skip to Main Content
Menu

SwS – Volume 1 – Chapitre 14 – Tu l’Auras Cherché

Traducteur Français : Hellteach

Checkeur : Ifryzee

Chapitre 14 - Tu l’Auras Cherché

Hmm, comment se fait-il que ça ne réponde pas ? Il est aux alentours de midi maintenant, donc ce devrait être l’heure de la pause déjeuner. Mon père et les autres sont en train de ré-agencer maintenant, et d’habitude ils prennent une pause à midi, donc il devrait pouvoir répondre au téléphone. Luo Feng regarda son téléphone dubitativement et appuya sur la fonction localisation du téléphone mobile. L’écran sur son téléphone afficha rapidement une carte de Yang Zhou City. Le petit point rouge représentait le téléphone de Luo Feng, et le petit point vert représentait celui de son père.

Ce n’est pas très loin d’où je suis.

Luo Feng prit connaissance en un instant de l’endroit où se trouvait son père, et il ne put s’empêcher de sourire. Je vais courir auprès de mon père et lui annoncer la bonne nouvelle en personne.

Luo Feng se dirigea rapidement en direction de l’endroit affiché sur la carte de son téléphone.

 

××××××

 

Dans la région de Zhi-An, le secteur des Jardins du Ciel.

« Vite, vite et déplacez ces choses et après vous pourrez prendre une pause et déjeuner. On devrait aller manger nous aussi. » Sur la pelouse de l’une des villas privées du secteur, Zhang Hao Bai, pâle et vêtu de longs pantalons blancs, pressait les travailleurs. Il y avait même trois gardes du corps aux visages froids près de lui.

« Monsieur, n’allez pas trop vite, ce meuble a beaucoup de valeur. Ne le sous-estimez pas, trouvez des personnes en plus pour travailler un peu plus dur ! » Un camion était garé près de la pelouse privée et contenait beaucoup de meubles en bois, bien emballés.

De nos jours, les meubles en bois avaient extrêmement de valeur et coûtaient très chers. C’étaient des articles de luxe que peu de gens possédait.

Parce que tous les humains vivaient dans des villes, il y avait très peu d’endroits pour planter des arbres, et la plupart des arbres étaient là pour la décoration. Bien qu’il y ait de nombreux arbres à l’extérieur de la ville, il y avait également de nombreux monstres. Le prix du bois de construction était extrêmement élevé, puisqu’il fallait combattre des monstres pour l’obtenir.

De nos jours, la plupart des meubles des gens étaient fabriqués en plastique, alors que certains de meilleure qualité étaient fabriqués en verre.

Une famille normale ne pourrait pas se permettre d’acheter des produits en bois.

« Faites attention ! »

Les travailleurs de la compagnie de réagencement descendirent avec précaution le meuble lourd du camion vers le sol. Après cela, trois des travailleurs déplaceraient précautionneusement le meuble sur la pelouse.

« Faites attention ! » Zhang Hao Bai fronça les sourcils et leur rappela : « Ce meuble est fabriqué à partir d’un vrai bois de haute qualité. Si vous le brisez, vous aurez certainement des problèmes avec votre patron. »

HU…HU…

Les trois employés déplacèrent doucement le meuble. Le meuble était très précieux et lourd, aux environs de mille kilos. Pour ces trois employés, c’était un sacré travail de le déplacer.

« Arrêtez et reposez-vous un instant. Déplacez-le dans la maison en une fois plus tard. » ordonna l’employé qui portait le meuble à l’avant.

« Vieux Luo, j’ai déjà faim après avoir fait ça. » Un employé de haute taille commença à étirer son corps.

« Après avoir déplacé ça et encore deux autres meubles, on aura terminé. Ensuite, on pourra aller manger tous ensemble. » dit Luo Hong Guo en riant pendant qu’il regardait les deux autres employés. Il essuya la sueur avec sa chemise. On était en juillet et presque à 1 h de l’après-midi, donc c’était la période la plus chaude de la journée.

Déplacer un meuble de valeur qui pesait 1000 kg  à eux trois, c’était assurément un travail difficile.

« Travaillez plus vite ! » ordonna Zhang Hao Bai impatiemment.

« Ouais. » Luo Hong Guo se pencha pour attraper le meuble. « Les gars, travaillez dur et déplaçons ce meuble à l’intérieur. »

« Attention, un, deux, trois, allez ! »

Luo Hong Guo et son groupe soulevèrent en même temps et montèrent les escaliers prudemment. Ils entrèrent rapidement dans la maison et en sortirent peu après. Lorsque Luo Hong Guo et son groupe passèrent près de Zhang Hao Bai, celui-ci fronça les sourcils après avoir senti l’odeur de transpiration qui émanait d’eux.

Les gens pauvres resteront des gens pauvres, à faire ce genre de travail astreignant. Ils auront une vie amère pour le restant de leurs jours pensa Zhang Hao Bai par devers lui.

Le père de Zhang Hao Bai était riche, donc il était né dans une famille aisée. Zhang Hao Bai avait toujours méprisé ceux au bas de l’échelle de la société. Pour lui, ceux qui voulaient faire ce genre de travail laborieux n’avaient aucun esprit de combat et méritaient de vivre des jours amers.

« Attention, ne touchez pas la grille. »

Luo Hong Guo et son groupe déplacèrent précautionneusement le meuble pas à pas. Leur chemise étaient trempée de sueur. Une gouttelette de transpiration glissait de leur tête et roulait dans leur cou.

« Reposez-vous un petit peu à l’extérieur de la maison. » Luo Hong Guo posa le meuble et ils récupérèrent leur souffle.

« Allez, un, deux, trois, on y va ! »

Même si Luo Hong Guo et son groupe étaient fatigués, ils faisaient ce travail depuis 20 à 30 ans, donc ils en avaient l’habitude. Ils connaissaient leurs limites, donc ils faisaient rarement d’erreurs.

Peu après, Luo Hong Guo et son groupe se mirent à déplacer le dernier meuble.

« Il fait vraiment chaud. » Zhang Hao Bai leva la tête et regarda vers le ciel. « Frère Wang, nous irons manger dans un restaurant pas loin d’ici plus tard. »

« Merci jeune Maître. » répondirent les trois gardes du corps en riant.

Zhang Hao Bai jeta un regard au dernier meuble que les employés transportaient et laissa échapper un reniflement. Il haïssait naturellement ce genre de paysans. Soudain, son regard atterrit sur le marbre utilisé pour le pavage. L’un des carreaux avait une craquelure, qui avait été faite accidentellement lorsqu’il avait échangé des coups avec son garde du corps quelques jours auparavant.

Hmm ? Les yeux de Zhang Hao Bai scintillèrent. J’étais un peu à court d’argent ces derniers temps, et maintenant, voilà une chance de me renflouer un peu !

À cet instant, Luo Hong Guo et son groupe étaient occupés à déplacer le troisième meuble.

Soudain —

Un téléphone mobile se mit à sonner. Luo Hong Go, qui était en train de déplacer le meuble, se réjouit intérieurement. Ce doit être Luo Feng. Cependant, comme Luo Hong Go était en train de déplacer un meuble, il ne pouvait pas répondre au téléphone. Il devrait rappeler plus tard après avoir  posé le meuble.

« Reposez-vous un peu à l’extérieur de la maison, légèrement, lentement. » Luo Hong Guo et son groupe posèrent lentement le meuble.

Luo Hong Guo sortit son téléphone mobile de sa poche. En regardant l’écran, il vit que l’appel était en effet de son fils. Il arbora un sourire et se prépara à rappeler.

« Mais quel est votre problème les gars ? »

« Hey, on vous a dit de faire attention, qu’est-ce que vous fichez les gars ? » Une voix en colère surgit.

Luo Hong Guo et son groupe tournèrent la tête de surprise et ne virent que le visage morose de Zhang Hao Bai. Zhang Hao Bai pointait du doigt de façon furieuse le marbre. « C’est comme ça que vous faites les choses ? Comme vous n’étiez pas concentrés, regardez, vous avez cassé le carrelage de ma maison. C’est du marbre de Nan-Shan, qui a été acheté en dehors de la ville. Un carreau de marbre coûte aux environs d’une centaine de milliers de dollars, pouvez-vous payer ça ? HEIN !!! »

Luo Hong Guo et son groupe baissèrent la tête et regardèrent —

En effet, sur le carrelage vers la route, l’un des carreaux de marbre avait une petite craquelure.

« Pffff, je vais appeler le patron de votre compagnie. Qu’est-ce que c’est que ça. » Zhang Hao Bai était furieux. « Frère Wang, tu as le numéro de leur compagnie, n’est-ce pas ? Appelle leur compagnie et fais venir leur patron ! Ce n’est plus la peine de parler avec ces gens. »

« J’ai le numéro de téléphone de leur compagnie ici. » Le garde du corps nommé Wang sortit immédiatement son téléphone mobile et commença à composer le numéro.

Luo Hong Guo et son groupe se connaissaient bien.

« C’est faux. » dit immédiatement le grand employé. « La craquelure sur le marbre était déjà là, je l’ai vue. »

« Vous cherchez des excuses ? Putain, pas la peine de chercher des excuses. » dit Zhang Hao Bai dans un grand rire.

Luo Hong Guo fronça les sourcils. En tant que travailleur ancien et expérimenté, il savait que ce genre de disputes étaient les plus problématiques. La compagnie valorisait hautement sa réputation d’habitude. Si leur réputation était entachée, et que la compagnie n’avait pas de preuve pour certifier que leurs employés n’étaient pas responsables de la craquelure, alors, habituellement, la compagnie ne pouvait que payer pour la perte.

Si la compagnie payait, alors l’argent serait retenu sur le salaire des trois employés responsables.

« Déplaçons d’abord le meuble et ensuite discutons-en. » dit Luo Hong Guo alors qu’il allait lever le meuble.

« Déplacer le meuble ? »

Zhang Hao Bai s’avança et poussa Luo Hong Guo, et commença à tancer les trois employés. « Ne me jouez pas de tours ! Le meuble sur le marbre est la preuve ! Vous voulez déplacer le meuble à l’intérieur et après jouer les idiots ?  J’ai vu tout le temps ce genre de tour minable. Attendez que votre patron arrive et ensuite vous pourrez parler. »

« Vieux Luo, Vieux Luo »

Les deux autres collègues vinrent aider Luo Hong Guo à se relever.

« Pas de problème. » Luo Hong Guo se brossa les épaules.

« Comment pouvez-vous pousser les gens, vous autres. »

« Nous ne sommes même pas sûrs que nous avons cassé le marbre, qu’est-ce que ça veut dire de pousser les gens ? » Les deux autres collègues lui jetèrent immédiatement un regard noir et parlaient sur un ton de colère. Ces gens qui faisaient ce genre de travail n’avaient peur de rien, s’ils étaient mis en colère, alors une bagarre pouvait arriver. Même s’ils étaient mis en prison par la police, ils ne voulaient que de l’argent et non pas leurs vies, donc même la police ne pourrait pas les gérer et les relâcherait à coup sûr.

« N’essayez pas d’argumenter avec moi ! » Les jambes de Zhang Hao Bai étaient comme deux éclairs et frappèrent les deux travailleurs au ventre.

PAN ! PAN !

Les deux collègues valdinguèrent et tombèrent au sol.

« Pfff, vous ne savez pas à qui vous parlez. » Zhang Hao Bai eut un rire froid. Sa famille Zhang dans la région Zhi-An avait un large éventail de contacts. Même s’il battait quelques travailleurs ordinaires, rien ne lui arriverait.

« Vieux Tian, Grand Singe, vous allez bien ? » Luo Hong Guo commençait à devenir nerveux aussi.

« Jeune homme, comment pouvez-vous faire ça ? » dit Luo Hong Guo avec colère.

Zhang Hao Bai fronça les sourcils après avoir senti la transpiration de Luo Hong Guo et fit un signe de la main. « Frère Wang, vous les gars, donnez-leur une leçon pour les calmer. »

« Jeune Maître, la compagnie de réagencement. » Le garde du corps nommé Wang lui donna le téléphone mobile.

« Très bien. » Zhang Hao Bai agita la main et les trois gardes du corps allèrent immédiatement frapper les trois travailleurs, pendant que Zhang Hao Bai tenait le téléphone. « Oui, je suis des Jardins du Ciel. Passez le téléphone à votre directeur Hou……. Directeur Hou, quel est le problème avec les travailleurs que vous m’avez envoyé aujourd’hui ? Ils sont négligents et ont cassé le carrelage en marbre de ma pelouse. Dépêchez-vous d’envoyer des personnes pour résoudre ça. Si vous n’y arrivez pas, n’attendez pas le moindre sou ! »

Pendant que la conversation était encore en cours —

« Stop ! » Une voix en colère parvint de l’extérieur de la pelouse.

À ce moment-là, Luo Hong Guo et ses collègues étaient dans un coin et avaient plein de marques de pieds sur tout le corps donnés par les gardes du corps.

« Hein ? » Les trois gardes du corps et Zhang Hao Bai tournèrent tous la tête.

L’ombre d’une image vola au travers de la pelouse et Zhang Hao Bai le reconnut en un instant, et il dit, rageur : « Luo Feng, tu es venu chez moi pour recevoir une correction ? »

« Va te faire foutre ! » Luo Feng vit son père : recourbé, trempé de sueur, et couvert d’empreintes de pied. Les yeux de Luo Feng devinrent immédiatement rouges. Son père avait dû endurer une vie si amère et on fronçait toujours les sourcils à sa vue. Et aujourd’hui, quelque chose comme ça venait de lui arriver.

L’un des gardes du corps qui était petit et gras se mit à rire froidement alors qu’il s’avançait.

« Putain, dégage de là !!! » cria Luo Feng, et sa jambe, comme un éclair, le frappa rudement. Le garde du corps la bloqua même avec son bras droit.

BANG !

Le gros coup de pied fit écarquiller les yeux du petit garde du corps gras. Il vola en arrière dans l’air sur cinq mètres avant de tomber sur le sol. Les deux autres gardes du corps étaient stupéfaits.

« Luo Feng, tu oses frapper mes hommes ! » cria Zhang Hao Bai en lui jetant un regard noir. « Tu l’auras cherché ! »

« Va te faire foutre !!! » hurla Luo Feng de colère alors qu’il le regardait férocement et serrait les dents.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top