skip to Main Content
Menu

TKA Tome 1 Chapitre 3

Merci à toute l’équipe !

Chapitre 3 – Mission spéciale : travail de nuit

Victoire ?

Chen Guo fut abasourdie un instant. Le mot qui clignotait à l’écran, GLOIRE, était le symbole de victoire de l’arène signifiant « K.O. ».

Seulement, elle n’était partie que pendant quoi, 40 secondes ? 50 secondes ? Chen Guo leva son bras et baissa le regard sur sa montre. Ça ne peut pas faire plus d’une minute. Mais le résultat ? L’adversaire contre qui elle avait perdu 52 fois de suite s’est fait battre en moins d’une minute ? 

Chen Guo en oublia même de se précipiter pour récupérer son compte. Elle voulait voir si cette personne pouvait à nouveau faire un duel afin qu’elle l’examine correctement. Mais elle vit qu’il s’était déjà déconnecté. Il s’étira même comme s’il n’était pas vraiment intéressé par l’ordinateur et jeta un coup d’œil à droite et à gauche. Tournant la tête, il vit Chen Guo le regardant avec des yeux écarquillés et il s’empressa d’expliquer :

« Tu ne t’étais pas déconnectée et quand je me suis assis, le combat avait déjà commencé. Mais ne t’inquiète pas, je t’ai aidée à gagner !

— Combien de temps as-tu été sur mon compte ? demanda Chen Guo.

— 40 secondes ! » répondit Ye Qiu.

La bouche de Chen Guo s’ouvrit en grand lorsqu’il ajouta avec regret :

« Mes mains étaient gelées sinon 30 secondes auraient été suffisantes. »

30 secondes… 30 secondes pour battre l’adversaire contre qui elle avait perdu 52 fois de suite ? Qui était cette personne ?

Serait-il un joueur pro de l’équipe Excellent Era ? Cette pensée surgit soudain dans l’esprit de Chen Guo. Elle savait que le club de l’Excellent Era n’était pas loin du cybercafé. Mais elle écarta cette pensée. Je l’aurais reconnu s’il était de Excellent Era ! Sauf si c’est cet expert qui ne se montre jamais, Ye Qiu.

Ye Qiu ! Chen Guo devint excitée lorsqu’elle pensa à ce nom, mais se rappelant à quel point il faisait profil bas, il ne l’admettrait probablement pas si elle lui demandait directement. Après un instant d’hésitation, Chen Guo eut une idée et se précipita vers la réception.

« Qui est enregistré dans le numéro 47 de la zone 3 ? demanda Chen Guo à la fille derrière le comptoir.

— Ye Xiu, lui répondit cette dernière.

— Ye Xiu…Ye Qiu ? C’est vraiment lui ! » se dit Chen Guo avec excitation. Il semblerait qu’elle ait découvert son identité cachée ! Cela prouvait qu’il était bien Ye Qiu. Si le nom inscrit avait été Ye Qiu, elle ne l’aurait pas cru.

« Eh, eh, eh… »

Le rire de Chen Guo ne pouvait être considéré que comme sinistre. Elle était prête à tout utiliser pour obtenir son autographe. L’autographe de Ye Qiu, ah ! Qui l’avait ? Personne !

Alors que ces pensées tournaient dans son esprit, la réceptionniste ajouta sans réfléchir :

« Il a même oublié sa carte d’identité.

— Sa carte d’identité ? » Le regard de Chen Guo se figea après avoir entendu ça.

Elle réalisa alors qu’elle s’était perdue dans son excitation. L’enregistrement dans le cybercafé avait un système permettant d’identifier les clients et une carte d’identité était nécessaire. Comment pourrait-on utiliser une fausse carte d’identité ?

« Où est-elle ? Laisse-moi voir. »

Chen Guo observa la carte d’identité qui se trouvait dans les mains de l’employée. Et comme elle s’y attendait, on pouvait y lire Ye Xiu. Une vague de déception s’abattit sur Chen Guo, qui eut la forte envie de changer le Xiu en Qiu.

Après avoir découvert qu’il n’était pas l’expert discret qu’elle admirait, son intérêt avait grandement disparu, même si elle souhaitait toujours savoir à quel point cette personne était forte.

Chen Guo retourna alors vers le numéro 47 de la zone 3 et rendit à Ye Xiu sa carte d’identité.

« Tu as oublié ta carte d’identité.

— Oh, merci. Tu travailles dans ce cybercafé ? répondit tout de suite Ye Xiu.

— Oui, je suis la patronne.

— La patronne ? Parfait ! J’ai vu sur le site internet du cybercafé que vous engagiez, c’est toujours vrai ? demanda Ye Xiu.

— Ah… Oui… »

Chen Guo n’avait pas pensé que cette personne poserait ce genre de question si soudainement. Elle voulait justement observer sa force, c’était l’excuse parfaite.

« J’ai jeté un œil à l’annonce et je pense remplir tous les critères. Le temps de travail et le salaire proposés me conviennent. Qu’en dis-tu ? Réfléchis-y, chef.

— Oh, tu dois me battre en duel dans Glory pour ça, répondit Chen Guo.

— Quoi ? Je n’avais pas vu cette condition, dit Ye Xiu tout en se retournant pour revérifier l’annonce.

— Pas la peine de la chercher, je viens de l’ajouter. »

Ye Xiu la fixa le regard vide. Il venait de se rendre compte que sa victoire était vraiment trop professionnelle. Cette patronne voulait connaître sa véritable force, mais… Il laissa échapper un rire ironique tout en secouant la tête.

« Je ne peux pas te battre.

— Pourquoi ? s’interloqua Chen Guo.

— Parce que je n’ai pas de compte capable de battre le tien.

— Ton compte… Quel est son niveau ? Ses équipements ?

— Pas de niveau, pas d’équipements.

— Comment ?! »

Chen Guo n’y croyait pas. Il avait battu un adversaire qu’elle ne pouvait pas battre en quarante secondes. Si ce genre de personne n’avait pas de compte haut niveau, comment avait-il pu atteindre un tel niveau de force ?

« J’ai fait don de mon compte, expliqua Ye Xiu, impuissant.

— Alors c’est pour ça, très généreux. »

Ye Xiu força un sourire. Le compte qu’il avait donné était le Dieu du Combat, One Autumn Leaf. N’utiliser que le mot « généreux » pour décrire cela était insuffisant.

« Tu as fait cela pour pouvoir commencer à jouer sur le nouveau serveur ? demanda Chen Guo.

— Le nouveau serveur ? »

Ye Xiu eut le regard vide avant de jeter un œil sur la date.

Demain était l’anniversaire de Glory. Depuis son deuxième anniversaire, Glory ouvrait un nouveau serveur tous les ans ce jour-là. Les inscriptions pour le dixième serveur avaient déjà commencé depuis trois mois. Les vieux joueurs mécontents des vieux serveurs étaient en train de se préparer à recommencer Glory ce jour-là, ce qu’ils attendaient avec impatience.

Et maintenant, le dixième serveur de Glory allait ouvrir. Le lointain One Autumn Leaf était un compte du premier serveur de Glory. Plus tard, après la sortie de la cinquième extension de Glory, beaucoup d’experts avaient obtenu le droit de terminer le défi d’habileté, devenant ainsi les premiers ayant accès à tous les serveurs.

Malheureusement, One Autumn Leaf avait changé de propriétaire. Sa carrière professionnelle était partie avec son compte, mais cela tombait pile au moment de l’ouverture du dixième serveur. Le cerveau de Ye Xiu s’activa et dix ans de souvenirs lui traversèrent l’esprit.

« Nouveau serveur, marmonna Ye Xiu.

— On peut effectuer un transfert de compte au lancement d’un serveur, si je me souviens bien non ? demanda soudainement Ye Xiu à Chen Guo.

— Seuls les comptes niveau 1 le peuvent.

— Laisse-moi vérifier. »

Ye Xiu sortit de sa poche une carte de compte et se dépêcha de demander un transfert sur le site de Glory.

Chen Guo observa la carte en question et dit impressionnée :

« Il s’agit du premier modèle de carte ?

— Oui, dit Ye Xiu avec un sourire. »

Glory créait un nouveau modèle de carte chaque année. Une carte avec le premier modèle avait au moins dix ans.

Chen Guo regarda Ye Xiu bouche bée.

« Depuis combien de temps joues-tu à Glory ? »

Les cartes ne sont que des objets, les gens sont vivants. Même si une carte a dix ans, son propriétaire ne la possède pas forcément depuis dix ans.

« Presque dix ans. », répondit Ye Xiu, confirmant ainsi qu’il possédait bien la carte depuis le début.

Chen Guo pensait qu’avec cinq ans de jeu derrière elle, elle pouvait être considérée comme une doyenne, mais elle ne pensait pas que la personne devant elle possédait le double de son expérience. Dix ans. La première population de Glory. Avoir joué depuis le début et être toujours aussi motivé pour pouvoir recommencer sur un nouveau serveur, quel genre de motivation était-ce donc là ?

Alors qu’elle pensait à cela, le site avait déjà affiché un message : « Transfert réussi ».

« Fini. »

Ye Xiu retira la carte de compte, tout en se remémorant ce que ce compte possédait de particulier.

« Alors, tu es intéressé par le métier de gestionnaire réseau ? demanda soudainement Chen Guo.

— Oui.

— Quelle équipe ?

— Celle de nuit.

— Vraiment ? Elle te convient ? » s’exclama Chen Guo.

L’équipe de nuit travaillait de 23h à 7h du matin. Le salaire était meilleur que celui des autres équipes, mais très peu de gens souhaitaient y travailler. Après tout, peu de gens pouvaient inverser leur cycle de vie. Ainsi, tous les employés se relayaient pour s’occuper de cette tâche. Si quelqu’un venait vraiment prendre cet emploi, tous les employés seraient ravis.

« Pas de problème, vraiment. J’aime travailler la nuit. », dit Ye Xiu.

Chen Guo examina en détail la personne devant elle. Ses cheveux semblaient avoir été laissés à l’abandon depuis au moins un mois. Son visage n’avait pas l’air en bonne santé. Bien qu’il fût blanc et clair, il semblait aussi un peu pâle. Ses deux yeux la regardaient de manière morne. Elle avait déjà vu beaucoup de gens comme lui. Les jeunes qui venaient régulièrement dans son cybercafé ressemblaient tous à ça. La personne devant elle ne semblait plus très jeune, mais était étonnamment dans le même état, découragé et mou. 

Être mou était une chose. Tant qu’il voulait bien travailler de nuit, Chen Guo l’accueillerait à bras ouverts. De plus, elle souhaitait vraiment savoir à quel point cette personne qui jouait depuis plus de dix ans était forte. Elle frappa dans ses mains immédiatement.

« OK, dans ce cas, tu es embauché. Regarde avec attention les termes du contrat, je les suivrai à la lettre.

— Pas de problème.

— Bien, viens avec moi ! »

Chen Guo réglait ses affaires proprement et rapidement. Après avoir embauché Ye Xiu, elle lui ordonna d’aller ranger des claviers dans une réserve au deuxième étage.

Le cybercafé de Chen Guo était appelé le « Cybercafé Heureux » et était considéré comme un cybercafé haut de gamme. Il y avait deux étages et plus de deux milles ordinateurs. Le deuxième étage était un peu petit, mais clairement luxueux – un étage haut de gamme. Et à l’intérieur de cet étage se trouvait un havre de paix constitué de petites chambres et d’une réserve. Après avoir rapidement examiné les petites chambres, Ye Xiu commença ses montées et descentes avec les claviers. L’annonce disait : nourriture et logement compris. Ye Xiu venait de quitter son club et n’avait pas pensé à ce qu’il pouvait faire. Être nourri et logé lui permettrait d’avoir du temps pour réfléchir à ce qu’il allait faire. C’était la seule chose qui l’avait motivé à prendre ce job.

Au premier coup d’œil, cette petite pièce semblait être le logement. Bien que la décoration soit simple, la pièce était propre et rangée. Ye Xiu en était très satisfait. C’était ce qu’il pensait tout en rangeant les claviers.

Voyant que Ye Xiu avait fini son rangement, Chen Guo montra du doigt un petit lit au fond de la réserve.

« Bien, c’est là que tu dormiras. »

« Comment ? » dit Ye Xiu le regard vide.

Il pensait dormir dans la pièce propre et lumineuse. Même un canapé-lit aurait fait l’affaire. Mais ici… Ye Xiu leva la tête afin d’observer la pièce. Sur le mur ouest se trouvait une petite fenêtre qui donnait directement sur les lampadaires. Une fois la lumière de la pièce éteinte, une lumière tamisée pénétrait par la petite fenêtre, comme si celle-ci était hantée.

« Eh, c’est un peu léger. Peux-tu t’en accommoder pour le moment… En réalité, mon cybercafé ne manque pas d’employés. Avec toi, il n’y en a pas trop. Sans toi, il n’en manque pas. L’annonce que tu as vue est plutôt vieille.

— Oh, c’est pour ça. Pas de soucis, c’est déjà bien assez. », répondit tout de suite Ye Xiu.

Le voir accepter si facilement rendit Chen Guo mal à l’aise : cette réserve n’était clairement pas un lieu de vie.

« Tu peux aller sur les ordinateurs et jouer durant ton temps libre. Il n’y a aucune restriction et les employés ne payent pas.

— Chef, tu es très généreuse !

— Hum, comme si un ordinateur de plus ou de moins parmi mille changeait quelque chose.

— Y-a-t-il beaucoup de clients d’ordinaire ?

— Assez. Le nombre me satisfait. Bien sûr, il y en aura moins pendant tes heures. La majorité d’entre eux sont des étudiants des académies proches qui viennent faire des nuits blanches. Je n’ai pas grand-chose d’autre à dire. Tu verras tout ça en temps voulu.

— D’accord.

— Afin que tu puisses t’adapter au job, que dirais-tu de commencer ce soir ? J’aimerais aussi observer ta capacité à travailler de nuit.

— Pas de problème. Je suis en pleine forme, dit Ye Xiu en levant ses deux pouces vers elle, lui montrant que le travail de nuit était sa spécialité.

— Dans ce cas, redescendons. Je vais te payer un en-cas.

— Oh ? Quel genre ?

— Il n’y a pas beaucoup de choix à cette heure. Il devrait y avoir un restaurant qui n’a pas encore fermé pas loin. Va voir et achète quelques plats à emporter. Souviens-toi juste que je n’aime pas le céleri, dit Chen Guo tout en sortant deux cents yuans de sa poche et en les lui donnant.

— Mais il neige !

— C’est juste en face. Combien de centimètres pourraient bien te tomber dessus ? Dépêche-toi. »

Ye Xiu n’eut alors plus d’autre choix. Il traversa la route et acheta quelques en-cas. Il venait d’être engagé et avait pourtant déjà reçu plusieurs ordres. Mais il n’était pas déprimé pour autant. Après lui avoir parlé un peu, lui et Chen Guo n’étaient plus des étrangers. Ce genre d’amitié naturelle le réconfortait énormément. Ye Xiu réalisa alors quelque chose : il n’avait pas encore demandé le nom de sa chef ! 

error: Contenu protégé
Back To Top