skip to Main Content
Menu

TKA Tome 1 Chapitre 2

Merci à toute l’équipe !

Chapitre 2 – Zone 3 Numéro 47

« Chie, pour qui te prends-tu !?

— Le laisser prendre sa retraite est pour son bien. Que peut-il faire d’autre ?

— D’accord, d’accord, diplomate comme il est, il ne penserait pas à blâmer le club pour l’avoir forcé à prendre sa retraite.

Ye Qiu et Su Mucheng venaient de sortir de la pièce. Une fois partis, tous les autres de la salle de conférence reprirent soudainement leurs esprits, avant de continuer à se moquer de lui. Mais l’expression de Sun Xiang restait mitigée. Il ne participait pas aux discussions et s’approcha à la place du manager.

« Je ne comprends pas. Comment a-t-il pu accepter ces conditions ?

— Il n’avait pas d’autre choix que d’accepter, dit la manager.

— Pour quelle raison ?

— Parce qu’il ne peut pas se permettre de payer les frais de pénalités, répondit la manager.

— Comment… …Comment est-ce possible ? » articula Sun Xiang, stupéfait.

Ye Qiu avait travaillé dur en tant que joueur professionnel pendant sept années et il avait atteint le summum de sa carrière. Même s’il avait refusé toutes affaires liées au business, son salaire ne devrait pas avoir été si bas qu’il ne pouvait même pas se permettre de payer les frais de pénalité.

« Tu n’es pas de sa génération, donc tu ne peux pas savoir. Durant la période de lancement, le stade initial de l’Alliance, les joueurs n’étaient en aucun cas aussi impressionnants et aussi bien payés qu’aujourd’hui. À cette époque, les joueurs pros qui étaient licenciés finissaient souvent à la rue. La plupart d’entre eux passaient beaucoup de temps à jouer et n’avaient donc jamais pris le temps d’obtenir un quelconque diplôme en parallèle. Et beaucoup d‘eux n’étaient pas assez doués et finirent par se retrouver endettés. C’est sur Ye Qiu, le génie de cette époque, que nous nous sommes reposés pour en être là où nous en sommes aujourd’hui. Mais il avait beaucoup d’amis dans cette situation.

— Donc tu me dis que la plupart de ses gains ont été donnés à ses amis ? comprit Sun Xiang, les yeux écarquillés.

— Personne ne sait pourquoi il fait cela, reprit la manager.

— Tu n’as aucune idée sur la question ? demanda Sun Xiang.

— Peut-être que cela a quelque chose à voir avec sa famille, lui répondit la manager.

— C’est à dire ?

— On ne sait absolument rien sur sa famille. Il n’en parle jamais. C’est très étrange, c’est pour ça que je pense que cela doit être lié, répondit encore la manager.

— Cette personne … est pleine de mystère ! »

Sun Xiang leva la carte de One Autumn Leaf que Ye Qiu venait de lui donner. Il savait que Ye Qiu avait créé ce compte bien avant la création de l’Alliance Professionnelle. De sa création à ce jour, cette carte possédait l‘un des plus vieux comptes de Glory.

« Ok, ne parlons plus de lui. Le boss est occupé aujourd’hui et ne peut pas venir. Mais il m’a donné cette bouteille de vieux vin rouge de sa collection juste pour ton accueil, lança la manager.

— Ha, ha, merci beaucoup ! Avec moi, Excellent Era brillera de nouveau ! »

…………

De son côté, Ye Qiu venait de fermer la porte du club avant de commencer à s‘éloigner.

Su Mucheng se tenait elle à l’entrée, n’ayant pas osée aller plus loin. Elle se tint là jusqu’à ce que Ye Qiu disparaisse au loin. Il se retourna plusieurs fois en agitant sa main. Les larmes avaient déjà commencé à couler le long de ses joues depuis longtemps. Sans en dire trop, Ye Qiu avait laissé échapper neuf mots en partant : « Je vais me reposer un an et je reviendrai. »

Su Mucheng n’avait rien dit. Elle avait hoché la tête encore et encore. Elle n’était plus cette jeune fille innocente et savait ce que cela voulait dire et allait représenter.

…………

Des flocons flottaient dans l’air. L‘hiver était vraiment froid.

En quittant le club, Ye Qiu n’avait rien planifié. Il était depuis longtemps tombé dans une certaine routine et, il n’avait pas encore totalement réalisé ce que ce changement soudain apporterait à son quotidien. Il voulait continuer à marcher jusqu’à éclaircir ses pensées.

Qui se serait attendu à ce que la météo ne lui laisse même pas ce maigre luxe ? À cet instant, la neige se mit à tomber et de plus en plus fortement à mesure que le temps passait. Des flocons tombaient rapidement, trempant ses épaules. De la glace se formait sur sa tête. S’il ne trouvait pas un refuge rapidement, il pourrait attraper froid, voire, dans le pire des cas, en mourir.

Ye Qiu regarda donc autour de lui et vit un cybercafé le long de la route. Les lumières étaient toujours allumées malgré l’heure tardive, il y fonça d’une traite. Le cybercafé était agréable et chauffé. Ye Qiu y entra vivement et secoua les flocons posés sur son manteau avant de se diriger vers l’accueil.

« Zone 3 numéro 47. »

La jeune femme à la réception l’informa alors de l’emplacement d‘un ordinateur libre. Elle lui tendit rapidement une carte pour allumer le pc mais s’aperçut qu’il était déjà parti. La jeune femme ne s’en offusqua pas. Ce genre de choses arrivait évidement assez souvent. Elle posa silencieusement la carte de côté sachant bien qu’il reviendrait pour la prendre.

Zone 3 numéro 47, Ye Qiu suivit les indications. Ce cybercafé était assez grand. Il y avait de nombreux ordinateurs et même un deuxième étage. Zone 3… …Ye Qiu lut le numéro de la zone sur les écriteaux au plafond. Il vit qu’il n’avait pas besoin de se rendre jusqu’au second étage. Après avoir compté jusqu’au numéro 47 il leva un sourcil. Ce poste était déjà pris par une femme, qui jouait d’ailleurs à Glory. Et qui, en plus de cela, était en plein duel d’arène. Ses mouvements brusques faisaient que sa queue de cheval virevoltait de droite à gauche.

En regardant son écran, Ye Qiu vit qu’elle jouait un artilleur, il en pâlit. Il avait presque cru en voyant les cheveux et le personnage que Su Mucheng était assise ici. Mais il réalisa rapidement que ce n’était pas elle. Su Mucheng était toujours sereine et gentille. Même durant une intense confrontation joueur contre joueur, elle souriait toujours. Il se rappelait de l’avoir parfois regardé sourire alors qu’elle réduisait en morceaux son adversaire. Et lorsqu’elle s’excusait poliment par la suite, inexplicablement, il ne pouvait s’empêcher de trembler un peu.

Cette autre fille possédait aussi une apparence délicate et belle, mais elle fulminait de rage et martelait son clavier sans retenue, faisant penser que son apparente douceur n’était qu’une façade.

‘Son aura meurtrière fait peur. Seulement elle n’est pas très forte… …’

Ye Qiu voyait clairement l’écran. Il pouvait voir que la fille était sur le point de mourir. Comme attendu, son adversaire sauta sur l’opportunité dès qu’elle commit une erreur. Et, en deux coups, le peu de vie qu’il lui restait chuta instantanément.

« FAIT CH*ER ! »

Ye Qiu entendit la fille rugir de rage. Elle frappa le clavier et ferma directement le jeu.

Ye Qiu hésitait. Il se demandait s’il voulait toujours de ce poste ou non. La fille avait déjà tourné sa tête avant de lancer un regard tranchant à un Ye Qiu hésitant. Elle se leva furieusement et demanda :

« Ordinateur ? »

Ye Qiu hocha la tête, sans rien dire.

« Alors vas-y ! »

La fille s’en allait déjà. Ye Qiu secoua la tête devant l’impatience des joueurs ordinaires et s’assit finalement.

Chen Guo était déprimée, vraiment déprimée. Elle venait juste de participer à 52 duels à la suite dans l’Arène, mais elle n’avait pas réussi à en gagner un seul. Elle ne voulait pas croire que c’était bien réel. Chen Guo frotta sa carte de compte « Chasing Haze » dans sa poche. Son compte n’était pas si mauvais. Parmi les joueurs ordinaires, son compte pouvait même être considéré comme plutôt fort et son habilité n’était pas mauvaise. Elle jouait à Glory depuis cinq ans. Le compte de son adversaire n’était pas aussi bon que le sien, mais elle n’avait tout de même pas réussi à gagner une seule fois contre lui lors de leurs 52 précédentes confrontations.

« C’était un puissant expert, en conclut Chen Guo.

— Chef, tu ne t’es pas encore déconnectée. Comment se fait-il que cette personne soit en train de jouer ? »

Chen Guo pensait tout en marchant, quand une voix l’interrompit soudainement. Chen Guo tourna la tête et regarda dans la direction du poste qu’elle venait de quitter. Sur l’ordinateur voisin un client régulier du cybercafé tendais le cou pour observer celui qu’elle venait de quitter.

C’est mauvais ! Le cœur de Chen Guo faillit s’arrêter tandis qu’elle faisait demi-tour au pas de course. Du fait de la popularité de Glory, les appareils de connexion de Glory étaient devenus des accessoires standards d’ordinateur indispensables pour les cybercafés. Les cartes de comptes avaient seulement besoin d’être insérées dans les appareils lors de la connexion, donc dans ce genre d’espace public, tout le monde retirait sa carte après l’avoir utilisé.

Chaque carte était associée à seulement un compte. La perte de ladite carte pouvait être signalée, donc le vol était quasi-inexistant. Mais dans ce type d’espace de jeu public, il était fréquent que des personnes oublient de se déconnecter et finissent par avoir leur argent et leurs équipements pillés. Chen Guo était extrêmement frustrée après 52 défaites consécutives et elle n’avait pas fait attention. Elle ne s’était pas déconnectée, et s’était à la place dirigée vers son bureau avant de se rendre compte de son malheureux oubli.

Chen Guo se précipita rapidement, furieuse, vers le poste qu’elle venait de quitter. Ce type jouait vraiment avec son compte… Il ne semblait toutefois pas qu’il essayait de voler ses équipements, il était en fait en plein duel dans l’Arène.

Chen Guo n’eut pas le temps de hurler de rage, qu’un unique et large mot apparut sur l’écran…

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top