skip to Main Content
Menu

Chapitre 36 : Les Vrais Experts


Source : Version anglaise

Traduit et édité par : Kayorko et Zareik
Edité par : MissX
Checké par : Wilden


PANLONG – LIVRE 8 CHAPITRE 36


   L’attaque lancée par Stehle avait surpassé le niveau « impose ». Si les « Profondes Vérités de la Terre » de l’épée lourde en adamantine étaient une sorte d’attaque spéciale, alors cette attaque de Stehle pouvait être résumée en un seul mot : Rapide !

– Vais-je mourir ? Linley était empli de ressentiment et de réticence à l’idée de sa mort imminente. Il voulait vivre. Il n’avait pas encore atteint tous les objectifs qu’il s’était fixé.

Mais malheureusement, dans ce monde, de nombreuses personnes mouraient à chaque instant et dans des lieux qu’ils n’avaient pas choisis. Après tout, le monde ne tournait autour de personne. De nombreux événements ne se pliaient pas à leurs désirs.

– Boss.

Les larmes de Bébé avaient déjà commencé à couler.

Mais soudain, Bébé se figea.

Non seulement Bébé, mais aussi Haeru, Zassler, le Capitaine Chevalier Noir, les cinq frères Barker, et même le lointain groupe d’observateurs furent tous stupéfaits.

– Qu’est-ce qu’il se passe ? Tout le monde était choqué.

Linley se tenait debout sur le sol à ce moment, tandis que Stehle abattait son épée vers Linley depuis les cieux. Son épée était très, très proche du front de Linley.

Mais les deux d’entre eux ne bougeaient pas ; ils étaient gelés sur place.

Même la goutte de sang s’écoulant de la main blessée de Linley s’était gelée en plein air.

À ce moment-là, c’était comme si la totalité de l’espace-temps autour de Linley et de Stehle s’était soudainement glacée. Les objets, les corps… absolument tout était paralysé.

Pas seulement eux. Bébé, Haeru, Zassler, les cinq frères Barker. Ils étaient tous glacés.

Silence !

Un sinistre sentiment. Une terrible impression de solitude et de silence.

Un air de stupéfaction se lisait dans les yeux de Stehle.

– Maître Linley. Cela faisait longtemps !

Une voix aimable et enjouée résonna. Un homme donnant l’air d’avoir la trentaine ayant de longs cheveux noirs et vêtu d’une ample robe, s’avança vers eux. Il avait son air habituel ; comme s’il venait juste de se lever.

– Stehle, c’est ça ? Vous autres, les jeunes, avaient atteint le sommet du niveau Saint. Si je n’avais toujours pas avancé, j’aurais vraiment trop honte de rencontrer quiconque. L’homme paresseux habillé en robe secoua la main. Comme s’il venait d’être frappé par une montagne, Stehle fut envoyé au loin en arrière, tel une météorite.

*Bam !* *Bam !* *Bam !* *Bam !* …

Le corps de Stehle traversa plus de dix murs de pierres avant de finalement s’arrêter.

– Linley, je ne t’avais pas vu depuis trois ans, c’est ça ? S’exclama l’homme indolent en s’adressant à Linley. À ce moment, Linley sentit soudain qu’il pouvait bouger de nouveau. Bébé, Haeru, Zassler, et les cinq frères Barker regagnèrent tous leur liberté de mouvement par la même occasion.

La terrifiante aura oppressive avait disparu.

– Seigneur César. Linley le salua immédiatement avec respect. Linley se sentait plus reconnaissant que jamais envers César. Juste à l’instant, il avait vraiment senti sa dernière heure arriver. L’homme venait juste de lui sauver la vie. Comment ne pouvait-il pas être reconnaissant ?

La personne qui était venue était en effet César. Le Roi des Tueurs.

Zassler et les autres contemplaient la scène avec ébahissement, la bouche grande ouverte. Ce qu’ils venaient de voir était juste trop bizarre. Et, face à cet homme, Stehle avait totalement été incapable de se défendre.

Le bruit des pierres roulant put se faire entendre. Stehle se remettait sur pied. Bien que son visage soit couvert de poussière et de saleté, il s’avança tout de même et regarda César avec incrédulité.

– Tu… tu… c’est… c’est… Stehle était absolument choqué.

– C’est quoi ? Haha, dis-moi. C’est quoi ? César sourit diaboliquement à Stehle.

Stehle avait totalement perdu l’attitude et le maintien d’un expert, il se contentait de fixer César avec une stupéfaction complète. Il bégaya,

– Roy… Roy… Royaume Divin ?!

– Royaume Divin ?

Linley et Zassler s’exclamèrent en même temps.

Pas étonnant que Stehle ait été aussi stupéfait. Juste à l’instant, quand tout avait soudainement été gelé sur place, il s’agissait du légendaire pouvoir d’un « Royaume Divin ». Seule une personne de niveau Divin pouvait utiliser ce pouvoir.

Le continent Yulan comptait jusque-là quatre experts suprêmes : le Dieu de la Guerre O’Brien, le Haut Prêtre, et les Rois de la Forêt des Ténèbres et de la Chaîne de Montagnes des Créatures Magiques.

Mais maintenant… le Roi des Tueurs, César, possédait son propre Royaume Divin ?

– Haha… s’esclaffa César.

– Seigneur César. Linley et les autres regardaient César avec ébahissement.

César fit un grand sourire tout en caressant sa moustache,

– Ne soyez pas trop surpris. Stehle, toi et les autres avez été trop arrogants. Enfin quoi, votre grand-père, César, a atteint le summum du niveau Saint il y a plus de cinq mille ans, et ma vitesse d’entraînement était bien plus rapide que la vôtre. Je suis un génie, vous savez.

Stehle, Linley, Zassler, et les autres restèrent tous silencieux.

Par les cieux…

Juste comme cela, un autre combattant de niveau Divin était né.

En réalité, Linley trouvait cela compréhensible. D’après ce qu’avait dit Papy Doehring, César était une personne de l’époque de Doehring Cowart, et même à cette époque-là, il était déjà un expert de niveau Saint. De percer après cinq mille ans et d’atteindre finalement le niveau Divin n’était pas exactement quelque chose qui semblait si surprenant.

– Seigneur César.

Stehle s’inclina respectueusement.

Tout combattant de niveau Divin était digne de respect. En atteignant le niveau Divin, on pouvait même ignorer l’existence des empires. Ils étaient le véritable, et plus puissant pouvoir des terres. Il ne serait pas trop difficile pour un combattant de niveau Divin de balayer l’entièreté de l’Union Sacrée, en risquant au plus quelques blessures sérieuses.

– Qu’y a-t-il ? Demanda César en regardant Stehle.

Celui-ci dit respectueusement,

– Seigneur César, durant toutes ces années, la relation entre l’Église de Lumière et vous, Seigneur César, a été plutôt excellente. Je me demande si vous voudriez nous rejoindre au sein de l’Église de Lumière. Tout que vous souhaitez, Seigneur César, je suis sûr que sa Sainteté, l’Empereur Saint, sera d’accord pour vous accorder toute requête.

C’était un combattant de niveau Divin.

Il était plus que probable que Heidens soit d’accord pour lui laisser le titre d’Empereur Saint. Après tout, avec un combattant de niveau Divin supervisant l’Église, le statut de celle-ci dans le continent serait totalement différent.

– Pas intéressé, renifla César. M*rde, après toutes ces années, ton grand-père n’a même pas voulu gérer les affaires de ma propre organisation « Sabre ». Et tu voudrais que je travaille pour vous ?

Stehle laissa échapper un rire embarrassé.

A cet instant, il était fort probable que même si César tenait devant l’Empereur Sacré et lui agite le doigt sous son nez tout en l’insultant, l’Empereur Sacré n’ose faire un bruit. C’était là le prestige d’un combattant de niveau Divin.

– Seigneur César, si vous ne le voulez pas, nous n’allons pas vous forcer. Mais pour Linley… il a tué trop de personnes de notre Église de Lumière. Seigneur César, acceptez-vous…

– Raconte pas de c*nneries.

César frappa Stehle dans l’estomac avec son pied, mais clairement, il n’avait pas vraiment utilisé de force dans son coup.

– Linley est un maître sculpteur du même niveau que maître Proulx et les autres. Je n’ai pas beaucoup de passe-temps. L’un concerne les belles femmes, et l’autre la sculpture. Et tu voudrais tuer Maître Linley devant moi ? Dans tes rêves.

Stehle n’osait plus dire quoi que ce soit.

Il était extrêmement frustré, car sa mission était d’escorter les cinq frères jusqu’à l’Église de Lumière. Ces cinq frères avaient tous des corps qui étaient du huitième rang rien qu’en puissance musculaire. Une fois que les Anges les posséderaient, ils se transformeraient en cinq combattants au sommet du niveau Saint.

– Seigneur César, j’accepte. L’Église vous donne la face bien entendu, Seigneur César. Stehle réussit à esquisser un sourire. Cependant, ces cinq-là sont des personnes que notre Église doit absolument récupérer. Quel qu’en soit le prix, nous devons les récupérer. J’espère, Seigneur César, que vous accepterez.

– Oh, ces cinq-là ? Prends-les. Je ne les connais pas de toute façon, dit César avec un ton nonchalant.

L’Église de Lumière l’avait en effet bien traité durant toutes ces années. C’est pourquoi César se devait de leur laisser aussi la face.

Les cinq frères Barker étaient stupéfaits.

– Seigneur César ! S’exclama frénétiquement Linley.

– Linley, est-ce que ces cinq personnes ont une quelconque relation d’importance pour toi ? César fit une moue. Ça ne semble pas être le cas. Ne t’embête pas avec eux dans ce cas. Apprécie juste ta vie. Pourquoi t’embêter avec la leur ?

C’était le tempérament de César. Il voyageait seul, et agissait comme il l’entendait.

– Merci, Seigneur César. Stehle était ravi.

César lui fit un grand sourire, puis se tourna pour regarder les cinq frères Barker.

– Laissez-moi vous regarder et voir qui vous êtes, histoire de savoir pourquoi l’Église de Lumière tient tant à vous. César balaya les cinq frères de son regard.

Ils étaient en effet très impressionnants. Ces corps de 2m20, tous extrêmement musclés. Ils avaient tous l’air d’énormes ours.

– Vous feriez mieux de ne pas résister. Stehle s’avança jusqu’à eux. Zassler et Linley voulurent l’arrêter, mais sous le regard glacial de Stehle, Zassler et Linley ne purent que rire amèrement intérieurement.

Comment pouvaient-ils arrêter un combattant au summum du niveau Saint ?

Linley venait juste d’utiliser à la fois l’aura démoniaque de son épée Sang-Violet ainsi que les plus puissantes attaques de son épée d’adamantine. Et malgré cela, il n’avait infligé à son adversaire que quelques blessures superficielles.

– Linley, quoi qu’il arrive, nous, les frères Barker, tenons à te remercier, dit fortement Barker, l’aîné des cinq frères.

– Ces cinq gars sont plutôt grands, n’est-ce pas ? La voix enjouée de César résonna dans l’air.

Stehle répondit immédiatement,

– Oui, ils sont plutôt musclés.

César regardait les cinq frères. Son expression, d’ordinaire enjouée, commença soudainement à se faire sérieuse. Il commença même à s’avancer doucement vers les frères Barker, un pas à la fois.

– Pourquoi est-ce que tu viens là ? Grogna le troisième des cinq frères, Hazer [Hei’sha].

– Troisième frère, ne sois pas impoli ! Grogna en réponse Barker.

– Grand frère, dit l’homme musclé, clairement mécontent.

César fixait silencieusement les cinq frères. À côté de lui, Stehle, surpris, commençait à se demandait pourquoi César agissait de cette manière. À voix basse, il demanda,

– Seigneur César, que faites-vous ?

– Stehle, tu peux partir maintenant, dit calmement César.

– Dans ce cas, Seigneur César, je vous dis au-revoir, dit respectueusement Stehle. Puis il cria immédiatement vers les frères Barker, – Vous cinq, marchez devant !

– J’ai dit que tu pouvais partir maintenant. Eux cinq restent là, dit César d’une voix glaciale.

Stehle était très surpris.

Derrière eux, Linley et Zassler étaient tout aussi surpris. Même les frères Barker étaient surpris par ces mots.

– Seigneur César, vous… ? Stehle regarda César avec stupéfaction. Juste avant, César avait accepté de le laisser ramener les cinq frères avec lui. Mais en un clin d’œil, les choses avaient changé.

L’expression de César se fit plus froide et sombre que jamais. Il fixa froidement Stehle.

– Stehle. Écoute-moi bien. Rentre et dis ceci à Heidens. Si, à l’avenir, les hommes de l’Église essayent, ne serait-ce qu’une seule fois de s’emparer de ces cinq frères, alors ne me blâmez pas, moi César, si je ne vous laisse aucune face lorsque je me frayerai un chemin parmi vos corps jusqu’à votre Île Sacrée.

En entendant ces mots, Stehle était complètement choqué.

– Si tu pars maintenant, je prétendrais que rien ne s’est passé aujourd’hui. Autrement… Les yeux de César luisaient d’une lumière glaciale, et une terrifiante aura meurtrière commença à émaner de lui.

César était avant tout le Roi des Tueurs. Il se spécialisait dans l’assassinat.

Et maintenant, César était un combattant de niveau Divin.

Une fois que César se résoudrait à s’engager contre l’Église de Lumière, juste en assassinant des personnes, il pourrait probablement tuer tous les combattants de niveau Saint de l’Église de Lumière sans pour autant subir une seule blessure.

Quoi qu’il se passe, l’Église ne pouvait se permettre d’offenser un combattant de niveau Divin, et encore moins un combattant de niveau Divin qui était spécialisé en assassinat.

– D’accord. Le cœur de Stehle était rempli d’amertume.

Il était aussi empli de rage. Rage face à la manière dont César était autoritaire et dominateur face à lui. Mais Stehle savait que la personne en face de lui était un combattant de niveau Divin. Il avait les qualités nécessaires pour se permettre d’être autoritaire et dominateur. Il n’osait donc pas montrer sa colère ou contre-attaquer.

– Dans ce cas, Seigneur César, je vous dis au-revoir. Stehle s’inclina légèrement, puis se transforma en une ombre, et disparut de la scène.

Linley, Zassler, et les cinq frères Barker regardèrent César avec perplexité.

– Auparavant, César était toujours si fainéant et indolent. Alors pourquoi est-il devenu si solennel en voyant les frères Barker ? Linley était extrêmement perplexe.

César lança un regard vers Linley et son groupe.

– Venez avec moi et quittons cet endroit. Il y a trop de curieux par ici. Et… je pense que les combattants de niveau Saint ont déjà détecté les puissantes ondes générées par ce combat.

Il n’y avait en réalité aucun combattant de niveau Saint dans la ville préfectorale de Deco.

Le combattant de niveau Saint le plus proche se trouvait à plus de mille kilomètres de là. Or, même les combattants de niveau Saint avaient besoin d’un certain temps pour traverser ce type de distance en volant.

Linley et les autres suivirent immédiatement César loin du champ de bataille. Cette même nuit, ils quittèrent la ville préfectorale de Deco et entrèrent dans les montagnes sauvages. Ce n’est qu’à ce moment-là que César laissa tout le monde se reposer.

– Nous allons passer la nuit ici pour l’instant, soupira César.

Présentement, César ne semblait pas aussi insouciant qu’à son habitude. Au contraire, il semblait plutôt abattu. Linley avait le sentiment que César devait avoir une quelconque connexion avec ces cinq frères.


Cet article comporte 20 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top