skip to Main Content
Menu

TSW – Tempest of the Stellar War – Volume 4 – Chapitre 18

Traducteur Français : Hellteach
Éditrice :
Checkeur :

TSW - Volume 4 – Chapitre 18 – Je Suis Skeleton

« Où pourrions-nous trouver un gérant à cette heure ? Ce grand frère doit utiliser les toilettes maintenant ! Je ne peux pas me retenir plus longtemps ! » Zhang Shan fixait Yao Ailun.

L’intérieur de la chambre du dortoir était dans un état de confusion. Comme les tenues de la veille au soir ne pouvaient certainement pas être encore portées, Wang Zheng trouva à la hâte un ensemble de vêtements de sport pour qu’Aina puisse les enfiler.

« Cessez de hurler si tôt dans la matinée, j’étais juste en train de dormir là.» Wang Zheng haussa la voix pour crier.

« Dépêche-toi, faut vraiment que j’y aille maintenant ! »

« J’arrive, pourquoi crier autant ? Il faut encore que je mette mes vêtements correctement. »

Wang Zheng ouvrit la porte, et Zhang Shan se rua vers la salle de bain pendant que Chen Xiu et Yao Ailun tombèrent sur le lit en se tenant l’un l’autre.

« Plus jamais je ne boirai autant. Est-ce que c’est moi où est-ce que le sol est devenu le plafond ? » Chen Xiu secoua la tête. « Grand Frère Ailun, tu m’écrases. »

Wang Zheng empêcha rapidement que ces deux-là ne remarquent qu’Aina sortait en courant à toute vitesse, tous les deux montrant leur pouce en l’air pour signaler que l’opération était un succès.

En fermant la porte derrière lui, Wang Zheng escorta Aina hors du dortoir des garçons. Pendant tout ce temps, Aina avait le visage rouge comme une tomate.

Ils avaient très certainement trop bu hier. Comment pourraient-ils être aussi courageux sinon ?

Même si rien ne s’était vraiment passé, la nuit dernière avait été un avancement significatif dans leur relation. Plus important, Aina était maintenant certaine que Wang Zheng était celui qu’elle avait attendu toute sa vie.

Sans rien dire d’autre, Aina prit l’initiative de donner à Wang Zheng un baiser matinal.

En regardant la silhouette d’Aina s’éloigner, Wang Zheng eut un sourire sans joie. Même s’il essayait, il ne serait certainement pas capable de dormir, donc pourquoi ne pas aller s’entraîner un peu avant. Bien que dans le futur, il ne pourrait certainement pas continuer un style de vie aussi déréglé !

Après que Wang Zheng ait couru un tour autour du périmètre du dortoir, il était déjà 6 heures du matin, et il avait l’intention de prendre une douche en premier avant de s’entraîner un peu plus.

En ouvrant la porte du dortoir, Wang Zheng eut un choc, alors que trois personnes l’attendaient derrière la porte en embuscade.

Il fut retenu par Zhang Shan au moment où il entra dans la pièce. « Assied-toi ! »

Dans le centre de la pièce, il y avait un petit outil.

En touchant ses lunettes, Yao Ailun, dont le visage ne montrait aucun signe d’ivresse, le gronda : « Nous avons toujours pratiqué et soutenu les valeurs démocratiques. Confesse en détail si tu veux de l’indulgence, résiste et tu risques une sévère punition. Étudiant Wang, es-tu d’accord ? »

« Tous les trois, vous devez encore être ivres. Dites ce que vous avez à dire, je vais partir m’entraîner. » Wang Zheng saisit l’opportunité pour vérifier la penderie où la robe du soir d’Aina avait été rangée. Il semblait que personne ne l’avait vue.

« Grand frère Zheng, nous ne pourrions pas être plus sobres. » dit Chen Xiu.

« Petit Xiu, épargne tes paroles. Laisse-nous essayer plutôt. » le persuada Zhang Shan. « Wang Zheng, heu, en tant que camarade d’armes, nous devons partager nos percées. Confesse en détail ce que tu as fait la nuit dernière. »

Wang Zheng joua à  l’idiot. « J’ai dormi toute la nuit. »

À ce moment-là, ne pas feindre l’ignorance serait vraiment une folie.

« Pfff, tu veux encore nous tromper ? Cette chambre embaume le parfum d’une femme. Ne me dis pas que c’est le tien. »

« Tousse, tousse. Il est possible que j’en ai eu un peu sur moi pendant que je dansais la nuit dernière. »

« Je savais bien que tu ne dirais pas la vérité. Comment une si petite quantité de parfum pourrait persister aussi longtemps ? Et comment vas-tu expliquer cela ? Une boucle d’oreille aussi attirante, à qui donc pourrait-elle bien appartenir ? »

Yao Ailun tenait une boucle d’oreille en forme de larme dans ses mains.

Zut, Aina a dû la faire tomber accidentellement.

Wang Zheng la prit. « Oh, peut-être qu’elle s’est accidentellement accrochée à moi la nuit dernière. »

« Sale gamin, tu es vraiment obstiné dans ton argumentation. Ce n’est pas comme si tu allais tomber raide mort si tu nous faisais juste plaisir, à nous tes trois frères. C’est Wang Shishi, n’est-ce pas ? Ne le nies pas, je n’ai jamais vu une fille plus belle qu’elle. Je me demande comment cela se fait qu’elle en pince pour toi ! »

Zhang Shan saisit Wang Zheng par le cou, en parlant avec excitation.

« Oui, cette Grande Sœur Shishi est trop mystique. Elle ne vit pas sur le campus, et nous n’avons pas l’habitude de la voir. » dit Chen Xiu.

« Pas seulement ça, avez-vous vu cette boucle d’oreille les gars ? Je viens juste de vérifier, c’est une pièce fabriquée en édition limitée dans la Fédération de la Voie Lactée, et il n’y en a eu que trois pièces fabriquées. Elle est faite de cristal de glace extrait de la Terracotta Star, et chaque paire vaut 13 millions ! » dit Yao Ailun avec excitation. Il était en gros une encyclopédie sur pattes ; pas étonnant qu’il pouvait être surnommé ‘Celui-Qui-Connaît-Tout’,  le ‘Dieu-Ailun-Capable-De-Tout’ !

Zhang Shan et Chen Xiu inspirèrent profondément. « Quoi ? Quelque chose d’aussi petit a autant de valeur ? »

« Ne soyez pas aussi incultes, c’est quelque chose que seuls les riches peuvent se procurer ! » Yao Ailun roula des yeux.

Wang Zheng retourna la boucle d’oreille dans ses mains. « Comment ce petit accessoire pourrait-il avoir autant de valeur ? Peut-être que c’est une imitation. Haha, vous les gamins, vous êtes devenus si bouleversés par une si petite chose. »

« Étudiant Wang Zheng, pourrais-je te demander de bien vouloir souffler sur cette boucle d’oreille. » dit Yao Ailun. « Vraiment, souffle plus fort. »

Wang Zheng était aussi plutôt curieux, donc il souffla sur la boucle d’oreille. Contre toute attente, un arc-en-ciel apparut autour de la boucle d’oreille.

« Bien joué. Je ne m’attendais pas à ce qu’elle soit authentique. Je n’avais que vaguement entendu auparavant que les vrais cristaux de glace formeraient un arc-en-ciel lorsque de la vapeur d’eau leur est soufflée dessus. »

Yao Ailun le fixa bêtement.

« Grand frère, tu es mon idole, ne me dis pas que la nuit dernière tu as vraiment… ? »

Les trois fixèrent Wang Zheng avec stupeur. Ayant le sentiment que rester plus longtemps ne ferait que détruire le semblant d’innocence qu’il avait à leurs yeux, il attrapa son sac, en disant : « Je dois y aller, vous trois continuez à parler entre vous. Ne vous faites pas d’idées, il ne s’est rien passé ! »

« Aie, ce que tu fais là, c’est pas bien ! »

« C’est anti-scientifique ! »

« Pourquoi n’ai-je pas grandi plus tôt ! »

Des gémissements étranges émanaient du dortoir 007, qui ressemblaient presque à des hurlements affamés de loups insatisfaits.

 

Wang Zheng poursuivit son chemin jusqu’au centre de fitness du Club de MMA, seulement pour découvrir que quelques personnes étaient arrivées avant lui.

Meng Tian était juste en train de terminer un enchaînement de coups de pieds lorsqu’elle s’aperçut de l’arrivée de Wang Zheng, et s’arrêta pour essuyer sa transpiration.

« Tu n’as pas dormi la nuit dernière ? » demanda Wang Zheng.

Meng Tian regarda Wang Zheng. « Je suis allée me coucher à l’heure. J’ai commencé ma séance d’entraînement matinal à l’heure également. Je pense que celui qui n’a pas dormi la nuit dernière, ce devrait être toi. Pas étonnant que l’on dise que lorsque la beauté vous appelle, les hommes se complaisent dans le plaisir et oublient leur discipline. »

« Tousse, tousse. Désolé de ne pas avoir pu t’être d’une grande aide la nuit dernière, je… »

« Pas de problème, en fait tu m’as bien assisté. J’ai parlé à Lear et lui ai dit que tu me plaisais. Finalement, il a fini par cesser de m’importuner. C’est dommage pour toi toutefois, puisque tes jours vont devenir difficile à partir de maintenant. »

Meng Tian lui fit un clin d’œil rusé.

Une perle de sueur roula sur le front de Wang  Zheng.

« Sois prudent, d’accord ? Lear est très fort, et même maintenant, il n’y a personne qu’il n’ait été capable de battre. »

Wang Zheng eut un rictus. « J’adore un bon défi. Cependant, s’il ne peut pas gagner contre moi, ne reviendra-t-il pas te déranger ? »

Meng Tian était sidérée. Cette personne est vraiment…

« Redis ça une fois que tu auras gagné. Tu es arrivé au bon moment. Entraîne-toi avec moi pendant un instant. »

« Certainement ! »

Wang Zheng enfila les protections. Tête d’os disait souvent : « Les vrais experts sont capables de prendre des coups ! »

 

Par contraste, la situation était complètement différente pour Aina qui venait juste de rentrer à l’hôtel Shangri La.

Un grand groupe de gardes du corps montaient la garde alors que le Premier Ministre Kashaven Lin Aslan apparaissait sur un écran.

« Aina, puisque tu as violé les règles concernant les sorties, tes vacances vont se terminer ici et maintenant. »

Les gardes du corps tout autour baissaient la tête de honte. Ils n’avaient pas eu d’autre choix en la matière puisque les actions de la princesse devaient être rapportées. Spécialement puisqu’elle avait ôté son Skylink la nuit dernière, la situation avait vraiment pris la tournure d’un énorme problème.

En tant que le symbole le plus noble d’Aslan, la Princesse Aina devait rester parfaitement chaste et sans défaut.

« Mais ma Tante, Huiyin va bientôt arriver sur Terre. Ne pourrais-je pas juste rentrer avec elle ? »

Aina agissait comme une enfant gâtée devant sa tante. Bien qu’elle ait anticipé qu’un jour comme celui-ci arriverait certainement, elle ne s’attendait pas à ce que ce jour arrive aussi tôt.

Kashaven soupira. « Aina, la situation courante dans l’Empire est extrêmement délicate, et toi, en tant que princesse, tu dois être ici. Cela a été décidé par la famille royale. J’ai déjà fait de mon mieux pour te couvrir, et tu devrais savoir que si les informations sur ce qu’il s’est passé la nuit dernière se propageaient, d’autres personnes prendraient des mesures plus drastiques, et même moi je serai incapable de t’aider en te couvrant. »

Aina réfléchit, et hocha la tête silencieusement. « Premier Ministre Kashaven, je comprends. »

« Princesse, votre altesse, vous… devez assumer la gloire de l’Empire Aslan ! »

Kashaven exhortait Aina. En tant que femme, et en tant que le Premier Ministre au Poing de Fer, elle comprenait les sentiments d’Aina, car une situation similaire lui était arrivée auparavant. Le temps nettoierait tout. C’était la cruelle réalité pour une princesse. »

« Je souhaiterais juste être née comme une personne normale ! »

« Aina, ignorer tes responsabilités et les refiler aux autres, ce n’est pas bien. Si tu veux être la maîtresse de ta destinée, deviens plus forte. Empoigne l’Empire dans tes mains ! »

Kashaven encourageait Aina. Elle ne savait pas à quel point Aina serait capable dans le futur, mais puisqu’elle voulait résister à son destin, pourquoi ne pas lui montrer le bon chemin ? Cela dit, une fois encore, personne n’avait jamais réussi sur ce chemin.

 

Wang Zheng était assis tranquillement dans la classe. Cela faisait un jour entier qu’Aina avait cessé d’être présente en cours.

Même Aina l’avait dit une fois elle-même, lorsqu’elle partira, ce sera tranquillement et discrètement.

Il regarda par la fenêtre. Même si les choses avaient progressé en douceur auparavant, devrait-il se sentir découragé ?

‘Découragé’ n’était pas un mot qui existait dans le dictionnaire de Wang Zheng.

Est-ce que devenir un super soldat était son but ultime ?

Par le passé, devenir un Super Soldat, était en soi sa motivation et son but. Pourtant maintenant, il avait une vraie cible.

Pendant les premiers jours du départ d’Aina, Wang zheng s’immergea uniquement dans sa présence en cours et son entraînement. Il avait besoin de temps pour s’adapter à tous les changements autour de lui.

Yan Xiaosu semblait avoir réalisé une particularité à propos de l’état d’esprit actuel de Wang Zheng. Parfois, des situations comme celle-ci apparaissaient dans la vie. En tant que frère, Yan Xiaosu croyait qu’il valait mieux finir les choses au plus tôt, car il fallait bien se réveiller de son rêve, et attendre plus longtemps ne ferait qu’apporter plus de douleur.

Donc, il accompagnait Wang Zheng chaque jour. Lorsque Wang Zheng était présent en cours, lui aussi se glissait dans les cours du Département de Physique. Bien entendu, il ne comprenait rien du tout.

Lorsque Wang Zheng s’entraînait, il apportait une serviette et une bouteille d’eau, et s’accroupissait sur le côté.

Yan Xiaosu n’avait pas besoin de mots pour comprendre les sentiments de Wang Zheng, et il n’avait pas besoin de perdre son temps à parler.

« Yan Xiaosu, mais que faisais-tu donc ces deux derniers jours ? Viens me voir, vite ! »

An Mei était un peu ennuyée, car le voir disparaître soudainement pendant trois jours, ce n’était pas quelque chose à laquelle elle s’habituait.

« Mei Mei, j’ai des trucs à terminer ici, donne-moi encore un peu de temps. » dit Yan Xiaosu.

Le problème de Wang Zheng ne pouvait certainement pas être connu de tous. Même s’il aimait faire des ragots, ce n’était pas comme si Yan Xiaosu était incapable de contrôler sa bouche.

« Tyran Su, tu es vraiment audacieux, hein ? Sois tu rappliques ici pour moi, ou tu me donnes une bonne explication. Autrement, c’est fini entre nous ! »

An Mei était enragée. Ce salopard était d’habitude si timide et si obéissant, et maintenant il semblait avoir gagné des compétences puisqu’il osait lui parler de cette manière.

« Ne sois pas si prolixe, je raccroche, ce tyran t’adore ! »

Après avoir terminé son appel et éteint son Skylink, Wang Zheng avait déjà terminé son entraînement.

Wang Zheng ricana. « Je suis juste en train de m’entraîner. Pourquoi te disputer avec Mei Mei à cause de moi ? Tu devrais y aller et te réconcilier avec elle. »

« Bon sang, je ne l’ai pas déjà dit ? Les femmes sont comme les vêtements, mais les bon frères valent la peine de passer toute la vie ensemble ! »

Yan Xiaosu tapota sa poitrine. Bien que Tyran Su soit typiquement une personne aimable, lorsque sa limite était franchie, il devenait plus décisif que n’importe qui.

Dans le dortoir des filles, An Mei était stupéfaite. Jamais, même dans ses rêves, elle n’aurait pensé que Yan Xiaosu aurait osé lui raccrocher au nez.

Seule, Ye Zisu semblait avoir deviné quelque chose. « Mei Mei, tu as été injuste avec Yan Xiaosu. Il était très certainement avec Wang Zheng. »

« Quand bien même, qu’est-ce qui ne peut pas être dit ?! »

« Parfois, les filles ne doivent pas être trop collantes. Après tout, les hommes ont leur propre dignité et leurs limites, aussi. La personnalité de Yan Xiaosu peut déjà être considérée comme drôlement bonne. » conseilla Ye Zisu.

Elle était très au fait de la relation entre ces deux-là, et empêcher Yan Xiaosu de rester avec Wang Zheng à un tel moment était simplement quelque chose d’impossible à réaliser.

 

En sortant de la salle d’entraînement, Yan Xiaosu regarda le ciel et dit : « Tu devrais faire quelque chose ce soir, ne retourne pas étudier. Tes trois compagnons de chambre sont aussi des personnes tellement ennuyeuses. Allons boire un coup ! »

Wang Zheng secoua la tête. « J’ai plutôt envie de bouger un peu plus, peut-être même me battre pendant quelques rounds. »

Yan Xiaosu fixa Wang Zheng et le taquina. « …Ah, comme c’est étrange, il semble que tu sois devenu accro à CT récemment. Avec ton niveau, se pourrait-il que tu aies pris l’habitude de te faire opprimer ? »

Wang Zheng eut un rire impuissant. « En fait… »

Yan Xiaosu tapota le dos de Wang Zheng plusieurs fois, et le consola. « Je comprends, très bien. Ce frère va te mener ce soir. Même si je dois descendre du niveau bronze, je l’accepterai. Bon sang de bonsoir ! Tall Rich Handsome va devenir fou aujourd’hui ! »

« Je suis Skeleton ! »

« Tu es un squelette ? Pourquoi tu racontes n’importe quoi avec cette histoire débile de squelette tard le soir… Qu’est-ce que tu viens de dire ? »

En regardant Wang Zheng, les yeux de Yan Xiaosu sortirent presque de leur orbite, …Skeleton…Skeleton…

« Tu es… CE Skeleton ?! » Yan Xiaosu sursauta immédiatement à près de 50 centimètres du sol.

MON DIEU ! Personne ne pouvait être plus surpris !

Tard dans la nuit, un hurlement soudain pétrifia une paire de canards mandarins dans un petit étang…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top