skip to Main Content
Menu

Chapitre 23 : Elle s’appelait Alice (Partie 1)


Source : Version anglaise

Traduit et édité par : Kayorko et Zareik
Checké par : Wilden


PANLONG – LIVRE 3 CHAPITRE 23


Sur le chemin du retour, les créatures magiques rencontrées par Linley devenaient de plus en plus faibles. Lorsque Linley arriva dans les régions extérieures, toutes les créatures qu’il croisait n’étaient plus que de rang trois ou quatre. Ils ne représentaient plus aucune menace pour lui. Mais malgré cela, Linley n’osait pas relâcher sa vigilance.

Doehring Cowart voyageait aux côtés de Linley, mais dans sa tête, il s’inquiétait. Présentement, Linley avait une présence stable et solide, mais lorsqu’il devait se battre, il était impitoyable. Ses yeux montraient aussi une aura froide et menaçante.

Le vieil homme se rappelait encore de ses yeux lorsqu’il était entré pour la première fois dans la Chaîne de Montagnes des Créatures Magiques ; de la sincérité qui remplissait ses yeux à ce moment-là. C’était alors une personne qui faisait facilement confiance aux autres.

Après avoir hésité pendant un temps, le vieux sage dit mentalement à Linley.

– Linley.

Traversant les montagnes, Linley tourna la tête pour regarder Doehring Cowart.

– Qu’y a-t-il, papy Doehring ?

Ce dernier dit d’un ton sérieux :

– Linley, avant que tu n’entres dans la Chaîne de Montagnes des Créatures Magiques, je t’avais averti qu’on ne pourrait pas faire facilement confiance aux gens. Je t’avais dit d’être méfiant envers les autres et de toujours garder un esprit prudent.

Linley acquiesça.

– Papy Doehring, tes mots étaient tout à fait justes. On ne peut pas faire confiance aux autres. Si je t’avais écouté dès le début, ma poitrine n’aurait probablement pas cette énorme cicatrice.

Le vieillard secoua la tête.

– Bien que l’on ne puisse pas faire facilement confiance aux autres, on ne doit pas être trop méfiant non plus. Si tu continues d’agir comme tu le fais en ce moment, comment seras-tu capable d’interagir avec les gens à l’avenir ? Rappelle-toi, tu ne dois pas être trop froid ou insensible envers les autres, même si tu ne dois pas non plus avoir trop confiance. La confiance est quelque chose qui est construite peu à peu sur une longue période de temps. Ne fais pas trop confiance aux mots des autres.

Linley était très intelligent. À la fois chez lui et à l’institut Ernst, il avait lu de nombreux livres. En entendant les mots de Doehring Cowart, il les comprit d’une certaine manière. Mais la vie impitoyable qu’il avait vécue durant ces deux derniers mois, la cruauté humaine dont il avait été témoin et qu’il avait expérimentée, était quelque chose qu’il avait vu très clairement. Qu’il se remette à faire confiance aux autres allait être quelque chose de très difficile pour lui.

– Je comprends, papy Doehring, acquiesça Linley.

Le vieil homme soupira intérieurement, mais, en même temps, il était aussi content.

– C’est une bonne chose que Linley ait un compagnon magique, cette petite Souris Fantôme, ainsi que ces amis de l’institut Ernst. Au moins, il ne devrait pas devenir trop insensible.

Il pouvait encore se rappeler comment, des milliers d’années plus tôt, lorsque l’empire Pouant existait encore, un autre combattant de niveau Saint était aussi habillé en blanc. Cet homme vêtu de blanc était un Épéiste Saint renommé, qui était aussi extrêmement fier et reclus.

– Papy Doehring, lorsque père verra tous ces cores magiques, tu penses qu’il aura quelle réaction ? Linley regarda soudain le vieux sage, en souriant tandis qu’il lui posait cette question. À cet instant, les yeux de Linley étaient remplis d’enthousiasme à l’idée des compliments de son père.

Il avait l’air d’un enfant qui vient de réussir brillamment un examen et qui attendait les compliments de son père.

– Linley, tu as prévu de donner tout cet argent à ton père ? Demanda Doehring Cowart avec un sourire.

Linley hocha la tête.

– Bien sûr. Ces cores magiques valent à peu près 70 000 pièces d’or. Tout ce dont j’ai besoin, c’est de me nourrir. Une petite dizaine de pièces d’or par an est suffisant. Mais père doit gérer toutes les affaires du clan et aussi payer les frais de Wharton. Bien sûr que je vais donner tous ces cores magiques à père.

Linley ne voulait pas vendre ces cores magiques de lui-même. Après tout, en termes d’achat et de vente, il n’avait aucune expérience. Il ne saurait probablement même pas s’il avait été roulé ou pas.

– Haha, je parie que ton père sera si excité qu’il sautera partout, dit le vieillard, en s’esclaffant.

Linley ne put s’empêcher de sourire aussi. Il accéléra immédiatement le pas pour rentrer plus vite.

À présent, Linley ne s’embêtait même plus à tuer les créatures magiques du troisième ou quatrième rang. Il traversait rapidement les différentes montagnes. Lorsqu’il arriva à côté d’une petite crique, il s’arrêta en entendant les rugissements furieux d’une créature magique, entrecoupés de cris d’humains engagés en plein combat contre elle.

– Hum ? S’ils osent venir dans la Chaîne de Montagnes des Créatures Magiques, ils doivent être au moins du cinquième rang. Mais dans les zones aux alentours, les créatures magiques sont au plus du troisième ou quatrième rang. Comment cela se fait-il que les sons de combat durent aussi longtemps ? Linley était assez curieux.

À l’intérieur des zones centrales de la Chaîne de Montagnes des Créatures Magiques, où les créatures du cinquième, sixième et parfois même septième rang, pouvaient surgir, il y avait souvent de nombreux combats effrénés. Mais dans les régions extérieures, c’était assez rare. Les batailles se terminaient généralement extrêmement rapidement.

D’un bon, Linley sauta à 7-8 mètres de haut. Atterrissant sur une branche, il commença à se déplacer d’arbre en arbre en direction de la scène de combat.

En arrivant à hauteur de scène, du haut de son arbre, Linley avait à ce moment une vue d’ensemble sur le combat.

Il vit deux jeunes hommes et deux jeunes femmes engagés dans un combat sanglant contre un Cochon de Guerre Sanguinaire. Un des jeunes, portant une armure blanche, criait d’une voix forte tout en dirigeant le combat.

– Deuxième frère, ne cours pas n’importe comment ! Protège Alice [Ai’li’si] ! Je vais attirer l’attention de ce stupide porc. Niya [Ni’ya], ne panique pas, vise les points vitaux avec tes flèches !

Ces quatre personnes étaient clairement très inexpérimentées. Au premier danger, ils avaient paniqué. Seul le leader, portant l’armure blanche, semblait un peu plus doué que les autres.

– Ces quatre-là ont vraiment du cran. Ce jeune en armure blanche doit être un guerrier du cinquième rang alors que les trois autres sont au mieux des combattants du quatrième rang. Linley secoua la tête. Ces trois autres étaient vraiment audacieux, pour venir ici sans même avoir atteint le niveau cinq.

Le jeune aux cheveux roux se mit à crier frénétiquement :

– Grand frère Kalan [Ka’lan], n’avais-tu pas dit que les régions extérieures n’avaient que des créatures du troisième ou quatrième rang ? Ça c’est une créature magique du cinquième rang !

Le chef du groupe, le guerrier de rang cinq, Kalan, se sentait aussi impuissant. En tant que guerrier du cinquième rang, cela n’aurait pas dû être dangereux pour lui d’amener quelques amis dans les zones extérieures de la Chaîne de Montagnes des Créatures Magiques. Mais il ne s’attendait pas à se retrouver face à une créature magique du cinquième rang.

*Whoosh !* Plus d’une dizaine de lances de pierre jaillirent soudain du sol sous le Cochon de Guerre, et trois d’entre elles réussirent même à percer sa peau, mais furent finalement brisées par le cuir tanné du Cochon de Guerre.

*Roar !*

Le Cochon de Guerre Sanguinaire tourna immédiatement son attention vers le seul mage du groupe, avant de charger rapidement vers ce dernier. La charge du Cochon de Guerre Sanguinaire était vraiment trop effrayante, de plus des flammèches se mirent à sortir de ses naseaux. Immédiatement, les jeunes se mirent à paniquer.

– Courez ! Alice, vite, fuis ! Cria, d’une voix forte, Kalan.

La jeune fille s’appelant Alice avait de longs cheveux dorés et une paire d’yeux d’ange. Voyant le danger, Alice paniqua et essaya de fuir, mais le Cochon de Guerre Sanguinaire était, après tout, une créature magique du cinquième rang. Bien qu’il ne soit pas très intelligent, il était bien plus malin qu’un animal normal.

Il poursuivit Alice.

Voyant le Cochon de Guerre la poursuivre, Alice se mit à fuir, mais faisant cela, glissa et trébucha sur une racine, tombant la tête la première sur le sol. Tournant la tête, elle vit les yeux furieux de la bête se rapprocher de plus en plus d’elle. Au vu de sa faible constitution physique, le Cochon de Guerre Sanguinaire serait probablement capable de la tuer en la piétinant d’un seul coup de sabot.

Alice était figée de terreur.

Les deux autres garçons et la fille étaient aussi stupéfiés, ne sachant pas quoi faire. Ils n’avaient aucuns moyens de la sauver à temps.

– Alice ! Cria fortement le jeune nommé Kalan avec angoisse. Bien qu’il soit un guerrier du cinquième rang, il n’avait tout simplement pas assez d’expérience.

*Rumble !*

Sept ou huit lances de pierre aiguisées jaillir du sol. Bien que le Cochon de Guerre Sanguinaire soit une créature magique du cinquième rang et ait un cuir résistant, deux de ces lances réussirent tout de même à pénétrer sa peau jusque dans sa chair, faisant jaillir du sang frais de ces blessures.

Mais hélas…

Les lances de pierre ne percèrent que sa chair. Elles ne causèrent aucun dommage à ses organes vitaux.

– Grrrrrrrrr ! Le Cochon de Guerre Sanguinaire leva la tête et beugla de douleur.

*Swich !* Une dague noire tomba soudain du ciel, perçant au travers de l’œil du Cochon de Guerre, comme un éclair. Le globe oculaire du Cochon de Guerre explosa instantanément, et la dague noire pénétra directement dans son cerveau. Agonisant, le corps entier du Cochon de Guerre frissonna avant de s’effondrer. Peu après, il ne bougeait plus du tout.

Kalan, Niya, et Alice étaient tous si terrifiés que leurs cœurs bondirent presque hors de leurs poitrines.

Ils virent un jeune guerrier puissamment bâti, vêtu de bleu, utiliser la dague pour extraire le core magique du Cochon de Guerre d’une manière très expérimentée, puis se tourner pour partir. Mais Kalan fut le premier parmi les quatre à récupérer ses esprits et il cria immédiatement :

– S’il te plaît, reste-là, l’ami !


Cet article comporte 9 commentaires
    1. Encore un nouveau en premier ! ^^
      Le chapitre 25 arrive dans ta boîte mail ! (à toi de voir si tu préfères attendre la version finale ou pas pour le lire ! xp)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top