skip to Main Content
Menu

Rebirth of the Thief, chapitre 14


Traducteur : Mithestral

Editrice: MissX


Chapitre 14 : Son meilleur ami

Nie Yan étudia pendant une heure, puis retourna s’entraîner. Quand il avait faim, il sortait d’un frigo un tube de nutrition tonifiante et retournait étudier. Il continua ce cycle études>entraînement>repas jusqu’à treize heures.

「Ring! Ring!」 Le téléphone fixe de Nie Yan sonna.

« Allô, qui est-ce? » Nie Yan décrocha et demanda.

« Nie Yan! Que dis-tu qu’on sorte et joue ensemble? Je m’ennuie à mourir en restant à la maison. »

La voix appartenait à Tang Yao. Les pages de l’album photo de ses souvenirs recommencèrent à tourner. Tang Yao était son meilleur ami, et ils se connaissaient depuis tout petits. Mais la famille de Tang Yao était devenue fortunée, et ils déménagèrent vers la capitale. Cependant, sa famille avait acheté un manoir près de cette ville, donc chaque été Tang Yao se déplaçait pour lui rendre visite.

Tang Yao était vraiment un ami loyal. Dans la vie précédente de Nie Yan, quand Nie Yan devint très pauvre, Tang Yao prit le risque d’être découvert par Cao Xu et offrit un soutien financier qui lui permettait de survivre à ces temps difficiles.

Mais Tang Yao avait un défaut majeur : il adorait fréquenter les bars et séduire les femmes. Un soir, il se battit avec un autre homme au sujet d’une femme, et fut battu à mort. Comme l’autre homme avait beaucoup de relations, le dossier fut classé sans suite.

Tang Yao, tu es encore en vie! C’est génial. Dans cette vie je ne laisserai pas ce genre de chose se reproduire.

Tout d’un coup, des larmes commencèrent à lui couler sur les joues.

« Allô? Nie Yan? T’es mort ou quoi? Dis quelque chose. »

« Où est-ce que tu veux aller? » demanda Nie Yan, après avoir calmé ses émotions.

« Allons au bar PK, ça t’intéresse? Récemment, ce jeu là, Conviction, est plutôt populaire. Tu l’as déjà essayé?

« J’y joue oui. Je suis un Voleur Tempête niveau 2. » répondit Nie Yan. Le bar PK était un club de divertissement dans lequel les joueurs pouvaient transférer leurs personnages du jeu et s’affronter dans divers scénarios. Ce genre de combat n’influait pas sur le niveau du joueur ni sur son progrès de quelque façon que ce soit. Les joueurs pouvaient juste gagner une ou deux pièces d’équipement via des paris avec d’autres joueurs.

« Pas mal du tout, tu es déjà niveau 2! Quand est-ce que tu as acheté un casque de jeu? » Tang Yao demanda, plutôt surpris. Il savait que la famille de Nie Yan n’était pas très fortunée.

« Je l’ai depuis quelques temps déjà. »

« Alors viens avec moi. On va aller se balader au bar PK. Au fait, j’ai un Arcaniste de niveau 3. » annonça fièrement Tang Yao.

Nie Yan ne put s’empêcher de sourire un peu. Les jeunes de 18-19 ans voulaient tous se vanter, même de leurs plus petits accomplissements. Mais Nie Yan avait mûri et avait déjà dépassé ce stade depuis longtemps.

A ce moment là, n’importe quel joueur qui pouvait monter niveau 3 était un joueur décent, et représentaient le top 10% des joueurs. Mais Nie Yan savait que le talent de Tang Yao n’était pas suffisant s’il voulait aller au bar PK. Il y avait de nombreux experts là-bas, et les experts attiraient d’autres experts.

« Si on y va juste pour jouer, y’a pas de problèmes. Mais c’est mieux si tu ne commences pas à parier. » annonça Nie Yan. D’après ce qu’il se rappelait, Tang Yao adorait parier, même s’il ne gagnait jamais. Jamais jamais jamais. Mais ça ne l’avait jamais découragé, et au contraire il continuait les paris. Heureusement, Tang Yao ne recevait pas tellement d’argent de poche, donc il ne perdait jamais des sommes importantes. Dans la société, les parents donnaient rarement beaucoup d’argent à leurs enfants, afin d’éviter le développement de mauvaises habitudes et que l’enfant se transforme en bon à rien.

« Quand est-ce que tu t’es transformé en vieille mamie chiante? Dépêche toi, je passe te chercher. »

« Ça marche. » Nie Yan répondit, feignant une certaine impuissance dans sa voix. Il comprenait la personnalité de Tang Yao; l’empêcher de parier était concrètement impossible. Nie Yan voulait juste que Tang Yao se contrôle un peu quand il était avec lui.

Dans sa vie passée, il y avait un moment où il n’était pas sorti avec Tang Yao car cloué au lit par sa maladie. Il apprit plus tard que Tang Yao avait perdu trois milles crédits ce jour-là.

Nie Yan nettoya son corps en sueur, changea ses habits et se dirigea vers l’entrée.

« Ce mec, qu’est-ce qu’il fout? »

Le temps que Nie Yan descende, Tang Yao était déjà arrivé dans son hovercar qui était garé devant la maison de Nie Yan.

Nie Yan réprima les émotions qui commençaient à exploser intérieurement. Il n’avait pas vu son ami depuis des lustres. Le Tang Yao du présent était toujours le petit grassouillet dont il se rappelait. Lui et Nie Yan avaient la même taille et grandiraient encore beaucoup lors de leur dernière année de lycée. Tang Yao deviendrait alors très séduisant et assuré.

« Je prenais une douche. »

« Rentre dans la voiture! Grouille-toi! Ce n’était pas facile pour moi de quitter la maison, et quand je rentrerai mon père voudra sûrement que je l’aide de nouveau avec son boulot » dit Tang Yao.

Nie Yan ouvrit la porte de la voiture et s’installa à l’intérieur.

« On ne s’est pas vu depuis presque un an, hein? Pauvre mec, t’as pas grandi d’un poil! »

« Tu t’es vu? T’es dans la même situation » s’esclaffa Nie Yan. Ce sentiment de familiarité et de proximité l’émut à nouveau. Ah, mon cher Tang Yao, ça faisait presque trois ans que je ne t’avais pas vu…

« J’ai perdu plus de mille crédits hier. Maintenant je brûle de désir de revanche. Je dois vraiment battre ces différents gamins jusqu’à ce qu’il ne leur reste plus que leurs sous-vêtements. » dit Tang Yao, plein de haine. Il appuya encore plus sur l’accélérateur, et l’hovercar fusa en avant.

« Ces mecs-là, c’était le groupe de Wei Kai? » se rappela Nie Yan. Il se souvenait que ces personnes étaient les petits caïds du coin. Quand il allait encore à l’école du coin, il se faisait brutaliser souvent par eux.

« C’est exactement ça. Hier j’ai voulu te venger un peu. » dit-il, tristement.

Dans l’esprit de Tang Yao, Nie Yan avait toujours été couard et timide, le genre qui n’osait rien dire quand il se faisait brutaliser. Tang Yao était donc très protecteur avec lui. Mais il n’était évidemment pas au courant que Nie Yan n’était maintenant plus du tout faible et facilement intimidé.

« Yo! Tu es arrivé juste à temps, Jeune Maître Tang. » Un adolescent de dix-huit ou dix-neuf ans s’avança. Il avait la peau sombre et avait une carrure maigrichonne. Ses vêtements donnaient l’impression de ne pas avoir été lavés depuis plusieurs jours, et quand il parlait on aurait dit un délinquant.

Son nom était Wei Kai. A cause de sa peau bronzée, qui suffisait à le rendre invisible la nuit, Nie Yan et Tang Yao se demandaient s’il n’avait pas des origines africaines. Secrètement, ils commencèrent à le surnommer « la sombre personne »1. C’était un surnom qui s’était répandu plus tard. Wei Kai avait alors développé une haine viscérale envers Nie Yan et Tang Yao. Mais il était un peu méfiant de Tang Yao, car son père était le PDG de Linzhou Airlines, quelqu’un qu’il ne pouvait pas se permettre d’offenser. Du coup, de temps en temps, il avait cherché des noises à Nie Yan.

Il y avait cinq autres personnes derrière lui, un peu plus jeunes. Elles faisaient toutes partie de son groupe.

« Oh, il y a même ce gamin Nie Yan. Tsk, tsk. Il n’a pas encore appris sa leçon de la dernière fois. »

Les délinquants souriaient malicieusement en regardant Nie Yan.

Dans sa vie précédente, Nie Yan avait entendu que Wei Kai avait causé des problèmes majeurs et avait été exilé sur une autre planète. Après ça il n’eut plus aucune nouvelle. Le Nie Yan du présent, après la réincarnation, ne voulait même pas accorder une fraction de son attention à ces délinquants. Concernant les intimidations dont il avait été l’objet, quel sens est-ce que ça aurait de récolter cette dette maintenant?

« Ne t’en fais pas, tu m’as moi avec toi. Ils n’oseront pas te toucher. » Tang Yao souffla à Nie Yan dans l’espoir de le rassurer.

Nie Yan acquiesça.

Tang Yao ne put s’empêcher d’être étonné par Nie Yan. Il semblait exceptionnellement calme aujourd’hui. On dirait que ce gamin s’est enfin trouvé un peu de courage.

« Arrête les conneries. T’as apporté l’argent? » demanda Tang Yao à Wei Kai.

« Ne t’inquiète pas, j’ai apporté deux milles crédits. Mais c’est toi qui te charges du prix de l’entrée aujourd’hui. » Wei Kai sortit une carte bancaire et joua avec dans sa main.

« C’est seulement une centaine de crédits et tu en fais tout un plat. » Tang Yao fit une grimace de dédain tout en prononçant ces mots impitoyables.

« Je ne suis pas riche comme toi. Notre petit groupe ne peut pas ignorer cette dépense. » répondit Wei Kai en souriant, ne paraissant pas énervé le moins du monde.

D’un point de vue adulte, Nie Yan réexamina Wei Kei. Il découvrit que Wei Kai, même s’il était vraiment un délinquant, donnait une impression de ruse et d’astuce autour de lui. Il y avait plein de personnes comme Wei Kai, maraudant à travers la société, en gagnant beaucoup de connaissances et d’expériences en route.

« Bon dieu, n’est-il pas qu’un riche fils à papa? Qu’est-ce que ça a de génial? »

Les jeunes derrières Wei Kai ne supportaient plus Tang Yao, et commencèrent à l’injurier l’un après l’autre.

Tang Yao traitait très bien ses amis. Il avait parlé ainsi probablement parce que Wei Kai et les autres harcelaient souvent Nie Yan.

Tang Yao ignora les jeunes délinquants et se dirigea vers le comptoir. Il sortit deux cents crédits, les plaça sur le bureau de la réception et dit , « Chef, ouvre une salle pour nous. Tu peux garder la monnaie. Et fais venir quelques rafraîchissements, mais pas de soda, merci. »

« Salle numéro six. Voici la carte pour entrer. » Le manager donna une carte à Tang Yao.

« On te suit, Jeune Maître Tang. » s’esclaffa Wei Kai. Il jeta un regard bref à Nie Yan. Leurs regards se croisèrent et ils se faisaient maintenant face. Nie Yan le regardait calmement à son tour.

Wei Kai fut légèrement surpris. Nie Yan semblait aujourd’hui assez différent de sa personnalité habituelle. D’habitude, quand Nie Yan le rencontrait, il était timide et effrayé, mais aujourd’hui il était inhabituellement calme.

Le petit groupe se dirigea vers la salle numéro six.

Nie Yan et les autres entrèrent dans la pièce. L’intérieur était divisé en deux zones. Chaque zone avait cinq plateformes avec des chaises inclinables et des ordinateurs. Les joueurs pouvaient donc organiser des combats 1v1, 2v2, jusqu’à 5v5. Mais s’ils voulaient des combats plus importants il fallait louer une autre salle.

Nie Yan et Tang Yao entrèrent dans une des zones et fermèrent la porte. Les deux zones étaient séparées par un mur de verre.

« Wei Kai est quel niveau? » Nie Yan demanda à Tang Yao.

« C’est un Berserker de niveau 3 » répondit Tang Yao. La veille, ils avaient fait dix combats, et Tang Yao n’en avait gagné que trois. Après être rentré chez lui, un des servants de son père lui avait trouvé un livre de compétence Souffle Arcanique, ainsi qu’une robe de mage de qualité Bronze. Il s’était bien préparé pour battre Wei Kai et se venger des défaites de la vieille.

Dix matches, le pot de chaque combat était de deux cents crédits.

« Quels sont les sorts que tu possèdes? » demanda Nie Yan. Pour le meilleur et pour le pire, Nie Yan avait joué à Conviction pendant dix ans. Même sans avoir jamais mangé du porc on savait reconnaître un cochon. Donc sans avoir jamais joué Arcaniste, Nie Yan en avait affronté pléthore, et comprenait bien leurs sorts et tactiques.

« Missiles Arcaniques, Boule de feu Arcanique, Flamme Arcanique, Souffle Arcanique et Retour Magique. » Tang Yao répondit sans réfléchir. Il ne pensait pas que Nie Yan comprenait grand chose à Conviction; après tout lui était niveau 3 et Nie Yan seulement niveau 2.

« T’as combien de vie? de mana? »

« Cent vingt points de vie et cent cinquante de mana » répondit Tang Yao. Son équipement était vraiment très correct pour un Arcaniste de niveau 3.

« Est-ce que tu sais si Wei Kai a déjà le sort Provocation? » poursuivit Nie Yan. Il était vraiment confus. Avec cet arsenal de sorts, comment Tang Yao s’était-il fait battre?

« Ouais, il l’a. »

« C’est donc ça. » Nie Yan comprit soudainement. Quand un Berserker apprenait Provocation, il pouvait facilement neutraliser un Arcaniste s’il utilisait correctement ce sort.

« Ça va commencer » dit Tang Yao en s’équipant du casque de réalité virtuelle.

Tang Yao allait probablement perdre. Nie Yan réfléchit un moment; il allait rester spectateur quelques temps. Si Tang Yao perdait de trop, il interviendrait.

Ils passèrent leur carte d’identité sur la machine et branchèrent les casques. Les ordinateurs recherchaient alors automatiquement les informations des personnages dans Conviction et les dupliquaient. Toutes les données n’étaient que des copies, donc il n’y avait vraiment aucune influence directe sur Conviction.

Tout le monde entra dans le jeu. Nie Yan et les jeunes délinquants furent placés sur une estrade, et l’environnement de l’arène fut choisi aléatoirement. Il semblait que le premier combat se ferait dans les montagnes.

Le terrain montagneux était particulièrement favorable aux Arcanistes.

Tang Yao et Wei Kai terminèrent leurs préparations. Le système déclencha une sonnerie, indiquant le début du combat.

« Eh gamin, ça fait longtemps qu’on s’est pas vus. T’es un Voleur Tempête niveau 2, pas mal. Tu serais intéressé de m’affronter en combat? » Celui qui parla était un des jeunes du groupe de Wei Kai. Nie Yan se rappela vaguement que son nom était Shi Feng (Stone Moutain).

Un Voleur de Combat de niveau 2!

Il y avait une différence majeure entre les Voleurs de Combat et les Voleurs Tempête. Les Voleurs de Combat avait un autre nom, informel, qui était Chevaliers Blancs. Ils restaient des Voleurs, et possédaient donc le sort Furtivité, mais au combat, ils mettaient beaucoup plus l’accent sur l’affrontement en lui-même. Ils utilisaient des dagues et avaient des capacités au corps à corps plutôt efficaces.

Les propriétés de chaque profession étaient uniques. Il n’y avait pas de classes plus fortes ou de classes plus faibles. Il n’y avait que des joueurs plus forts ou plus faibles dans Conviction.

Nie Yan jeta un regard à Shi Feng et dit avec indifférence « Tu n’es pas digne de m’affronter. Choisir une classe nécessitant si peu de talent, c’est une preuve de tes goûts pitoyables »

« Il semble que tu as besoin d’une correction. Tu penses que je ne vais pas oser te mettre ta raclée quand on sort du jeu? » s’emporta Shi Feng. Il ne s’attendait pas à ce que le timide Nie Yan lui réponde aussi sèchement.

Nie Yan haussa les sourcils. Ils n’étaient que des gamins, rien de plus. Qu’avait-il à craindre? Même si son corps était encore un peu faible, à l’extrême opposé de sa condition physique au moment de sa « mort », il pouvait se reposer sur ses techniques pour donner une correction à ces jeunes adultes, et avoir encore de l’énergie à revendre. Ces bons à rien étaient un niveau en-dessous de Wei Kai. Ils étaient encore étudiants, mais s’habillaient comme des délinquants et proféraient des obscénités à longueur de journée, jouant les gangsters. Mais en fait, même gangster était un genre de profession qui nécessitait du talent pour pouvoir vivre.

« Viens et affronte-moi dans le prochain match, si tu l’oses »

« Juste un match? Les enjeux sont trop faibles, je ne suis pas intéressé. » dit Nie Yan. C’était bien trop simple pour lui de se charger de Shi Fen.

« Il semblerait que le bébé ait grandi, hein? J’ai trois cents sur moi. Un match. Qu’est-ce que t’en dis? » Shi Feng sortit une carte bancaire. Ce gamin Nie Yan devient de plus en plus courageux. Si je ne lui donne pas de leçon, il n’apprendra pas à quel point le monde est vaste.

« Je ne ferai qu’une partie, j’ai sept cents sur moi » Nie Yan sortit à son tour sa carte bancaire. C’était une très grosse somme pour le Nie Yan de dix-huit ans.

« Eh les gars, est-ce que vous avez de l’argent? Prêtez-moi quelques centaines. » Shi Feng se retourna pour parler à ses amis derrière lui.

« J’ai deux cents. »

« J’en ai cent. »

« J’en ai aussi cent »

Après avoir en avoir emprunté quatre cents, Shi Feng avait enfin les sept cents crédits. Même s’il traînait avec Wei Kai, un délinquant n’avait après tout jamais beaucoup d’argent sur lui.

Nie Yan regardait le match entre Tang Yao et Wei Kai. Sur le terrain montagneux, Wei Kai ne pouvait pas utiliser correctement ses compétences de Berserker, et le match fut remporté par Tang Yao. Le prochain match se déroulait dans des plaines complètement découvertes, et Tang Yao perdrait sûrement.

« On y va alors. » Nie Yan arrêta de regarder et s’adressa à Shi Feng.

Shi Feng marmona à lui-même « C’est quoi cette aura autour de Nie Yan aujourd’hui? Pourquoi suis-je inquiet? »

「Système: Début du match!」

Nie Yan et Shi Feng activèrent tous les deux Furtivité.

Furtivité n’était pas une invisibilité. Quand un Voleur utilisait Furtivité, son corps se mélangeait au décor. Si quelqu’un ne faisait pas attention, le Voleur était vraiment difficile à détecter, mais en se concentrant vraiment, il était possible de voir des défauts dans le camouflage.

Furtivité était basée sur la Dextérité et la capacité du Voleur à se cacher. Être découvert ou non dépendait de la vision de l’autre joueur.

A ce moment-là, les deux se rapprochaient l’un de l’autre. Les pas de Nie Yan étaient légers comme la brise. S’il tombait sur un tas de feuilles et de branches, il l’évitait consciencieusement. Il ne laissait aucune empreinte. Après avoir joué Voleur pendant si longtemps, s’il était découvert par un novice comme Shi Feng, il ne s’en remettrait pas. Les yeux de Nie Yan bougeaient très rapidement alors qu’ils scannaient la zone. Un peu plus loin, il remarqua un étrange mouvement sur une branche. En concentrant son regard il distingua vaguement la silhouette d’une personne. Il avait découvert très rapidement la position de son adversaire.

Shi Feng avançait lentement et prudemment, surveillant attentivement les environs. Mais il lui semblait que Nie Yan avait complètement disparu. Shi Feng ne trouvait absolument aucune trace de lui.

L’habileté d’un Voleur à se camoufler était liée étroitement à leur environnement. Plus le décor était complexe, plus il était facile de les trouver. Mais si le terrain était simple et n’avait qu’une seule couleur dominante, même si l’ennemi regardait attentivement, il serait dur de le découvrir.

Tel un phasme2, le Voleur se fondait alors parfaitement dans le décor. Même si un adversaire était très proche, il ne découvrirait rien.

L’efficacité de Furtivité était également reliée à la capacité d’un joueur de contrôler ses mouvements. Sous Furtivité il était très important de choisir rigoureusement son chemin et son rythme. Mais Nie Yan avait dépassé le stade de faire un tel effort consciemment. Les mouvements pour se dissimuler lui venaient instinctivement puisqu’il les avait depuis longtemps parfaitement assimilés.

Après dix ans de jeu comme Voleur, même un idiot serait devenu un expert, donc Nie Yan, dont les capacités de compréhension étaient plutôt bonnes, était tout simplement un monstre pour Shi Feng.


1. Je ne savais pas quoi écrire sans que ça sonne raciste, désolé
2. Les insectes qui ressemblent à des feuilles ou à des brindilles


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top