skip to Main Content
Menu

WMW – Chapitre 53

Traducteur Français : DrizztDoUrden
 Éditrice : Sehri
Check : Sehri

Chapitre 53 : Subordonnés

Leylin suivit Dylan jusqu’à une grande tente blanche.

L’air à l’intérieur sentait l’encens. Cela masquait l’odeur des esclaves non lavés et des divers excréments secrétés. Malgré cela, l’atmosphère y était meilleure qu’à l’extérieur.

Les esclaves présents ici étaient vêtus de tissus fins qui arrivaient à cacher légèrement leurs endroits privés.

Dylan amena Leylin jusqu’à un petit nombre d’hommes très musclés, « Ils ont tous été élevés et éduqués par un Chevalier ! Qu’en pensez-vous ? J’ose dire qu’ils répondent à vos exigences ! »

Leylin hocha la tête et marcha jusqu’à un gaillard chauve. « Nanoprocesseur I.A ! Détecte ses statistiques ! »

[Beep ! Données de la cible : Force : 3.1, Agilité : 2.8, Vitalité : 2.9, Force spirituelle : 1.5. Statut : Rongé par une sorte de neurotoxine !]

Les statistiques des autres esclaves Chevaliers étaient plus ou moins similaires. Leylin se rendit compte que leurs pupilles étaient dilatées et qu’il y avait une légère absence d’esprit.

« L’esprit de ces Chevaliers semble avoir été affecté par quelque chose… »

Dylan fit rapidement un sourire d’excuse, «  Les résistances des Chevaliers sont toujours plus grandes que la normale pour qu’ils puissent convenir aux diverses exigences de nos clients. Nous sommes incapables de contrôler leurs esprits avec la marque classique ! Ils ont tous été soumis à un lavage de cerveau constant ainsi qu’à des soumissions corporelles. De plus, ils étaient dominés par des drogues, ce qui les a faits devenir des esclaves de haut niveau. Bien qu’ils ne doivent pas être aussi intelligents que des Chevaliers standards, ils sont quand même toujours capables de comprendre des ordres simples.

Marquer la conscience était la méthode que les Mages officiels utilisaient pour contrôler leurs serviteurs. Cependant, si un acolyte utilisait cela, ça ne serait pas très efficace.

Dylan avait évidemment perçu la force de Leylin avant de lui présenter ce lot.

« C’est pas mal, quel est le prix ? » demanda Leylin.

« 100 cristaux magiques chacun ! » répondit Dylan.

Leylin hocha la tête et attrapa les deux esclaves qui avaient les meilleures statistiques. Après avoir donné ses cristaux magiques, Dylan lui donna un organisme semblable à un scorpion.

« Le dard de ce Scorpion du Désert contient un poison unique. Les secrétions toxiques de ce scorpion ont été administrées à vos deux esclaves. S’ils ne prennent pas l’antidote crée par le scorpion dans les 10 jours à venir, ils mourront d’une mort atroce ! Bien sûr, cela doit être utilisé comme dernier recours afin de les contrôler. Après tout, ils ont déjà été lobotomisés durant leurs éducation afin d’obéir aux ordres de leur Maître ! La vie de ces deux Chevaliers est maintenant vôtre ! »

Dylan lui remit poliment la boîte contenant le dard du scorpion.

Leylin fit un signe de tête et garda la boîte. « Je souhaite aussi une domestique qui peut assumer le rôle d’assistante durant mes expériences… »

Lorsque Leylin sortit du marché, deux Chevaliers en armure ainsi qu’une mince et belle domestiques le suivirent.

Les yeux de la servante étaient clairs et cette dernière portait une robe noire en coton. D’après Dylan, cette domestique avait subi une variété de formations lorsqu’elle était jeune. Elle était plus que capable d’assumer le rôle d’assistance pour des expériences simples. Elle correspondait assez bien aux besoins de Leylin. En plus de cela, elle avait absorbé l’essence de la Fleur Mandara, ce qui lui permettait de neutraliser la radiation d’un mage. Elle gardera ainsi une apparence belle et jeune pour toujours.

Le prix de cela était que son espérance de vie n’était que de 30 ans.

« Le Bazar d’Ellinel a très bien construit ce niveau. Nous pouvons choisir librement notre porte de sortie. Par contre, c’est un service que seuls les clients vip peuvent bénéficier. »

Lorsque Leylin et ses serviteurs apparurent, ils n’étaient plus dans le petit village. Ils se trouvaient aux murs extérieurs d’une cité.

C’était un service privilégié fourni par le Bazar d’Ellinel, mais il y avait aussi un coût pour cela.

Si cela lui permettait d’échapper à des problèmes, cela valait le coup pour Leylin, qui n’était pas encore très fort.

« Maître ! » Les Chevaliers et la domestique s’agenouillèrent et le saluèrent.

« Hum ! » Leylin hocha la tête avec indifférence, « Avez-vous des noms ? »

Les deux Chevaliers se regardèrent l’un et l’autre et leurs regards finirent par s’assombrirent, « Non, veuillez nous en donner un, Maître ! » La domestique secoua elle aussi la tête et semblait assez pitoyable.

« Tu t’appellera Greem ! » Il pointa le Chevalier le plus costaud. « Tu t’appellera Fraser ! » ordonna-t-il à l’autre Chevalier.

« Quant à toi ! » Leylin regarda la belle domestique, « Anna fera l’affaire ! »

« Merci de nous avoir donné des noms, Maître. Nous garderons loyalement cela à l’esprit ! » Les trois subordonnés s’agenouillèrent et embrassèrent les bottes de Leylin.

« C’est bon ! » Leylin leur fit signe de se lever. Il regarda ensuite ses alentours.

Cela semblait être une petite forêt et l’on pouvait voir devant la silhouette d’une grande ville. Elle était au moins dix fois plus grande que la cité où il avait été auparavant. Des chariots et des charrettes entraient et sortaient de l’entrée. Elle semblait être prospère.

« Greem ! Va dans la ville acheter une calèche. Je t’attendrai ici ! » Leylin lança une bourse noire au plus grand des Chevaliers.

« Achète aussi quelques biens nécessaires pour notre voyage, ainsi que quelques vêtements ! » lui ordonna Leylin.

Depuis qu’il avait brûlé son coffre de livres de sorts et vendu toutes ses potions, les biens qu’il lui restait avait une valeur totale qui s’approchait des 3000 cristaux magiques. Ses bagages avaient aussi été divisés par un peu plus de deux. Il pouvait tous les installer dans un sac à dos. Quant aux outils de camping qu’il avait auparavant utilisé, il les avait déjà détruits avant de se rendre au marché, afin qu’il ne doive pas retourner à son campement.

« Oui, Seigneur ! » Greem prit la bourse et s’inclina légèrement alors qu’il était sur le point de partir.

« J’allais oublier, ne m’appelle plus Seigneur à partir de ce moment. Jeune Maître fera l’affaire ! » Leylin toucha son visage juvénile et sembla assez perplexe.

« À vos ordres ! » Les trois s’agenouillèrent par terre.

Voyant Greem partir, Leylin se retourna subitement et demanda à Fraser, « As-tu encore des quelconques souvenirs du temps où tu n’étais pas encore un esclave ? »

Fraser était brun aux yeux bleus et son corps était rempli de cicatrices. De plus, on ne pouvait pas déterminer son âge, mais il semblait avoir beaucoup souffert et avoir beaucoup d’expérience.

« Je ne peux plus m’en souvenir ! Toutes les fois où j’essaie, j’ai énormément mal à la tête. » Fraser se toucha le front comme s’il était en train d’essayer de se souvenir de quelque chose. Son visage était déformé par la douleur.

« Ah, c’est donc ça ! » Leylin supposa que c’était à cause de l’influence de drogues ou de sortilèges qui étaient seulement efficaces contre les humains normaux. Il pouvait probablement briser ça s’il y passait un peu de temps, mais il n’avait aucune envie de le faire.

Son objectif était après tout d’obtenir des subordonnés, et non de chercher des problèmes. Ceux qui étaient capturés comme esclaves étaient des individus ayant perdu une bataille ou une guerre. S’ils commençaient à recouvrer leur mémoire et demandaient l’aide de Leylin, que devra-t-il faire ? Même s’ils ne lui demandaient pas, qui sait s’ils resteraient loyaux envers lui ?

« Qu’en est-il de toi ? » Leylin regarda la timide Anna.

La peau d’Anna était très blanche et cela lui donnait une brillance laiteuse. Cela donnait une envie pressante de la toucher. Son visage était aussi sublime qu’une poupée.

« Anna a été élevée par un marchand depuis son enfance et fut finalement vendue au Seigneur Dylan… »

Pour une telle domestique, c’est naturellement plus utile de l’élever dès son plus jeune âge. De plus, elle a appris de nombreuses chose ainsi qu’à suivre une étiquette. Ce n’est qu’avec cette attitude qu’elle méritait l’affection de ses maîtres. Bien sûr, elle avait dû apprendre quelques leçons de séductions. Anna regarda Leylin qui était toujours enveloppé de son manteau, incapable de voir son expression. Cependant, en se basant seulement sur sa voix, elle déduit qu’elle appartenait à un jeune. Elle ne put s’empêcher de rougir.

« Quelles leçons as-tu appris ? Que sais-tu des mages ? »

« J’ai étudié mais… mais je n’ai appris que la préparation d’ingrédients simples. Anna n’est pas une acolyte. Pour les expériences qui nécessitent l’utilisation des particules d’énergie, je suis impuissante dans ce domaine… Pardonnez-moi, Jeune Maître ! » Les doigts d’Anna frottèrent sa robe un peu nerveusement.

« Ce n’est pas du tout mauvais. » Leylin était satisfait.

Il avait beaucoup de secrets. Laisser un étranger se joindre à ses expériences ne serait pas approprié. Le fait de la laisser l’aider durant les préparations basiques était déjà une bonne chose.

S’il ait un assistant qualifié, il ou elle devait être au moins un acolyte. Les esclaves de ce niveau étaient très chers et souvent accompagnés de problèmes.

Bien qu’il n’en ai pas vu un seul dans le marché d’esclaves, Leylin savait qu’il y avait sûrement un autre marché d’esclaves spécialisé dans la vente d’acolytes dans ce marché.

Après tout, pour beaucoup de mages noirs, seuls les acolytes pouvant résister aux radiations sont les meilleurs sujets pour leurs expériences.

Ces acolytes esclaves devraient être des criminels ou des prisonniers de guerre.

Si l’Académie de la Forêt de l’Os Sombre se retrouve complètement vaincue et que son quartier général est compromis, alors tous les acolytes se trouvant dans l’académie, à part les acolytes protégés par de grandes puissances, deviendront très certainement des esclaves.

Quant aux individus comme Leylin qui se sont échappés avant, ils devront tirer un trait avec l’académie et deviendront des piètres vagabonds.

« Je ne peux maintenant que prier pour que l’académie gagne… Même si elle perd, je prie pour qu’elle ne soit pas battue à plate couture… » Leylin regarda vers l’ouest, son expression quelque peu sinistre.

Voyant le Jeune Maître devenir pensif, Anna et Fraser inclinèrent aussi leurs têtes, n’osant dire un mot.

Un son de roues et d’essieux devint de plus en plus proche et Leylin put apercevoir un Chevalier conduire une calèche. Son apparence ressemblait à celle de Greem.

La calèche était noire et n’avait pas de motifs inscrits sur elle. Les marchands qui ont vendus cette calèche ne savaient pas si Greem appartenait à la noblesse, donc ils n’osèrent pas dédicacer la calèche de leurs marques. Cependant, elle semblait très résistante. Deux étalons noirs la tiraient et galopaient rapidement en direction de Leylin.

« Jeune Maître ! » Greem arrêta la calèche et remis de ses deux mains la bourse à Leylin, « Le prix de la calèche… »

« Inutile de le dire. » Leylin prit la bourse puis la lança à Anna, « Tu vas être chargé des finances à l’avenir. Si cette somme ne suffit pas, viens me voir ! »

« Oui, Jeune Maître ! » Anna garda précieusement la bourse.

Il n’y avait dedans que quelques pièces d’or utilisées par les humains lambda. Cela ne demandait à Leylin qu’un petit effort pour qu’il en ait autant qu’il le veuille. Ce qui l’intéressait plus étaient les cristaux magiques, la monnaie utilisée dans le monde magique.

Il est malheureux que même dans la Côte Sud, les cristaux magiques sont une devise très demandée. Après avoir visité nombres de marchés, Leylin a pu voir des boutiques échangeant des pièces contre des cristaux magiques mais jamais le contraire.

Ils seront ses subordonnés à l’avenir. Après avoir réfléchit à cela pendant quelques temps, Leylin défit son manteau et révéla un beau visage. Son apparence était cependant toujours légèrement altérée.

« Vous serez à l’avenir mes loyaux subordonnés, donc vous pouvez voir ma vraie apparence ! »

La raison pour laquelle Leylin s’était déguisé était pour acheter et vendre des ressources. Maintenant que toutes ses potions ont été vendues, il n’avait plus besoin d’un déguisement. Ses esclaves devront rencontrer Leylin tous les jours, donc ils finiront par voir sa vraie apparence, donc il valait mieux que cela soit fait le plus vite possible.

Après que Leylin ait annulé le sortilège, les muscles de son visage se contractèrent avant de laisser paraître son jeune vrai visage.

Voyant Anna et les autres hocher leurs tête, Leylin ordonna, « Prenons la route en direction de la Province Orientale ! »

Cet article comporte 7 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top