skip to Main Content
Menu

WMW – Chapitre 18

Traducteur Français : DrizztDoUrden
 Éditrice : Sehri
Check : Sehri

Chapitre 18 : Conflit

Ce fut très vite le tour de l’Académie de la Forêt de l’Os Sombre et Dorotte ouvrit la route en marchant le premier à travers la porte.

Les acolytes se dépêchèrent de le suivre. Quand Leylin mit plus de force dans ses jambes, il y eut une solide réverbération sous ses pieds, comme s’il marchait sur un sol en calcaire.

« Quel étrange matériau ! Ça ressemble à du bois mais c’est plus solide, est-ce une certaine forme d’alliage ? »

Leylin regarda le sol grisâtre et rocailleux et ne pouvait s’empêcher de s’y intéresser.

« Nous sommes là ! Cette section du couloir, du numéro 13 à 32, est la zone attribuée à notre Académie de la Forêt de l’Os Sombre, vous pouvez vous répartir vos chambres tous seuls.

Après avoir fini de parler, Dorotte se retourna et sa cape noire flotta pendant qu’il rentrait dans sa chambre avec ses deux serviteurs.

« Bien ! Maintenant laissez-moi désigner les chambres ! » dit Kaliweir, se détachant du groupe.

« Hng ! » Jayden renâcla sa gorge, choisit nonchalamment la chambre n°18 et y entra.

Le visage de Kaliweir devint rouge puis retourna au blanc. Il serra plusieurs fois ses poings pour finalement laisser tomber. «  Bon ! Jayden a choisi la chambre 18. Suivant, Beirut, tu vas être dans la chambre n°15, Raynor tu seras dans la chambre n°16… »

Jayden était parti et le reste des acolytes, Beirut, Raynor et Leylin, étaient dans la même bande que Kaliweir. Quant à Guricha et son groupe, ils n’osèrent pas de se prononcer sur le sujet.

Leylin fut assigné à la chambre n°20. Il ne dit rien à ce propos et se précipita vers sa cabine.

La chambre était plutôt petite ; ce n’était qu’une cabine. Il y avait assez d’espace pour un lit, mais pas assez pour rester debout.

Cela rappela à Leylin les lits se trouvant dans les trains de son monde antérieur qui étaient aussi petits, avec à peine assez de place pour s’étirer.

« C’est bien d’avoir un lit ; Je dormais sur mon siège quand je voyageais à travers les Grandes Plaines de la Mort ! » se conforta Leylin.

« Mesdames et Messieurs ! Bienvenue à bord du dirigeable, je suis votre capitaine, Kirkwul Kroft Leebar, je vous souhaite un agréable séjour ! »

« Il y a quelques annonces dont il faut prendre note. Seuls les professeurs sont autorisés à marcher sur les ponts, à moins que vous souhaitez tomber du ciel !…. La cafétéria se trouve dans le Hall n°1 tandis que les sanitaires se trouvent dans le Hall n°2. Le Hall n°3 est un bar ; tout le monde y est le bienvenu ! »

Une voix aigue d’homme résonna dans la chambre. Leylin regarda autour de lui et remarqua que le son venait d’une conduite jaune en bronze, mais il ne savait pas si c’était une conduite d’air ou un mégaphone.

« Nous décollons ! » Leylin eut une sensation d’apesanteur pendant un moment et le dirigeable se balança dans le ciel. Leylin se précipita vers une fenêtre.

Cette fenêtre avait seulement la taille d’un ballon de football et était très épaisse, donc il était dur de voir ce qu’il se passait dehors.

Après l’ascension du dirigeable dans le ciel, le sol devint de plus en plus petit et le camp que fixait Leylin devint progressivement un point noir.

Leylin plaça sa lame en acier et son arbalète sur le côté et s’allongea sur son lit.

«  J’ai entendu le Professeur Dorotte dire que le voyage va durer environ un mois, qu’est-ce que c’est long ! Cela fait déjà 6 mois que j’ai quitté ma famille, mais nous ne sommes toujours pas arrivés à l’académie ! »

Leylin ferma ses yeux, mentalement absent.

« Ding….Ding Dong….. »

Un son mélodieux résonna, sortant Leylin de son sommeil. Il se leva de son lit et regarda par la fenêtre qui ne montrait rien d’autre que des ténèbres.

« C’est déjà le soir ! »

« Mesdames et Messieurs, bonsoir ! La cafétéria est en ce moment en train de fournir les repas. Le menu du jour est du foie gras suivi par un poulet rôti aux truffes, accompagné de pain blanc, de viande d’écureuil… »

Cette fois, l’agréable voix se trouvait être celle d’une femme.

Leylin se massa le ventre et se dépêcha de se préparer. Il mit ses vêtements et se précipita vers la cafétéria.

Le couloir était assez étroit et il y avait des petites lampes émettant une lumière jaunâtre disposées tous les quelques pas.

Les portes en bois des cabines environnantes s’ouvrirent et les acolytes en sortirent.

Le Hall n°1 était déjà rempli d’acolytes, mais Leylin ne voyait aucun des professeurs. Il se demandait s’il y avait une salle spécialement réservée pour ces derniers.

Il y avait une très grande pierre blanche sur le plafond du hall qui émanait une lumière blanche très vive, comme un soleil miniature.

La cafétéria était remplie de grandes tables et de chaises blanches.Elle ressemblait à une cantine universitaire.

« Hé ! Leylin ! Ici ! » Beirut lui fit signe depuis un coin de la salle où il était installé avec quelques autres acolytes de l’Académie de la Forêt de l’Os Sombre.

« Je suis là ! » Leylin prit un plateau argenté ainsi que des couverts et, après avoir réfléchi, il prit un morceau de pain blanc, un pilon de poulet frit, une salade de fruits et une bouteille de cidre, puis s’assit à côté de Beirut.

« Vous êtes vraiment en avance, les gars ! » Leylin les salua.

« C’est toi qui est en retard, se pourrait-il que tu aies trop dormi ? » dit Beirut pour le taquiner.

Leylin but la moitié de la bouteille de cidre, «  Ouais, j’ai dormi un peu trop longtemps ! »

Il regarda encore une fois ses alentours, « Sommes-nous aussi en train de voyager avec ces acolytes ? »

À ce moment-là, en plus des acolytes de l’Académie de la Forêt de l’Os Sombre, le hall était rempli d’acolytes d’autres académies. Ces filles et garçons étaient assis ensemble selon leurs académies respectives et semblaient distants les uns des autres.

« En effet ; nous sommes dans le même dirigeable que le Pavillon de l’Éminent Sage et quelques autres académies ! Quant à La Tour Blanche aux Neuf Cercles, ils se dirigent dans une direction complètement différente que la nôtre, donc nous pouvons seulement partir dans des chemins séparés ! » expliqua Raynor.

« Donc c’est comme ça ! » dit Leylin avec un peu de regret. «  George et les autres ont tous embarqué à bord du dirigeable de droite et il semble que la distance pour aller vers l’Académie de la Forêt de l’Os Sombre est assez lointaine. Je pense qu’il va y avoir quelques problèmes pour communiquer la prochaine fois ! »

Après avoir mangé leurs dîners, les acolytes retournèrent vers leurs propres cabines pour se reposer.

Tous les jours, à part manger et dormir, il n’y avait rien à faire. Cet ennui continua pendant deux semaines.

Un soir, les membres du groupe ne voulaient pas revenir dans leurs petites cabines après avoir mangé, donc ils s’assirent autour d’une table et discutèrent.

« Beirut, qu’est ce qui cloche avec toi ? » demanda Leylin en regardant Beirut, qui semblait ressentir un léger inconfort.

Pendant ces dix jours, Beirut, qui était une vraie pipelette, avait parlé de sujets comme celui de l’arbre de sa famille, de comment un repas était préparé dans la capitale comme s’il parlait tendrement à son amoureuse.

Leylin et les autres s’étaient déjà adaptés à cela. Ils étaient ennuyés au début mais il s’étaient habitués et c’était maintenant le seul truc bien durant cet ennuyeux voyage.

« Ouais ! Je souhaites toujours t’écouter parler de tes anciennes relations ! » Raynor commença à huer.

« J’ai déjà tout dit ! » Beirut roula des yeux, «  Je ne sais pas quoi dire de plus ! »

«  Je suis si ennuyé ! » se lamenta Beirut ;

« Endure cela ; il y a encore deux semaines de voyage ! Il y avait énormément de distance entre ta maison et le camp, qu’as-tu fait de ton temps à ce moment là ? » Leylin l’encouragea, quoique assez curieux.

« Ma maison se trouve dans le Royaume Côtier, qui se trouve au bord des Grandes Plaines de la Mort. Nous sommes arrivés au camp après avoir marché pendant deux semaines ! » dit Beirut, paumé, pendant qu’il levait les yeux au ciel une fois de plus.

« Pas étonnant alors ! » Leylin secoua sa tête.
« Jayden, c’est quelque chose que j’ai vu en premier, que veux-tu ? » un plateau argenté tomba sur le sol, ce qui créa un son crispant.

Leylin se tourna et vit Kaliweir grogner, ses cheveux étaient légèrement hérissés comme un lion furieux.

De l’autre côté, Jayden perça un pilon de poulet doré au barbecue avec sa fourchette, « Ça appartient à celui qui le prend en premier ! »

Non seulement la foule ne les avait pas stoppés mais elle semblait s’attendre à assister à un bon spectacle.

Durant ce voyage fatiguant, Kaliweir et Jayden pensaient tous les deux que l’autre était désagréable à leurs yeux, particulièrement au moment où Jayden essaya d’enrôler deux de ses sbires.

Ils s’étaient tous deux retenus dans les conflits précédents par peur, vu qu’il y avait des Mages aux alentours. Cependant, c’était apparemment hors de contrôle maintenant.

Leylin fronça les sourcils.

« C’est toi qui m’a forcé à faire ça ! » rugit Kaliweir, les muscles de son corps se tendant. On aurait dit qu’il avait ajouté une couche de muscles supplémentaire à son corps.

Étant noble, il s’est naturellement entraîné avec les techniques de Chevaliers. Il semblait avoir déjà activé son énergie interne et était devenu un vrai Chevalier.

« Nanoprocesseur I.A ! Scanne la cible ! »

[Beep ! Kaliweir, Force : 2.5, Agilité : 2.7, Vitalité : 3.0, Statut : En train d’utiliser une technique secrète.] [Analyse de la technique secrète : Après l’avoir utilisée, la force et l’agilité augmentent !]

« Aujourd’hui je vais te montrer que tu dois baisser ta tête par obéissance devant un lion plein de fierté ! » cria Kaliweir, qui bougea ses pied. Une image récurrente resta à cet endroit pendant qu’il se précipitait vers Jayden.

[Alerte ! Alerte ! Radiation détectée ! Statut : Il est recommandé de s’éloigner de la source !] La voix du Nanoprocesseur I.A résonna dans les oreilles de Leylin.

« Source radioactive ? Se pourrait-il qu’un Mage ait commencé à agir ? »

« Ahah ! Je vais te montrer aujourd’hui qui est vraiment le numéro un des nouveaux étudiants. » Jayden rit bruyamment et sortit un badge vert de sa poche de poitrine.

« Pilis-Duwasha ! Créature verte ! Entends mon appel d’invocation et rejoins le monde des mortels ! » chanta Jayden avec une voix étrange.

Ce qu’il utilisait était un langage très rare, mais Leylin en avait étonnamment compris chaque mot.

Avec l’incantation, une infime lumière sortit du badge vert et quelques plantes brunâtres apparurent sur le sol et s’allongèrent, comme un serpent confus qui dansait sauvagement.

* Chi Chi *

Les plantes dansèrent devant Jayden pour le protéger et l’une d’entre elles fut envoyée en avant. Cette dernière fit tomber Kaliweir sur le sol.

Les multiples plantes continuèrent à se torsader autour de lui et il fut bientôt enveloppé complètement par celles-ci, jusqu’au moment où on ne pouvait plus voir que son visage.

« Un artefact magique ! » crièrent les acolytes, surpris.

« Pour être capable d’utiliser un artefact magique, on doit au minimum être un acolyte de niveau 1 ! Il….. Il a déjà avancé jusqu’au niveau 1 ? »

La foule s’exclama et il regardèrent Jayden avec respect. Cela fit rougir encore plus le visage de Kaliweir.

« Qu’en penses-tu ? Je te libérerai à condition que tu me jures allégeance ! » Jayden marcha en direction de Kaliweir.

« Ja…..Jamais ! La fierté de la famille du Lion Doré ne va jamais être déshonorée par moi ! » Les veines de Kaliweir se gonflèrent comme si elles pouvaient se mettre à saigner à tout moment.

« Si c’est comme ça, alors je n’ai pas le choix ! » Jayden haussa ses épaules et les plantes continuèrent à serrer. Il y eut même quelques sons de craquements venant de l’intérieur. Il semblerait que quelques os de Kaliweir s’étaient cassés.

Les acolytes environnants ne pouvaient pas regarder ça plus longtemps et étaient sur le point de persuader Jayden d’arrêter.

Bang ! Le dirigeable se balança et la lumière faiblit.

Quelques acolytes tombèrent sur le sol, «  Que s’est-il passé ? Est-ce qu’on a rencontré une grosse turbulence ? » Les yeux de Leylin brillèrent.

« Hu ! » « Hu ! »

Les fenêtres se cassèrent et des rafales violentes de vent rentrèrent.

En plus du son du vent, il y avait aussi de nombreux courants bleu électrique se dispersant dans tous les sens.

Voyant cela, les pupilles de Leylin se plissèrent jusqu’à atteindre la taille d’une aiguille, « Un orage ? Où sont les Mages présents sur le dirigeable ? »

« Vous, insectes insignifiants, osez actuellement vous introduire dans le territoire du grand Dara ! »

Une voix résonna, accompagnée par un violent orage.

Cet article comporte 1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
error: Contenu protégé
Back To Top