skip to Main Content
Menu

Chapitre 126 – Compétition inter-école ?

Traducteur en Français : Arpakshaad
Checkeuse : Miss X

Chapitre 126 - Compétition inter-école ?

Quarante-deux papiers avec le nom de Zhou Qinalin ! Les mecs ; je vais me noyer dans un océan d’hormones, là. Lan Jue ne put que soupirer. Il n’avait pas prévu que ce qui devait être une loterie parfaitement juste allait tourner ainsi. Les jeunes hommes levaient vaillamment les bras en signe de triomphe, chacun avait dû écrire son nom à elle plutôt que le leur. Cela prouvait certainement l’importance qu’elle avait auprès de la moitié masculine de la population. Mais c’était ainsi, et on ne pouvait rien y faire.

« Est-ce que Mademoiselle Zhou Qianlin veut bien s’approcher du pupitre pour réclamer son prix ? »

Elle fit comme demandé, et se dirigea vers Lan Jue. Son front était plissé. Il la regarda et comprit. Il espérait qu’elle comprenait la vérité, mais il savait à quoi cela ressemblait.

Zhou Qianlin saisit le diamant sur le plateau, le pinçant entre ses doigts. Elle l’amena à ses yeux pour le regarder de plus près, puis le reposa.

« Je suis désolée, » dit-elle. « Je ne peux pas accepter le diamant. Si vous le voulez bien, professeur, donnez-le à l’Hôpital de Grâce à la place. Dites que c’est un don des étudiants de votre classe d’étiquette. »

« Très bien, » dit-il, hochant la tête.

Des hourras s’élevèrent de derrière eux. Bien sûr, il ne manquait pas non plus de railleries et de cris de rancœur. Un bon nombre de jeunes filles grimaçaient ouvertement, supposant que c’était un genre de manigance pour se faire aimer du public.

Mais Lan Jue savait que non. Ce n’était pas une manigance. Zhou Qianlin était honnêtement une bonne femme. Sa conscience ne lui permettait pas d’accepter quelque chose qu’elle n’avait pas mérité.

Même si le résultat de la loterie ne s’était pas déroulé comme prévu, pour la plupart, c’était la fin parfaite du cours. Sur ce, le cours se termina convenablement. Zhou Qianlin se retourna et partit, Tang Mi sur les talons. Shui Zhongdie était avec elles, mais en passant, elle ralentit juste assez pour regarder le diamant une dernière fois. Elle tira joyeusement la langue à Lan Jue, se dépêchant de rattraper les deux autres.

« Jin Tao, Tang Xiao, si vous voulez bien me suivre, » dit-il à ses deux élèves.

« Oui, Professeur. » Dirent-ils, leurs visages marqués par l’anticipation. Ils le savaient : aujourd’hui était le jour où l’entraînement allait vraiment commencer.

En passant, Lan Jue regarda fixement Hua Li assis au fond de la salle. Poséidon se leva et suivit.

ζ

« Qianlin, pourquoi est-ce que tu n’as pas juste pris le diamant ? C’était pas une babiole en toc. Et d’après ce qu’a dit Professeur Lan, il était au-dessus de la moyenne. » Tang Mi marchait à côté de son amie, ses questions fusant comme des balles.

« Quel genre de femme accepte un diamant aussi facilement ? T’es aussi creuse que ça, ou tu le fais exprès ? »

Tang Mi fit une moue face à ces mots durs. « Qu’est-ce qui empêche une femme de faire ça justement ? T’es juste psycho-rigide. C’était un prix ! C’était la chance qui décidait. »

« De ce que j’ai vu, ce n’était pas un coup de chance. » Shui Zhongdie avait enfin réussi à les rattraper. « J’ai vu le mec à côté de moi écrire le nom de Zhou Qianlin sur son papier. Je suis sûre qu’il n’était pas le seul, non plus. Sinon, quelle coïncidence ! Hhm, avec Zhou Qianlin à côté, on ne fait pas le poids toutes les deux. Je suis trop jalouse ! »

Tang Mi crachota. « Laisse tomber. Toi et ton petit-copain Président des Elèves. Et pourtant, t’es encore charmeuse. »

Shui Zhongdie ricana. « Qu’est-ce qu’il a. Il s’imagine juste être mon petit-ami. On n’est pas sorti ensemble depuis longtemps. »

« Et qu’est-ce que notre illustre président a de si important à faire en ce moment ? »

« Encore toutes ces réunions, dit-elle. L’université de Lir veut encore se la péter à montrer qu’elle est la meilleure. Je ne comprends vraiment pas ce que pensent les dirigeants. L’Université de Lir est pour pilotes de mécha, alors que la nôtre se concentre sur la recherche et le développement. Qu’est-ce qu’ils essayent de faire avec toutes ces compétitions de pilotage de mécha ? C’est tellement chiant ! Rien que de penser à son visage de petit prétentieux me donne envie de l’écraser. »

Tang Mi fit écho à son sentiment. « T’as raison ! La dernière fois, on a perdu horriblement. Heureusement qu’on avait Professeur Tang avec nous à l’époque. Sinon, on aurait eu tellement honte. Et on recommence cette année ? L’école a accepté ? »

« De ce que je comprends, l’école espère que nos pertes continuelles face à l’Université de Lir vont nous pousser à nous dépasser. Notre département de combat de mécha n’est pas le plus fort, au grand étonnement des gros bras de l’école. »

Les cris plaintifs de Tang Mi suivirent. « Ils sont déçus, c’est encore pire pour nous ! Mais, nous les filles, ne pouvons pas être lâches, ramenez-vous bande de p’tits péteux de l’UL. Si un seul d’entre-vous essaie de l’ouvrir, je vais vous montrer, moi ! »

Shui Zhongdie leva les poings en l’air. « Toi et moi, ma sœur ! »

Zhou Qianlin leur lança un regard désespéré. « Ça doit être fatigant d’être belliqueuses comme ça. En fait, Professeur Tan et moi sommes en train de travailler sur un nouveau type de canon laser. Et si je vous donnais une démonstration de première main ? »

Shui Zhongdie faillit la plaquer avec son câlin. « Qianlin, toujours aussi acerbe ! Est-ce que tous tes prétendants le savent ? »

ζ

La verti-car haute-alt McCrary s’arrêta lentement à l’entrée de Skyfire Avenue. Les portes s’ouvrirent, et Lan Jue, Hua Li et les deux jeunes disciples en sortirent. La voiture avait été amenée aujourd’hui par Hua Li, même si c’était Lan Jue qui avait insisté pour un moyen de transport différent après avoir raccompagné Zhou Qianlin. Quand il prit la clef à son ami, il ne put que soupirer d’appréciation, retournant à la société moderne.

« La vache, stylé ! Quand est-ce que je pourrai avoir un de ces trucs ? Je ne savais pas que vous aviez autant d’argent, prof ! » Jin Tao regardait la voiture tout excité.

Même Tang Xiao, qui venait lui-même d’une famille aisée, regardait avec appréciation. Quel homme n’aimait pas les voitures de sport ?

Lan Jue devint soudainement sérieux : « Allez, venez. »

Il les amena directement aux Sous-Sols de Skyfire. La partie haute de l’Avenue était quelque peu plus stricte, et Lan Jue craignait que même son statut de membre du conseil ne suffise pas à les faire entrer.

Quand les portes de l’ascenseur s’ouvrirent, Jin Tao et Tang Xiao ouvrirent les yeux, abasourdis.

Jin Tao le vivait bien mieux. Il était sans peur face à l’inconnu. Mais Tang Xiao était différent. Il connaissait l’Avenue, ce qu’elle représentait, et l’excitation qu’il ressentait d’être enfin là était à peine contenue. Mais ce qu’il ne savait pas, c’est qu’il existait une deuxième Avenue.

Ses yeux se remplirent des bâtiment anciens, de la foule de gens, et il ne put s’empêcher de sortir : « Est-ce que je suis au paradis ? »

« Pas loin, » répondit Lan Jue. « Skyfire Avenue est bien un endroit réel. Un endroit où les Adeptes peuvent échanger, et le plus grand rassemblement de Talents de l’Alliance de l’Est. Elle est dirigée de manière très libre. Ici, un Adepte peut trouver tout ce dont il a besoin. »

« J’en ai entendu parler, » affirma Tang Xiao, « mais mon père m’a dit que je devrais attendre d’être diplômé avant d’avoir les qualifications requises pour y aller. Le reste, je ne m’en souviens plus. Je n’avais pas imaginé que ça serait comme ça : c’est incroyable. »

Lan Jue laissa échapper un étrange sourire. « Incroyable ? On verra plus tard si tu penses toujours la même chose. »

Cet article comporte 2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top