skip to Main Content
Menu

The Legendary Moonlight Sculptor Chapitre 05


Source : Version anglaise

Traduit par : Magycio
Edité par : Kayorko
Checké par : Magycio

Chapitre 5 : La fille qui avait perdu ses mots


     « Merde … Déjà le jour…

 C’était maintenant le matin et Lee Hyun se sentait déjà exténué.

 Le parlement sud-coréen, dans son infinie sagesse, avait promulgué une loi qui rendait les choses encore plus difficile pour Lee Hyun. Cette loi, surnommée : ”Ne Laisse Personne Derrière”, avait été conçue pour se débarrasser des inadaptés antisociaux et des marginaux de la société coréenne.

 Toute la stupidité de cette loi était fondée sur la théorie selon laquelle ceux qui étaient nés et avaient grandi dans un milieu difficile avaient plus de risques de commettre des crimes violents et de divorcer que les autres. Par exemple, les familles sans parents et ayant beaucoup de dettes à rembourser aux usuriers.

 En accord avec cette loi, tous les citoyens coréens ayant 20 ans ou plus et ayant des problèmes apparents dans leur parcours social et/ou situation familiale étaient obligés de passer de temps en temps chez un psychiatre pour un examen.

 En bref, Lee Hyun était obligé de passer cet examen psychiatrique, car il avait perdu ses parents alors qu’il était enfant, et que son adolescence avait été hantée par les créanciers.

 Lee Hyun était donc en route pour le ‘Grand Centre de Réadaptation Sociale’.

 « J’ai l’impression d’être revenu dans les années 60. Centre de réadaptation mon cul, on dirait une prison. » Après s’être plaint sur tout le chemin, Lee Hyun entra dans le bâtiment. La salle de réception était remplie de personnes de 20 ans qui étaient aussi venus faire leurs examens médicaux obligatoires en vertu de la Loi des Socialement Inadaptés. Il dut donc attendre une heure avant de pouvoir s’enregistrer.

 « Bonjour, je suis Lee Hyun. Je suis venu faire l’examen psychiatrique à cause de Ne Laisse Personne Derrière.

 « Je vois. S’il vous plaît, remplissez ce formulaire.

 « Qu’est-ce que c’est ?

 « Nous allons établir une analyse complète de votre état mental en se basant sur vos réponses à ce questionnaire. Si vous tombez dans la catégorie des réprouvés sociaux, vous serez obligé de rentrer dans le centre de réadaptation et de recevoir un traitement régulier. Dans ce cas, le gouvernement enverra un chèque à votre famille tous les mois en guise de compensation.

 Quelle loi inhumaine. Le gouvernement n’avait pratiquement rien fait pour les plus démunis quand ils souffraient d’une enfance horrible, maltraités par leurs parents ou chassé de l’école.

 Nooon, tout le contraire… maintenant ils devaient accepter un handicap aux tests d’admission s’ils voulaient entrer dans une université après le lycée. Pire encore, ils ne seraient jamais capables d’accéder à des postes gouvernementaux. La lutte contre le Terrorisme donnait une excuse valable pour justifier cette séparation des riches et des pauvres.

 « Oui, m’dame.

 Lee Hyun prit le formulaire et le remplit rapidement. Le stylo ne quitta pas une fois la surface du papier. Ces questions, Lee Hyun y avait réfléchi depuis de nombreuses années et il connaissait les réponses par cœur.

 « J’ai fini. Je peux partir maintenant ?

 « Bien sûr. Tenez, pour rembourser votre ticket d’autobus.

 Au moins, le gouvernement faisait preuve d’un petit peu de pitié. Lee Hyun empocha les pièces et quitta l’asile. Au même instant, le questionnaire qu’il avait rempli plus tôt, commençait déjà à faire parler de lui parmi les psychiatres du centre.

 

*****

 

Cha Eunhee, docteure en psychiatrie, riait à ne plus s’en arrêter, la tête renversée en arrière comme si son cou était cassé. Voir la docteure, dont l’attitude lui avait valu le surnom de Reine de Glace, rire ainsi en public était un spectacle plus que rare pour les infirmiers.

 « Elle a finalement réussi à communiquer avec son chien ?

 « Va savoir. Rien n’est impossible pour le docteur.

 Le docteur Cha avait immigré aux États Unis avec ses parents, tout deux diplomates, quand elle était jeune. Elle avait été diplômée avec les honneurs de l’université Harvard à 20 ans, et avait obtenu son doctorat avant ses 23.

 Combinant la beauté et la culture, mais néanmoins pleine d’orgueil, elle n’avait jamais montré à ce point son côté humain avant ; ce qui en avait fait une source de rumeur. L’infirmière en chef décida de tirer ça au clair.

 « Dr. Cha, qu’y a-t-il de si drôle ?

« Regardez ça.

 Riant aux larmes, le Dr. Cha donna à l’infirmière en chef ce qu’elle tenait dans sa main. C’était la page d’un questionnaire que quelqu’un avait rempli pour Ne Laisse Personne Derrière. Il y avait 7 questions courtes, et autant de réponses aussi courtes.

 

  ———————————————————————-

Questionnaire :

Nom : Lee Hyun

  1. Quel est votre nom ?

Lee Hyun.

  1. Quelle est votre profession ?

Un grand méchant qui va menacer la paix mondiale.

  1. Que faites-vous ?

Je remplis ce questionnaire.

  1. Qu’elles sont les trois plus mémorables, ou importantes, choses que vous avez faites dans votre vie ?

Atteindre le niveau maximum sur Continent of Magick. Jouer en ligne 200 heures d’affilées sans manger ni dormir. Vendre mon compte.

  1. Que pensez-vous des politiciens au pouvoir actuellement ?

Pourquoi ne pouvons-nous pas juste les exporter en Chine et au Japon ?

  1. Quand vous êtes vous considéré comme un membre de la société?

Après avoir regardé ‘La Planète des Singes’

  1. Comment vous décrieriez-vous en une seule phrase ?

Je suis un Dragon.

 ———————————————————————-

      

L’infirmière eut l’air décontenancé quand elle eut fini de lire le document.

 « Ne me dite pas – est-ce un extrait d’un roman graphique ?

 « Non, c’est un des questionnaires rempli ce matin. Vous ne voyez pas le tampon de confirmation tout en bas ?

 « Un cinglé typique.

 « Vous avez encore faux. S’il était cinglé, il n’aurait pas pu observer la société aussi sarcastiquement et précisément qu’il l’a fait dans ce questionnaire.

 En dépit des apparences, le Dr. Cha conclut qu’il était mentalement normal.

 Pour être en mesure de tourner au ridicule la société de telle sorte, ce jeune homme du nom de Lee Hyun devait avoir vécu une vie bien cruelle.

 « Ok. » l’infirmière en chef ne pouvait s’empêcher de soupirer.

 Elle n’avait aucune raison de contredire le docteur. En plus de cela, elle savait que soit le Dr. Cha, qui avait fait un doctorat en psychiatrie aux USA et qui était mondialement reconnue pour ses talents, comprenait quelque chose qu’elle-même ne comprenait pas ; soit que tout simplement ce Lee Hyun était en réalité quelqu’un de mentalement attardé.

 « Les deux sont simplement anormaux. Ou alors ils sont normaux et je suis la seule folle dans cette pièce. Peut-être que la dure vérité est que le monde est devenu fou » pensa-t-elle en se sentant prise de vertige.

 Le docteur Cha prit le formulaire et se leva.

 « La société a besoin de différentes sortes de gens. Oubliez ça. Vous ne regardez pas les choses avec suffisamment de perspective. À propos, je vais montrer ça à Seoyoon.

 « La patiente Jeong Seoyoon ?

 « Oui.

 « Vous pensez qu’elle le lira ?

 « Elle le fera. Ceux qui s’isolent sont les plus susceptibles à aspirer à l’attention d’autrui. J’espère juste qu’elle rira cette fois. » Le docteur Cha prit le questionnaire que Lee Hyun avait rempli et quitta la pièce. Sa destination était la chambre spéciale située au 12ème étage.

 Avec des instruments médicaux flambants neufs et les meilleurs médecins, cette chambre qui coûtait près de 20 millions de wons par jour (près de 15 000 euros), était aussi équipée d’une piscine privée et d’une salle de sport couverte.

 « Bonjour Seoyoon, je suis venu te voir.

 Faisant un sourire lumineux à sa patiente, elle entra dans la chambre. Une fille au visage pâle leva sa tête du livre qu’elle lisait. Tout le monde, même les mannequins dont l’apparence est le seul atout, auraient été éclipsés par sa beauté – mais son visage était vide d’émotion. Comme une poupée de porcelaine, elle semblait sans vie.

 «  Dieu lui a donné sa beauté, mais elle n’a pas pu vivre avec. » pensa tristement le Dr. Cha.

 Du fait de sa beauté, elle était aimée à l’excès pour son père surprotecteur. La relation entre le père et sa fille ne tomba toutefois jamais dans l’interdit. Mais sa mère, dans sa paranoïa devint soupçonneuse de son mari et profondément jalouse de la beauté de sa propre fille. Il en résultat des insultes et mauvais traitements continuels au cours des premières années, puis vint la tragédie de ce jour fatidique. Depuis lors, la fille avait perdu l’usage de la parole.

 Quand elle était jeune, Seoyoon était un ange piégé dans une enveloppe charnelle. Le Dr. Cha, qui avait été une amie proche d’eux, s’était toujours sentie navrée qu’elle ait été privée de sa juste part d’amour et d’innocence.

 « Jette un coup d’œil à ça. Je ne suis pas autorisé à déplacer les documents de mon bureau, mais je voulais te le montrer. » Le docteur Cha Eunhee donna à la jeune fille le formulaire remit par Lee Hyun.

 Seoyoon jeta un regard éteint sur le papier, et le Dr. Cha espéra qu’elle allait éclater de rire.

 Le Dr. Cha avait espéré, contre toute attente, que Seoyoon s’ouvrirait ; au moins un petit peu.

 « Tu sais, si tu riais cette fois, ou tout simplement souriait, ce serait la première fois en 5 ans. » À cette pensée, le Dr. Cha devint encore plus triste.

 Mais le visage vide anéantit les espoirs de la docteur. La jeune fille regarda le questionnaire et retourna à ce qu’elle faisait.

 « Très bien … tu as besoin de quelque chose ?

 Seoyoon secoua doucement la tête.

 « Alors, n’hésite pas m’appeler à tout moment si tu a besoin de quelque chose. »

 Le Dr. Cha quitta la chambre en silence.

 « Elle a ri ? » demanda l’infirmière derrière la porte ; elle n’avait pas osé entrer dans la chambre.

 Cha Eunhee eut un petit sourire. «ça n’a pas marché… » dit l’infirmière, répondant à sa propre question quand elle vit le sourire de dépit du Dr. Cha.

 « Non. Je n’arrive pas à trouver un moyen de lui faire ouvrir son cœur ou son esprit,» déclara le Dr. Cha. « Je dois la soigner pour mériter la confiance du président–– non, au nom de Seoyoon…

 D’innombrables psychologues, psychiatres et même des chamans s’était penché sur le cas de Seoyoon et avaient cherché à y remédier, en vain. Aucun d’entre eux n’avait réussi à faire fondre la chape de glace qui enveloppait le cœur de la jeune fille. Maintenant, presque tout le monde considérait qu’il n’y avait plus d’espoir.

 L’infirmière aussi était en larme. Elle était triste qu’une fille si mignonne que Seoyoon ne puisse ni parler ni rire, prisonnière solitaire de la coquille qu’elle avait érigé.

 « N’y a-t-il pas un autre type de thérapie ou de médicament qui pourrait l’aider ? » demanda l’infirmière.

 « Un recours psychiatrique ne fonctionnera pas tant que le patient ne garde pas l’esprit ouvert et refuse la réalité, » dit clairement le Dr. Cha.

 « Alors, elle va vivre ainsi pour le reste de sa vie …

 « Nous devons trouver quelque chose pour la faire revenir. Elle a juste besoin d’un stimulus, quelque chose qui va l’amener à faire face à la réalité. »

 « Mais ça fait déjà 5 ans. On dirait que sa conscience s’est arrêtée de fonctionner – ou pire encore, qu’elle a disparu depuis longtemps.

 « C’est de notre devoir que cela n’arrive pas. Peu importe comment, je vais la ramener. » La résolution du Dr. Cha était prise, et elle ferait tout pour la réaliser.

 Elle avait obtenu un diplôme de psychiatrie et était venu volontairement dans cet hôpital pour aider Seoyoon.

 « J’ai déjà commencé un nouveau traitement depuis un an.

 « Je n’en avais jamais entendu parler.

 « Bien sûr que non. Je devais garder le secret. C’est Royal Road. Elle y passe ses jours et ses nuits, à l’exception des moments où elle doit prendre ses médicaments et les séances d’aide psychologique.

 « Alors–

 « Exactement. Laissez là tout recommencer dans le monde virtuel. Cela la fera sortir de sa coquille, et petit à petit elle arrivera à l’étape où elle pourra interagir avec les autres. J’espère qu’elle regagnera la foi qu’elle a perdue envers les autres, et qu’elle découvrira des émotions qu’elle n’a jamais ressenties auparavant, au moins dans la réalité virtuelle.

 

*****

 

De retour chez lui, Lee Hyun regarda un site de vente aux enchères avant de se connecter sur Royal Road.

 Bien que Lee Hyun n’est vendu qu’un seul article sur ce site jusqu’à présent, le statut de son compte était au niveau du triple diamant. En effet, le compte sur Continent of Magick qu’il avait vendu lui avait rapporté plus de trois milliards de wons.

 Cela seul avait élevé son statut au rang prestigieux de VIP.

  • [Achète] Épée de fer +20 FOR pour 400,000 wons.
  • [Achète] 4 anneaux pour guerriers. Offre.
  • [Achète] Bottes bleues pour la classe Ranger. 300,000 wons – négociables.
  • [Achète] Boucles d’oreilles pour Mages.

 La liste des items recherchés faisait des milliers de pages, et la recherche par mot-clé donnait des millions de résultats.

 Comme la grande majorité des joueurs étaient désireux de se procurer les meilleurs items, la demande était incroyablement élevée. En fait, les fournisseurs n’étaient tout simplement pas capables de faire face à cette demande.

 Le système favorisait les vendeurs. Quand un vendeur mettait en ligne un item, la vente aux enchères était terminée en quelques minutes.

  • [Vends] Masse de l’Esprit Rouge: durabilité 105/105, 95-105 DMG, +15 FOR [100,000 wons]
  • [Vends] Anneau Béni de Shine: rare, régénération de 3 MP par seconde pour 5 minute [À partir de 300,000,000 wons]
  • [Vends] Boucles d’oreilles du Messie, Mag def. Magie du Feu +8% xp [4,000,000 won]
  • [Vends] Marteau de Forgeron de Thomas : +15% de réussite lors de la fabrication d’armes. Permet de créer des armes améliorées à 500,000,000 wons

 Les items dans le top 10 de la vente aux enchères avaient des prix exorbitants.

 Ils étaient suivis par des items de moindre importance mais dont les prix s’élevaient néanmoins à au moins cent mille wons.

 Ce marché à la hausse montrait bien que les items étaient en quantité insuffisante par rapport à la demande.

 Si Weed n’avait pas eu la chance d’obtenir l’épée de fer dès le début, il aurait dû renouveler des quêtes banales ici et là pour recevoir quelques pièces de cuivres à chaque fois et se précipiter dans une forge pour acheter une épée brute avant d’aller dans les champs.

 L’autre possibilité aurait été de combattre des monstres grâce aux seules statistiques qu’il avait accumulé en frappant l’épouvantail. Mais dans ce cas, sa puissance d’attaque aurait été divisée par deux, sans les bonus de la maîtrise de l’épée.

 Comparés aux armes et équipements qui avaient des prix exorbitants, les outils de forgeron ou de couturier étaient très peu chers. Les items touchant à la classe sculpteur n’étaient, quant à eux, même pas disponible.

 Royal Road avait été ouvert seulement 15 mois plus tôt et les joueurs étaient focalisés essentiellement leur niveau qu’ils essayaient de monter le plus vite possible.

 70% du continent était encore inexploré ce qui explique que de nombreux donjons étaient encore inconnus. Avec les possibilités infinies offertes à eux, seuls quelques joueurs rêvaient de devenir artisan.

 Le Royaume de Rosenheim était une partie du monde du jeu relativement nouvelle qui avait été découvert seulement 6 mois plus tôt (selon le temps du monde réel). En récompense, l’expédition qui fut la première à repérer le royaume obtint d’immenses gains.

 Rosenheim était très loin du centre du continent, ce qui fait que les territoires inexplorés, les donjons non-découverts et les monstres puissants abondaient. C’était la raison principale pour laquelle Lee Hyun avait choisi Rosenheim pour commencer sa grande aventure.

 « Est-ce que j’ai commencé trop tard le jeu ? Non, il doit encore être possible de rattraper les meilleurs, » se dit-il.

 Lee Hyun s’ébroua. Alors que ses adversaires avaient monté de niveaux et étaient partis à l’aventure, Lee Hyun avait élaboré un plan, recueilli des informations et avait passé un an entier à se préparer. Désormais, et contrairement à son objectif initial, il n’avait plus aucune envie de vendre son compte.

 La démarche pour l’achat d’un compte de jeu en ligne était plus délicate dans un jeu de réalité virtuelle car un scan de l’iris était utilisé pour vérifier l’identité du joueur. De plus, Lee Hyun devait prévoir dans la durée plutôt que de prévoir seulement un profit rapide.

 Royal Road devait faire vivre sa famille financièrement pour au moins les cinq prochaines années.

 « À ce rythme, Royal Road permettra à ma famille de vivre convenablement pour les cinq prochaines, non, les dix prochaines années. Ensuite, je pourrai me permettre d’envoyer Hayan au collège. La stabilité avant tout. Je suis un décrocheur scolaire, mais Hayan mérite une meilleure vie– » se dit-il à lui-même.

 

*Dring*

 Le téléphone s’était soudainement mis à sonner.

 Lee Hyun regarda autour de lui et réalisa que sa grand-mère et Hayan étaient toutes deux sorties de la maison. À contrecœur, il décrocha le téléphone.

 « Bonjour. Qui est-ce ?

 « Lee Hyun, c’est toi ? Tu sembles toujours sérieux au téléphone, man. C’est moi, Sanghoon.

 « Oh, c’es toi.

 Lee Hyun n’avait pas entendu cette voix depuis longtemps. Depuis que j’ai quitté le lycée, pensa-t-il amèrement.

 « Hé, quoi de neuf ? » demanda Lee Hyun.

 « On a une réunion des anciens élèves ce soir–

 « Je m’en fous de ça. Ce n’est pas censé être seulement pour les diplômés ? Ce n’est pas pour un décrocheur comme moi.

 « Mais–

 « Pas de mais. Tu sais pourquoi j’ai arrêté l’école. Je ne veux rien avoir à faire avec l’école désormais. C’est tout.

 « …

 « Fais-moi une faveur, Sanghoon. Ne m’appelle plus jamais.

 *Slam*

 

 Lee Hyun laissa tomber le téléphone et soupira profondément. C’était l’appel qu’il voulait le moins.

 Si seulement on lui avait donné un neurolaser comme les MIB, alors, sans aucun doute, il aurait effacé ses trois années de lycée – ses plus mauvais souvenirs et le pire moment de sa vie.

 À l’époque, Lee Hyun était harcelé par les collecteurs de dettes. Il devait entrer furtivement à l’école. Il allait à l’école à l’aube et rentrait à minuit comme s’il jouait à cache-cache.

 Pendant plusieurs jours, Lee Hyun avait ainsi évité les créanciers, mais ils se montrèrent plus intelligents que ce qu’il pensait. Ils embauchèrent des racketteurs pour faire pression sur les enseignants de l’établissement.

 Lee Hyun avait même été conseillé par son professeur principal de rembourser sa dette devant ses camarades de classe.

 Le professeur, devant l’élève ahurit, suppliant en larmes qu’il ne voulait pas participer à cette folie.

 « Ce fut la goutte de trop. J’ai quitté l’école le lendemain, » marmonna-t-il pour lui-même.

 Lee Hyun était un peu curieux de savoir ce qu’était devenu ses anciens amis après le collège. Mais aller à la réunion ne ferait que raviver ses moments honteux.

 « L’inévitable vérité est que tout ce qu’il me reste à faire est de jouer au jeu de réalité virtuelle. » Lee Hyun termina son déjeuner et entra dans le jeu à nouveau.

 

*****

 

Weed avait pris l’habitude de s’installer quotidiennement devant le manoir de Rodriguez. Qui d’autre aurait pu continuer si longtemps cette ennuyante routine ?

 « Que penses-tu d’aller chasser dans la vallée de l’Ouest ? Les Harpies ont un niveau élevé, mais ensemble, ce sera du gâteau.

 « J’ai entendu dire que vous alliez rejoindre une quête d’escorte de caravanes à destination du village d’Eline ?

 « Le prix du sang de troll a grimpé en flèche ces derniers temps, jusqu’à tripler pour la même quantité. Je crains qu’une grande guerre se prépare.

 Une multitude de conversations parvenait aux oreilles de Weed.

 Les chevaux hennissaient, tirant les chariots à roues.

 Assis dans l’avenue principale, Weed pouvait glaner beaucoup d’informations. Il avait appris ainsi ce qui se passait dans le monde, sans ce maigre gain, il aurait déjà renoncé.

 Quand Weed frappait l’épouvantail, il appréciait au moins le sentiment de devenir de plus en plus puissant. C’était une torture pour lui de devoir rester assis sous les rayons du soleil sans rien faire. Il détestait être contre-productif.

 « Bouddha n’est-il pas resté plusieurs jours face à un mur, à méditer ? » se demanda-t-il.

 Il traversait une expérience similaire, résolu à voir Rodriguez.

 La nuit, il rejoignait Pale et Irène pour aller chasser avec eux. Ils n’étaient pas aussi forts que lui, ce qui fait qu’ils gagnaient de l’XPs plus lentement.

 Toutefois, ils pouvaient, eux, chasser des monstres à leur guise, jour et nuit, ce qui leur permirent de rattraper le niveau de Weed.

 Les 30% d’XPs gagné en bonus la nuit étaient techniquement contrebalancés par la force des monstres qui devenaient deux fois plus fort. C’est pourquoi, la plupart du temps, il était plus efficace pour les débutants de chasser le jour.

 Ajouté à cela, Weed était en plus pénalisé pour n’avoir toujours pas choisi de classe, ce qui fait qu’il ne pouvait pas apprendre de compétences. Et même en choisissant une classe maintenant, le niveau de ses compétences aurait forcément du retard par rapport aux autres joueurs. Et c’est ce dernier point qui mettait sa patience à rude épreuve chaque jour durant ses longues heures d’attente au milieu de la rue.

 « Que puis-je faire maintenant ? Sculpture… sculptures… » Weed regarda aux alentours. Il trouva un morceau de bois qui semblait provenir d’une roue de chariot.

 Ramassant le morceau de bois, Weed activa la compétence de sculpture « Sculpte ceci.

 Alors, la main de Weed bougea et le bois fut coupé ici et là.

 « Qu’est-ce que–

 Quand la compétence eut fini de sculpter, Weed soupira.

 « Je ferai mieux de le faire moi-même.

 Weed prit un autre morceau de bois et commença à le couper avec le couteau de sculpture. Avec l’expérience qu’il avait laborieusement gagnée lorsqu’il travaillait dans une usine de textile, l’artisanat était comme une seconde nature pour lui.

 Le couteau de sculpture était si aiguisé que, juste en touchant, il taillait le bois. Après quelques essais infructueux, il tailla finalement le morceau de bois en une petite épée.

 

*Ding*

————————————————————————————————

La compétence Sculpture a augmenté.

La compétence Artisanat a augmenté.

————————————————————————————————

 

 Deux messages du système apparurent l’un après l’autre.

 Weed découvrit à ce moment quelque chose – il n’avait pas besoin de se fier à la compétence Sculpture pour sculpter un objet.

 Je ferai mieux de pratiquer la sculpture plus souvent.

 N’ayant rien de mieux à faire, Weed rassembla plusieurs morceaux de bois et commença à les sculpter         .

 « C’est amusant, d’une certaine manière.

 Cela frappa soudainement Weed que quand il était à l’école primaire, ses professeurs d’art plastique lui avaient dit qu’il était bon pour les travaux manuels.

 

*Ding*

————————————————————————————————

– Niveau supérieur: Sculpture (Débutant: Niv: 2 | 0%) –

 Permet de produire des œuvres plus élaborées.

Diminue le taux d’échec de cette compétence.

————————————————————————————————

 

Les compétences d’artisanat et de sculpture de Weed montaient de niveau rapidement. Leur niveau était relativement faible et elles n’avaient donc besoin que d’une petite quantité d’XPs pour passer au niveau supérieur.

 « Wow. » Weed était impressionné.

 Comme son niveau de Sculpture augmentait, différentes fenêtres apparaissaient quand il taillait un morceau de bois.

 C’était des conseils et astuces du système qui montrait par exemple où couper avec un cercle ou quels modèles étaient disponibles. Weed pouvait choisir l’un des conseils qui était alors automatiquement effectué. Même s’il faisait une erreur, la compétence Sculpture faisait en sorte d’améliorer le résultat final.

 Après un certain nombre d’essais, il se mit à faire des figurines en bois de qualité. Il sculpta un renard semblable à celui chassé quelques soirs plus tôt puis une figurine d’un loup. Il posait ensuite les figurines à côté de lui.

 Le niveau de compétence de Weed était actuellement à deux, mais grâce au couteau de Zahab, il était amélioré jusqu’au niveau 4.

 Le couteau était un item unique pour lequel tout sculpteur se serait battu.

 Toutefois, personne ne s’en souciait. La classe de sculpteur était proche de l’extinction. Il existait quelques sculpteurs débutants mais leurs niveaux étaient médiocres, il était donc inutile d’espérer vendre à un bon prix le couteau de sculpture de Zahab.

 Quand Weed eut fini une des œuvres–

 

*Ding*

————————————————————————————————

– Nouvelle statistique: Art –

————————————————————————————————

 

« Art ?

 

*Ding*

————————————————————————————————

– Statistique Art –

 Un don dans la compréhension et la pratique de la création. Art rend les repas et les produits élégants dans un sens esthétique et pratique. S’améliore quand vous voyez, entendez, sentez, goutez ou touchez de belles choses, ou créez des œuvres d’art.

————————————————————————————————

 

 « …

 Weed se tut. Calculant l’infini potentiel fournit par la statistique Art. Puis, il prit rapidement une décision.

 « Supprimer la statistique Art !

 

*Ding*

————————————————————————————————

Cette statistique ne peut pas être supprimé !

————————————————————————————————

 

 « Put** !

 Un joueur ne pouvait pas obtenir des statistiques à l’infini. Le nombre maximum d’emplacement pour les statistiques est quinze.

 Weed trouvait intolérable que l’un de ces emplacements soit gaspillé pour une compétence telle que l’art. Il comptait les remplir avec seulement des compétences absolument nécessaires.

 « Ça ne me sert à rien ! » pensa-t-il, énervé.

 Weed ne pouvait se soucier de cette statistique, il se jura qu’il n’y mettrait jamais de points bonus.

 Il était soulagé de savoir que la statistique augmenterait automatiquement, mais il restait sceptique sur comment l’utiliser.

 Weed continua de tailler des morceaux de bois. Il était plus intéressé par les effets secondaires que par la Sculpture elle-même.

 « La Sculpture n’est bonne à rien, mais la compétence Artisanat vaut le coup dans beaucoup de domaine. Elle peut augmenter la puissance d’attaque avec les épées, et l’archerie dépendait de l’habilité. Je peux aussi faire des travaux plus délicats.

 La compétence Artisanat était nécessaire pour influencer beaucoup de chose.

 

*Ding*

————————————————————————————————

Vous venez de gagner des points d’expérience en compétence Artisanat.

————————————————————————————————


*Ding*

————————————————————————————————

– Niveau supérieur: Artisanat (Débutant Niv: 3 | 0%) –

Permet d’apprendre les compétences cuisine et couture.

Augmente la puissance d’attaque avec les armes de mêlée ou à longue porté. (+3% ATK)

Augmente la puissance d’attaque à mains nues. (+5% ATK)

————————————————————————————————

 

 Le niveau d’artisanat de Weed avait atteint le niveau 3 grâce à la sculpture qui l’aidait à obtenir de l’XPs plus rapidement.

 C’était vraiment rentable.

 Weed était satisfait de l’augmentation rapide du niveau de sa compétence Artisanat. C’était dû aux différentes figurines qu’il venait de faire. C’était dû en partie aux œuvres qu’il avait produits qui étaient de niveau quatre grâce au couteau de sculpture de Zahab, mais la majeure partie de son augmentation était tout de même due à la compétence de sculpture.

 Les compétences Cuisine et Couture, par exemple, affectaient grandement la compétence d’artisanat, mais il ne pouvait pas rivaliser avec la sculpture en délicatesse et en expertise.

 Autrement dit, la sculpture était essentielle pour améliorer l’artisanat. Inutile de dire que personne ne se donnait la peine d’apprendre la sculpture pour améliorer les compétences d’artisanat.

 « Merde, je n’apprendrai jamais la couture. Je déteste ça !

 Weed jugeait utile d’apprendre les compétences basiques de cuisine afin qu’il puisse déguster des plats délicieux avec les recettes en lignes.

 Sans oublier que l’achat des ingrédients directement dans une épicerie était bien moins cher que de commander de la viande toute faite dans un restaurant.

 En outre, cela permettrait à Weed de mieux conserver son énergie quand il partirait en mission de chasse pour une ou plusieurs semaines sans retourner à la civilisation. La nourriture instantanée ne pouvait en effet pas régénérer l’endurance pleinement.

 D’ailleurs, Weed avait été si traumatisé par son travail dans l’usine de textile qu’il était résolu à éviter à tout prix d’apprendre la couture.

 « Je déteste la couture plus que tout. Je ne vais jamais, jamais apprendre à cette chose. », se dit-il.

 Absorbé dans la fabrication de figurines, Weed ne se rendit compte de l’agitation autour de lui qu’après ce que ses oreilles captent des conversations inhabituelles.

 « Wow, il est adorable~ !

 « Ils sont si réalistes.

 « Je n‘ai jamais vu des statuettes aussi vivantes.

 Weed leva les yeux en direction des silhouettes cachées par le soleil. C’était un groupe de personnes qui regardait les statuettes avec admiration.

 « Salut, Ahjussi, c’est en vente ?

(NDC : Ahjussi est un terme coréen utilisé pour désigner un homme plus vieux que soit, on peut le traduire par oncle)

 Weed allait gentiment lui répondre qu’il était juste un adolescent, de la même façon qu’une femme dans la trentaine aurait réagi à la mention de ”vieille dame”.

 Mais …

 « Oui. Que puis-je faire pour vous, mademoiselle ? » dit Weed, souriant poliment. Il sentait l’odeur de l’argent

 « J’en veux un. Combien coûtent-ils?

 Lui remettant la statuette de lapin, Weed eut une pensée passagère.

 « C’est… » Weed était contraint de dire un prix raisonnable.

 Vendre ces statuettes maintenant lui rapporterait un profit immédiat alors que sinon elles auraient finit dans une poubelle de la rue. Il leva deux doigts.

 « Ça ne vous coutera que cela, » dit Weed.

 « Deux pièces d’argent ? C’est vraiment moins cher que je ne le pensais ! » La fille paya deux pièces d’argent et prit la statuette.

 « Ce lapin est vraiment mignon. Je vais le garder comme souvenir. »

 Stupéfait, Weed fixa son dos pendant qu’elle partait, contente d’elle-même. Deux doigts signifiaient deux pièces de cuivre. Seulement deux de cuivre. Mais la fille avait payé deux cents fois plus que son offre.

 « Hé, je veux en acheter un aussi !

 « Pareil pour moi. Je veux prendre les deux renards là-bas.

 Les petites statuettes de Weed se vendaient bien.

 Le prix des petites figurines était fixé à deux pièces d’argent et des grandes à trois pièces.  Les statuettes de renard et de lapin qu’il avait chassé dans les champs autour de la Citadelle étaient plus populaires que ceux en forme d’épée ou de bouclier.

 Les animaux avaient l’air mignon et les clients les achetaient en souvenirs de leurs premiers jours en tant que débutant.

 Un joueur de niveau 100 pouvait facilement gagner deux pièces d’or par jour. Pour eux, deux pièces d’argent était plus qu’une bonne affaire.

 Le stock de statuettes fut rapidement épuisé.

 « Peux-tu, s’il-te-plait, nous faire une statuette de renard ? Un renard à neuf queues. Peux-tu le faire ?

 Weed réfléchit et hocha de la tête.

 La commande n’était pas aussi difficile que cela pouvait paraître. La forme standard d’un renard et neuf queues. Pourquoi pas ?

 « Oui monsieur. Mais vous devez me payer un supplément pour une statuette personnalisée.

 « Combien ?

 « Ça fera cinq pièces d’argent.

 Quand le mot ”cinq” sortit de sa bouche, Weed regretta aussitôt de ne pas avoir donné un prix plus élevé, mais les acheteurs furent plus rapides.

 « Génial. Je le veux. Bien sûr, elle doit être belle, n’est-ce pas ?

 Dans la Citadelle, il y avait aussi un magasin de sculpture, mais il se spécialisait dans les statues grandeur nature, parfois ornées d’or ou de pierres précieuses, qui faisaient que les prix étaient souvent élevés.

 « Wow, c’est trop cool~!

 Ceux qui avaient acheté des statuettes étaient excités, grâce à leur récente acquisition.

 « Puis-je savoir ton nom ? Ainsi, si j’en veux une autre, je te chercherai.

 « Weed– Le sculpteur Weed. Si jamais vous voulez une statuette personnalisée, n’hésitez pas à me contacter.

 « Merci. À plus tard.

 Au coucher du soleil, les rumeurs à propos d’un sculpteur s’étaient déjà propagées d’une extrémité à l’autre de la Citadelle et les gens se pressaient pour venir voir Weed.

 « Oh, le voilà !

 « Je voudrais que vous fassiez quelques statuettes pour nous.

 Weed avait gagné quatre pièces d’argent lors de la chasse nocturne, en un soir, et là, rien qu’une ou deux statuettes lui rapportaient plus d’argent. Il ne lui fallait que dix minutes pour tailler une statuette. Comme les matériaux ne coûtaient presque rien, c’était une activité très lucrative.

 Le lendemain, Weed s’arrêta à la boutique d’un menuisier et acheta du bois en vrac. Il se mit à produire en masse des statuettes.

 Comme la compétence Artisanat et Sculpture montaient de niveau, des pièces de plus en plus belles et délicates étaient créées.

 Inutile de dire que, grâce de son niveau de compétence élevé, les statuettes étaient vendues à un prix plus élevé et à un rythme plus rapide.

 Son opinion vis-à-vis de la sculpture se mit légèrement à changer pendant le processus – c’était un travail à temps partiel qui lui permettait d’obtenir une quantité satisfaisante d’argent de poche.

 

<< Précédent <<    >> Suivant >>

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top