skip to Main Content
Menu

Chapitre 13 : Le jardin semble avoir monté de niveau.


Trad: Magycio

Edit: Ptit Lu

Check: Ptit Lu


Je dois endurer ça.

À l’heure actuelle, je suis confronté à une soudaine tournure des événements que je ne peux pas comprendre, et pour l’instant, j’ai essayé de faire bonne figure devant.

Asora est clairement devenu plus grand. Ça devient de plus en plus quelque chose qui échappe à ma compréhension.

Waouh.

À l’horizon, je peux voir une forêt sombre. Cet endroit n’était pas supposé être une prairie verdoyante avant ? En plus, une forêt était même apparue dans notre voisinage.

Aussi, une rivière, qui semblait avoir été là depuis le début, coulait maintenant. Elle traversait le village des orcs et continuait à couler vers l’aval. Peut-être qu’il y a une mer à la fin ?

Ce n’est pas une illusion d’optique.

J’ai enquêté mais Asora s’est étendue et sa topographie a changé aussi. Le mur de brouillard que je pouvais voir au loin avant, maintenant je dois utiliser “Zone“ pour déterminer sa position. L’eau disparaît quelque part à l’intérieur d’Asora, donc à l’avenir, elle peut devenir encore plus grande.

La taille d’Asora peut même rivaliser avec celle d’Hokkaido.

Dans son ensemble, j’ai l’impression que la quantité de végétation et d’eau a augmenté. Je crains qu’Asora ressemble de plus en plus aux terres japonaises. Il n’y a pas de maisons ou de rizières, mais c’est la même atmosphère qu’au Japon.

V-Vraiment, à quel point est instable cet endroit… Sérieusement, c’est vraiment sûr d’y vivre ?

Et alors, j’ai levé les mains et respiré un grand coup. Car je me le suis rappelé.

——

Je me suis réveillé dans la tente que les orcs avaient préparée pour moi.

Après que je me sois redressé, une femme avec des cheveux noirs était à côté de moi, agenouillée, s’inclinant tout en appuyant trois doigts sur le sol.

Un silence pesant plana sur la tente, la fille leva la tête.

« Merci pour la nourriture, maitre-sama. Merci mille fois, grâce à vous, j’ai expérimenté la sensation d’avoir le ventre plein pour la première fois depuis que je suis née♫ »

Avec des larmes menaçant de couler, elle dit ça avec joie.

Je ne pige pas du tout ce qui se passe.

« Attends une seconde, reste là. »

J’ai ignoré la fille qui disait quelque chose et le disait unilatéralement, et suis sorti de la tente.

Je voulais juste sortir pour me calmer, mais dehors, je me retrouvais face à encore plus de désordre.

Merde, Asora ! C’est si amusant que ça de m’acculer dans un coin quand je suis déjà confronté à une situation pas claire ? Si tu vas changer le paysage, je veux au moins que tu me préviennes à l’avance.

Mais, on dirait que je ne peux pas y couper. Il est déjà tard, hein, y avait pas un chat. J’ai pas le choix, mais retourner avec cette fille est…

Allons-y.

« Heureuse de vous revoir. »

La seule personne à qui je pouvais parler était cette magnifique femme. Il n’y a pas d’autres choix, donc j’ai décidé de lui demander un certain nombre de choses.

??

Cette fille était l’araignée.6 - BmNWRoE

Elle était cette chose noire dingue. Elle mange la magie. Peu importe le nombre de fois où je l’ai tranchée lors de notre combat, elle se régénère direct, c’était sans fin.

À ma grande surprise, elle a dit quelque chose de bizarre du genre “J’ai fait un contrat“ et inclina profondément la tête.

Contrat. D’après ce que j’en savais, j’avais cru que c’était quelque chose qui ne pouvait être fait sans l’accord d’une des deux parties, mais…

En fait, il semble que ça n’a pas d’importance. Il se peut qu’il y ait quelque chose, mais pour le moment, je ne comprends pas du tout les règles des “contrats“.

Elle a peut-être pris l’empreinte de mon pouce quand j’étais dans les vapes et a fait le contrat. Je doute vraiment qu’il y ait des règles dans ce monde… Ah, je vois. Cette déesse était celle qui les a mis en place. Ouais… c’est sans espoir…

Intuitivement, je commençai à croire cette fille.

Je pouvais sentir que tout se goupillait.

J’ai pigé.

Tu ne peux pas annuler ça et il n’y a pas de délai de rétractation. C’est vraiment pas un système qui se préoccupe des sentiments de l’autre partie du contrat.

« Donc, en lien avec tout ce que j’ai dit, je suis dès maintenant sous forme humaine et soumise à vous, en remerciement de la grande faveur que vous m’avez faite. J’ai, pour la première fois, senti une sensation différente de celle de la faim. Dans toute ma vie future, je vais, avec mon cœur et mon corps, vous servir. »

Ça doit être ses vrais sentiments. Je ne peux pas imaginer la période où elle était juste une araignée esclave de ses instincts mais ce n’était surement pas un mensonge.

En plus, si je fais mal tourner la conversation, je devrais faire face à des rencontres à tout moment avec cette dame affamée. Et qui sait le nombre de fois…

Je ne veux pas que ça se produise à nouveau. Je ne le veux vraiment pas. J’ai expérimenté, pour la première fois, ce que c’était de faire face à un bulldozer.

C’est pourquoi je l’ai cru. C’est la première règle de cette réalité.

Oooooh !! Dans ce monde, il y a beaucoup trop d’événements forcés et ça se développe trop rapidement !

C’est bizarre, j’avais pourtant confiance en ma capacité à vivre sans problèmes dans ce monde, pourtant. Bon, en même temps, c’était seulement la confiance en soi d’un lycéen, “la grenouille dans son puits“ est ce qu’on pourrait comparer.

« D’ailleurs, où est Shen ? »

Je pouvais dire qu’on était dans ma propre tente.

Il doit être une heure avancée de la nuit, maintenant.

J’ai entendu que le temps à Asora est relié à celui de l’extérieur, donc y a pas de doute.

« Si l’on parle de cette Shen, elle attend dehors. »

Euh… j’étais sûr qu’il n’y avait pas d’intention meurtrière, mais…

Je vérifie avec “Zone“.

Tout d’un coup, il y en a. Celle qui était dehors à l’entrée est Shen, pas de doute. Il est tard et elle attend dehors, hein. Elle doit avoir des choses à me dire, mais je ne peux pas m’empêcher d’avoir un mauvais pressentiment sur ça.

Car le nombre de fois où Shen m’a apporté quelque chose qui m’a fait plaisir est… attendez, mais oui ! C’est bien zéro !

Mais…

Pour être restée debout et avoir attendu que je me sois réveillé, mais je ne peux pas la laisser là.

« Pourrais-tu l’appeler ? »

« Oui, danna-sama. »

[NDT : Danna-sama, utilisé par les maitresses, geishas et prostituées pour se référer à leur patron, leur “papa-gâteau“]

« Perverse !! »

Danna-sam ?! Quel danna-sama ?!

Il y a juste un instant, tu m’as appelée maitre, hein ?! Je n’aime pas celui-là non plus !

La femme, pour une raison quelconque portait un tissu noir étrangement transparent qui laissait voir les contours de son corps, se leva sans bruit.

Eh bien~ elle a bon goût, n’est-ce pas ?

Attends, non !

Pas bon, si je vais dans une ville avec ces deux-là…

Voyant.

Ça va être super méga-voyant.

Avec un regard nouveau, j’observe cette ane-sama et ses cheveux noirs passant l’entrée.

Des cheveux coupés au carré de couleur de jais. Elle leva légèrement de longs yeux bridés.

Une peau blanche qui pouvait être confondue avec de la porcelaine, des lèvres brillantes.

C’est une belle jeune fille qui pourrait passer pour une Japonaise. Eh bien, comme d’hab’, elle aussi est plus grande que moi. Mais par contre, pas aussi grande que Shen.

J’ai pensé ça aussi lors de ma rencontre avec Shen et Ema, mais pourquoi ceux qui m’approchent ne sont jamais humains ?

Maintenant que j’y pense, elle m’a salué en s’inclinant, mais je n’ai pas entendu son nom.

Dois-je l’appeler Sans Nom ? Ou peut-être Numéro Deux ?

Des noms qui devraient convenir pour ces deux belles jeunes filles, pas des noms qui devraient aller à des personnes désagréables.

Un nom, je dois penser à un nom. Si je continue à les appeler comme ça, leur tempérament pourrait se révéler après tout.

En parlant de tempérament, si Shen décide d’amener un ennemi à Asora et de me le faire combattre à nouveau, je dois penser à un endroit approprié pour les habitants afin qu’ils ne soient gênés par ce combat.

Si c’est la façon dont les choses sont, il est nécessaire d’avoir une discussion avec Shen à propos d’Asora.

Également, la construction de la ville n’a pas encore pris une forme appropriée, mais nous devons anticiper et penser à la taille qu’elle aura aussi.

Il y a beaucoup à faire. Une montagne de choses.

Et aussi les affaires que j’ai apportées avec moi quand j’ai été envoyé ici.

On pouvait lucidement dire qu’ils n’avaient aucune utilité.

Pourquoi ai-je même apporté des livres ici ? Quand je cherche dans mes souvenirs, grâce à Shen, tous les livres de ma chambre ont été amenés ici de toute façon ! Je pensais avoir fait un bon choix mais ça me donne juste envie de pleurer.

Le journal et le stylo font un bon travail cependant, mais la nécessité de les utiliser est comme prévu, faible.

Nom, inspection, les terres, nom, inspection, les terres…

Par où dois-je commencer ?

Celui dont je peux m’occuper immédiatement est le nom. D’accord, je vais donc commencer par celui-ci.

Et pendant que j’y suis, je vais inspecter les environs d’Asora et regarder les constructions de ce monde. Et puis, le plan de la construction de la ville.

Bon, en commençant les orcs du voisinage, je devrais juste laisser un espace entre leur village et ça sera très bien. Jusqu’à ce qu’on établisse le plan de construction de la ville, il n’y a pas besoin de se presser.

Les orcs ont déjà beaucoup à faire juste en essayant d’établir leur propre village. N’est-ce pas ? Shen n’en a pas fait trop, hein ?

De toute façon, si je laisse Shen s’occuper de tout, je sens qu’elle va effectivement essayer de recréer Edo ou Kyoto, et c’est vraiment effrayant, rien que d’y penser.

Juste comme dans l’antiquité ou au Moyen Âge de mon monde, elle les ferait travailler comme des chiens sans aucune pitié.

Une émeute dans Asora n’est vraiment pas une possibilité à prendre à la légère.

« O~ maitre, vous êtes réveillé. »

« Ouais, curieusement. On dirait que j’ai conclu un nouveau contrat, mais toi, tu faisais quoi ? »

« Bien sûr, j’aidais à faire le contrat. C’est beaucoup mieux que de se faire manger, non ? En plus, si nous ne faisions pas un contrat, nous aurions dû la tuer et la laisser derrière, à l’avenir, nous ne saurions pas quand elle pourrait nous tomber dessus. »

En disant ça, Shen pointe du doigt la fille qui fut jadis une araignée.

C’est vrai que je ne voudrais pas que ça se passe comme ça. C’est une des raisons pour lesquelles j’ai accepté ce contrat.

Eh bien, Shen est comme ça… peu importe à quel point c’est gros, elle le fait.

« Je suis heureuse d’être votre loyale domestique. »

Shen sourit comme pour dire “c’est pas grand-chose“, pendant que l’araignée était genre “je suis si heureuse…“ avec son visage empourpré.

Ces deux-là n’ont même pas remarqué que j’y mettais de la mauvaise volonté.

« Et, pourquoi vous avez besoin de moi ? Pour que vous soyez venues à cette heure, vous avez des trucs à me demander, hein ? »

« Oh, c’est vrai. Hé, c’est bon maintenant. »

Shen se tourna vers l’entrée et fit un geste.

Celui qui est entré est le gars aux cheveux frisés.

Oh~. Il a vraiment un petit corps, mais musclé !

Ce gars est plus petit que moi ! Et il a un visage normal !

Ooh~ c’est la première fois dans ce monde que je rencontre quelqu’un qui me ressemble.

« Nain ? »

Le visage de Shen, de l’araignée et du nain (?), changea en même temps sous l’effet de la surprise.

« En effet, vous êtes vraiment perspicace. »

Shen s’est faite représentante d’eux trois et m’a félicité. Le nain semblait être surpris que je connaisse sa race. L’araignée hochait la tête.

Les nains sont une espèce rare ?

« Et en plus, ce n’est pas un simple nain ! C’est une ancienne race qui a fabriqué des trésors sacrés et des outils légendaires, un nain qu’on nomme un ancien. »

Hein ?

Ça signifie qu’il est un nain impressionnant ?

Eh bien, ça expliquerait qu’il soit rare.

Quand j’essayais de réfléchir un peu, le nain fit un pas en avant et me ramena à la réalité.

« C’est un honneur de vous rencontrer. Comme vous l’avez dit, je suis un nain. Je vous suis vraiment reconnaissant de m’avoir sauvé. »

« Ah, ne vous inquiétez pas. Mon nom est Misumi Makoto. Euh… appelle-moi juste Makoto. »

« Je suis désolé de mon impolitesse !!!! Je suis Beren. »

« Merci de ta politesse. Donc, Beren, tu dis que je t’ai sauvé mais, si mes souvenirs sont bons, c’était pourtant Shen qui t’a sauvé. »

« Wouah ? Ce n’est pas ça. Au moment où il était sur le point d’être mangé, je l’ai juste amené à Asora. »

Shen, qui gardait le silence et écoutait, nous interrompit soudainement.

Pas bien, c’est justement ça qui fait dire que tu l’as sauvé.

« Oui. maitre Shen m’a amené ici pour me cacher de cette araignée géante et… »

Il se tut un moment. Beren regarda la fille et son visage se parât d’une expression compliquée. Il a été attaqué par elle, donc ce n’est pas une surprise.

Pendant ce moment, je pouvais percevoir ses yeux la regardant, comme s’il cherchait un défaut. Ça s’était passé seulement pendant quelques secondes, puis il revint à son expression primaire. Même si elle était la personne qui avait essayé de la manger il n’y a pas si longtemps.

« Et cette araignée géante, vous avez pris soin d’elle. J’ai entendu dire que sa malédiction a été levée et qu’elle est redevenue la jeune fille qu’elle était à la base. »

Euh… bonjour ?

C’était juste une araignée affamée, non ? Pourquoi c’est devenu un conte de fées au rabais comme celui de Shen ?

Je questionne celle-ci du regard.

Eh bien, maitre. Avec ça, ça s’est résolu plus facilement, n’est-ce pas ? Et on dirait qu’avec, nous serons en mesure de faire de ces nains nos camarades.

Non, tu vois, je marche pas. Tu veux juste qu’ils te fassent un katana, hein ?

Ils allaient presque être dévorés donc, ils ne devront avoir aucune objection. C’est très bien comme ça.

Échange visuel terminé.

Pff… quelle femme sournoise. Je ressens un peu de pitié pour ce nain.

Quand je regarda à nouveau Beren, il semblait avoir remarqué mon regard et a continué son discours.

« Cette araignée, depuis les anciens temps, dévorait n’importe quoi et puis disparaissait. C’était une entité qu’on pouvait appeler Calamitée. Par le passé, elle a dévoré notre travail et celui des orcs. »

Donc, tu manges même le métal. Normal, quoi !

Quand je regardais l’araignée transformée en fille, je la vis devenir toute timide. Donc c’est vrai…

Mais ça serait vraiment mieux de laisser l’histoire comme elle est. Puisque les nains vont sans doute s’installer aussi ici, c’est mieux qu’ils pensent que l’araignée a changé.

Bon, ça va comme ça.

On dirait que Beren veut continuer à parler. Écoutons-le, alors.

« Et donc, j’ai une faveur à demander à maitre Makoto qui possède un si beau domaine. »

Qu’est-ce que c’est ? Une autre quête ?

« Que puis-je faire ? »

« Nous vivons dans le désert et fabriquons des outils pour les autres. La raison pour laquelle nous vivons dans un endroit si dangereux, c’est pour protéger nos créations des usurpateurs et voleurs comme l’araignée noire. Mais… cet endroit est tout simplement trop aride et incultivable. »

Que leurs créations soient en sécurité ici, j’en suis sûr. Cet endroit est difficile à localiser déjà, et ceux qui essayent de s’y infiltrer sont peu nombreux.

Voilà pourquoi il y a peu de gens qui tenteraient de les voler. On dirait aussi que Shen ne savait même pas que les nains avaient une place forte ici.

Mettons de côté le fait que cet endroit est aride, c’est définitivement un emplacement sûr.

« Tu as raison. Ici, c’est indubitable que vos trésors seront en sécurité. Par contre, la nourriture et les matériaux doivent manquer. »

Je reste silencieux. Eh bien, je sais déjà où il va faire venir la conversation.

« Voulez-vous, s’il vous plait, nous accepter ici ? »

Ouais. Comparé au désert, cet endroit est sûr et ne manque pas de ressources.

D’ailleurs, désormais avec la migration des autres races à Asora, la quantité de connaissances et de marchandises devraient augmenter.

Et ceux qui superviseront ce monde, ce sera Shen et cette araignée qui était une menace avant. Ah, et moi aussi.

Pas besoin de le dire, ça.

Shen est euphorique, que ce ne soit pas seulement une personne, mais qu’elle ait fait migrer tout un peuple. C’est mieux que Beren ne voit pas ça. Je ne l’ai jamais vu afficher une expression si joyeuse.

La fille qui avait le visage d’une Japonaise et une allure calme, lentement, elle se lécha le bout des lèvres. Elle aussi paraissait trouver ça délicieux, je veux dire, elle semblait être contente aussi. Il faudrait que je lui dise qu’elle ne peut pas manger les produits des nains.

« C’est bon. »

« Une réponse immédiate ?! »

« Eh bien, nous disposons de beaucoup de terres. Donc tant que vous pouvez coexister avec les orcs, ça m’est égal. »

« C-C’est… bien sûr. »

Sur son visage, je pouvais voir “c’est bon avec juste ça ? “. Mais bon, si c’est juste vivre ici, je n’ai pas de problèmes avec.

« Aussi, aider à la construction de la ville. Fournissez-nous des outils. Et, dans le futur, nous vous demanderons un impôt. Au fait, il faut que vous, les gars, reconnaissiez le seigneur d’Asora comme maitre. »

Shen commence à énumérer des conditions supplémentaires les unes après les autres.

Ouais, elle avait surement tour préparé à l’avance.

« Une ville, hein ? Les outils et l’impôt vont de soi. Ça ne me dérange pas. »

On dirait qu’Asora lui paraît vraiment être un bon endroit où vivre. L’image que je m’étais faite des nains était celle de gens bornés et tenaces, mais Beren semble être compréhensif.

Il acceptait toutes les conditions que Shen imposait.

« C’est vrai. Nous planifions de fonder une ville dans le futur. Bien sûr, ça ne me dérange pas si vous voulez apporter votre village ici. »

« Ça… semble intéressant. De l’autre côté de la brume, il y a donc une terre abondante et une ville, hein. Vraiment intéressant ! »

Beren semble être tout à fait avec le plan de construction de la ville. Shen est vraiment chanceuse.

« Pour vous trois, nous vous fabriquerons bien entendu une arme. Je pensais aussi vous fournir une armure. »

Pour l’araignée aussi ? Elle doit vraiment avoir été une grave menace pour eux…

Non. C’est vrai qu’elle était effrayante.

Que quelqu’un que j’ai essayé de tuer me dise “délicieux“, c’est une première pour moi.

Dans un sens, ça doit vraiment être effrayant pour les nains et leurs frères d’infortune de voir leurs créations englouties sans pouvoir rien y redire.

En outre, c’était parce qu’elle était affamée. C’est beaucoup plus effrayant que tout le mal qu’elle a fait.

« Je vois, alors, c’est d’accord pour amener tes semblables ici. Je vais te créer un chemin. »

« Oui, alors sans délai, je vais les convaincre. Je pense que je serais capable de revenir dans un ou deux jours, donc, s’il vous plait, attendez-moi jusque là. »

« C’est d’accord, quand vous aurez fini de rassembler tout le nécessaire, appelle-moi. Quand je recevrai ton appel, je transporterai le village entier ici. »

Encore une fois ça. Si puissant. Et c’est aussi une façon facile de voyager. L’emballage des affaires pourrait aussi bien prendre une minute.

Juste ne laissant l’intérieur de la maison, elle peut être transportée, hein.

Donc, c’est ça ? Si tu utilises Asora comme relais, tu es capable de quelque chose se rapprochant de la téléportation instantanée ?

Je vois, aux endroits où nous allons nous arrêter souvent, nous confirmerons si Shen est capable de créer des portes.

« Alors !!! »

Beren s’envola comme une balle. Le portail de Shen, hein…

« Je peux parler avec lui normalement. »

Je me sentais mal à l’aise quand je parlais avec Beren. Peut-être que je dois m’adapter au début.

Non, les nains sont des humanoïdes. Se pourrait-il donc qu’ils soient capables de comprendre le langage des humains ?

« Comme on pouvait s’y attendre de la part de maitre. »

« Ouais, impressionnant. »

On dirait que c’est pas ça. Non, même être capable de communiquer avec une araignée est une chose impressionnante en elle-même. Si l’on peut appeler ça communiquer, cependant…

« Il semblait qu’il était capable de comprendre les paroles de cette araignée aussi. C’est vraiment incroyable. »

« Et son mana est si doux. Il est vraiment le gentleman idéal. »

Hé, je ne suis pas heureux, moi !

Un petit ami qui peut être mangé. Ce genre de truc ne sera jamais populaire. Un garçon-bouffe ? Je ne veux définitivement pas devenir ça.

« Bon, maintenant, il y a en fait quelque chose que je veux vous demander, maitre. »

<<Précédent<< >>Suivant>>

Cet article comporte 9 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé
Back To Top