skip to Main Content
Menu

Chapitre 39 – Le Bureau


Source : Version anglaise

Traduit par : Kayorko
Edité par : Zareik
Checké par : Ptit Lu


SKYFIRE AVENUE – CHAPITRE 39


     La lettre d’acceptation était réelle et, malgré la question qui resta en suspend sur sa matière, il fut autorisé à entrer dans l’université avec sa bicyclette, sain et sauf.

Comme dans beaucoup d’universités, les élèves et les professeurs n’avaient pas les mêmes règles et les professeurs avaient un endroit désigné pour parquer gratuitement leurs véhicules. Lan Jue décida sur le chemin de faire un léger détour pour enregistrer sa bicyclette afin de ne plus avoir de problème lors de ses futures venues.

Contrairement aux étranges portes en alliages de l’université, l’intérieur donnait une impression de communion avec la nature : tout y était frais et vert.

De vieux arbres avaient formé une canopée autour des passages et des chemins du campus. Ils protégeaient ainsi les élèves et professeurs du soleil. Chacun des espaces était unique dans sa disposition et il était facile de remarquer d’un seul regard les efforts qui avaient été fournis pour les entretenir. L’odeur de la pelouse fraîchement tondue et la lourde fragrance des fleurs s’enlaçaient ensemble et emplissaient les narines. Le fait de marcher parmi ces chemins de l’université donnait l’impression de se reconnecter avec la nature.

Quel merveilleux endroit ! Complimenta silencieusement Lan Jue.

Les bâtiments et la disposition des lieux avaient été dessinés afin d’être en accord avec l’idéologie de l’apprentissage. Les lieux avaient été parfaitement pensés.

Si Lan Jue avait dû décrire les lieux, il aurait dit : paisible. Cela aurait suffi.

Plus tôt, lorsqu’il s’était aventuré dans le campus, il avait facilement trouvé le bureau traitant de l’enseignement et il s’était enregistré. En retour, une clé de bureau lui avait été donnée ainsi qu’une clé pour son appartement. Ils l’avaient effectivement traité comme un honorable professeur associé.

Au moment où il était sorti du bureau traitant des affaires liées à l’enseignement avec d’innombrables documents sous les bras, il avait libéré l’une de ses mains pour remontrer ses lunettes sur son nez.

       – Je suppose que je suis réellement un professeur maintenant !

La qualité de l’UNE était très appréciée et la poursuite de la connaissance était rigoureuse. Le doyen de l’enseignement lui avait d’ailleurs fait subtilement comprendre que, même s’il ne comprenait pas comment il avait fait pour faire accepter aux administrateurs sa soi-disant matière, il ne serait pas payé pour ne rien faire. Suite à ça, il avait programmé la première classe de Lan Jue pour ce même après-midi tout en s’engageant à diffuser une publicité pour son cours électif. De plus, il le prévint que le Directeur de l’Éducation lui-même viendrait assister à son cours pour déterminer s’il avait ce qu’il fallait pour enseigner ou non. S’il ne possédait pas cette qualité, il se retrouverait à devoir faire face aux administrateurs et son cours serait abandonné.

Dit simplement, son premier test à l’Université Nationale de l’Est était juste devant lui !

Lorsqu’il revit le visage du doyen dans sa tête, le visage de Lan Jue ne put s’empêcher d’avoir un léger tressaillement. Pourquoi est-ce que tous les doyens du monde semblaient être exactement les mêmes – ou, tout du moins, semblaient partager le même visage, comme s’ils sortaient tous du même moule.

Cette pensée tourna dans sa tête. Bien que ce ne soit pas réellement son problème, il ne pouvait certainement pas se permettre d’être renvoyé. Sinon il n’aurait jamais fini d’en entendre parler avec Zhou Qianlin.

Cela faisait des siècles que Lan Jue ne s’était pas senti si motivé pour quelque chose. Il avait encore toute la matinée, comment allait-il se préparer ?

L’UNE était vaste et était séparée en de nombreuses zones. La plus grande était celle dédiée au département de la R&D où seuls les élèves et les professeurs étaient autorisés à entrer. Trois grands bâtiments blancs et circulaires remplissaient la zone.

[NDE : R&D = Recherche et Développement]

Le reste du campus était plus normal et était séparé en plusieurs espaces variés tels que le département dédié aux Combats de Méchas, le département pour les Services ou encore l’espace dédié à la fabrication de Méchas.

Les départements en eux-mêmes étaient séparés en plusieurs unités de plus petite taille. Le département dédié aux Combats de Méchas avait par exemple des unités spécialisées dans les exercices de combats et d’autres dans les applications pour les Méchas.

Les départements de fabrication de Méchas et de maintenance s’occupaient, quant à eux, essentiellement de la recherche et de la conception de Méchas.

La disposition des lieux au sein de l’UNE était telle que plus l’on avançait dans les lieux, plus ces lieux devenaient importants.

Lan Jue s’était vu assigner un bureau dans le département de la R&D, dans le troisième bâtiment d’enseignement avec tous les autres domaines électifs.

Était appelé « électives » ici, les matières qui se rajoutaient aux cours obligatoires et qui étaient essentiellement choisis par les étudiants en fonction de leurs intérêts et besoins ; des matières telles que par exemple l’art ou la musique. Et maintenant, l’étiquette.

Les étudiants étaient eux-mêmes séparés en différents rangs, en fonction de leur statut et de leur futur potentiel. Un étudiant avec un potentiel exceptionnel et un étudiant moyen vivaient quasiment dans deux mondes différents.

Ce n’était pas différent pour les professeurs. La différence de statut et de revenu entre des instructeurs normaux et des professeurs de cours électif était aussi vaste. C’était encore plus vrai pour les cours post-bac et les enseignants chercheurs.

C’était la raison pour laquelle tous les professeurs électifs étaient entassés dans une pièce du troisième bâtiment de l’espace d’enseignement. Ils avaient un espace de bureau ouvert à partager avec une dizaine d’autres professeurs. Leur dortoir était aussi non loin, dans un petit bâtiment derrière le bureau qu’ils occupaient. C’était assurément l’endroit le plus délabré de toute l’université.

Par rapport aux enseignants des cours normaux, les professeurs des cours électifs n’étaient pas très bien traités, mais comparés à d’autres professions normales à l’extérieur du campus, ils restaient tout de même magnifiquement bien payés. Après tout, de toutes les universités de l’Alliance de l’Est, l’UNE pouvait profiter de plus de fonds gouvernementaux que la plupart des autres écoles publiques de l’Alliance. Les enseignants en bénéficiaient aussi.

Toutefois, à la fin, ce n’était pas réellement le salaire des professeurs électifs qui était leur plus grande source de revenus, c’était leurs bonus. Le montant de ceux-ci dépendait du nombre d’étudiants qui assistaient à leurs classes. Le fait d’assister à une classe élective demandait évidemment de payer une somme supplémentaire et une portion de ces profits étaient donnés au professeur en question. Plus le cours était bien, plus le nombre d’étudiants y assistant était important et plus la somme d’argent que le professeur gagnait était importante. C’était une méthode incitative bien faite.

Quant à son dortoir, Lan Jue ne se sentait pas concerné. Il n’avait aucune intention de vivre ici. Il alla donc directement vers les bureaux des professeurs électifs.

La porte de leur pièce était déjà ouverte. Cela avait été difficile de la trouver dans le grand campus.

*Toc, toc* Lan Jue frappa du poing contre la porte ouverte. Il sourit aux autres personnes tout en s’avançant à l’intérieur et en hochant légèrement la tête vers les personnes pour les saluer.

       – Bonjour tout le monde, commença-t-il poliment. Je suis le nouveau professeur d’étiquette, Lan Jue.

Peu de personnes occupaient le bureau à ce moment et, à la surprise de Lan Jue, la majorité était des femmes. La pièce faisait environ trois cents mètres carrés et était occupée par une trentaine de bureaux. La moitié d’entre eux était vide. Parmi les bureaux occupés, seuls huit professeurs étaient présents. Deux hommes et le reste était des femmes. La plupart semblaient avoir la vingtaine hormis une femme plus âgée.

Tous les yeux se tournèrent vers Lan Jue. Quel que soit leur genre, tous remarquèrent son sourire gentil et son élégante conduite qui les mit aussitôt à l’aise.

*****

<< Précédent << >> Suivant >>

Cet article comporte 2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top