skip to Main Content
Menu

LOOG – Chapitre 10

Traducteur Français : DrizztDoUrden
 Éditrice : Sehri
Check : Sehri

Chapitre 10 : Cette Dalle

Bao se leva hors du lit et se rendit en titubant jusqu’au coin de la chambre, avant de vomir tout ce qu’elle avait dans le ventre. Elle regarda ses mains remplies de sang puis commença à avoir une respiration instable. Ses pensées commencèrent ensuite à se bousculer dans son esprit.

Qu’ais-je fait ? pensa-t-elle. Que vais-je faire ? Je dois courir ! M’en aller d’ici !

Une panique s’installa pendant un moment en elle, mais elle la réprima rapidement. Ce n’était pas le moment de paniquer.

Ce n’était en fait pas si mal. Ce n’est pas comme si chacun de ces individus sont ses amis. C’était vrai. Au fil des mois qu’elle avait passé en compagnie des bandits, elle avait réalisé que le Chef Wang gouvernait par la force. Les bandits le respectaient, mais ne l’aimaient pas.

Il était certain que personne ne pleurerai sa mort.

Cependant, le poste de chef était maintenant vacant et devait être occupé par une autre personne. Une pensée jaillit subitement dans son esprit, une pensée tellement folle qu’elle semblait impossible.

Et si je prenais sa place ? pensa-t-elle. Après un moment, elle réprima cette idée. C’est ridicule. Je suis juste une fille. Non, en fait je sais quoi faire.

Sans même prendre le temps de nettoyer le sang sur son visage, elle se dirigea vers la porte avant de la déverrouiller. Elle chancela ensuite à travers le hall jusqu’à la chambre de Mao Yun. Elle toqua légèrement sur la porte, laissant des traces de sang en forme de doigts sur le bois.

Après avoir toqué trois fois, elle entendit une réponse quelque peu étouffée venant de l’intérieur. La porte s’ouvrit finalement et laissa voir un Mao Yun énervé. Dès qu’il posa ses yeux sur elle, son expression changea pour devenir une expression de choc.

« Bao ! Que s’est-il passé ? Tu vas bien ? »

Il s’avança en avant pour la soutenir, mais elle recula et refusa cela d’un signe de main.

« Je vais bien. Suis-moi. » N’attendant pas une réponse de la part de Mao Yun, elle fit demi-tour et se dirigea vers sa chambre.

Mao Yun se hâta de la suivre. Lorsqu’il vit le carnage sur son lit, les yeux de Mao Yun s’écarquillèrent. Il ouvrit la bouche comme s’il voulait dire quelque chose, mais se retint de le faire.

« Tu as sûrement compris ce qu’il s’est passé, » dit Bao, « et je n’ai pas besoin de rentrer dans les détails. Par contre, la question qui se pose est… qu’est-ce que je fais maintenant ? »

La bouche de Mao Yun s’ouvrit et se referma plusieurs fois, mais il n’arrivait visiblement pas à réfléchir. Le cœur de Bao commença à trembler lorsqu’elle se rendit compte que son idée n’allait peut être pas marcher. Malgré cette peur, elle alla quand même de l’avant.

« Ressaisis-toi, grand frère Mao ! Je suis celle qui vient de tuer quelqu’un, pas toi. »

« O-O-Oui, » dit-il en secouant sa tête. « Que vas-tu faire maintenant ? T’enfuir ? »

Bao roula des yeux. « M’enfuir ? Pour partir où ? Revenir à Yu Zhing ? Je ne crois pas,non. En plus, je suis pas obligée de m’enfuir. Personne ici ne se préoccupe du Chef Wang. Ils ne se préoccupent que de l’argent qu’il leur donne pour leurs services. »

« Donc…par où veux-tu en venir ? »

Bao commencée à s’impatienter. « Écoute, tant qu’un fort dirigeant souhaite prendre la relève et fait en sorte que ces gars aient leur argent, ces derniers suivront n’importe quelle personne qui s’autoproclame Chef. »

« Toi ? Mais les femmes ne sont-elles pas appelées Cheftaine ? »

Bao était à ce moment-là sur le point de gifler le visage de Mao Yun. « Pas moi, gros bêta. TOI ! »

« Moi ? »

« Oui. Les gens t’admirent. Ils te respectent. En plus, tu es l’un des hommes les plus vifs du groupe ! Regarde tes épaules ! Et tes bras ! Tant que tu exerces ton autorité, ils te suivront. »

Mao Yun semblait être complètement abasourdi.

« Moi … ? » répéta-t-il.

Bao ferma ses yeux pendant un moment et commença à lui expliquer en détail son plan.

**

Une heure plus tard, les bandits étaient tous rassemblés dans la grande salle. La personne assise sur la place d’honneur, sur laquelle Chef Wang s’asseyait habituellement, était Mao Yun. Il était même vêtu du même manteau en fourrure que le Chef Wang avait souvent porté dans un cadre formel.

Bao était debout sur sa droite. Elle avait remis en ordre ses cheveux et vêtements, mais n’avait pas retiré la moindre once de sang. Son visage en était rempli et c’était le même cas pour ses bras. Elle tenait avec sa main gauche la tête du Chef Wang par les cheveux.

Le seul son qui pouvait être entendu à ce moment là était le son occasionnel que produisait la chute des gouttes de sang, venant de la tête du Chef Wang, sur la flaque de sang qui s’était créée au pied de Bao.

Le temps suivit son cours et Bao commença à sourire en son for intérieur.

Il semblait que son idée était en train de marcher. Mao Yun et elle avaient créé une histoire parfaite pour essayer de convaincre les bandits sur la raison qui les avaient poussés à tuer Chef Wang et sur la raison pour laquelle Mao Yun était maintenant la meilleure personne pour les diriger. Ils avaient même fait croire que Bao avait appâté intentionnellement le Chef Wang dans un piège et qu’elle l’avait tué après un combat brutal.

Cependant, c’est à ce moment-là que la seule personne dont Bao craignait qu’elle allait parler… le fit.

Son nom était Chun Chuixi et il était réputé pour être le meilleur combattant au sein du groupe de bandits. Il était sans pitié, populaire et c’était la personne que Bao avait voulu intimider avec le spectacle de la tête décapitée du Chef Wang.

Chun Chuixi était même plus grand que Mao Yun, bien qu’il soit fin et souple contrairement à ce dernier, qui avait une constitution similaire à celle d’un ours.

« Attendez un instant, » dit Chun Chuixi. «  L’affaire qui s’est passée avec le Chef Wang s’est peut-être bien passée comme vous le dites ou peut-être pas. Je m’en fiche. Mais sommes-nous sûrs que Mao Yun est vraiment qualifié pour être notre nouveau Chef ? »

« Qu’est-ce qui te fait penser qu’il n’est pas qualifié pour cela ? » Bao grogna immédiatement.

Chun Chuixi fronça légèrement ses sourcils. « Je n’ai pas l’intention de te manquer de respect, petite sœur Bao, mais grand frère Mao ne semble pas être encouragé par…. Notre façon de faire notre business. Il passe plus de temps à inventer des excuses sur le pourquoi nous ne devrions pas faire des raids, que d’aller en faire. Pourquoi quelqu’un comme lui devrait-il diriger… des gens comme nous ? »

Bon, Mao Yun, pensa Bao. Tu dois dire quelque chose. Dis la bonne chose à dire dans cette situation et remets ce gars à sa place !

Mao Yun frappa l’accoudoir de sa chaise avec sa paume de main. « Comment oses-tu ?! » cria-t-il. « Je dirige parce que… parce que j’ai envie de diriger ! Je n’ai pas besoin d’une autre raison ! »

Bao grogna intérieurement.

Chun Chuixi ricana, fit quelques pas nonchalamment puis se retourna pour se retrouver en face des autres bandits. « Mes frères, ce n’est pas une décision que nous pouvons prendre à la légère. Nous devrions éventuellement considérer une autre option ! Après tout, ce n’est pas Mao Yun qui a tué Chef Wang. Regardez ! Le sang de ce vieux bâtard radin a recouvert le visage et les bras de notre sœurette Bao. Nous devrions peut être la nommer Chef ! »

Un des bandits dit à voix haute, « Cheftaine, tu veux dire ? »

Tout le monde rit.

Les choses tournaient rapidement hors de contrôle et Bao ne savait pas trop quoi faire. Toutefois, avant qu’elle puisse dire quelque chose, Mao Yun se leva et avança d’un pas.

« Grand frère Chun, il n’est pas nécessaire de tourner autour du pot, » dit-il. « Si tu veux me défier au combat, nous pouvons le faire ici et maintenant ! »

Chun Chuixi ricana. « Oh non, je ne veux pas combattre avec toi. La personne qui a le plus de droit ici pour prendre la place du Chef Wang n’est nulle autre que notre petite sœur Bao !

Le cœur de Bao commença à battre la chamade. Les choses ne se passaient pas comme elle l’avait imaginé. Elle a été capable de tuer Chef Wang parce qu’il était totalement bourré et qu’elle l’avait pris par surprise. Elle n’avait aucune chance de battre un homme adulte dans un duel. Le fait qu’elle et Mao Yun aient passé beaucoup de temps à s’entraîner importait peu. Bao savait très bien que l’entraînement et la pratique n’étaient pas la même chose qu’un vrai combat.

Mao Yun renâcla froidement. « Tu défies une fille au combat ? Où se trouve ta dignité en tant qu’homme ?! »

« Il n’y a pas besoin de duel, » dit Chun Chuixi. « Il est clair que Bao ne souhaite pas nous diriger, elle veut juste… ‘soutenir’ le chef. Laisse-la donc décider. Moi, le meilleur combattant d’entre nous, le bandit le plus connu de cette région, Chun Chuixi la Foudre d’Été. Ou.. le mou, le paresseux, le fils d’un obscur perdant, Mao Yun, qui n’a même pas assez de réputation pour avoir son propre nom martial ! »

Bao prit une grande respiration. Chun Chuixi avait joué sa carte à merveille et ce qu’il disait semblait sensé en vérité. Si Bao disait à cet instant-là qu’elle choisissait Mao Yun, les deux seraient la risée de tous. Même si Mao Yun réussissait à gagner le duel contre lui, sa position serait au mieux très fragile et instable.

Son cerveau tournait à cent à l’heure pour essayer de formuler quelques arguments qui pourraient le vaincre avec des mots.

Chun Chuixi regarda les individus derrière lui et sourit d’une manière triomphante lorsqu’il vit leurs expressions d’approbation. Il s’apprêta à planter le dernier clou afin de régler la question. « C’est pourquoi je – »

* Crunch *

Une flèche transperça subitement l’œil droit de Chun Chuixi. Une flèche sanglante et étrangement pointue.

Les bandits, horrifiés, se tournèrent vers l’entrée de la salle commune et virent un homme portant une arbalète et étant habillé dans une armure aux couleurs de l’Empereur Démoniaque. Il jeta l’arbalète sur le côté et entra dans la salle, dégainant un dao de queue de bœuf1.

Une voix cria, avec un accent étrange, derrière l’homme, « À l’attaque ! »

Plus d’hommes arrivèrent dans la salle et ils étaient tous vêtus de la même armure.

Le groupe des bandits s’était développé durant ces derniers mois et ils étaient maintenant presque une cinquantaine au total. Il devint très rapidement visible qu’ils étaient plus nombreux que les soldats de l’Empereur Démoniaque. Cependant, ces soldats étaient des combattants formés et quelques uns d’entre eux utilisaient les même techniques magiques de combat que l’Empereur Démoniaque et ses Ogres employaient. Cela leur donnait un avantage à la fois en vitesse et en force.

Une bataille enragée éclata immédiatement dans le hall.

C’est à ce moment-là qu’une figure entra dans la salle. Il était grand et très bien bâti et son apparence n’était même pas humaine. Il ressemblait quelque peu à un félin. Il avait une peau noire et des dents pointues, presque comme si c’était des canines sortant de sa lèvre inférieure 2. Il était vêtu de vêtements et d’une armure étranges, mais n’avait pas d’arme en main.

Il était sans nul doute un Ogre, l’une des créatures inhumaines qui étaient venues ici avec l’Empereur Démoniaque de… l’infernal Emo Cheng ou de n’importe quel endroit dont ils étaient originaires.

Dès qu’il entra dans la salle, il regarda les alentours avec des yeux glaciaux et sa voix à l’accent étrange claqua, « Tuez-les tous ! »

Tout cela prit quelque temps à être décrit, mais avait en fait mis autant de temps qu’une puce sautant du dos d’un rat 3

Bao et Mao Yun étaient à l’autre bout de la salle, donc le combat ne s’étendit pas immédiatement vers eux. Ils restaient juste là, choqués. Ils n’étaient à ce moment-là pas sûrs de ce qu’il se passait ou de ce qu’ils devaient faire.

Bao sut immédiatement quoi faire. Penchant sa tête sur le côté, elle dit, « Mao Yun, tu dois appâter l’Ogre jusqu’à… cet endroit ! Dépêche-toi ! »

Mao Yun cligna plusieurs fois des yeux avant de hocher subitement la tête. Dégainant la hache qui était attachée à sa ceinture, il s’avança et pointa directement l’Ogre avec celle-ci. « Hé toi ! Le chien ! Viens me voir et combats comme un homme ! À moins que tu n’ai peur ?! »

L’Ogre sourit et se avança avec une vitesse beaucoup plus grande qu’un humain, jusqu’à ce qu’il s’arrête à seulement un ou deux mètres de Mao Yun. Il se trouvait sur une dalle légèrement plus sombre que les autres. « Tu veux mourir, humain ? Je peux te rendre service ! »

Au même moment, Bao laissa tomber la tête du Chef Wang et se pencha vers la place d’honneur sur laquelle Mao Yun était encore assis quelques moments plus tôt. Sa main glissa sur la gauche de la chaise, là où était caché un levier en bois. Ses doigts arrivèrent par hasard directement sur le levier et elle l’abaissa.

Des grondements retentirent dans tout le hall, ce qui interrompit momentanément le combat. Même l’Ogre regarda prudemment ses alentours.

Ce qu’il se passa après fut quelque chose dont même la vitesse et la force surhumaine de l’Ogre ne pouvait le protéger.

Le plafond s’effondra soudainement, et une grande quantité de pierres et de roches tombèrent directement sur l’Ogre. Ce dernier essaya d’esquiver tout ça mais il fut trop lent. Tout ce qu’il réussit à faire fut de pousser un grognement sourd lorsqu’il fut jeté à terre. Il se changea en bouillie de sang lorsque les roches s’empilèrent sur lui.

En à peine le temps de quelques respirations, la dalle sur laquelle l’Ogre s’était tenu un peu plus tôt était maintenant remplie d’une pile de rochers et de pierres mesurant un bon mètre et demi.

Les yeux des bandits s’écarquillèrent et les soldats de l’Empereur Démoniaque restèrent bouche-bée.

L’équilibre des forces avait changé en un instant. Les règles avaient maintenant changés.

C’était un moment crucial, un moment où la moindre hésitation conduisait à la mort. Mais Bao n’hésita pas.

« TUEZ-LES TOUS ! » cria-t-elle.

  1. Un dao est une épée utilisée par des pratiquants du Tai Shi, un art martial chinois. Vous pouvez souvent voir ces épées dans les films wuxia chinois. http://www.thetaichiclub.co.uk/siteimages/Dao.jpg
  2. https://s-media-cacheak0.pinimg.com/originals/ae/c1/99/aec1991858c97742fedec6127bb1b3b1.jpg
  3. Cela prend autant de temps qu’un battement de cils
Cet article comporte 2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top