skip to Main Content
Menu

The Legendary Moonlight Sculptor Chapitre 01


Source : Version anglaise

Traduit par : Nyaki
Vérifié par : Spawned

Chapitre 1 : Naissance d’un Joueur Mystérieux


       Imaginez la vie de pauvreté noble, élégante et pittoresque que vous pouvez voir dans les feuilletons télévisés. Une vie où, peu importe la situation qui pourrait vous accabler, elle ne vous découragerait pas à avoir un amour inconditionnel pour votre prochain et à partager un morceau de pain avec eux, le sourire aux lèvres.Ce chapitre a été volé de l’Empire des Novels. Soutenez le traducteur !

Si quelqu’un affirmait que cette illusion existait dans la vie réelle, alors Lee Hyun le réduirait en bouillie, et ensuite il le frapperait encore un petit peu pour finir le travail.

La vie est vraiment trop cruelle avec les pauvres. La loi sur la Protection du Travail qui a été adoptée par le parlement empêche les mineurs de travailler, en toute circonstance. Alors, Lee Hyun a été contraint de travailler en toute inégalité dans presque tous les boulots que vous pouvez imaginer.
Dès l’âge de 14 ans, il a travaillé dans une usine de textile où il coudait. Le salaire ne pouvait être qualifié que de médiocre, mais il se consolait à l’idée de pouvoir manger gratuitement. Mais, travaillant dans un sous-sol doté de seulement deux ventilateurs pour tout le complexe, il vit sa santé se détériorer rapidement et ses poumons furent endommagés. Au final, il gagna surtout de lourds frais médicaux.

Et puis, il y a eu ce travail dans une station d’essence où il pouvait se balader avec une charrette à bras et ramasser des déchets recyclables pour les revendre. Mais peu importait son travail acharné : à la fin de la journée, tout ce qu’il avait dans les poches, c’était trois fois rien.

En tant que mineur, il était obligé d’avoir ses travails de façon illégale et, ça, ses employeurs en ont bien profité pour le faire travailler jusqu’à l’épuisement, sans aucune pitié. Il fut ainsi exploité jusqu’à ses vingt ans. Grâce à ça, Lee Hyun connaissait bien la valeur de l’argent.

Mais les choses allaient être différentes maintenant. Maintenant, il était enfin reconnu comme un adulte par la loi, et il allait avoir une carte d’identité qui lui permettrait de travailler de façon légale.
Rangeant ladite carte d’identité dans son portefeuille, Lee Hyun murmura :

« Je vais avoir à travailler jusqu’à ce que je n’en puisse plus. Je devrais pouvoir gérer trois boulots par jour. »

Quand il était encore enfant, ses parents étaient morts dans un accident. Aujourd’hui, sa seule famille était sa grand-mère et sa petite sœur.

« Bon, à partir d’aujourd’hui, on va être riche. » Hyun se le jura et rentra chez lui.

« Lee Hyun, tu viens de rentrer ? » Demanda sa grand-mère, couchée et blottie dans une couverture.

Après être tombée dans les escaliers quelques jours plus tôt, sa grand-mère s’était déboitée la hanche, l’empêchant de travailler. Les médicaments lui permettaient de gérer la douleur, mais le foyer était trop en difficulté pour lui permettre d’aller à l’hôpital et de recevoir les bons traitements, l’obligeant de se reposer à la maison. À cause du manque de traitement, on pouvait l’entendre gémir de douleur toutes les nuits.

À chaque fois que Lee Hyun rentrait à la maison, il avait l’impression d’étouffer. C’était une maison sans vie, avec une petite sœur distante et une grand-mère âgée. Il ne s’en rendait pas compte, mais c’était une raison qui le faisait encore plus détester de rentrer chez lui.

« Où est Hayan ?

– Je n’en ai aucune idée. Elle est sortie et n’est pas encore revenue. Elle est peut-être encore en train de trainer avec des délinquants, je ne sais pas. »

Lee Hayan était sa petite sœur. Il ne l’avait pas beaucoup vu dernièrement.

« Tout ira bien. Qu’est-ce qu’il pourrait se passer ?

– Tu es son seul frère. Un frère devrait protéger sa petite sœur.

– Oui. »

Hyun sourit ironiquement et partit dans sa chambre. Même si ça l’obligeait à travailler dur ou à conduire un taxi, il enverrait sa sœur à l’université.

Depuis un moment, elle sortait du droit chemin, mais elle était brillante et intelligente, contrairement à Lee Hyun. Il se disait qu’à l’université, elle rencontrerait sûrement un bon mari et pourrait vivre bien. Il voulait aussi rendre la pareille à sa vieille grand-mère souffrante, pour tout ce qu’elle avait sacrifié afin de les élever.

« Bon, il faut que je me prépare pour le travail demain. Il y aura aussi sans doute un test… » Murmura Hyun pour lui-même en se tournant vers l’ordinateur.

Le vieil ordinateur vrombit en revenant à la vie. Dès qu’il fut connecté à internet, comme à son habitude, il se connecta à un jeu. Ce jeu c’était « Continent of Magic » (Continent de Magie), aussi appelé CoM. C’était un jeu  en ligne culte, sorti vingt ans plus tôt, qui était à l’origine d’une grande vague de joueurs dans la République de Corée.

Ce jeu était resté l’apogée du jeu vidéo jusqu’à il y a trois ans. L’ordinateur vieillot de Lee Hyunn, assemblé avec des pièces trouvées ici et là, n’était pas capable de supporter la plupart des jeux. Seul Continent of Magic tournait bien à présent.

C’était le premier jeu auquel il n’avait jamais joué, et la vérité était qu’il n’éprouvait du plaisir qu’en y jouant.
Le style de jeu de Lee Hyun était très particulier.

Il ne jouait pas avec les autres joueurs, à la place, il chassait toute la journée. Après avoir tué des monstres et monté de niveau, il allait dans une zone plus difficile, et ainsi de suite. Il ne participait pas du tout aux sièges ou aux guerres de guildes et trouvait son bonheur simplement en améliorant petit à petit les capacités et l’équipement de son personnage.

Il avait déjà chassé pendant deux cent heures d’affilé (huit jours) sans faire une seule sieste. Ce n’était pas inhabituel qu’il lutte pendant un mois pour monter de niveau ou pour capturer un simple monstre.

On était en droit de se demander comment il s’amusait, mais pour lui, c’était fun de simplement voir son personnage devenir de plus en plus fort. Et quand il arrivait enfin à battre des monstres qui étaient impossibles à tuer auparavant, il en était incroyablement joyeux.

En peu de temps, Lee Hyun avait atteint le plus haut niveau. Il était au stade ultime où le niveau ne pouvait plus augmenter.

Au cours des deux décennies de Continent of Magic, il a été le premier et le seul à qui ça a été arrivé. Et quand il regardait autour de lui, Lee Hyun ne voyait personne qui pouvait rivaliser avec son personnage en termes de puissance. Dans les zones de chasse, là où les autres étaient en difficulté en groupe, il éliminait tous les monstres à lui tout seul.

En effet, après être monté au plus haut niveau, il pouvait chasser seul les monstres ultimes, y compris les Dragons.

Mais Lee Hyun avait perdu tout intérêt de jouer à CoM.

Aujourd’hui, avec les avancées technologiques, l’objectif ultime de chaque jeu était de s’équiper avec un système de réalité virtuelle. Le jeu magnifique qui en était issu, c’était « Royal Road » (Route Royale), souvent cité comme le standard du jeu vidéo en réalité virtuelle, de par son monde entièrement implémenté, et puis ses milliers de races, métiers et compétences.

On pouvait vraiment vivre l’aventure qu’on voulait, ou alors plus sobrement aller pêcher en mer avec des amis toute la journée… à la condition de ne pas tomber sur un typhon capricieux, bien sûr. La gigantesque liberté offerte par Royal Road était incroyable, mais ce qui le plaçait encore plus au-dessus du lot, c’était son extraordinaire système de jeu. Royal Road  avait la réputation de pouvoir offrir l’ultime forme de plaisir qu’un humain pouvait atteindre dans un jeu.

« Eh bien, pour moi, c’est juste un rêve complètement hors d’atteinte. »

Que pouvait attendre Lee Hyun d’un ordinateur qui ralentissait devant la moindre page web un minimum complexe ?

Bien qu’il fût très populaire, l’installation de l’équipement qui rendait la réalité virtuelle possible coûtait plus de 10 000 000 wons (9 000 euros). Même s’il avait cet argent, il irait en priorité aux factures médicales de sa grand-mère ou aux frais scolaires de sa sœur.

Et pour gagner de l’argent de façon assidue, Lee Hyun avait décidé de supprimer son compte CoM, et donc de retirer tout ce qui pouvait le distraire de son objectif de gagner encore plus d’argent.

Alors le jeu devait partir.

————————————————————————————————
— Êtes-vous sûr de vouloir supprimer votre compte ? —
Oui | Non
————————————————————————————————

Lee Hyun mit le curseur de la souris sur « Oui ». Avec un simple clic, le personnage chéri qu’il avait élevé pendant des années disparaîtrait pour toujours. Au moment où il contractait son doigt pour cliquer, une pensée lui traversa l’esprit.

« Est-ce que je peux vendre mon personnage pour de l’argent ? Vente de compte, je crois que ça s’appelle… »

Il se souvenait d’avoir lu dans un journal qu’acheter et vendre des personnages était une pratique courante aujourd’hui. Cette histoire parlait d’argent ! Il apparut à Lee Hyun que s’il allait arrêter d’utiliser son personnage de toute façon, autant le vendre à quelqu’un d’autre plutôt que de bêtement le supprimer.

Lee Hyun commença à chercher sur internet un site d’échange de comptes. Une simple recherche résulta en une douzaine de sites et il trouva celui qui avait le nombre d’échanges le plus important.

« Alors je dois juste mettre mon personnage avec un prix et c’est bon ? »

Lee Hyun mis en ligne des photos de son personnage.

Un personnage au niveau maximum de Continent of Magic, avec le meilleur équipement de Dragons qui vaut trente mille milliards marks.

Il décida de commencer l’enchère avec un prix initial de 50 000 wons (40 euros). Il avait peur que personne n’enchérisse s’il demandait trop dès le début.

La date buttoir de la vente aux enchères était d’un jour.

Attendre plus longtemps était inutile. Il était peu probable qu’on mette une meilleure offre. Et puis, pour avoir le travail, il avait besoin d’un costume décent, avec au moins une chemise et une cravate. Alors il allait avoir très vite besoin d’argent.

Il y avait toute une gamme de caractéristiques et d’équipements de personnages qui déterminaient le prix, mais le contenu des enchères des autres personnes ne pouvait être vu que par les membres abonnés, alors Lee Hyun n’y avait pas accès et ne pouvait pas comparer son personnage aux autres.

Lee Hyun finit de poster et parti se coucher. Il comptait se lever tôt demain pour aller à une agence de travail.

Et à peine une heure après que Lee Hyun ai posté sur le site d’enchères, les internautes qui occupaient habituellement l’espace virtuel commencèrent à s’animer sur la toile.

Au début, personne ne croyait à l’enchère. Suite au dernier patch de Continent of Magic, le niveau maximum avait beaucoup augmenté et il était actuellement de 200. Mais dans tout le serveur, on ne pouvait trouver personne qui avait atteint ce stade, parce que c’était un exploit impossible pour un joueur normal.

Et maintenant, il y avait une enchère avec un personnage qui avait atteint le plus haut niveau.

« Un mec est en train de nous faire une blague.

– Quel est l’idiot qui a posté ce truc assommant ?

– Ça arrive tellement souvent que c’est plus marrant. »

Plusieurs personnes commentèrent de cette manière. Certains conseillaient de ne pas se faire avoir, tandis que d’autres disaient merci pour les avoir fait rire.

Depuis le début du 21ème siècle, les tentatives de phishing pour voler les informations de connexion des autres utilisateurs étaient devenues courantes et, parce qu’ils s’étaient déjà fait avoir, beaucoup pensaient que c’était le cas ici encore.

« Non, jamais…

– Ce n’est pas possible. »

Les internautes essayaient tant bien que mal d’ignorer l’enchère mais ils ne pouvaient résister à leur curiosité qui les poussait à aller voir le message encore et encore.

Les postes d’enchères demandent obligatoirement à ce qu’une capture d’écran du personnage soit affichée et tous les fichiers joints au post furent ouverts. Le personnage était vraiment incroyable. Plusieurs caractéristiques avaient leur valeur maximale et l’équipement était effectivement fantastique.

« Où est-ce qu’il a trouvé ces armes ?

– Un équipement complet de l’Armure du Dragon Rouge avec un Bouclier d’Os du Dragon Rouge ? Wow…

– Il dit qu’ils ont été offerts par le Dieu Noir de Valor. »

Ils admiraient le personnage. D’une certaine façon, cela ne semblait être une enchère de phishing ordinaire. Créer des images aussi détaillées demandait beaucoup de travail.

« Ce mec a vraiment passé beaucoup de temps là-dessus.

– L’interface est bien de Continent of Magic, mais depuis quel jeu a-t-il importé l’équipement ? »

Parmi ceux qui regardaient le message, il y avait aussi des designers graphiques. Regardant la photo, ils essayaient de trouver l’erreur qui dévoilerait la supercherie.

« Qu’importe à quel point l’image a bien été retouchée, il y aura toujours des traces microscopiques si elle a été éditée. Même si ça a l’air authentique à vue d’œil, en utilisant les dernières technologies, les parties contrefaites seront révélées. »

Les designers zoomèrent l’image par 10 000 pour traquer les pixels édités, étudièrent chaque ombre, et tentèrent même de scanner les fichiers en format 3D, pour démontrer que c’était une contrefaçon. Mais toutes leurs tentatives se conclurent en échecs. Ils furent finalement obligés de l’admettre.

« Toutes ces images sont réelles.

– En tant que chef designer de LK Co., je garanti que ces images n’ont pas été modifiées d’une quelconque façon. »

Contrairement à ce à quoi on s’attendait, les designers graphiques commencèrent à confirmer l’authenticité des images.

Et puis, les joueurs de Continent of Magic apparurent. Dès qu’ils virent les images, ils crièrent de surprise. Eux, dès le départ, ne doutaient de rien.

« C’est vrai. Le nom du personnage est ‘Weed’. Ce joueur est super célèbre !

– Je reconnais son équipement mais je ne savais pas qu’il avait atteint le niveau maximum, c’est vraiment impressionnant ! »

Lee Hyun avait toujours joué seul, évitant intentionnellement les zones de chasse avec beaucoup de monde. Il n’avait jamais participé à des sièges et ignorait les conflits. Mais les rumeurs sur lui ne s’étaient jamais arrêtées : après tout, il abattait des Dragons et des Krakens jugés invincibles et balayait les zones de chasse de plus haut niveau à lui tout seul.

Ne pas s’associer avec d’autres joueurs ne voulait pas dire qu’ils ne le reconnaitraient pas. Parmi les joueurs qui jouaient encore à CoM, il était une légende. Il n’y avait que Lee Hyun lui-même qui ignorait qu’il était une célébrité.

« Alors l’équipement est vrai ?

– Donc, ça ne peut être que le jackpot… »

Le prix initial de l’enchère était 50 000 wons (40 euros). Sans parler de la valeur de l’équipement, juste le posséder selon le court actuel rendait ce montant ridicule, au mieux.

Les gens se dépêchèrent d’envoyer leurs offres. L’enchère s’envola très vite en passant de 50 000 wons (40 euros) à 300 000 wons (243 euros) en quelques minutes. Puis elle alla jusqu’à 700 000 wons (567 euros). En à peine une heure elle avait dépassé le million de wons (810 euros).

La vente d’une seule pièce d’équipement couvrait à elle seule le coût de l’enchère alors il n’y avait rien à perdre. Les offres commencèrent à exploser. Mais à ce stade, beaucoup arrêtèrent de participer en désespoir de cause, car ils commençaient à voir quel serait le prix final de l’enchère.

Bien que le nombre de joueurs de Continent of Magic avait diminué au fil du temps, suite à la fusion des serveurs et le passage en free to play du jeu (jeu en ligne sans abonnement), il y restait toujours beaucoup de monde.

Au début, c’était les joueurs de Continent of Magic qui firent grimper le prix, et ils furent suivis par les cadres riches qui augmentèrent encore celui-ci.

À l’époque, quand le jeu venait d’être crée, Continent of Magic gardait à lui seul la Corée du Sud réveillée pendant la nuit. Le personnage le plus haut niveau de ce jeu, possédant une telle histoire, faisait qu’on avait envie de le posséder pour l’exhiber devant tout le monde.

Les plus malins des cadres téléphonèrent rapidement à leurs patrons qui avaient le même âge qu’eux.

« Allô, monsieur le directeur ?

– Pourquoi vous m’appelez à minuit ? Vous voulez être viré ?

– Hein ? C’est que… Monsieur le directeur, ne jouiez-vous pas à Continent of Magic ?

– Oui, et alors ?

– Actuellement, le personnage le plus haut niveau de Continent of Magic est aux enchères. Je pensais que vous seriez intéressé…

– Quoi ? W-We-Weed ?! Vous parlez de Weed ?

– Oui. Alors vous le connaissez ? Son personnage est niveau 200. Ses caractéristiques et son équipement sont aussi au maximum. »

Puis vinrent les instructions.

« Maintenant ! Avec votre argent, mettez une offre de 30 000 000 wons (24 700 euros) maintenant ! Je rentre chez moi tout de suite pour aller voir ça, en attendant, essayez d’avoir la meilleure offre ! »

Les personnes qui occupaient les postes haut placés dans les entreprises faisaient partie de la génération qui jouait aux jeux en ligne pendant leur jeunesse. Ils augmentèrent encore plus la valeur de l’enchère !

Dans les grands sites généralistes et ceux de jeux vidéo, le sujet qui faisait le buzz était l’enchère du personnage le plus haut niveau de Continent of Magic. Beaucoup de personnes le recherchèrent et firent monter le classement de la page de vente du personnage sur les moteurs de recherche en conséquence.

À partir de là, la véritable enchère pouvait commencer.

Pendant ce temps, Lee Hyun était profondément endormi, inconscient de la situation.

« Nogada… 50 000 wons par jour. Faire la vaisselle dans les restaurants, 30 000 wons. Supermarché, jarret de porc… »

Il était occupé, dans son sommeil, à faire son programme pour le lendemain.

Avec l’attention de tous concentrée sur ce seul personnage, le prix de l’enchère explosait.

Jusqu’à présent, personne ne connaissait l’identité du plus haut niveau de Continent of Magic, mais tous désiraient posséder et montrer le personnage éternel de ce qui avait été le meilleur jeu du monde.

Le prix de l’enchère excéda finalement les cent millions de wons (82 300 euros).

La somme dépassait le prix d’une propriété avec son équipement pour une personne. Certains se lamentèrent de ne pas avoir assez d’argent et abandonnèrent l’enchère.

« Je pense que le type qui vend ce personnage est le roi des mecs bizarres.

– Comment a-t-il pu fixer la durée de l’enchère pour un avatar aussi inestimable à seulement un jour ?

– Etait-il putain de sûr de recevoir le meilleur prix possible pour l’enchère ? »

Ils postèrent ainsi sur le message de l’enchère pour soulager leur tristesse. Très vite, le nombre de commentaires dépassa les 900.

L’enchère fut automatiquement reconduite quelques heures, et quand elle dépassa 300 000 000 wons (250 000 euros), plusieurs entreprises s’impliquèrent activement.

À cause de la simple nature de l’enchère, la seule chose dont les gens étaient sûrs était qu’ils n’allaient pas arrêter d’en entendre parler. Si la transaction se réglait avec une somme colossale, de nombreuses personnes le sauraient à travers les informations et le bouche-à-oreille, et l’effet de cette publicité serait impressionnant.

Mettre une seule pub demandait beaucoup d’argent, et même après avoir dépensé beaucoup d’argent pour créer une publicité, les gens ne la regardaient pas trop. En revanche, qu’en était-il de bulletins d’informations disant que le personnage le plus haut niveau a été vendu pour une petite fortune à une entreprise ? L’intérêt et l’attention de la populace seraient conséquents.

Chaque département des relations publiques des entreprises abordèrent la situation avec cette perspective. Les média digitaux intensifièrent la compétition, les sociétés télévisées de jeux vidéo voulaient acquérir le personnage de plus haut niveau. Le prix du personnage n’était pas un problème. Organiser des émissions spéciales sur l’autrefois célèbre jeu et ensuite montrer le personnage en question en direct améliorerait le sérieux et l’image publique de ces sociétés.

Une compétition féroce fit augmenter le prix, encore et encore, et le déferlement de visiteurs sur le site d’enchère réjouit les propriétaires de celui-ci.

Et puis, l’enchère fut finie.

À la fin, cinq chaines de jeux vidéo s’étaient affrontées pour le personnage. Une société se fraya un chemin au milieu de toute cette compétition et parvint à faire l’offre victorieuse : CTS Media avait reçu le personnage.

Concernant leur situation, leur rapide expansion et augmentation des parts de la diffusion d’émissions de jeux vidéo en faisait une société à l’avenir prometteur. Grâce à l’intervention de la secrétaire du président, l’enchère gagnante fut écrite et envoyée à l’exact moment où l’enchère finissait.

« Allo ? »

Le matin, Lee Hyun fut réveillée par un appel téléphonique.

Le boulot de construction de la veille l’avait épuisé et il s’était endormi. Il n’avait gagné que 30 000 wons (25 euros), moins que la moyenne, car il avait été jugé incompétent à cause de son manque d’expérience.

« Bonjour. »

Inattendue, c’était la voix douce d’une femme qui venait de l’autre côté du combiné.

« Hm… Je crois que vous vous êtes trompée de numéro. »

Lee Hyun, certain que personne ayant toute sa tête n’appellerait sa maison, voulait raccrocher le plus vite possible. Mais avant qu’il n’en ait eu le temps, la femme à la belle voix reprit la parole…

« Vous avez essayé de vendre votre compte sur internet, n’est-ce pas ? Demanda-t-elle.

– Oui, c’est vrai…

– C’est la CTS Media Incorporated à l’appareil. Je suis la secrétaire du président, Yoon Nahee. Nous avons déposé le montant de l’enchère finale sur votre compte. Vous pouvez le vérifier sur le site de vente aux enchères. N’hésitez pas à nous contacter si vous avez un problème.

– A-attendez ! Il y a eu une offre ?

– Hum. Oui. Puis-je savoir si vous n’avez pas encore regardé ?

– Non, j’étais un peu occupé… »

Yoo Nahee de CTS Media était la secrétaire du président. Non contente de travailler dans les finances de l’entreprise, elle connaissait aussi huit langues. Elle n’était en aucune façon une femme ordinaire, et tous ceux autour d’elle le savaient et étaient habitués à la complimenter. Mais le fait que Lee Hyun n’avait pas suivi l’enchère d’une telle fortune avait réussi à ébranler Yoon Nahee.

« Votre offre était de combien ? »

Lee Hyun était mal à l’aise. Espérant au moins 200 000 wons (165 euros) pour couvrir les frais médicaux, il se décida à demander. Mais la voix que Lee Hyun entendit au téléphone le stupéfia.

« 3 090 000 000 wons (2,5 millions d’euros). »

À la base, le personnage de Lee Hyun, « Weed », valait 150 000 000 wons (125 000 euros) d’après le prix du marché. Pour les jeux au sommet de leur popularité, les ventes d’équipements pouvaient dépasser les 100 000 000 wons (82 000 euros), mais pour un vieux jeu, comme CoM, le prix du marché est beaucoup plus bas.

Néanmoins, suite à plusieurs coïncidences, dont la date limite de l’enchère, la rareté unique du personnage et sa célébrité, l’enchère dépassa les trois milliards de wons. L’enchère en elle-même avait un intérêt médiatique, ce qui était exactement ce que recherchait CTS Media.

Mais Lee Hyun l’ignorait et répondit franchement :

« Vous vous moquez de moi ?

– Quoi ?

– Je ne peux pas croire que vous m’appelez pour me dire quelque chose d’aussi stupide. Je raccroche maintenant. »

Après avoir posé le téléphone, Lee Hyun rigola amèrement.

« Comment a-t-elle su pour l’enchère ? Et comment est-ce qu’elle a eu mon numéro pour me faire cette blague ? »

Lee Hyun n’y croyait pas du tout. C’était beaucoup trop absurde.

Cependant, dès qu’il arriva sur le site, il vit son enchère en grand sur la page d’accueil. Un nombre incalculable de personnes commentaient encore en temps réel, et l’offre finale était, comme elle l’avait dit, de 3 090 000 000 wons !

Si Lee Hyun réussit à ne pas s’évanouir, c’était juste grâce à sa sinistre ténacité.

Si c’est un rêve, j’espère que je ne vais jamais me réveiller, se dit-il.

Le jour suivant, son relevé bancaire confirma que plus de trois milliards de wons avaient été déposé sur son compte. Il se pinça jusqu’à voir du sang. C’était la réalité ! Lee Hyun couru pour montrer à sa grand-mère le relevé. Il n’osait pas encore lui dire toute l’histoire.

« Mamie, j’ai gagné de l’argent.

– Oui ? »

Sa grand-mère répondit en vain. Ça ne faisait que trois jours qu’on lui avait remis sa carte d’identité. Il ne pouvait pas avoir gagné beaucoup.

« Eh bien, bon travail, mon petit Hyun-ah.

– Ce n’était pas grand-chose, mamie. »

Lee Hyun lui donna le relevé.

« Qu’est-ce que c’est ?

– Regarde, là, c’est l’argent que j’ai gagné. »

Sa grand-mère frotta plusieurs fois ses yeux voilés en regardant le relevé. Face au montant imprimé sur la feuille, sa réaction était l’incrédulité.

« Quoi ? Tu as volé…?! Non, non, autant d’argent ne peut être volé…

– Tout ce que j’ai fait, c’est vendre mon compte Continent of Magic.

– Ton compte ?

– C’est un peu trop compliqué à expliquer… En tout cas, j’ai obtenu cet argent légalement !

– Alors, c’est vraiment… »

Sa grand-mère, submergée par l’émotion grandissant, se mit à pleurer doucement.

« Hyun-ah, on va pouvoir vivre sans avoir peur des factures d’eau et d’électricité, comme les autres ?

– Bien sûr. On peut même avoir notre propre maison.

– Tu vas pouvoir retourner à l’école… Et Hayan pourra aller à l’université. Nous n’aurons plus à vivre en jalousant les autres. »

Sa grand-mère était émue jusqu’aux larmes. C’était la même chose pour Lee Hyun.

Il se souvenait d’un seul coup de toute la souffrance et l’amertume qu’il avait ressenties au cours de sa vie.

« Maintenant nous pouvons vivre heureux ensemble, mamie !

– Oui, bien sûr. »

Suite à tous les moments difficiles qu’ils avaient endurés ensemble, ils étaient tous les deux encore plus aux anges.

Après plusieurs jours, ils obtinrent une nouvelle maison et sa grand-mère fut enfin capable de recevoir des traitements corrects à l’hôpital. Ils découvrirent qu’en plus de la hanche, elle avait d’autres problèmes et devaient donc rester un peu plus longtemps à l’hôpital. Sa petite sœur Hayan était aussi ravie. Mais, bien sûr, leur bonheur devait être de courte durée.

Cinq hommes habillés de costumes noirs, de la sorte qu’il ne voulait particulièrement pas voir,  vinrent à l’hôpital.

Ces cinq hommes bien bâtis, en costume noir avec des chaussures flambant neuves tout juste sorties du cireur, forcèrent et brutalisèrent tout sur leur passage jusqu’à la chambre d’hôpital de sa grand-mère. Et même s’ils n’étaient que cinq dans la grande chambre de l’hôpital, celle-ci semblait complètement remplie par leur seule présence.

Tous les autres patients paniquèrent à cette vue et, avec l’aide du personnel soignant, ils s’enfuirent silencieusement.

Finalement, seul Lee Hyun, sa grand-mère et les hommes restèrent. Lee Hyun était content que sa petite sœur ne fût pas là dès que les hommes étaient entrés. Rien de bien ne venait de ces hommes en costume. Il ne s’attendait pas à ce que, cette fois, ce soit différent.

« Lee Hyun. J’ai récemment appris que la bonne fortune avait frappé votre famille… » Dit l’homme aux cheveux blonds.

Lee Hyun rétorqua méchamment :

«  Et alors ?

– Par le passé, votre père nous a emprunté de l’argent, et nous sommes ici pour récupérer cette dette.

– Une dette ?

– Oui. Et maintenant que vous avez l’argent, je crois que vous êtes prêt à nous la rembourser. »

Lee Hyun déglutit. Après que ses parents décédèrent, Lee Hyun avait hérité de toutes les dettes de son père de 100 000 000 wons (82 000 euros).

Ça aurait été s’il avait renoncé à l’héritage, mais trop jeune pour comprendre à l’époque, Lee Hyun ne connaissait même pas cette loi. De plus, sa grand-mère, chagrinée par la perte de son fils unique, ne fit pas appel au tribunal pour renoncer à l’héritage dans les trois mois.

Ainsi, Lee Hyun se retrouva endetté par les usuriers pour 100 000 000 wons. Il savait aussi combien ils étaient impitoyables pour les prélèvements. Mais maintenant, il avait beaucoup d’argent. Il n’avait pas à avoir peur.

« Je vais rembourser cette dette. Je vous dois combien ?

– Rembourser ? Le mot est faible. Mais bon, ce n’est pas grave. Nous chérissons nos estimés clients. Vous nous devez à peu près 3 000 000 000 wons (2 400 000 euros). »

À ces mots, la tempe de Lee Hyun palpita de rage.

« C’est ridicule ! Mon père a emprunté exactement 100 000 000 wons.

– Hé, ça fait huit ans. Le temps passe, les intérêts s’accumulent.

– C’est ridicule… Je vais vous dénoncer à la police !

– Dénoncer ? Réfléchis un peu. Tu crois que la police va se mettre de ton côté ?

– La police est du côté du peuple.

– Ahahahahah ! »

Les hommes rigolèrent au nez de Lee Hyun. En particulier l’homme blond qui, en entendant une telle absurdité, mit sa main sur son front et eu un fou rire. L’homme qui se tenait silencieusement derrière le blond parla. Vu l’atmosphère, il devait être leur chef.

« Explique tout au gamin. Ne crée pas de problèmes inutiles.

– Oui, Hyung-nim. Je suis désolé. Bon, gamin, écoute-moi bien. Ce qu’on fait n’enfreint pas la moindre loi, nous recevons les intérêts légitimes. Pour commencer, le taux d’intérêt est de 50% du montant principal par an. Tu veux que je calcule ? Première année, ça va de 100 000 000 à 150 000 000. Deuxième année, environ 220 000 000. À la troisième année on atteint 330 000 000. Quatrième année on s’approche des 500 000 000. »

Le calcul remplit Lee Hyun de désespoir. La dette était multipliée par cinq en seulement quatre ans. Huit ans étaient passés, donc ça faisait 2 500 000 000. Mais la huitième année était un peu entamée, donc ça faisait effectivement 3 000 000 000.

Faillite !

N’importe qui avec une dette de trois milliards de wons aurait fait faillite et rempli les papiers de cessation de paiement. Même après une faillite vous auriez encore quelques milliers de wons. Lee Hyun ne considérait même pas la faillite. Ça coutait de l’argent de simplement remplir les papiers de cessation de paiement. Les tribunaux et les avocats. En les payant et en suivant les étapes nécessaires, vous pouviez faire faillite.

Lee Hyun ne pouvait même pas se payer l’inscription en cessation de paiement. En fait, même si vous aviez l’argent, vous ne pouviez pas sérieusement faire confiance aux vicieux usuriers pour vous laisser tranquille pendant que vous entriez en faillite.

« Nous voulons les trois milliards.

– P-Pas question !

– Pas question ? Comme tu veux. Si tu ne veux pas, on va revenir demain pour récupérer l’argent. Et ce que tu nous devras va encore un peu augmenter, mais c’est comme tu veux. »

Les hommes en noir transpiraient la confiance en eux. La confiance de la liberté, la confiance du pouvoir.

Ainsi, Lee Hyun su qu’il était mieux s’il remboursait la dette s’il le pouvait. Dès le début, il n’y avait pas eu d’autres alternatives, ils étaient venus en sachant qu’il avait l’argent. Les hommes souriaient avec suffisance.

« La pauvre grand-mère a été blessée et hospitalisée, mais elle a l’air bien à l’hôpital. Comme ta petite sœur dans le couloir. Quelle belle petite sœur, je parie qu’elle pourrait être vendue pour un paquet d’argent sur l’île…

– Ne touchez pas à Hayan !

– Du calme, rien de grave ne s’est encore passé. Là, on est juste en train de parler, gamin. Mais qu’est-ce qu’il se passerait si cette famille était admise à l’hôpital tous en même temps ? Ce serait un spectacle des plus émouvants. »

Lee Hyun ne pouvait plus supporter ces menaces voilées. Il n’y pouvait rien. Il fallait que ces hommes partent. Dans les taudis, il avait vu ce qui arrivait à ceux qui étaient incapables de rembourser la dette car ils n’avaient pas d’argent à leur donner. S’il y avait un péché pour commencer dans cette histoire, c’était celui de leur emprunter de l’argent.

Incapable de s’aider de la loi, Lee Hyun dû leur remettre son livret de banque. Les hommes s’en emparèrent aussitôt et sortirent 90 000 000 wons (73 000 euros) en liquide d’un sac. C’était la reconnaissance de dette de 100 000 000 wons écrite par les parents de Lee Hyun huit ans plus tôt. Dès le début, ils savaient ce qui allait se passer et étaient venus préparés en conséquence.

« Merci. Et désolés du dérangement. »

Alors que les hommes quittaient la pièce, Lee Hyun s’écria :

« Attendez !

– Quoi, gamin ? Qu’est-ce qu’il y a ?

– Un jour, je vous ferai payer pour ça !

– Quoi ?

– Parce que l’argent a été remboursé, vous pensez que c’est la fin. Mais ça veut dire que, plus tard, je vais vous rendre la pareille. »

Les hommes s’apprêtèrent à rire à nouveau. Mais devant les yeux de Lee Hyun, leurs rires s’évanouirent aussitôt.

Une jeune bête sauvage. L’aura émanant de ses yeux les firent frissonner.

« Je vois que tu as encore de la combativité en toi. On va avoir à apprendre la vie à un gamin intrépide comme toi. »

Les hommes remontèrent leurs manches. Mais Lee Hyun n’était pas le moins du monde effrayé et il ne recula pas.

« Assez. Nous avons récupéré l’argent, ne faîtes rien d’inutile.

– Mais…

– Vous voulez vraiment faire une scène dans un hôpital ?

– Compris, Hyung-nim. »

Les hommes se précipitèrent à l’extérieur.

« Et, gamin. »

Le chef désinvolte regarda Lee Hyun et lui donna un conseil.

« Je suis Han Jinsup de Myongdong. Tu crois vraiment que ton audace va marcher dans ce monde pourri ? Si tu crois que c’est injuste, fais-toi trois milliards en cinq ans et viens me voir. Alors je te servirai en tant que Hyung-nim. »

Les usuriers partirent. Lee Hyun s’écroula au sol, impuissant. Et en entendant les pleurs de sa petite sœur dans le couloir, sa grand-mère soupira tristement.
Après avoir été dépossédé de 3 000 000 000 wons, il n’avait plus la force de faire quoi que ce soit. Il était frappé par un vide profond. Cependant, trois jours après avoir été volé, il se releva.

Il y avait toujours de l’espoir. Alors il ne pouvait pas juste attendre et hésiter. Un sourire erra sur les lèvres de Lee Hyun. Au milieu des larmes, un rire émergea.

Ce n’était rien qu’un instant, mais l’expérience touchante d’avoir eu beaucoup d’argent l’éclaira juste un peu sur la façon de vraiment vivre dans le monde.

« C’est vrai. Si j’ai réussi à gagner ça une fois, je peux le gagner deux fois. »

Lee Hyun était occupé. 90 000 000 wons (73 000 euros) n’avaient pas été pris, mais ça ne voulait pas dire qu’il pouvait tout utiliser. Le contrat pour la maison était déjà réglé à 50 000 000 wons (40 000 euros) alors c’était déjà ça de moins.

Il était toujours capable d’annuler le contrat s’il le voulait, mais faire ainsi voudrait dire qu’il aurait à payer une pénalité. Il préférait mourir que payer la pénalité.

Au final, la somme qui pouvait être utilisée était de seulement 40 000 000 wons (32 000 euros) !

Tout ça grâce au déclin de l’immobilier du début du 21ème siècle.
En utilisant une partie de l’argent restant, Lee Hyun s’inscrivit à de nombreux cours d’arts martiaux comme l’aikido, le kendo et le taekwondo. Il s’imposa un calendrier rigoureux, voyageant jusqu’à six endroits différents par jour. Peu à peu, son corps fut brisé et reconstruit aux divers gymnases alors qu’il maitrisait rapidement ces arts martiaux.

Ses instructeurs l’appelaient une « Bête Sauvage ». Développant son endurance, il donnait des coups d’épée toute la journée, jusqu’à ce que du sang coule de ses mains.

Jeu en réalité augmentée !

Un endroit où la façon dont une personne bouge dans la vraie vie affecte la façon dont votre corps bougera dans le jeu. Alors apprendre les arts martiaux et étudier un peu le système de jeu seraient utiles, non ?

Évidemment, ceux qui apprenaient les arts martiaux ne seraient pas complètement avantagés. Mais pour être juste un petit peu plus fort, même au niveau 1, c’était mieux d’apprendre les arts martiaux.

Imaginez être au moins 10% plus fort tout au long du jeu, les répercussions phénoménales que ça entrainerait. C’est pour ça que Lee Hyun passa la plupart de ses matins et après-midi à apprendre les arts martiaux et à être en meilleure forme. Le soir, il étudiait les jeux en réalité augmentée, analysant minutieusement des choses comme : quel jeu avait le plus de joueurs et comment le système de jeu marchait.

Pour chaque profession, ville et compétence, Lee Hyun fit des tableaux analytiques et les imprima sur les murs de sa chambre. Les notes assaillaient la chambre de Lee Hyun.

Pendant un an, Lee Hyun apprit les arts martiaux et étudia les jeux en réalité augmentée. Cette année n’était pas juste une période de préparation, c’était aussi pour observer de près le développement de Royal Road.

Le jeu en réalité augmenté était, au final, comme on s’y attendait.  Royal Road, comme son homonyme, marchait sur le tapis rouge avec sérénité. Il possédait plus de 75% du marché mondial, et plus de 90% des joueurs coréens étaient sur ce jeu. Ça pouvait presque être appelé un moment programmé.

Particulièrement pendant la guerre des rois qui était le moment où le jeu avait plus d’audience que tous les autres sites. Le seul jeu au monde où n’importe qui pouvaient obtenir la célébrité, le pouvoir et l’argent. Royal Road était le résultat d’un système ingénieux qui se mélangeait avec la réalité virtuelle.

« Bien. Tout se passe comme prévu. »

Les yeux de Lee Hyun fixaient froidement l’écran.

Ce jour-là, il avait acheté la capsule nécessaire pour se connecter à Royal Road à 10 000 000 wons (8 000 euros). C’était suffisamment cher pour avoir fait couler quelques larmes, mais il se rappelait constamment que c’était un investissement nécessaire. Avec toutes les préparations terminées, c’était le début du jeu. Il se sentait comme un soldat partant sur le champ de bataille.

————————————————————————————————
— Se connecter à Royal Road ? –
Oui | Non
————————————————————————————————

Quand le message arriva, Lee Hyun cria sans aucune hésitation :

« Oui ! »

<< Précédent <<    >> Suivant >>

error: Contenu protégé
Back To Top