skip to Main Content
Menu

Chapitre 14 : Entrée dans le monde. Ma migraine a atteint le niveau 2


Traduction : Magycio

Edition : Ptit Lu

Check : Ptit Lu


La matinée suivant la nuit de nommage.

Quand je suis sorti de la tente, j’ai vu tous les orcs réunis et en face, mes deux “servantes“.

Il se passe quoi si tôt le matin ?

« Écoutez tous. La nuit dernière, mon maître m’a donné un nom. Désormais, vous m’appellerez Tomoe. »

« J’ai aussi reçu un nom. Appelez-moi Mio à partir de maintenant. »

Vous…

Ils ont commencé à m’applaudir pour je-ne-sais-quoi.

Quoi ? C’est un événement si important ?

Ai-je encore mis la pagaille ?

« En ce qui concerne Maître qui est le seigneur de cet endroit. Cela va poser problème si vous l’appelez maître comme moi. »

« Et je devrais vous haïr si vous l’appelez maître-sama ou danna-sama. Bien sûr, je ne pardonnerai pas à quiconque l’appelant par son nom. »

Non, c’est bien si on m’appelle juste par mon nom, tu sais ? Les deux autres ne feront que me foutre de l’urticaire ! Épargne-moi ça !

Malgré tout, les orcs hochèrent de la tête les uns après les autres.

Je… je suis une personne si importante que ça ?

« Aussi ! »

Les deux ont crié. Ou plutôt, c’était un encouragement plus que des mots. Rusé…

Donc tout était déjà décidé ?

« Vous tous ! »

Oui, oui, qu’est-ce qu’y se passe ?

« Seigneur, jeune maître, ancien, choisissez celui que vous voulez ! Le résultat sera décidé par un vote à la majorité ! »

O-oui ? Ouuii ?

Qu’est-ce qui se passe avec ça ?!

« A… e… wai… »

Je ne peux même émettre un mot correctement.

Plutôt, qu’est-ce qui ne va pas avec le troisième ?

Il n’y en a pas un d’acceptable !

« Alors, ceux qui sont pour seigneur ! »

Ouah…

Y en a un paquet ?!

« Ensuite, ceux pour jeune maître ! »

Ouah… ?!

 

Y en a encore plus ?!

« Le dernier ! Ceux qui veulent ancien ! »

Ouah…

Je ne suis pas si vieux, hourra !

Les deux se tournèrent vers moi en même temps.

« Et voilà le résultat. »

« Et voilà, c’est réglé. »

C’est quoi ?!

« Dès maintenant, ce sera jeune maître. »

« T’es stupide ?! T’es stupide ?! Ou alors juste une idiote ?! »

« Nous l’avons décidé démocratiquement. Vous n’aimez pas ? Démocratiquement. »

Mio prit la parole.

« J’ai aussi voté pour jeune maître car, peu importe comment on vous voit, vous ne pouvez être que jeune maître. »

Je ne peux pas accepter ça !

Vu comment ça s’est déroulé, tout était déjà joué d’avance !

« Non, non, je suis le maître, hein ? Pourquoi c’est devenu comme ça ? »

« Vous nous avez demandé de trouver un autre nom hier soir après avoir parlé, donc nous avons décidé avec tout le monde. »

« Pourquoi avoir fait une option aussi bizarre qu’ancien ?! »

« C’est le troisième sur lequel nous nous sommes mis d’accord hier soir ! Il n’est pas bizarre ! »

U-une nuit blanche ?!

Tomoe, t’as foutu quoi ?!

Ça veut dire que tous ceux ici sont restés debout toute la nuit pour participer à cette farce ?

Aaahh, je suis désolé.

Les orcs et les deux autres me regardaient avec des yeux pleins d’espérance, attendant que je commence un discours.

Aaah.

J’ai pourtant pas de problème à ce que vous m’appeliez par mon nom.

“Donnez-nous le feu, le feu vert !“, c’est ce que leurs yeux disaient.

Se réveiller en voyant ça.

C’est légèrement intimidant, vous croyez pas ?

« Jeune maître, ça ira. »

Les acclamations de joie qui suivirent me donnèrent envie de me boucher les oreilles.

Je ne voulais pas que Tomoe lave le cerveau de tout le monde pour le troisième choix, après tout.

——

Après, chaque personne sur laquelle je suis tombé, adulte ou enfant, m’appelait jeune maître, jeune maître.

Sérieusement…

J’en avais plus rien à foutre et ai continué mon chemin. Au moment où j’ai vu la ville hyumaine, mon cœur a raté un battement.

Mais ils m’ont dit d’attendre un moment.

Encore ?!

Ça commence à m’énerver…

Mais bon, ça n’aiderait pas.

Laissons ça pour demain.

J’ai abandonné avec indulgence et ai décidé de me reposer à Asora.

Bon, demain, ils devraient avoir fini avec l’arrivée des autres races.

Quand ça arrivera, ça sera bon si je les guide juste vers le clone de Shen.

Pour une raison qui me dépasse.

Les nains veulent me saluer le lendemain à midi, je dormais tout en ayant un mauvais pressentiment vis-à-vis de ça.

Vu la tournure des événements, ça se passera pas mal, hein ?

——

Le matin suivant.

C’est magnifiquement mauvais, j’en ai la migraine.

Hier, il y avait seulement un groupe d’orcs, mais…

Aujourd’hui, je pouvais voir les nains à ma gauche. À leur tête, Beren-san. Il semblait être à peu près 50.

Au centre, il y avait ce que je pense être des hommes-lézards à écailles bleues. Devant eux, Tomoe. De ce côté, il devait y en avoir plus d’une centaine.

Et finalement à ma droite, il y avait des choses ayant, vissé sur un corps d’araignée, un torse humain. À leur tête, Mio. Il n’y en avait que cinq en comptant cette dernière.

Qu’est-ce que c’est, putain ?! Il y en a plus ?! Eeeeeh ?!

« Faisons-le. Tu lui as dit que ça serait à midi, de toute manière. »

Tomoe qui complimente Beren-san.

« Non, non, si ça concerne tous les nouveaux habitants d’Asora, j’ai pensé que cela aurait plus d’impact que nous soyons tous ensemble. »

« … »

« Bon sang, vous êtes vraiment taciturne~ Je vais vous dire ceci, si vous manquez de respect à jeune maître de n’importe quelle façon, je vous mange. »

« !!! »

Hochements de tête précipités.

Hummm… chaos.

Je ne pige rien de ce qui se passe.

Personnes à charge, c’est ce que Beren a dit.

Si on dit nouveaux habitants, dans la situation présente, ça sonne plus comme subordonnés. Ou peut-être enfants ?

Néanmoins, le nombre de personnes est tel qu’il recouvre tout l’endroit où on est.

Mais si c’est ça tout le village nain, alors oui, ils sont assez rares.

Une famille est normalement composée de deux ou plus, organisée en un couple marié ou en parent et enfant. Si on admet que dans les nains, il y a le père, la mère et l’enfant, soit trois personnes, alors il y a seize familles, tout au plus.

Si on ajoute les grands-parents dans l’équation, alors ça fait 10 familles au total.

On peut parler de village, juste avec ça ?

Peut-être que ma façon de penser aux villages est trop grande ? C’est possible, après tout, ma façon de penser provient du paisible Japon.

Et puis, il y a les magnifiques hommes-lézards à écailles bleues. À en juger par l’agencement ici, je suppose que c’est une race de la famille de Tomoe.

Avec une épée plantée dans le sol, les mains sur la poignée et la poitrine bombée. Leurs épaules et leurs têtes étaient légèrement abaissées. Leur apparence me fait penser à des chevaliers.

On dirait qu’il n’y a pas de fourreau. Je pense que ça serait pratique s’il y en avait un. Je suis née dans la culture du katana, donc quand je vois une épée dégainée, j’estime que c’est dangereux.

Je ne peux vraiment pas penser que Tomoe ait dans sa famille une race comme ça. Elle est plutôt du type à être vénérée par ses subordonnés.

Derrière l’Araignée du Désastre, Mio, il y a quatre mi-humain, mi-araignée.

Il n’y a définitivement pas de quoi faire un village. Donc ils sont quoi, ses subordonnés ?

Ils ne semblent pas vraiment être utiles en combat. En plus, comment le dire ? C’est difficile de les imaginer vivre en société.

Plutôt,

Debout, la main droite sur la poitrine, ils avaient la tête baissée.

Et aussi, ils étaient silencieux. Leur bouche ne s’était pas ouverte une seule fois.

Au fond de leurs yeux, je pouvais voir briller de l’intelligence, ainsi qu’autre chose que je n’arrivais pas à déterminer.

« Vous avez bien compris ? Écoutez bien, cette personne, jeune maître, m’a sauvé et vous a sauvé aussi de la famine. Servez-le de tout votre être, les enfants. »

Ils sont des enfants, hein. Ha~ j’ai l’air d’un repas pour eux ?

Je vois. À part l’intelligence que j’avais vue dans leurs yeux, l’autre chose était “c’est lui qui est à l’origine de ce met raffiné ?“

En parlant de ces parents, je pense que dans les situations d’urgence, ils apparaitraient et dévoreraient tout.

Hum, on dirait que même si Mio a partagé son mana avec ces quatre-là, elle n’a pas perdu la raison, elle n’est pas redevenue affamée.

Non, on va arrêter de penser à mon mana pour le moment.

« Hm hm, les gars. »

Tomoe me remarqua enfin, et elle et Mio se retournèrent en face de moi.

Quand ces deux-là se sont retournés, elles se sont mises presque en garde-à-vous.

« Ah, bonjour tout le monde ? »

C’est bon de dire “tout le monde“ ? Je me sentais un peu nerveux.

« Bonjour jeune maître !! »

Oh ? Je pouvais comprendre les paroles de tout ceux ici. Aussi, qu’ils me rendent mon salut doit signifier qu’eux aussi comprennent ce que j’ai dit. L’insecte, merci pour ce pouvoir si utile.

Beren demanda l’autorisation de Tomoe et Mio, et fit un pas en avant.

Les nains qui étaient agenouillés se levèrent et firent aussi un pas en avant suivi d’un salut. Comme je m’y attendais, ils en imposent.

« Maître Makoto, je vous pris de pardonner mon impolitesse d’utiliser votre nom. Les anciens nains ici présents sont au nombre de 54, à partir d’aujourd’hui, nous résiderons dans ces terres. Je me réjouis de travailler pour vous ! »

« Oui, je m’en réjouis aussi. Je suis Makoto. Ça ne me dérange pas que vous m’appeliez par mon nom, vous savez~ ? »

« Alors, je vais faire venir le chef du village, et lui aussi vous saluera correctement !! »

Ouais, j’ai rien à répondre à ça. C’est bon si tu te détends un peu, tu sais ? T’es tendu comme une corde d’arc, là.

Beren fit quelques pas en arrière et les autres nains firent pareil. Et alors, un nain avec une majestueuse moustache sortit des rangs. Il m’évalua du regard, mais je ne sentais aucune grossièreté.

Je sens que c’est une personne supérieure aux autres. Il est clairement plus vieux que Beren. Donc Beren était un jeune parmi son peuple…

On ne peut pas deviner l’âge exact après une rencontre après tout. Mais faire de la diplomatie dans ce genre d’endroit est juste…

Une révérence. Voyant ça, je m’incline aussi. Donc il y aussi la culture d’abaisser la tête dans ce monde.

« Je suis celui qui mène les anciens nains, je me prénomme Eldo. Pour nous qui avons vécu dans la clandestinité dans ces confins, je vous suis vraiment reconnaissant de nous laisser vivre dans un territoire si abondant. »

« Ah, pas de problème. Mon nom est Makoto. Si quelque chose vous trouble ou si vous avez quelque chose à demander, n’hésitez pas. »

« Je vous remercie. Donc, est-ce raisonnable de le faire maintenant ? »

« Oui ? »

« Jeune maître semble faire tout juste partie de la race hyumaine. Mais vos domestiques avec qui vous avez fait un contrat sont le Maître de l’Illusion, le Dragon Suprême, maître Shen et celle redoutée pour pouvoir dévorer la planète entière, l’Araignée Noire de la Calamité. Peu importe la manière dont l’on considère ceci, ce sont deux entités dont il est inconcevable qu’un hyumain soit maître. »

« Eh bien, ouais… »

Maintenant qu’il dit ça, le duo est aussi surpris. Peut-être est-ce à cause de ma position spéciale. Aussi, c’est quoi ce “tout juste“ hyumain ?

« Je vais vous le demander franchement. Vous avez reçu une mission de la déesse qui gouverne ce monde ainsi que sa protection divine et vous avez été envoyé dans ce désert, n’est-ce pas ? »

Les yeux du chef commencèrent à étinceler. Mais j’ai une objection à faire !

« C-comme si je voudrais de la protection divine de cette salope ! C’est vrai que c’est à cause d’elle que je me suis retrouvé dans ce désert, mais c’est moi le plus à plaindre ! »

« S-salope ? »

« Ouais, cette femme est tout à fait adaptée à ce nom ! “Va vivre dans les confins du monde avec les monstres“ et puis je suis jeté comme un déchet dans ce désert !! »

Ah, juste me le rappeler me fout la rage !

« A-alors, ce n’est pas une mission ? Vous n’avez pas d’objectif ? »

« Ouais, j’en ai aucun ! Pas le moindre ! C’est moi la victime ici, vous savez ?! Bon, elle a fait que je suis capable de parler avec les monstres et les bêtes démoniaques, donc je suis un peu reconnaissant, mais… »

J’ai presque murmuré la fin.

« Que vous soyez capable de parler avec nous n’est pas une protection divine en elle-même ? »

« C’est de la “compréhension“. Elle a dit que ce serait dégoutant de me donner une protection divine ! »

Le chef semblait penser à quelque chose.

« A-Alors, jeune maître est un hyumain qui n’est pas relié à un quelconque pouvoir, n’est-ce pas ? »

« Bien sûr. Aussi, vous pouvez arrêter de m’appeler hyumain ? Je préfère être appelé humain. »

« Humain, hein… C’est le nom d’anciens habitants de ce monde. Certains les disent ancêtres des hyumains. »

« Je m’en fous. Mais je suis un humain. Eh bien, à cause de certaines circonstances, j’ai un mana raisonnablement puissant, idem pour la force physique. »

Tomoe dit, “Il n’y a pas moyen qu’une personne capable de frapper un dragon soit ‘raisonnablement puissant’ “, et tourna le dos.

Et Mio, “Son mana, sa chair et son sang sont un met si délicat“ dit-elle avec une expression extatique.

Je ne peux pas t’entendre, je ne peux rien entendre du tout !

« Je suis soulagé. Nous ne sommes pas en de bons termes avec la déesse. Nous ne lui sommes pas hostiles pour autant. Aussi, nous ne pouvons pas dire que les hyumains ou la race des démons nous sont proches. »

« Autrement dit, vous êtes autonomes, hein~ »

« Mais vous êtes intéressant. L’idée d’une ville mirage. La capacité de communiquer avec nous, et ce mana délirant. »

Ça serait intéressant de vous suivre.

C’est ce qu’il veut dire.

« Aaaaah, je suis pourtant pas une personne si importante. »

« Hahaha, alors, je suis désolé pour ce long dialogue. Plus tard, je vous donnerai un produit de nos forges comme cadeau. »

Le chef recula. Il a dû prendre ce que j’ai dit pour de l’humilité. Et, un mana délirant qu’il a dit.

Le mana est quelque chose qui peut être vu ?

« Bon, il semble que la prochaine soit moi. »

C’est Tomoe. Comme toujours, elle semblait être de bonne humeur.

Les hommes-lézards à écailles bleues se tenaient en rang. Quel spectacle magnifique. Ça me fait penser qu’ils sont une armée bien rodée.

« Jeune maître ! Ceux derrière moi sont mes parents, les hommes-lézards des brumes. Eau et vent, c’est une race rare et puissante qui peut contrôler ces deux éléments. Le trait particulier de cette race, comme vous pouvez le voir, est leurs magnifiques écailles bleues. »

« C’est la première fois que j’apprends que t’avais des parents. »

« En prenant en compte ceux qui me vénèrent de leur propre chef, il y en a pas mal vous savez ? Et en ajoutant ceux qui me considèrent comme un Dieu et bien… BOUM. Mais eux sont ceux qui sont le plus étroitement liés à moi, juste ce qu’on peut appeler des parents. Ces guerriers qui sont ici seraient en mesure de vaincre un dragon inférieur. »

« C’est assez impressionnant. En plus, je peux le sentir, leur spécialité doit être le combat en groupe. On peut pratiquement les considérer comme des armes. »

« C’est inhabituel que vous disiez ça. Aussi, c’est surprenant que vous soyez en mesure de voir à travers eux. Eh bien, à partir d’aujourd’hui, ces 108-là vivront ici. Je joins ma voix à la leur, prenez soin de nous. »

Tomoe baissa légèrement la tête. Comme s’ils étaient coordonnés avec elle, les hommes-lézards exprimèrent leur reconnaissance par des mouvements qui semblaient avoir été préparés à l’avance.

Sérieusement, ces gars sont trop bien pour Tomoe. Si l’un d’entre eux est capable de vaincre un dragon inférieur alors, au moment où ils agissent en groupe… en fonction de comment ils agissent, ils peuvent devenir incroyable.

Même si ils sont appelés des guerriers, ils me donnent plus l’impression d’être des chevaliers, de sorte qu’on ne peut pas les considérer comme un corps spécial, mais ça ne fait aucun doute que ce sont des élites.

Bon, la suivante est Mio.

« Jeune maître, ceux présents derrière moi sont aussi mes parents, les Arkes. Ils étaient dans le même cas que moi, incapables de contrôler leur faim. Mais grâce à l’énergie de jeune maître qu’ils ont reçu, ils ont retrouvé la raison et je les ai amenés ici. »

Arke. Je ne sais rien à propos d’eux.

Fallait s’y attendre, les parents de Mio sont des êtres dont je n’ai jamais entendu parler et qui n’ont aucune relation avec mon ancien monde.

Eh, la question n’est pas là !

Elle les a probablement gavés avec un peu de mon mana mais appeler ça de l’énergie, ça ne me plait pas. (NDT : elle appelle ça dans la vo=sei, qui veut dire aussi semence, en gros, elle les compare à des Succubes !)

Plutôt, comment a-t-elle fait pour le partager ?

« C-Comment avez-vous pu partager quelque chose qui ne peut même pas être vu ? »

J’utilise un langage plus soutenu que d’habitude. Commeons’yattend,çadevientuntrucvisqueux ?

« Eh bien, c’est évident, comme ceci ! »

C’était plus rapide que des explications, donc Mio appela un Arke qui était proche et, rapidement et brutalement, elle l’a transpercé avec sa main tendue près de l’épaule. Transpercé, j’ai bien dit.

« Hey !!! »

Sans que je m’en rende compte, j’ai crié.

« ~~♫ »

Mais l’Arke transpercé semblait éprouver du plaisir.

B-Beurk ?!

Tous ces gars sont du même genre ?!

Donc ils sont des mini-mio, ou même des chiots-mio ?! Ah, ma pauvre tête…

De l’endroit transpercé, Mio nourrissait son parent avec quelque chose qui coulait de son bras. Donc c’est ce qu’elle entendait par partage.

Si violent.

« Ouais~ j’ai compris maintenant, non, je l’ai compris. C’est bon maintenant Mio. »

« Oui. Merci pour votre temps. »

Elle retira sa main. Sans aucun saignement, la plaie se referma. C’est vraiment une méthode masochiste. Ces gars sont aussi cheaté que moi !

« Nous, appeler, Arke. Pas avoir, nom. S’il vous plait, prendre soin nous. »

On dirait que c’est pas leur truc de parler.

Mais ils me parlent lentement mais surement. Ils pourraient même être des personnes assez assidues.

Aussi, s’ils vivaient seuls, ils n’avaient pas beaucoup d’occasions de parler. Voilà pourquoi ils ont du mal à communiquer, jusqu’ici, ils n’en avaient pas besoin.

Et Mio a été aussi affamée qu’eux. Je précise, elle l’a été.

« Vous avez oublié le “à partir de maintenant“ ? Vous voulez être mangé, hein ?! An ?! »

Vous êtes des Yakuzas ou quoi ?!

« Mio, c’est bon ! Ils ont pu parler correctement. Faisons les choses dans l’ordre, ils devraient juste lentement s’habituer à vivre ici. »

Lorsque Mio recula lentement, l’Arke sortit des rangs parut soulagé et d’accord avec moi.

Ce groupe me fait m’inquiéter de ce qui se passera dans le futur…

« Moi et les Arkes pouvons produire une matière spéciale à l’intérieur de notre corps. Aussi, nous avons quelques connaissances de l’alchimie des anciens temps. J’espère que nous pourrons vous aider de quelques façons que ce soit. Ensuite, nous pouvons être vraiment indigne, mais s’il vous plait, prenez soin de nous à partir de maintenant, jeune maître. »

Pour les travaux de forges, nous avons les nains, pour la couture, les Arkes, pour les batailles, ceux qui conviennent sont les hommes-lézards des brumes et enfin, pour les taches basiques, nous avons les tenaces orcs des hautes terres et on peut aussi compter sur les hommes-lézards.

Je vois, c’est un bon mélange. Y a pas assez de monde pour tout cependant.

Et donc, les introductions sont finies, et c’est à cause de ça que j’ai été retardé dans ma visite de la ville hyumaine.

Quoi qu’il en soit, maintenant, je suis capable d’y aller. Après une heure ou plus de marche, il y a cette ville tant espérée.

Finalement, je vais pouvoir rencontrer des êtres humains !

« Ouais, donc tout le monde, j’ai hâte de travailler avec vous. Si vous voulez plus de détails, demandez à mes servantes. Tomoe, Mio. Faites part des instructions à Eldo, s’il vous plait. Vous pouvez choisir où vous installer, mais pas de combat ! Je vais me diriger vers la ville, c’est tout près, donc j’y vais seul. »

« N’est-ce pas dangereux d’y aller seul ? » (Tomoe)

« C’est vrai, je vais vous accompagner. » (Mio)

« Non, ça ira. Comparé à avant, c’est définitivement plus sûr. En plus, on ne peut pas laisser Asora sans quelqu’un qui dirigera, sinon ça serait le chaos. Ne vous inquiétez pas, si tout va bien, j’y reste la nuit et je reviens demain. Voilà. »

En disant ça, je passais le portail sans même avoir pris mon petit déjeuner.

Tomoe et Mio semblent avoir consenti à mon projet. Ils ne sont pas en train de me suivre, donc ça ira, je pense.

Si un problème dans Asora se produit pendant mon absence, je le résoudrai juste plus tard !

La priorité du moment, c’est d’aller à la ville.

Ça fait déjà une semaine que je suis arrivé ici.

Sans rencontrer personne, au sens humain du terme. Et en plus, j’ai presque failli mourir deux fois.

Il est temps pour moi de rencontrer des êtres humains !

<<Précédent<<  >>Suivant>>

Cet article comporte 7 commentaires
  1. Merci pour le chapitre 🙂 Ah mais même si je sais ce qui va se passer dès la rencontre avec les Hyumains, il me tarde de voir ça ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top