skip to Main Content
Menu

TSW – Tempest of the Stellar War – Volume 5 – Chapitre 11

Traducteur Français : Hellteach
Éditrice :
Checkeur :

TSW - Volume 5 - Chapitre 11 - Huiyin, la Loli Espiègle

Dans l’énorme salle de réunion, Wang Zheng ne pouvait s’empêcher de rire en voyant à quel point Ye Zisu était nerveuse.

« Non mais regarde-toi avec ton rire diabolique. As-tu encore quelque idée ‘brillante’ en train de mijoter ? »

Wang Zheng agita la main innocemment. « Non, c’est juste que je ne t’ai jamais vue aussi nerveuse. Est-il nécessaire d’avoir une réaction aussi forte ? »

« J’adore la voix angélique de Huiyin ! Il est plus facile de s’endormir en écoutant ses chansons. »

« D’après moi, la seule chanson qui ait un peu de style, c’est ‘Not Afraid’. Les autres ressemblent à des berceuses. Les capacités de cette petite fille sont limitées. »

Wang Zheng se mit à rire. Il avait entendu un certain nombre des chansons de Lin Huiyin. Sa voix était en effet captivante, mais ce n’était pas quelque chose qu’il écouterait en boucle. Elles ne contenaient aucune histoire.

« Attention ! Ses fans vont t’écorcher vif ! »

« Waouh, aussi cruels que ça ? » Wang Zheng la regarda avec des yeux pitoyables.

« Pas nécessairement aussi cruels que ça. Mais parler dans le dos de quelqu’un, ça, je m’en souviendrai. »

Une voix fraîche et claire retentit de l’entrée. L’étudiant Wang se figea.

Une fille à l’air impertinent apparut à la porte. En vêtements décontractés, avec des long cheveux blonds ondulés, elle avait l’air d’une adorable, exquise poupée. Wang Zheng n’avait jamais vu une peau si souple auparavant. Elle avait un air de fraîcheur dans la manière dont elle regardait les autres. Ses grands yeux clairs lui firent un clin d’œil de manière adorable. Il était impossible que personne ne l’aime.

Angela fronça les sourcils. Comment osait-il dire quelque chose comme ça ? S’ils étaient ailleurs, elle lui aurait fait la leçon. Comment osait-il dire du mal de Lin Huiyin ?

Wang Zheng s’en moquait éperdument. Il avait espéré que Lin Huiyin le chasserait. Mais quel dommage, cette fille ne revint plus sur le sujet.

« Mademoiselle Lin, pourrais-je savoir ce qui vous intéresse ? Nous vous amènerons n’importe où vous désirez aller. » Elle était encore mieux en personne qu’à la TV ! Elle était absolument adorable, et Zisu avait envie de la serrer contre elle.

Un doux sourire passa rapidement sur les lèvres de Lin Huiyin. « Sœur Zisu, m’appeler juste Huiyin conviendra. Tout ce que vous faites m’intéresse. Ce que vous faites normalement, j’essaierai ! »

Sœur Zisu… Le cœur de Ye Zisu se mit à fondre. Elle attrapa Lin Huiyin par la main et commença à bavarder sans cesse avec elle.

Wang Zheng se frotta le nez. Soupir… Il avait toujours eu l’impression que Ye Zisu était rationnelle et calme. Quant on pensait qu’elle avait été confondue si facilement ! Rien que de se faire appeler ‘sœur’ l’avait complètement convaincue.

La femme qui l’escortait le regarda avec hostilité. Wang Zheng ne les rejoignit pas. Il attendit calmement. Il n’avait rien à faire dans leur discussion de filles. Cependant, en se souvenant des ‘menaces’ de la part des bêtes dans sa suite, il ne pouvait que poursuivre.

Les deux filles pouffaient tout en bavardant, jetant occasionnellement un coup d’œil à Wang Zheng. Il n’était pas très sûr de ce que Ye Zisu avait dit, mais cela avait fait rire Lin Huiyin sans arrêt. Les hommes tout autant que les femmes ne pouvaient pas résister aux pouvoirs d’une adorable petite fille, sans parler du fait que Lin Huiyin était l’idole de Ye Zisu. Wang Zheng pouvait seulement s’imaginer être liquidé d’un moment à l’autre.

« Angela, je sors avec Sœur Zisu pendant un moment. Ne nous suivez pas. »

« Mademoiselle, votre sécurité est de ma responsabilité. » répondit Angela, dévisageant Wang Zheng comme s’il était un ennemi.

Il semblait que cette femme lui gardait rancune. Wang Zheng était ciblé pour rien.

« Pas d’inquiétude, je suis venue préparée. »

Elle attacha ses cheveux et chaussa une énorme paire de lunettes de soleil qui couvrait la moitié de son visage. Coiffée d’une casquette, personne ne pourrait la reconnaître maintenant.

Angela secoua la tête avec insistance. « Je vous suivrai de loin. »

Lin Huiyin ne put qu’accepter. Tous les trois se faufilèrent par la porte de derrière. Il y avait un grand groupe de journalistes qui attendait à l’avant.

Lin Huiyin était ravie d’être dehors. Elle pouvait enfin se détendre sur Terre malgré sa célébrité. C’était différent d’Aslan, où les gens la fixaient du regard où qu’elle aille. Il lui était difficile d’avoir ne serait-ce qu’une bouffée d’air frais.

« Wang Zheng, mes chansons sont-elles horribles ? » demanda Lin Huiyin, d’un ton très sérieux.

Wang Zheng fut pris par surprise. Une mignonne petite fille, et pourtant si sérieuse. « Ce n’est pas qu’elles ne soient pas bien, mais personnellement, je préfère des chansons avec une histoire. Comme ‘Not Afraid’ ! Cette chanson est drôlement bonne. »

Wang Zheng avait laissé échapper ses paroles avant que Ye Zisu ne puisse le stopper. Il n’avait pas peur de l’offenser, de toute manière. Ça serait encore mieux si elle lui demandait de partir.

« Huiyin, ne l’écoute pas. Wang Zheng n’a aucun talent musical. C’est juste un barbare amoureux de la guerre. Qu’est-ce qui t’intéresserait de voir ? »

« Plein de choses ! Je veux savoir à quoi jouent les étudiants universitaire sur Terre. J’ai entendu dire que vous aimiez jouer au basketball et au baseball aussi ? » demanda Lin Huiyin avec curiosité.

Wang Zheng et Ye Zisu s’entre-regardèrent. Qu’est-ce que cela signifiait ? Ils aimaient ‘aussi’ y jouer ? Ces sports étaient originaires de la Terre.

« Est-ce que je peux voir ça ? »

« Bien sûr ! » Ye Zisu accepta naturellement toutes ses requêtes. Qui plus est, Huiyin était juste comme une adorable petite sœur, peu importe de quelle manière on la regardait. Elle était bien plus agréable que ces célébrités arrogantes.

Wang Zheng et Ye Zisu ne l’emmenèrent pas à leur propre école. C’était trop flagrant. Non loin d’Ares se trouvait l’Université de Pékin, l’une des meilleures universités sur Terre. Ce n’était pas une école militaire, bien entendu.

En termes de taille, l’Université de Pékin faisait cinq fois celle de l’Ares College. Ye Zisu connaissait bien cet endroit ; elle y était allée souvent par le passé apparemment. Wang Zheng en avait des sueurs. Il ne connaissait même pas cet endroit. Quand on pensait qu’il était originaire de Pékin !

Ils ne prirent pas un taxi, ils prirent le train urbain. Huiyin avait vivement demandé de procéder de la sorte de manière à ce que personne ne puisse même rêver de s’incruster.

Wang Zheng n’aurait jamais pensé que le Skylink de Ye Zisu comportait une carte de transport. Compte tenu de son milieu, il pensait qu’elle n’avait jamais pris le train urbain.

Wang Zheng la fixa du regard. Ye Zisu fit un large sourire. « Quoi, je ne peux pas prendre le train urbain ? »

L’étudiant Wang était embarrassé. « Ce n’est rien. Je pensais seulement que tu ne l’avais jamais pris. »

« Tu dois parler de Yue Jing. Vraiment, apprendre à connaître quelqu’un ne se fait pas uniquement en fonction de ce à quoi il ressemble ! » dit Ye Zisu, semblant sous-entendre quelque chose d’autre.

Soudainement, Lin Huiyin attrapa le bras de Ye Zisu. « Sœur Zisu, ce haut bâtiment a l’air si chouette ! Est-ce qu’il produit des Mechas ? »

Un énorme ‘OMG’ était écrit en haut du bâtiment.

Ye Zisu sourit. « Oui ma chère. Est-ce que les Mechas t’intéressent aussi ? »

« Pas par le passé. J’ai vu récemment une vidéo d’un Skeleton bizarre qui combattait. Ça semblait drôle. » répondit Huiyin.

Wang Zheng se frotta le nez. Ce ‘Skeleton bizarre’ ? Il n’y avait personne d’autre aussi sérieux que lui.

« Skeleton est un personnage populaire sur Terre. Beaucoup de personnes regardent ses combats en direct. On dit qu’il y près de 2 millions de VIP maintenant. » Ye Zisu l’aimait beaucoup aussi. Les filles dans son dortoir se battaient pour voir quasiment chaque match. De plus, sa famille produisait et réparait les Mechas !

Lin Huiyin regarda Wang Zheng, en souriant à moitié. L’étudiant Wang sentit de l’air froid souffler contre son cou. Cette fille avait un regard étrange.

À la gare de l’Université de Pékin. On disait que les portes de l’école avaient été conçues et construites avec soin. L’entrée principale de l’Université de Pékin pouvait définitivement être décrite comme grande, généreuse, et élégante. Ayant subi de nombreux travaux de maintenance, c’était un symbole de l’Université. Les étranger étaient voués à être stupéfiés à sa vue.

La foule commençait à arriver à  l’école. De plus, une université intégrée comme celle-ci avait une population composée de 70 %  de filles. On disait que le ratio de jolies filles était plus grand ici, également. Pour citer les paroles d’un sénior d’Arès, ‘étudier à l’Ares College, flirter à l’Université de Pékin’. Les filles à l’Université de Pékin avaient un petit faible pour les garçons d’Ares. Les deux établissements avaient une histoire longue et complexe. On disait qu’un Mouvement de Protection de la Beauté fut une fois créé par l’Université de Pékin, et ils firent une manifestation à Ares, protestant contre les actes immoraux d’Ares de flirts trans-territoriaux. Bien entendu, ce fut quasiment inutile.

« J’ai failli venir ici à l’école. » dit Ye Zisu. Personnellement, Ye Zisu aurait dû être plus encline à faire partie de l’Université de Pékin et non de l’Ares College, ou la guerre et les questions militaires remplissaient même l’air. De plus, en considérant l’aspect de gestion des affaires, l’Université de Pékin aurait été une option plus adaptée pour elle.

« Pourquoi ? Es-tu allée à Ares à cause d’un garçon que tu aimais, Sœur Zisu ? » demanda Lin Huiyin sans crier gare.

Ye Zisu rougit. Ses secrets étaient exposés. « Nan, c’est juste que j’aime les Mechas. »

Lin Huiyin était de quelques années plus jeune que les deux et plus petite d’une demi-tête. Le trio avait plus l’air d’une sœur et d’un frère qui faisaient faire une visite de l’Université à leur petite sœur.

Le long du chemin, Ye Zisu fit tourner pas mal de têtes. Même à l’Université de Pékin, ou il y avait une multitude de jolies filles, Ye Zisu était toujours une beauté exceptionnelle. Qui plus est, elle avait fait un effort supplémentaire dans son apparence. Elle se devait d’être correctement vêtue pour sa rencontre avec Lin Huiyin.

À l’Ares College, il y avait beaucoup de terrains d’entraînement. À l’Université de Pékin, cependant, l’ambiance était plus juvénile et ressemblait plus à celle d’un campus. Les gens allaient et venaient par paires. C’était la saison des amours. Les allées de l’école étaient jalonnées de références culturelles, et c’était quelque chose avec laquelle Ares ne pourrait jamais rivaliser. Le campus était grand, à l’écart de l’extravagante porte principale.

Sur les pistes, un nombre d’étudiants mâles transpiraient. Les filles les regardaient et les encourageaient.

Au lanceur de balles de baseball, il y avait des hommes et des femmes qui tapaient dans les balles. Un type mielleux venait juste de frapper un home-run. Des vagues de cris s’en suivirent.

Le type fit un signe de la main, et les cris se firent encore plus aigus. Lorsqu’il jeta un œil alentour et les aperçut, il se dirigea immédiatement vers eux.

Wang Zheng eut un sourire amer. Sympa de tomber sur quelqu’un qu’ils connaissaient ici.

Zhao Lingfeng, M. Populaire du Lycée de Daybreak. Autrefois à Daybreak, Zhao Lingfeng était même encore plus connu et populaire que ne l’était Wang Zheng à Ares maintenant. Yan Xiaosu avait dit à Wang Zheng plus d’une fois à quel point ce serait génial s’il pouvait devenir comme Zhao Lingfeng.

1m89. 80 kg. Polyvalent. Notes excellentes. Entré à l’Université de Beijing comme étudiant d’élite des cours non militaires de Pékin. Quotient Intellectuel et Quotient Éducatif élevés.

À en juger par la situation actuelle, avoir réussi à entrer l’Université de Pékin, où il y avait des tigres tapis et des dragons cachés, Zhao Lingfeng recevait encore beaucoup d’attention.

« Zisu ! Ça faisait longtemps ! Tu t’es finalement souvenu d’un vieil ami ? » Zhao Lingfeng sourit, ses dent nettes et blanches étincelantes. Yan Xiaosu avait même rêvé de lui en arracher quelques unes.

Soupir… Veuillez pardonner l’étudiant Yan pour ses pensées démoniaques, s’il vous plaît.

Ye Zisu ne s’attendait pas à le voir ici non plus. « Lingfeng, tu es toujours aussi glamour. Il semble que tu aies ensorcelé un bon nombre de filles ici à l’Université de Beijing ! »

Zhao Lingfeng eut un large sourire. « Elles ne t’arrivent pas à la cheville. C’est … ? »

Zhao Lingfeng regarda Wang Zheng d’un air ahuri.

« N’êtes-vous pas des camarades de classe ? » demanda soudainement Lin Huiyin.

Ce ne fut qu’à cet instant que Zhao Lingfeng remarqua Lin Huiyin. La fille portait sa casquette bien enfoncée, et on ne pouvait voir que la moitié de son visage, mais elle avait l’air plutôt mignonne.

« Wang Zheng. Il n’est pas dans ma classe, mais nous sommes de la même promotion. Lui et moi sommes tous les deux à l’Ares College. »

Ye Zisu jeta un regard à Wang Zheng. Il était à peine différent de l’homme invisible qu’il était autrefois au lycée.

Cet article comporte 11 commentaires
  1. merci pour le chapitre
    j’adore l’image pour présenter le chapitre 🙂

    je me demande quand lin huiyin va dire a wang zheng qu’elle est la cousine de aina 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
error: Contenu protégé
Back To Top