de Tan Lingyun n’était pas cachée. Son expression incrédule. Était-ce possible que ce professeur de danse soit celui qui pilote ce splendide mécha ?

« Non, pas moi. » La voix de Wang Hongyuan faiblit, ses yeux se perdirent dans le vague, comme dans un souvenir douloureux.

« Si ce n’est pas vous… alors qui ? »

« Je ne suis pas sûr, » répondit-il. « Un mécha bleu vous a déposé dans le vaisseau. Puis il est reparti aussi vite qu’il est venu. »

Le visage de Tan Lingyun s’assombrit. Elle lutta pour se rappeler du moindre souvenir, mais plus elle y pensait, moins elle se rappelait. Juste cette machine saphir et ces yeux dorés.

La raison pour laquelle elle était restée lui revint d’un coup. « Et Professeur Lan ? »

Wang Hongyuan hésita. Le plus petit éclair de tristesse assombrit son visage avant de parler. « Je ne sais pas. On a été séparés. »

Tan Lingyun, instable comme elle l’était, explosa immédiatement, pleine de rage. « Séparés ? N’êtes-vous pas sorti en courant comme un imbécile juste pour le ramener ? Ce n’est qu’un homme et vous êtes supposé être un Adepte avec des pouvoirs. Vous êtes en train de me dire que vous n’avez même pas réussi à protéger un unique professeur ? Vous êtes un déchet comme je l’ai toujours dit ! »

Sa soudaine envolée le prit par surprise, mais contrairement à leur dernière incartade, le professeur de danse n’essaya pas de réfuter ses injures. « Vous avez raison, » murmura-t-il.

« Comparé à lui, je suis un déchet. Allons, on est arrivé sur Skyfire et il est temps de sortir. Je me rends entièrement responsable de la disparition du Professeur Lan. »

Tan Lingyun prit une profonde inspiration pour se calmer. Elle ne rouvrit la bouche qu’une fois avoir retrouvé une certaine mesure de calme. « Mes excuses. Ce ne devait pas vous être destiné spécifiquement, c’est juste qu’avec ce que nous avons vu, s’il n’est pas là, cela veut probablement dire que… J’aime pas ça. Je suis désolée ! »

Wang Hongyuan répondit à ses excuses d’un triste sourire. « Vous n’avez pas tort. Nous avons de la chance de nous en sortir vivants. Mais moi, au moins, je ne le mérite pas. Je ne suis pas aussi courageux que ceux qui sont restés pour aider. Après une catastrophe comme ça, c’est devenu clair. »

Tan Lingyun hocha tristement la tête. « Allons-y… On a encore beaucoup à faire. »

ζ

« Ici le Réseau d’Informations de l’Alliance de l’Est, vous apportant les dernières infos de toute la galaxie. Nous commençons tout juste à recevoir des nouvelles de Taihua, où nous avons appris qu’une terrible attaque s’est passée. Des bêtes monstrueuses d’en dehors de la galaxie ont attaqué la destination touristique. Les premiers rapports disent que trente pourcent des visiteurs auraient trouvé la mort dans le chaos. C’est vraiment une tragédie pour tous ceux qui sont concernés. Heureusement, un grand nombre de portés disparus ont été trouvés alors que les opérations de recherche et de sauvetage continuent. Nos pensées et nos prières vont aux familles des victimes. »

« Nous avons reçu des images vidéo des satellites autour de Taihua, nous montrant nombre d’individus héroïques qui ont combattu eux-même les bêtes. Il est évident que leurs braves actions ont sauvé un grand nombre de vies. Nous continuerons de couvrir les événements sur Taihua, et l’identité de ces personnes héroïques. Qui que vous soyez, nous vous saluons. »

« Nous savons déjà que les Alliances du Nord et de l’Ouest ont déjà appelé le Premier Ministre Zhou pour offrir leurs condoléances. Ils ont promis de se joindre à nos propres organisations pour découvrir d’où ces bêtes sont venues, et ce qu’elles veulent exactement. »

« Le Groupe Goby Entertainment a fourni dix vaisseaux de transport pour aider dans l’effort de recherche et de sauvetage, en plus d’infrastructures dernier cri qu’ils ont gracieusement ouvertes pour la durée de la catastrophe. Cela vient avec un don de cent millions de NED qu’ils espèrent aideront à découvrir d’où viennent les aliènes, et d’amener une faible mesure de paix aux personnes endeuillées. »

ζ

Jin Yan était assise dans le bâtiment des électifs, abasourdie et silencieuse. Elle regardait dans le vide, des images de Taihua plein la tête. Elle avait encore l’impression d’être enfermée dans un cauchemar, incapable de se libérer de la peur d’une mort certaine. Son corps tremblait encore.

Il n’y avait qu’elle dans tout le bureau. Une fois rentrés, le premier ordre de Wu Junyi avait été de tous les renvoyer chez eux. Jin Yan, cependant, ne savait pas quoi faire. Après ce qui lui sembla être une demi-journée, elle s’était décidée à bouger. Ses pas l’avaient amenée ici.

Elle s’était tenue au courant des événements au fur et à mesure, et elle savait que les derniers étaient rentrés, Wang Hongyuan et Tan Lingyun. Professeur Lan était introuvable.

Est-ce qu’il est vraiment parti ? Quand elle avait appris la nouvelle, c’était comme si le monde était devenu noir. Le son de la cloche sonna dans sa tête, couverte par le son de sa voix : « C’est ça la noblesse ! »

Cette élégance, ce sourire narquois, cette noble attitude. Ils traînaient lentement dans son cœur.

Parti… Disparu ! Et Jin Tao ? Où a-t-il emmené mon frère ? Lui parti, que va-t-il arriver au garçon ? Qu’est-ce que je vais dire aux parents ?

Elle était assise dans la pénombre oppressante, perdue.

Elle fut réveillée par des bruits de pas dans le couloir. Clunk, clunk, clunk.

Elle leva brusquement la tête, s’accrochant désespérément à l’espoir de voir arriver cette fine silhouette dans le bureau. Priant de pouvoir revoir son visage.

Mais ce ne fut pas ainsi.

Chemise blanche, costard noir, cheveux noirs et lisses. Wang Hongyuan entra silencieusement dans le bureau des professeurs d’électifs.

Sans un bruit il entra, se dirigeant vers la fenêtre à côté du bureau que Lan Jue avait choisi. Il resta debout devant la chaise vide un instant, puis s’agenouilla et s’inclina.

« Wang Hongyuan… » Jin Yan se releva lentement.

Le professeur de danse se releva et se retourna pour la regarder. Son visage était pâle et fatigué. « Professeur Jin, » murmura-t-il.

Sa réponse arriva dure et amère. « N’avez-vous vraiment plus aucun espoir que Professeur Lan ne revienne en vie ? »

Il resta debout silencieusement devant elle, déplaçant son poids d’un pied à l’autre. Il fallut douze longue secondes avant qu’il ne lui réponde, déprimé. « Je peux vous dire que c’était un putain de héros. Mais j’ai peur que… »

Les yeux de Jin Yan étaient rouges et gonflés. « On s’en fiche qu’il soit un héros ou pas. Je veux savoir s’il va revenir ! »

Wang Hongyuan ne dit plus rien. Ses propres yeux étaient rougis par les larmes. Les derniers mots du professeur d’Étiquette étaient encore frais dans sa mémoire.

Beep, beep, beep ! Jin Yan tressauta à la vibration de son communicateur à son poignet. Elle le regarda par pure habitude, mais y vit un numéro inhabituel.

Elle répondit quand même.

« Allô, qui est-ce ? » Jin Yan lutta vaillamment pour garder sa voix sous son contrôle, repoussant la tristesse.

« Bonjour Professeur Yan. J’espérais que vous pouviez m’aider à demander un congé maladie. J’ai bien peur d’avoir besoin de quelques jours de repos avant de pouvoir retourner travailler. » La voix qui la salua à l’autre bout du fil sonnait fatiguée, épuisée.

Elle regarda l’objet sur son poignet comme s’il était fait de serpents. Quand elle parvint à parler, sa voix était plus élevée que prévue.

« Professeur Lan ?! »

Entendant son cri, Wang Hongyuan se précipita à ses côtés. Il regarda le numéro, les yeux ouverts comme des soucoupes.

« C’est moi. Après avoir aidé comme j’ai pu, j’ai pris un vaisseau pour rentrer. Je suis déjà sur Skyfire. Pouvez-vous dire à Directeur Wu et aux autres de ne pas s’inquiéter pour moi, s’il vous plaît ? Je devrais être de retour au travail d’ici quelques jours. »

Elle ne put s’en empêcher. Les larmes qu’elle contenait remontèrent à ses yeux et roulèrent le long de ses joues. Seulement, ces larmes étaient d’une autre nature. Et les tremblements de son corps n’étaient pas de peur ou de tristesse, mais de joie et de soulagement.

Wang Hongyuan attrapa son poignet et le tira ver lui. « Lan Jue, c’est vraiment vous ? Vous n’êtes pas mort ? »

La réponse de Lan Jue arriva tiède. « Déçu ? »

Wang Honyuan fit une grimace au communicateur. « Pourquoi ne pas nous avoir prévenu avant ?! »

« C’est quoi le problème ? » Défia Lan Jue. Il semblait indécis.

Le professeur de danse resta silencieux, une marée d’émotions lui passa sur le visage avant de s’arrêter sur un petit sourire. « Je suis juste content que vous alliez bien ! » Sur ce, il raccrocha puis, avec tout la force et la férocité d’un coup de tonnerre, il serra Jin Yan dans ses bras.

Jin Yan poussa un cri de surprise. Ses larmes s’étaient arrêtées, mais elle entendit des sanglots étouffés venant de son épaule.

« Il est vivant… Vivant. Merci à quiconque écoutera, le bâtard l’a fait ! Hah ! Il l’a fait ! »

Cet article comporte 2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top