skip to Main Content
Menu

The Legendary Moonlight Sculptor Chapitre 03


Source : Version anglaise

Traduit par : Nyaki
Vérifié par : Spawned

Chapitre 3 : La Requête de l’Instructeur


       Weed marcha d’abord à la fontaine pour remplir sa gourde avec de l’eau, puis il se dirigea vers la boutique de sculpture. C’était le premier voyage de Weed dans les rues de la Citadelle, et elles étaient bondées de joueurs et de PNJs.

« On a besoin d’un prêtre de niveau 17 ou plus !

– Hé, les gars ! On va faire un raid à la Grotte Lasok. Quelqu’un veut nous rejoindre ? »

Il y avait beaucoup de joueurs dans les rues, mais pas un ne fit attention à Weed. Celui-ci s’en moquait. Se promener dans une tenue de voyageur, sans même un plastron, révélait qu’il n’avait pas encore rempli la condition minimale de jouer quatre semaines avant de pouvoir quitter la Citadelle.

Parmi les innombrables échoppes présentes dans la capitale du Royaume de Rosenheim, la boutique de sculpture a un statut particulier. La plupart des aventuriers ordinaires peuvent à peine se rappeler d’où se trouve la boutique car elle n’a aucun intérêt pour eux. Seul un nombre très restreint de joueurs qui ont appris l’Art de la Sculpture y vont régulièrement. Mais la boutique de sculpture se tient juste à côté de la bijouterie sur l’Avenue Centrale, et c’est l’une des rares boutiques fréquemment visitée par les nobles.

*Tintement*

Weed entra dans la boutique de sculpture.

« Bienvenue à— oh, qu’est-ce qui vous amène, étranger ? »

Le commerçant recevait le nouveau client avec un petit sourire, jusqu’à ce qu’il vit la tenue de Weed, et changea soudain le ton de sa voix.

Weed jeta un coup d’œil autour de lui et vit qu’il n’y avait pas d’autres clients que lui. Un atelier de forgeron ou une épicerie est toujours pleine à craquer, mais la boutique de sculpture ne recevait que quelques clients par jour, s’il y en avait. Et si on comparait les revenus journaliers, la boutique se tenait derrière l’atelier d’un forgeron. En d’autres mots, la boutique de sculpture vendait des biens plutôt onéreux.

Weed ajusta son col et demanda poliment.

« Je suis venu ici pour avoir la réponse à une question qui me préoccupe beaucoup, monsieur.

– Alors vous voulez me poser une question, étranger ?

– Oui, monsieur. Si vous pouvez m’accorder une minute.

– Je suis occupé pour le moment. S’il vous plait, partez. »

Le commerçant le refusa aussitôt, apparemment très agacé. Comme la réputation de Weed était nulle et qu’ils ne se connaissaient pas, le commerçant avait tous les droits de le chasser de sa boutique.

« Oui, monsieur. Je vous verrai plus tard.

– Au revoir. » Dit le commerçant.

Weed prit son temps pour partir vers la porte. Puis, il lança nonchalamment un regard aux statues en vitrine.

« Qu’elles sont grandioses ! S’exclama Weed. La grandeur de cette statue fascine mon âme. Les approvisionnez-vous à la Cour de Rosenheim ? »

Le commerçant ne put se retenir de prêter attention à Weed.

« De laquelle parlez-vous, étranger ?

– Celle-ci, avec l’aigle à deux têtes faite en or pur. Je n’ose demander quel maitre l’a sculptée, mais je peux sentir l’excellence de son travail. On ne peut contester sa noblesse. Elle est si pleine de vie que je l’ai presque prise pour un véritable aigle, et suis béni d’avoir simplement visité cet endroit. Cette boutique mérite un article de cette qualité. Ils ont ouvert mes yeux humbles sur une beauté céleste qui est descendue sur Terre. »

Que le commerçant l’ait réalisé ou non, sa bouche formait un croissant horizontal.

« Vous êtes intéressé par l’art de la sculpture, voyageur ?

– Je n’ose dire que je le suis— je souhaite seulement me sentir en paix à la vue de statues aussi remarquables, et mon âme désire ardemment être ne serait-ce qu’une petite partie du merveilleux esprit incarné par elles.

– Venez par ici et asseyez-vous donc. Vous pouvez vous révéler être de bonne compagnie pour me tirer de l’ennui.

– Merci, monsieur.

– Voulez-vous une tasse de thé ?

– Seriez-vous assez gentil pour m’offrir de l’eau froide au miel ? Je serais satisfait avec une tasse d’eau froide.

– Bien sûr ! Évidemment, j’en ai. »

Weed bu l’eau mélangée au miel par le commerçant, qui apaisa la fatigue qu’il avait accumulé pendant les trois dernières semaines.

« Maintenant, dites-moi ce qui vous a autant troublé. Demanda le commerçant.

– Oui, monsieur. Mais, pardonnez-moi un instant, j’aimerais vous demander si vous pouviez m’accorder un peu de temps pour admirer ces statues exposées avant toute chose. J’ai des affaires qui nécessitent vos conseils, mais elles sont moins urgentes que réconforter ma pauvre âme qui souhaite regarder plus en détail ces chefs d’œuvres de l’art ! dit Weed.

– Vous pouvez les contempler autant de temps que vous le souhaitez. N’est-ce pas la raison d’être de ces belles statues que de contenter ceux qui savent apprécier leur valeur ? » Consentit le commerçant avec un sourire satisfait.

Weed sentit qu’il avait gagné la bonne volonté du commerçant qui était rarement dérangé par des visiteurs et habituellement loin de l’attention du public. Imaginez que vous demandiez à regarder plusieurs objets dans une épicerie- la seconde suivante, vous seriez jeté dehors.

Weed appréciait la vue des statues exposées à loisir. Mais il avait son propre programme. « Je doute que la maitrise de la sculpture fasse gagner beaucoup d’argent. » La plus chère des statues présentes valait trente pièces d’argent. Les statues de qualités sont faites de pierre ou de bois rare, et malgré l’impressionnante facture, les matériaux en eux-mêmes n’étaient pas coûteux. Elles n’étaient rien de plus que du bois sculpté, ou des pierres gravées.

Weed savait qu’il y aurait de l’argent s’il pouvait créer une statue de lion en bronze gigantesque, mais il n’était pas dupe quant au fait que cette possibilité était hors des réalités. Quel noble avec tant d’argent commanderait une nouvelle statue tous les ans ? Il avait besoin d’atteindre le haut de l’échelle pour bien s’en sortir en tant que sculpteur.

Une petite compétition garantissait qu’il n’aurait pas besoin de trop d’effort pour devenir le meilleur dans l’industrie, mais ça restait un marché de niche, trop petit pour pouvoir s’y reposer. La façon assurée de faire fortune était de cibler d’autres joueurs en tant qu’acheteurs potentiels. Ils étaient toujours en train de monter de niveau et demandaient de meilleurs équipements, encore et toujours.

Armes de feu, puissants bracelets et anneaux enchantés étaient populaires parmi les joueurs, mais les statues étaient sans valeur pour eux, à part dans de rares cas.

« Perte de temps, perte d’argent. » Pensa-t-il.

L’objectif principal de Weed quand il avait commencé ce jeu était de se faire de l’Argent, avec un grand A. Il jeta un œil sur l’étalage une dernière fois et passa son verdict sur la Maitrise de la Sculpture.

« Cette compétence ne vaut rien, » pensa Weed alors qu’il se rassit en face du commerçant.

« Alors, qu’est-ce que vous cherchez ? Demanda le commerçant.

– Je m’intéresse à un évènement passé. On m’a dit que quelqu’un a sculpté le clair de lune dans le Palais Royal il y a cinquante ans. Je voulais savoir si cette histoire est vraie. Dit Weed.

– Oh, cet évènement ! C’est un conte légendaire qui est retransmis par les sculpteurs. Je l’ai aussi entendue de mécènes fiables de la Cour Royale ! »

Weed avait pensé que tailler la lumière de la lune était impossible, une autre légende urbaine, mais le propriétaire de la boutique de sculpture connaissait aussi la rumeur que l’instructeur à la Salle d’Entrainement affirmait avoir entendu.

*Ding*

————————————————————————————————

Quête complétée : Rumeur sur la visite d’un mystérieux Sculpteur au Palais Royal

La rumeur qui a atteint les oreilles de l’instructeur a vraiment eu lieu. Un sculpteur a taillé le clair de lune, et ce fut bien connu, quoique secrètement, par les Serabourgiens, bien que la façon dont il l’a fait reste un mystère.

Récompense :

Retournez voir l’instructeur pour l’obtenir.

————————————————————————————————

Weed eut un large sourire. C’était, après tout, une quête facile avec la plus basse difficulté E. Bien qu’en même temps, elle aurait pu devenir difficile s’il avait échoué à devenir « ami » avec le commerçant.

Maintenant qu’il en avait fini avec la quête, la prochaine étape était de retourner à la Salle d’Entrainement et d’obtenir la récompense de l’instructeur. Alors que Weed attendait le bon moment pour faire ses adieux et partir, le commerçant, perdu dans ses pensées, lâcha enfin.

« Je ne sais pas comment il a sculpté le clair de lune.

– Les mécènes de la Cour Royale ne vous ont rien dit ?

– Hum, ils l’ont toujours omis dans leur récit. Ils ont refusé de me le dire. Ils disent que la Reine Evane de Rosenheim, puisse son âme reposer en paix, était impliquée dans cet évènement. Pourriez-vous me rendre un service et étudier cette histoire, pour que ma curiosité puisse être satisfaite ? »

*Ding*

————————————————————————————————

Quête : Le Passé du Sculpteur

La rumeur dit que la Reine Evane était impliquée dans l’évènement où le sculpteur était au Palais Royal et a sculpté le clair de lune. Le propriétaire de la boutique de sculpture se demande quel lien existait entre ces deux-là.

Niveau de Difficulté : E

Attention :

Si on découvre que vous enquêtez sur la rumeur en question, vous serez exposé à l’hostilité des Chevaliers Royaux.

————————————————————————————————

Les poings fermés de Weed tremblaient d’excitation. « Ça, c’est une série de quête ! »

Même quand le niveau de difficulté d’une quête est terriblement bas, le niveau de récompense augmente dans le cas d’une série de quête. Plus d’étapes sont complétées, plus difficile deviennent les quêtes, et donc la plupart des séries de quête sont susceptibles d’être trop difficiles à compléter pour Weed à son niveau actuel.

Les seules quêtes que Weed pouvait accomplir étaient celles à l’intérieur de la Citadelle qui consistaient à poser des questions aux gens et à réunir des informations.

« Je crains être encore trop incompétent. Je crois que je ne serais pas digne de votre requête. Répondit Weed.

– Je suis sûr que vous êtes à la hauteur de cette tâche. Votre prudence mènera à la route de la sûreté. Répondit le commerçant.

– Si vous le dites, je l’accepte volontiers. » Dit Weed.

*Ding*

————————————————————————————————

Vous avez accepté la quête !

————————————————————————————————

« Merci, voyageur. Un barde avec des connaissances dans les contes anciennes et les ragots est celui que vous devriez interroger sur la Reine Evane. Attention ! Ce sujet est extrêmement délicat, alors vous ne devriez causer de problème qui pourrait faire de la diffamation à la Famille Royale. »

Retenant une envie soudaine de fredonner, Weed se dirigea droit vers un bar de l’autre côté de la rue.

« Bonne après-midi ~! » Dit-il en réponse à la salutation d’une serveuse.

Weed regarda autour de lui en quête d’un barde. Il avait quelques conditions à remplir. D’abord, il écartait les joueurs bardes dans sa recherche de l’homme idéal, il était peu probable qu’un utilisateur ait entendu parler d’un évènement qui s’était passé au Palais Royal un demi-siècle plus tôt. Weed avait meilleur temps de chercher un natif de Serabourg, peut-être même âgé.

Qu’il puisse bien chanter des ballades ou non, un vieux barde était fiable quand il s’agissait de ragots matériels. Weed s’arrêta dans plusieurs bars jusqu’à ce qu’il trouve un barde qui correspondait à ses attentes. C’était un barde d’âge mûr, dans la quarantaine, expérimenté dans le charme et la jeunesse. L’applaudissant, Weed s’approcha du barde.

« Merci pour la belle ballade, monsieur. Pardonnez-moi de vous interrompre, mais je voudrais vous poser quelques questions… Savez-vous ce qu’il s’est passé il y a cinquante ans dans la Cour Royale de Rosenheim ? »

Le barde tendit la paume de sa main et Weed ne put manquer de comprendre ce que voulait dire ce geste. Il fronça des sourcils immédiatement, sa bouche tressaillant avec un sérieux sens des responsabilités qui lui disait qu’il ne gaspillerait pas un centime.

« Vous avez une voix charmante. Votre talent dans l’écriture des paroles et de la musique de cette ballade est incroyable. Et votre talent pour les instruments était plus qu’impressionnant…

– …

– Je parie que vous avez brisé le cœur de beaucoup de dames Serabourgiennes quand vous étiez un jeune rayon de lumière au sommet de votre carrière. Bien sûr, je ne doute pas que vous volez toujours le cœur des femmes… Pour un barde, l’aventure et la romance est tout. J’adore aussi la romance. »

La paume ne partait pas, et le barde aboya :

« J’en ai marre des compliments de pacotilles des gars comme toi, étranger. Montre-moi l’argent, ou va-t’en ! »

Weed fut désemparé l’espace d’un instant.

« Devrais-je abandonner la quête en plein milieu ? De toute façon, je ne suis pas pénalisé même si je décide d’abandonner. Mais peut-être que cela me donnera de bonnes récompenses plus tard, et je ne voudrais pas les rater. » Se dit Weed pour lui-même.

La main de Weed glissa dans sa poche et récupéra une pièce avant qu’il ne réalise son erreur. Deux pièces d’argent ! Il y avait deux pièces d’argent dans sa poche. C’était tout ce que l’instructeur lui avait donné pour acompte dans la quête précédente.

Le barde s’empara de la pièce d’argent dans la paume de Weed.

C’était une erreur de débutant d’avoir oublié d’échanger son argent en petite monnaie.

« Je n’arrive pas à croire que j’ai fait une erreur aussi bête ! » Le corps de Weed tremblait de désarroi et de peine.

« Humpf, c’est un secret, alors garde le pour toi ! Fit le barde dans sa barbe. La Reine Evane et le sculpteur ont été intimes depuis leur enfance.

– Qu’est-ce que vous voulez dire par intime…? Demanda Weed.

– Idiot ! Je ne connais pas d’autres significations pour intime entre un homme et une femme— ils s’aimaient.

– C’est vrai. »

Weed réalisait maintenant pourquoi mettre son nez dans cette rumeur devait rester secret de la Cour Royale.

Si le nom sacré de l’ancienne Reine n’avait jamais été mentionné dans cette affaire scandaleuse, les Chevaliers Royaux seraient sans doute désireux de faire taire n’importe qui et à tout prix pour garder son honneur intact.

Le barde jeta un coup d’œil dans le bar et ajouta prudemment.

« Ils sont tous deux nés et ont été élevés dans le même village, et ils ont grandi en se portant chacun chèrement dans leur cœur. Le nom du garçon était Zahab. La fille avait toujours sur elle des ornements qu’il lui avait sculptés et offerts. Quand elle était enfant, elle rêvait qu’elle deviendrait un jour sa femme, mais la destinée leur a joué un mauvais tour, et la fille fut choisie pour être la Demoiselle Royale. À ce moment, le garçon la quitta. Mais au final, il y avait toujours la promesse qu’ils avaient faite entre eux.

– Quelle promesse, si je peux me permettre ? Demanda Weed, maintenant curieux.

– Zahab avait promis de montrer à la fille la plus belle statue sur terre.

– J’imagine qu’il ne l’a pas tenue, alors. La Reine devait avoir un grand nombre de belles et magnifiques statues chez elle.

– Non, il l’a tenue. Des années plus tard, Zahab s’est présenté sur demande à la Cour Royale. On dit que, à la vue de son travail, elle fut sincèrement touchée, et dit que c’était la plus belle créature sur terre.

– Alors, quelle statue, pour l’amour de Freya, a-t-il présenté à la Reine Evane ? Une Reine ne chérie pas facilement une œuvre ordinaire.

– C’est vrai. Va donc voir la domestique de la reine qui a été témoin de ce jour, et écoute le reste de l’histoire de sa bouche. C’est tout ce que je peux te dire car je l’ai aussi entendu de quelqu’un d’autre.

– Elle est toujours en vie ?

– Oui. »

Le barde indiqua à Weed le chemin vers la maison de la servante de la reine.

Weed alla lui rendre visite. Elle était à la retraite, et quand il mentionna la Reine Evane et le sculpteur, elle l’accueilli joyeusement.

« Sa Majesté était une dame très vertueuse et bienveillante. Alors tu voulais savoir ce qui s’est passé à ce moment-là ?

– Oui, madame.

– Tu as trouvé la bonne personne à qui le demander. J’ai personnellement servi Sa Majesté. Elle en a d’abord voulu à Zahab-nim quand il a visité le palais.

– Pourquoi donc, si je puis demander ?

– À cause de sa promesse. Quand ils étaient jeunes, ils se sont fait une promesse, la promesse que Zahab-nim offrirait à Sa Majesté la plus belle statue sur terre. Mais quand il arriva dans le palais, il transportait une épée, pas un couteau de sculpture. Aux yeux de tous, il semblait être un bon épéiste qui maîtrisait l’épée. Tu aurais vu à quel point Sa Majesté avait le cœur brisé. C’était indescriptible ! Sa Majesté croyait tellement en Zahab-nim qu’elle pensait que même si le monde était chamboulé, il resterait le même éternellement, et vice-versa. La promesse entre ces deux-là était divine.

– …

– Ce jour-là, le Royaume de Brent, qui est mitoyen avec Rosenheim, envoya une bande d’assassins. Ils révélèrent leur ambition traîtresse de s’emparer de notre Royaume, et seule Freya sait à quel point j’étais choquée quand les assassins attaquèrent et agressèrent Ses Majestés dans le jardin.

– Ces abjects vauriens !

– Oui, jeune voyageur, tu peux le dire. Une paire de Chevaliers Royaux étaient piégés, et donc incapables de les arrêter— et nous étions abandonnés pour affronter la mort. À ce moment précis, Zahab-nim arriva dans le jardin, comme tu peux l’imaginer, en plein milieu du combat. Sa Majesté le mit en garde et lui ordonna de partir. Mais Zahab-nim sourit simplement—

– Il souriait au milieu d’une situation aussi dangereuse ?

– —et il dit qu’il allait lui montrer la plus belle statue qu’il n’avait jamais sculptée sur terre. À la surprise générale, la lumière de la lune se brisa en morceau sous l’épée de Zahab-nim. Sa beauté était vraiment frappante. Il chantait une chanson pendant qu’il sculptait le clair de lune. Je ne peux pas me souvenir des paroles par cœur, mais le titre était Le Cœur d’un Sculpteur. En écoutant la chanson, Sa majesté pleura à chaudes larmes. C’était vraiment la plus belle statue que Madame n’avait jamais vue. Même si Zahab-nim avait seulement inscrit son nom sur une planche grossière, Sa Majesté l’aurait prise pour la plus belle sculpture du monde, mais, je te le dis, la vision qu’il sculptait avec le clair de lune était littéralement divine. Les assassins se dispersèrent à cette vue inimaginable, et Zahab-nim tint sa promesse. De nombreuses années sont passées, mais je chéris toujours ce souvenir touchant. »

Puis, une vision mystérieuse apparue sous les yeux de Weed.

*Sculpte*

Un garçon tient un petit couteau de sculpture dans les mains.

Alors que le couteau de sculpture glisse de haut en bas, un morceau de bois prend forme.

Il semble qu’il sculpte une jeune fille.
Une petite, jolie jeune fille.

Grâce à son savoir-faire, le morceau de bois prend vie.

Une fille, rougissant jusqu’aux oreilles, le regarde.

La fille l’aime, et elle aime tout sur lui.

Peu après, le garçon lui donne la statue finie. Elle ressemble beaucoup à la fille.

« Pour le moment, tout ce que je peux faire c’est sculpter un morceau de bois. Mais un jour, je te donnerai la plus belle statue au monde.

– Merci, Zahab. J’attends ce jour avec impatience ! »

Le garçon et la fille se font une promesse, main dans la main.

Alors que la fille grandit, elle devient d’une rare beauté.

Elle attire l’attention du Roi et elle finit par devenir Reine. Mais la fille n’est pas du tout heureuse.

Sa Majesté est toujours triste le jour où Zahab revient la voir.

Zahab transportait une épée, et pas un couteau de sculpture.

Se promenant seule dans les jardins, Sa Majesté cède à un accès de passion et empoigne une rose épineuse. Sa paume saigne avec du sang rouge flamboyant.

« Pourquoi as-tu oublié notre promesse ? Ta promesse était tout pour moi… »

Sa Majesté se lamentait sur la promesse brisée.

Ce soir-là, les assassins assaillissent le palais.

Le Royaume de Brent, un voisin hostile comme toujours, a envoyé des assassins.

Les Chevaliers du Royaume de Rosenheim tombent les uns après les autres.

Ses Majestés ont peur de leur imminente et inévitable mort.

Zahab empoigne son épée et le clair de lune commence à danser.

*Ding*

————————————————————————————————

Quête Complétée : Le Passé du Sculpteur

La promesse entre le garçon et la fille a été tenue. La lumière bleuâtre de la lune a été brisée en morceaux, battant de fait les assassins. Le Sculpteur de Clair de Lune Zahab— Sa Maîtrise de la Sculpture a atteint le stade de Maître. Il a présenté la plus belle statue à son amie d’enfance.

Vous avez gagné un niveau !

Vous avez gagné un niveau !

————————————————————————————————

À la surprise de Weed, il gagna deux niveaux en une seule quête, et ce n’était pas fini. Un message apparu. Et à sa surprise, une fois encore, c’était un message de changement de classe.

*Ding*

————————————————————————————————
Changement de Classe : Sculpteur du Clair de Lune (Caché)

Vous pouvez vous convertir en la classe secrète Sculpteur du Clair de Lune. Si vous l’acceptez, vous pourrez apprendre des compétences exclusives à cette classe qui ne peuvent être obtenues par les classes principales.

Voulez-vous devenir un Sculpteur du Clair de Lune ?

Oui | Non

————————————————————————————————

Une myriade de joueurs veut découvrir les classes secrètes de Royal Road, mais sur tous ceux-là, seul un sur un millier finit par vraiment en découvrir une.

Weed répondit : « Je refuse ».

*Ding*

————————————————————————————————

Veuillez confirmer votre décision. Vous pouvez vous convertir en la classe secrète Sculpteur du Clair de Lune.

Voulez-vous devenir un Sculpteur du Clair de Lune ?

Oui | Non

————————————————————————————————

« Je refuse », répéta Weed.

Pour Weed, être coincé au coin d’un placard à faire des statues non sollicitées ne méritait même pas d’être pris en considération. Il devait admettre qu’être sculpteur était une classe qui pouvait être plutôt amusante si elle était bien entrainée. Mais il avait besoin d’une classe financièrement lucrative pour son profit personnel.

Quand Weed revint à lui, la vieille domestique de la dame le regardait.

« C’était une histoire merveilleuse. Merci beaucoup de l’avoir partagée avec moi, madame.

– De rien. Ce fut un plaisir de raconter leur histoire comme ça. Alors, jeune aventurier, je veux t’offrir un petit cadeau. Est-ce que tu veux bien l’accepter ? »

Ne serait-ce pas méchant de refuser un cadeau offert de bon cœur ? Weed n’était pas si cruel au point de refuser ce qu’on lui offrait. Un homme devrait accepter n’importe quel cadeau avec gratitude.

« Avec plaisir, madame. »

La vieille domestique prit quelque chose enveloppé au fin fond d’un tiroir. Ça ressemblait à un vieux scalpel.

« Ce couteau de sculpture appartenait à Zahab-nim. Il l’a laissé à Sa Majesté, et il se trouve que c’est moi qui le garde à présent. Et cette statuette en bois a été sculptée par Zahab-nim. S’il te plait, prend-les. Dit la domestique de la reine.

– Je garderai précieusement vos présents. » Dit Weed.

Il reçut deux objets d’elle.

*Ding*

————————————————————————————————

Vous avez reçu :

Objet : Couteau de Sculpteur

Objet : Héritage de Zahab

————————————————————————————————

Weed se dit que ces objets étaient rares comme ils venaient de l’un des Maîtres de l’Art de la Sculpture. Même la statuette en bois avait l’air luxueuse au regard non connaisseur.

« S’il te plait, fait attention au couteau de sculpteur de Zahab-nim et manipule-le avec soin.

– Oui, madame. » Répondit Weed respectueusement.

Weed calcula que ces objets pouvaient bien se vendre et générer de bons bénéfices.

« La statue en bois te montrera où repose la dernière demeure de Zahab-nim. J’espère que sa Maitrise de la Sculpture ne sera pas enterrée pour toujours.

– Je l’espère aussi, madame.

– Si seulement je pouvais entendre à nouveau la chanson de ce jour-là… Tout ce qui relate de la Maitrise de la Sculpture est dissimulé dans ce couteau de sculpture.

– Pardon ?

– Dans le couteau de sculpture de Zahab-nim. »

Weed regarda le couteau de sculpture. Il eut une intuition qui lui disait qu’une destinée irrésistible se rapprochait.

*Ding*

————————————————————————————————

Quête : Suivre le Dernier Souhait de Zahab

Zahab n’est pas mort ce jour-là. Il est parti pour un continent très lointain pour tester sa Maitrise de la Sculpture. Dès que vous êtes Maitre de la Sculpture, vous devriez chercher Zahab pour apprendre de lui la chanson « Le Cœur d’un Sculpteur ». Puis, vous devriez revenir ici la chanter à cette vieille domestique. La tradition dit que Zahab a été vu pour la dernière fois en direction de la Région des Cols Gris.

Difficulté : A

Condition de la quête :

Vous devez remplir cette quête avant que la vieille servante ne meure.

Il n’est pas possible d’annuler cette quête.

Récompenses :

Vous pouvez apprendre la Maitrise de la Sculpture, les compétences Identification d’Objet, Réparation et Artisanat.

————————————————————————————————

Une série de quête avec une difficulté A, avec comme récompenses quatre compétences. Weed ne pouvait dire s’il était chanceux ou non.

D’abord, il savait qu’il était extrêmement difficile d’obtenir des compétences sans rapport avec sa propre classe. Ces compétences, comme les compétences d’Identification d’Objet et de Réparation, qu’il avait appris sans avoir à devenir un Sculpteur, pouvaient se révéler utiles de nombreuses façons, mais une quête de rang A était bien au-delà de ses capacités pendant longtemps, peut-être même des années.

Le niveau moyen des joueurs de Royal Road est actuellement d’environ cent. Le plus haut dans le classement de niveau est dans les trois-cent. La difficulté d’une quête qui demande une équipe équilibrée de niveau environ trois cent est connue pour être de niveau B.

Ce qui veut dire que Weed venait juste d’accepter une quête qui lui demandait d’être au-dessus du niveau 400 pour qu’il soit capable de s’en sortir, sans parler de la finir.

Et comme si ce n’était pas assez nul, la région du Col Gris est la zone la plus périlleuse d’entre toutes, habitée par les monstres les plus puissants. C’est l’une des Dix Zones Interdites du continent, où tu es absolument certain d’être taillé en pièces dès que tu fais un pas dans la zone.

« Et merde ! » Pensa amèrement Weed.

Le nombre de quêtes qu’un joueur peut enregistrer en même temps est de seulement trois. Maintenant que l’une d’elle était prise par la quête « Suivre le Dernier Souhait de Zahab », Weed n’avait plus que deux espaces pour les nouvelles quêtes.

Mais dans le cas d’une série de quête, il est impossible de deviner quelles récompenses attendent le joueur à la fin. Cette série de quête proposait une classe secrète dès la deuxième étape. Même après avoir refusé de se convertir en cette classe, on lui avait offert quatre compétences utiles. Imaginez quelles récompenses la dernière étape pourrait offrir.

Weed n’était pas stupide pour dire non à une bonne opportunité. Mais, cela restait un mystère quant à quand et comment il la finirait.

Il fit ses adieux à la vieille servante de la dame, et reparti au magasin de sculpture.

« Oh, Weed-nim, je vous suis sincèrement reconnaissant de votre travail acharné pour m’apporter des réponses aussi vite. Je suis une fois de plus sûr que c’était la bonne décision de vous confier cette quête. » Dit le commerçant.

Le commerçant paya Weed en récompense pour sa requête. Weed reçu deux pièces d’argent récupérant la pièce d’argent qui lui avait été pratiquement volée par le barde.

Quand il retourna à la Salle d’Entraînement, il reçut une autre pièce d’argent, ainsi qu’un mot de recommandation de l’instructeur. Ainsi, c’était un total de cinq pièces d’argent que Weed avait obtenu jusque-là.

Il avait aussi monté de niveau deux fois, jusqu’à niveau trois. Il réparti ces points de caractéristiques bonus en Agilité et en Force.

« Pourquoi tu ne prendrais pas une autre quête ? » Se demanda-t-il.

Weed lutta avec la tentation soudaine, mais il prit à nouveau l’épée en bois. Une quête secrète du public, comme celle qu’il venait d’entreprendre, était rare. C’était pourquoi Weed avait gagné des récompenses généreuses pour son niveau.

<< Précédent <<    >> Suivant >>

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top