skip to Main Content
Menu

Chapitre 11 : L’Homme qui Tirait les Ficelles


Source : Version anglaise

Traduit et édité par : Kayorko et Zareik
Checké par : Wilden


PANLONG – LIVRE 6 CHAPITRE 11


      Tout son corps était recouvert d’écailles noires et des pics pointaient au niveau de ses coudes et de ses genoux. Une ligne de pointes surgissait de sa colonne vertébrale. Ses yeux étaient devenus d’une couleur noire dorée. Juste en voyant cette paire d’yeux glacés le fixant, le Duc Patterson était terrifié.

– Qui est… qui es-tu ? Le Duc était si terrifié que son visage était devenu blanc. Sa bouche resta béante pendant un long moment avant qu’il n’arrive à prononcer ces quelques mots.

Quelle était cette monstruosité lui faisant face ?

– Qui je suis ? Le regard glacé de Linley ne lâchait pas Patterson.

*Crac, crac* Linley continuait de comprimer le Duc de plus en plus fort avec sa queue aussi solide que de l’acier et le son des os qui se brisent retentissaient dans la pièce. Quelle que soit la résistance que Patterson opposait, il ne pouvait rien faire.

La douleur commença à se répandre depuis ses bras jusqu’au reste de son corps.

– Viens-tu d’un autre plan ? Les yeux de Patterson étaient emplis de terreur. Selon lui, d’après l’apparence actuelle de Linley, seule une autre espèce, venant d’un autre plan aurait pu faire ce que Linley venait juste de réaliser.

– Linley, je t’en supplie, épargne-moi, épargne ma vie. Je garderais définitivement ton secret. Définitivement.

Pétrifié par le regard sombre et glacé de Linley, Patterson avait perdu toute trace de sang-froid.

– Épargner ta vie ? Un soupçon de sourire froid apparut sur le visage de Linley. Ce n’est pas impossible. Je veux te demander quelque chose. Il y a environ douze ou treize ans, as-tu envoyé des hommes kidnapper une femme ?

Patterson était surpris.

Il essaya immédiatement de se remémorer les affaires d’il y a une douzaine d’années, mais c’était une période de temps extrêmement lointaine. Plus important…

– Linley, non, Seigneur Linley, je… je ne m’en rappelle plus, dit frénétiquement Patterson.

– C’était il y a si longtemps… et il y a souvent eu des femmes que j’appréciais que je faisais capturer et amener chez moi. Je ne sais pas exactement de laquelle tu parles.

L’envie meurtrière dans le cœur de Linley se mit à grandir.

Il enlevait fréquemment des femmes, pas seulement sa mère ?

En observant seulement le visage de Linley, Patterson n’avait aucune idée des émotions qui le traversait intérieurement. Ayant complètement adopté sa forme de Corps de Dragon, Linley apparaissait totalement froid, impassible, et terriblement sinistre.

– Une femme qui venait de donner naissance peu de temps avant, et qui revenait juste d’un pèlerinage au Temple de Lumière, avant de rentrer dans son hôtel. Linley regardait le Duc Patterson toujours aussi glacialement. Sa voix restait neutre.

En entendant Linley préciser ces choses-là, le corps entier de Patterson se raidit. Puis il fixa Linley, abasourdi.

– Tu te souviens, maintenant ? Demanda froidement Linley.

Bien sûr que Patterson se souvenait. Durant toutes ces années, il n’avait kidnappé qu’à seulement deux occasions des femmes qui venaient juste de donner naissance. Ses souvenirs de ses deux affaires étaient assez précis. Tout particulièrement cette fois-là, treize ans auparavant. Cette fois-là, la personne qui lui avait ordonné d’agir l’avait sévèrement prévenu de garder le secret le plus absolu en ce qui concernait cette affaire.

– Je ne me souviens vraiment de rien, dit Patterson, terrifié. Seigneur Linley, je vous en supplie, épargnez-moi. Je ne sais vraiment pas. Vous devez vous tromper.

Les yeux sombres et dorés de Linley émirent un flash.

– Tu veux mourir ? Sa voix devint encore plus glaciale.

– Ahhhh ! Patterson cria de terreur alors que la queue de Linley augmentait la pression qui l’enserrait. Cette pression encore plus forte fit gémir de protestation tous les os du corps du Duc.

*Crac* *Crac* Le son des os qui étaient près de se briser était suffisant pour faire trembler le cœur de n’importe qui.

Mais Linley continuait de regarder froidement Patterson.

*Crunch !*

– Ahhhhh !

Le claquement sec d’un os qui se brise, couplé aux cris torturés de Patterson. L’humérus de son bras droit venait d’être brisé proprement sous cette pression terrifiante.

– Pas mal. Les lèvres de Linley frémirent légèrement. Comme s’il souriait.

Mais Patterson ne vit pas cela comme un sourire. Sous sa forme de Corps de Dragon, la légère courbure des lèvres de Linley ne fit que le remplir d’encore plus d’effrois.

– Tu sais ce qui est important et ce qui ne l’est pas. La grande majorité de ton Dou Qi a été utilisée pour protéger tes organes vitaux. Seule une petite partie de ton Dou Qi protégeait ton bras. C’est vrai. Un bras cassé ne menace pas ta survie. Mais si tes organes venaient à se rompre, alors tu perdrais pour de bon ta vie. La voix de Linley était très calme.

Patterson sentit sa gorge s’assécher.

Il n’avait jamais osé imaginer que Linley posséderait un côté si terrifiant.

– Et maintenant, t’en rappelles-tu ? Demanda de nouveau Linley.

Le Duc voulait vraiment lui répondre, mais lorsqu’il pensa au châtiment qui l’attendait s’il parlait, il ne put s’empêcher de trembler. Son visage devenant de plus en plus lamentable, il pleurait misérablement,

– Seigneur Linley, je vous en supplie, ne me torturez pas. Je ne sais vraiment pas. Même si vous me tuez, je ne saurais pas plus.

Patterson croyait fermement que parce que cette affaire remontait à treize ans et que Linley était si jeune, il n’y avait aucun moyen pour que celui-ci soit absolument certain de ce qu’il s’était vraiment passé ce jour-là.

Plus probablement, Linley avait dû recevoir quelques détails et ne devait pas être absolument certain. Du moment qu’il endurait et refusait de parler, peut-être que Linley le croirait finalement.

– Seigneur Linley, si je le savais, je vous l’aurais dit depuis longtemps, pour m’épargner toute cette souffrance. Seigneur Linley, je vous en prie, recherchez avec soin ce qu’il s’est vraiment passé. Les larmes coulaient le long des joues de Patterson et son visage était l’image même de la sincérité. S’il n’avait pas lu la lettre de son père, Linley aurait peut-être hésité.

Regardant Patterson droit dans les yeux, les lèvres de Linley se relevèrent encore plus.

Le cœur du Duc eut soudain un mauvais pressentiment.

– Bien. Merveilleux. La queue de Linley était toujours autour de Patterson. Soudain, elle envoya Patterson s’écraser directement et violemment contre le sol en pierre. Heureusement, il le fit s’écraser les pieds en premiers, plutôt que directement sur son crâne.

Linley laissa libre cours au pouvoir de sa queue draconique !

Les deux jambes de Patterson s’écrasèrent contre le sol en pierre.

*Crash !*

Le son des os se fragmentant instantanément, mêlé aux terrifiants cris haut perchés d’agonie du Duc Patterson, se fit entendre.

Sur le genou gauche de Patterson, l’os blanchâtre brisé était visible à l’œil nu, perçant à travers sa jambe et son pantalon. Sa jambe droite, encore pire, reposait mollement au sol, tandis que du sang tachait son pantalon.

– Ahhh ! Ahhhhh ! Ahhhhh ! Patterson hurlait sans s’arrêter.

Ce niveau de douleur le tuait. Heureusement pour lui, ses organes étaient toujours protégés par son Dou Qi, et sa vie n’était pas encore en danger.

– Démon. Démon. Patterson le maudissait en continu dans son cœur. Il connaissait la quantité de force phénoménale qu’utilisait Linley. Avec sa force de guerrier du septième rang, il était tout juste capable de protéger ses organes internes avec son Dou Qi et ne pouvait pas se permettre de protéger le reste de son corps.

Patterson ne voulait pas mourir.

Des jambes estropiées ?

Ce n’était pas un problème. Avec suffisamment d’argent, il pourrait définitivement inviter un Grand Mage du neuvième rang de l’Église de Lumière pour qu’il use le « Chant de Vie » sur lui. Tant qu’il ne mourrait pas, n’importe quelle blessure, qu’importe sa gravité, pouvait être guérie !

– Te rappelles-tu maintenant ? Cette femme que tu as kidnappée ? La voix de Linley était toujours aussi calme, pas plus forte qu’avant.

Mais la terreur présente dans le cœur de Patterson augmentait de plus en plus.

– Je m’en souviens. Je m’en souviens. Des perles de sueur ruisselaient sur le visage de Patterson. C’était, non pas des perles de douleur, mais des perles de peur.

Il savait très bien que cette pièce souterraine fermée, dans laquelle il se trouvait avec Linley, était coupée de l’extérieur ; personne ne pouvait entendre quoi que ce soit, quelle que soit la puissance de ses cris. Même quelqu’un collé à la porte en pierre, n’aurait eu que très peu de chance d’entendre ce qu’il se passait à l’intérieur.

Mais qui aurait bien pu se trouver à l’extérieur de cette petite pièce secrète, avec l’oreille collée à la porte en pierre ?

Qu’importait la force de ses cris, personne n’en saurait rien.

– Si tu l’avais dit avant, n’aurais-tu pas moins souffert ? Les yeux sombres et dorés de Linley fixaient calmement Patterson. Parle, dans ce cas. Explique-moi ce qu’il s’est passé.

Patterson acquiesça avec empressement.

– Seigneur Linley, cette année-là, cette femme était extrêmement magnifique. Elle m’avait ensorcelé et j’avais conçu un plan maléfique pour la kidnapper et la ramener chez moi. Je voulais que cette femme couche avec moi, mais elle fut trop tenace. Elle s’est suicidée en se jetant la tête la première contre un mur en pierre.

Bégayant tout en parlant, Patterson regardait Linley.

D’après lui, il y avait très peu de personnes qui savait ce qu’il était réellement advenu de cette femme. Linley n’en avait sûrement aucune idée non plus.

– Tu continues de me mentir !!!

Linley se mit finalement en colère. Ses yeux sombres et dorés rougirent. À l’aide de sa queue draconique, il amena Patterson directement face à lui. Linley se contenta de presser son visage directement contre celui de Patterson, en le fixant froidement droit dans les yeux.

Tout contre Linley qui était en forme de Corps de Dragon, avec ses écailles noires et une corne noire sur son front, Patterson n’en fut qu’encore plus terrifié.

– Je ne mens pas ! Je ne mens pas ! S’exclama Patterson avec précipitation.

Les mains de Linley, déjà transformées en griffes sous l’effet du Corps de Dragon, délivrèrent soudainement une puissante claque au visage de Patterson.

*CLAC !* Cinq morceaux de chair furent arrachés du visage de Patterson, et son sang se mit à ruisseler. Heureusement, Linley n’essayait pas de le tuer réellement. Autrement, il aurait réduit en bouillie le cerveau du Duc avec ce coup.

*Sanglots…* *Sanglots…* *Sanglots…* Patterson souffrait tant que même sa voix changea.

Linley fixait froidement le Duc.

– Patterson, écoute attentivement. Je sais déjà très bien ce qu’il s’est passé. C’est pourquoi il vaut mieux pour toi que tu ne me mentes pas. Autrement, les tourments que tu vas souffrir ne se limiteront définitivement pas à juste cela. Laisse-moi te dire ceci. La femme que tu as enlevée était ma mère !

– Mère ? Patterson était stupéfait, oubliant même sa douleur sur l’instant.

– Je sais très bien ce qu’il s’est passé ce jour-là avec ma mère, et j’ai enquêté durant tout ce temps. Donc il serait mieux pour toi que tu me dises tout ce qui est arrivé à ma mère. Autrement… tu mourras définitivement. La voix de Linley se fit encore plus glaciale.

En réalité, quoi que Patterson allait dire, il allait tout de même mourir.

Parce que le père de Linley avait été poursuivi et sévèrement blessé par les hommes du Duc, causant sa mort. Patterson ne savait pas encore que les hommes qu’il avait dépêchés quelques mois plus tôt, avaient eu pour cible le père de Linley. S’il avait su… peut-être que Patterson aurait réagi d’une toute autre manière.

– Dis-moi. À qui as-tu donné ma mère ? Linley fixa Patterson.

– Tu savais ? Le visage de ce dernier devint encore plus pâle.

Linley savait déjà qu’il avait donné sa mère à quelqu’un d’autre ?

– Donne-moi son nom et tu ferais mieux de ne pas me mentir. Si je découvre que tu m’as menti, je ferais de ta vie un enfer, si douloureux que tu souhaiteras mourir. La voix de Linley était de nouveau très calme.

Patterson hésita un moment.

– Cela ne sert à rien que je te le dise. Tu ne peux pas le tuer, dit Patterson d’une voix sourde.

– Je ne peux pas le tuer ? Linley fixa froidement Patterson. Patterson, écoute-moi. Tout ce que tu as à faire, c’est de me dire qui est cette personne. En ce qui concerne mes capacités à le tuer ou non, cela ne te concerne en rien. Tu penses que tu connais mes vraies capacités ?

En entendant ces mots, Patterson acquiesça intérieurement.

Le « Linley » qui se trouvait en face de lui était trop terrifiant. Rien que son pouvoir « public » l’avait fait connaître du monde entier comme un génie absolu. Mais apparemment, le véritable pouvoir de Linley était bien plus haut que celui d’un guerrier du septième rang. Face à lui, le Duc n’avait pas eu la moindre chance de résister.

Patterson commença à furieusement calculer dans sa tête.

Linley ne le pressa pas, se contentant de le fixer de son regard sombre et doré.

Après avoir réfléchi pendant un long moment, Patterson grinça des dents puis regarda Linley.

– Linley, je vais te dire de qui il s’agit, mais tu dois me garantir que tu ne laisseras définitivement personne savoir qui t’a révélé cette personne ! Et tu dois me promettre de ne pas me tuer.

Le visage de Linley était toujours aussi froid.

– Bien. Je te garantis que je ne dirai à personne que tu es celui qui me l’a appris. Et je te garantis que je ne te tuerai pas.

Ce n’est qu’à ce moment que Patterson laissa finalement échapper un soupir de soulagement.

– Il y a environ douze ans, lors d’une occasion, nous autres, du clan royal de Fenlai sommes allés rendre visite au Temple de Lumière. À l’intérieur du Temple de Lumière, nous avons vu ta mère. Après cela, j’ai envoyé des personnes l’enlever. Patterson ajouta immédiatement, mais ce n’était pas de ma propre volonté. J’obéissais aux ordres d’un autre.

– Qui ? Demanda Linley.

Patterson le regarda. Il dit lentement,

– Les ordres venaient de mon frère aîné. Le souverain actuel du royaume de Fenlai. Le Roi Clayde.

– Clayde ? Linley était étonné.

La fierté du royaume de Fenlai, le « Lion Doré », Clayde ? Le guerrier du neuvième rang, Clayde ?

– Oui. C’était Clayde, dit Patterson avec certitude. Mais je sais que Clayde attachait beaucoup d’importance à ta mère. Il m’a même dit que quoi qu’il arrive, je ne pouvais absolument pas divulguer cette information et, que si je le faisais, je mourrais définitivement.

Linley le regarda.

– Il doit dire la vérité. La voix de Doehring Cowart résonna dans l’esprit de Linley. Je peux sentir les vibrations de son âme.

Linley se décida.

Patterson regarda Linley d’un air suppliant.

– Linley, peux-tu m’épargner ? Je te garantis que je ne dirais définitivement pas un seul mot de ce qu’il s’est passé aujourd’hui à quiconque.

Les yeux de Patterson étaient remplis d’espoir.

– Bien. Je tiendrais ma promesse. La queue draconique de Linley se détendit.

Le corps de Patterson tomba au sol. Un air de joie apparut sur le visage de Patterson. Il regarda Linley avec des yeux emplis de gratitude.

Juste à ce moment, une ombre noire apparut en un flash.

*Crunch.*

La petite Souris Fantôme, Bébé, mordit la nuque de Patterson. Celui-ci regarda Bébé avec horreur. Il venait juste d’échapper à la mort, mais maintenant il pouvait déjà sentir son appel. Le Duc Patterson pouvait dire que cette petite Souris Fantôme était celle qui se trouvait toujours sur les épaules de Linley.

Incrédule, Patterson contempla Linley.

– J’ai dit que je ne te tuerai pas. Mais je n’ai jamais dit que ma créature magique ne le ferait pas. Linley le regarda froidement, lui dont le sang jaillissait à flots de sa nuque. Laisse-moi te dire quelque chose d’autre. Il y a quelques mois, il y a eu un homme qui s’est infiltré dans ton manoir. Après avoir découvert cela, tu as envoyé des hommes à sa poursuite pour le tuer. Et cet homme… était mon père !


Cet article comporte 22 commentaires
  1. Merci pour ce chapitre (PS: j’ai dis à des potes de venir lire Panlong pour pouvoir parler avec eux de ça, ça serait le feu s’ils kiffent xD) (Non c’est pas un copier/coller j’ai des pouvoirs magiques c’est tout)

      1. J’pensais qu’il allais jamais arriver j’suis sorti du lien et une seconde après je refresh le site et je vois le 11 je cours mdr

        1. au tout puissant dieu letyure ton pouvoir vient d’un autre plan et je respecte ça, c’est pour ça que je souhaiterai que tu mettes le chap en plus dans la section spoil

    1. Bravo ! Tu nous fait une de ces séries… je suis toujours aussi impressionné !
      Va falloir qu’on change l’heure des sorties pour rajouter un peu de suspens ! ^^
      Et comme d’hab, le chapitre 12 arrive bientôt sur ta boîte mail. 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top