skip to Main Content
Menu

SRH – Chapitre 92 – L’Opération Commence

Traducteur Français : Hellteach

Checkeur : Zhexiel

SRH -Chapitre 92 - L’Opération Commence

Le Secteur Z pouvait bien être surnommé le Triangle Noir, mais il n’était pas réellement complètement noir. Il était marqué en noir sur les cartes stellaires de l’AG simplement parce que c’était une zone non développée.

Cary regardait l’écran qui affichait le paysage extérieur et marmonna pour lui-même : « Cet endroit ne ressemble sérieusement pas à son nom. »

Comme dans les autres Secteurs, le paysage à l’extérieur du vaisseau était rempli d’étoiles scintillantes. Cependant, d’après ce qu’ils en savaient, les formes de vie dans ce Secteur étaient incroyablement dangereuses, et des anomalies magnétiques se produisaient fréquemment également.

Il y avait de petites équipes composées de personnel spécialisé sur le vaisseau mère qui étaient responsables de la reconnaissance et de l’exploration. En passant par les règles standards, ils devaient explorer au moins dix planètes lorsqu’ils atteignaient une zone non développée, ou autrement la Vanguard y perdrait la face.

Les zones extérieures du Secteur Z avaient déjà été explorées, et certaines de ces explorations avaient été effectuées par la Vanguard en personne. Cependant, aucun régiment de Hunter n’explorerait et ne calculerait les données statistiques de plus d’un nombre spécifique de planètes à chaque fois. Explorer de trop nombreuses planètes en une seule fois n’était pas conseillé. L’exploration ne signifiait pas abandonner sa vie, et c’était très bien de faire les choses selon ses capacités. Tout au moins, on se devait de connaître ses propres limites.

Après avoir grossièrement observé la carte stellaire, Shawton sélectionna un cap. Le cap entrait dans le Secteur Z selon un certain angle, mais pas trop profondément. Les étapes seraient conduites une à une.

Les résultats partiels de l’équipe d’exploration seraient transmis aux Escadrons Six B connectés au vaisseau mère en même temps.

Cary soupira à la vue des données affichées sur l’écran. C’était la troisième planète qu’ils avaient explorée après leur arrivée dans le Secteur Z. Il y avait une planète de Rang d’habitabilité C, et deux planètes de Rang D.

La soi-disant habitabilité planétaire se référait aux mesures de l’habitabilité d’une planète pour la vie humaine. Normalement, elle était divisée en quatre rangs : A, B, C et D. Le Rang A signifiait que la planète était extrêmement propice pour la vie humaine, et si une telle planète était découverte, alors l’Escadron Six grimperait immédiatement vers la célébrité et serait récompensé d’une énorme somme d’argent.

Les planètes de Rang B étaient juste bien. Les conditions de la planète ne pouvaient pas être considérées comme super, mais c’était quand même suffisant pour convenir. Mais alors que beaucoup de planètes de Rang B n’étaient pas très convenables pour la vie humaine, elles convenaient pour d’autres formes de vie. Par conséquent, beaucoup de grandes familles achetaient de telles planètes spécifiquement pour des raisons d’élevage.

Une planète classée Rang C signifiait qu’elle était impropre à la vie. Ses conditions environnementales ne permettraient pas aux êtres humains d’y vivre naturellement pendant une période de temps prolongée. Une planète classée au Rang D signifiait que la planète était extrêmement défavorable à la vie des êtres humains. Ce n’était pas un problème de temps, mais simplement que les humains ne pouvaient pas vivre du tout naturellement sur une telle planète.

Si l’habitabilité planétaire d’une planète était au Rang D, alors tout ce qu’ils avaient à faire c’était d’envoyer des équipes d’exploration pour rechercher et collecter des échantillons, enregistrer les paramètres et les coordonnées, etc. Cependant, c’était là le travail des techniciens et n’avait rien à voir avec Cary de toute manière.

Mais si l’habitabilité planétaire était au Rang C, alors ce ne serait pas juste que le travail des équipes d’exploration. Cela impliquerait aussi le déploiement d’équipes opérationnelles pour rechercher, explorer, collecter des spécimens vivants et classer l’évolution de la vie sur la planète.

Lorsque Cary entendit que l’une des planètes était de Rang C, il sauta immédiatement sur ses pieds et se prépara à attraper ses armes. Mais contrairement à ses attentes, Shawton avait au lieu de cela envoyé une autre petite équipe sur la surface pour réaliser l’opération. L’équipe ne découvrit pas grand-chose du tout sur la planète, et le niveau de l’évolution  de ses formes de vie étaient relativement bas également. Il n’y avait même pas une seule plante de niveau élevé à trouver. Toutefois, Cary était mort d’ennui et ne verrait pas d’inconvénient à faire une simple balade.

Dans son ennui, Cary jeta un œil à Dough qui roulait sur le sol avec le chat gris. Il ricana et attrapa la queue de Dough avant que celui-ci ne sente le danger, le roula en boule, et le lança contre le mur comme une balle. Il attrapa Dough quand il rebondit du mur, le lança à nouveau, et le rattrapa encore lorsqu’il rebondit.

Le chat gris se mit à tourner en rond avec les pupilles élargies quand il vit cela. Sa tête suivait la trajectoire de Dough, et il sauta juste avant que Dough ne heurte le mur et, paf !

« Pas mal. Je suppose que tu as une certaine utilité mis à part manger et dormir, après tout. »

Alors qu’il disait cela, Cary lança Dough, qui avait rebondit pour revenir dans sa main, vers le mur mais sous un angle différent cette fois, mais il fut encore une fois renvoyé directement par le chat.

Il changea l’angle du lancer, et le chat lui renvoya le service directement. Il changea encore, et c’était renvoyé de la même manière…

L’homme et le chat prirent beaucoup de plaisir à jouer.

« Attention à toutes les équipes, une planète d’habitabilité planétaire de Rang B a été découverte. Que toutes les équipes se préparent ! »

Pak !

Dough tapa contre le mur. Il n’était plus claqué alentours puisque l’attention d’à la fois Cary et du chat gris était attirée par les nouvelles.

Tout le monde était rassemblé devant l’écran le plus près de leur position. Les écrans affichaient les résultats des découvertes de l’équipe d’exploration et d’analyse.

« Une pression atmosphérique basse et PO2, des radiations légèrement fortes… Eh, c’est pas mal vraiment ; il ne devrait pas y avoir de problème, même sans combinaison protectrice ! » dit Cary tout excité en fixant le moniteur des yeux.

Un planète avec un Rang B d’habitabilité planétaire n’était pas facile à trouver, et une planète de Rang C, c’était suffisant pour exciter Cary pendant une demi-journée. Une planète de Rang C nécessitait normalement le déploiement d’une équipe. Toutefois, une planète de Rang B demandait normalement le déploiement de toutes les équipes disponibles.

Le groupe se prépara avec les informations glanées à partir des images et des données analysées, ainsi qu’une variété de paramètres retransmis par les explorations. Chacun des Six Escadrons B devaient d’abord envoyer une avant-garde pour sortir.

En voyant que Cillin, Xiao Shang, Ba Dao et Cary étaient tous dans l’équipe d’avant-garde, Tang Qiuqiu voulut les suivre aussi. Mais Dias refusa sa requête et la mit plutôt dans la deuxième équipe à être déployée sur la planète. Une planète de Rang B signifiait qu’il y avait une multitude de formes de vie aux alentours, et peu importe à quel niveau d’évolution elles étaient, les êtres vivants sur cette planète ne devaient pas être sous-estimés ! Même les plantes avaient une période pendant laquelle elles faisaient de la chair humaine leur proie.

Tang Qiuqiu était jeune après tout, et son expérience de l’aventure était absolument incomparable à celle des autres. Par conséquent, pour sa propre sécurité, Dias avait refusé la requête de Tang Qiuqiu de rejoindre l’équipe d’avant-garde.

En voyant que Cary et les autres étaient partis, Dough rampa lentement sous les pieds d’Eudy faisant semblant d’être gravement blessé. Il s’accrocha à la jambe de pantalon d’Eudy et avait l’air d’avoir été incroyablement injustement traité.

Eudy sirota sa tasse de thé calmement. « Tu peux dévaliser le placard de Cary aujourd’hui. »

Dough, qui avait l’instant précédent l’air faible et déprimé, devint immédiatement aussi excité qu’une puce. Il tourna la tête et se mit immédiatement à courir en direction de la chambre de Cary, en rampant de manière ridiculement rapide sans le moindre soupçon de l’air blessé qu’il arborait auparavant.

De l’autre côté.

Le chat gris avait tout naturellement suivi Cillin dans l’aéronef, et lorsque Cary le vit, il toucha le chat gris avec son arme à feu et demanda : « Pourquoi tu nous suis ? »

Le chat gris répondit avec l’air de celui qui énonce une évidence : « Bien entendu, je suis ici pour chasser de la nourriture. »

Cary faillit s’étrangler avant de demander à Cillin : « Cillin, ne t’inquiètes tu pas que cette petite chose puisse foncer dans les problèmes ? »

Cillin balaya du regard le chat à ses pieds qui secouait sa tête de manière rythmée en narcissisme et dit : « Il se pourrait qu’il ne fasse pas nécessairement pire que toi . »

« Ouais, il se peut que je ne fasse pas nécessairement pire que toi. » répondit le chat.

Ouais, mais non ! Ne crois pas que je ne peux pas entendre ce dédain dans ton ton juste parce que tu a modifié un mot dans l’ordre !

Cary tapota la tête du chat gris une fois avec son arme. « J’ai entendu dire que les chats et les tigres avaient les mêmes ancêtres. Nous sommes sur le point de nous mettre en route, alors pourquoi ne nous donnerais-tu pas un rugissement profond et dominant pour booster notre moral. »

Cary pensait moucher ce chat glouton et paresseux, mais contrairement à ses attentes, le chat gris ouvrit réellement sa gueule.

« Souviens-toi qu’on est à bord d’un aéronef. » lui rappela Cillin.

La bouche du chat gris qui s’élargissait fit une pause pendant un instant, et s’ajusta pendant un moment. Ensuite il inspira profondément et…

« ROOOOOOOOOOOOAAAAAAARRRRR ! »

Les communicateurs de toutes les équipes de la Vanguard Six dans les six aéronefs étaient allumés. Le canal de communication du vaisseau mère était ouvert également. Et donc, un rugissement soudain qui était comme celui d’une bête préhistorique géante fit tomber tout le monde à la renverse. L’aéronef dans lequel Cillin et les autres se trouvaient dessina une traînée en forme de S dans l’air. Le pilote était si choqué à l’instant qu’il était presque tombé de son siège.

Est-ce que c’est le rugissement d’une bête ?

Mais où est la bête alors ?

Est-ce que c’est juste un son volontairement joué pour l’occasion ?

« Dias, que se passe-t-il ?! » Sur le vaisseau mère, Shawton se mit immédiatement à crier sur Dias.

« Heu, hmm, c’est juste l’un de nos membres qui a poussé un rugissement pour, eh bien, booster le moral… » Dias essuya la sueur et fixa du regard le Cary légèrement hébété et le chat gris qui se léchait la patte nonchalamment après le rugissement, en pensant – c’est vraiment le chat de notre équipe, n’est-ce pas.

Les six aéronefs qui avaient décollé du vaisseau mère furent envoyés dans six endroits différents sur la planète relativement verte en face d’eux.

Après avoir fait un balayage du terrain et confirmé le site d’atterrissage, l’aéronef descendit et activa ses systèmes de défense. Les ‘Sentinels’ furent relâchés et déployés autour de l’aéronef selon un schéma régulier. L’écoutille s’ouvrit après que la sécurité fût confirmée, et le premier à sortir ne fut pas le Lieutenant Commandant Dias, mais le chat gris.

Le chat gris sauta à l’extérieur impatiemment alors qu’il remuait son nez et inspirait profondément, laissant échapper un soupir profond. « L’odeur de la nourriture ! » Ensuite il mit en action ses quatre membres et se mit à courir.

« Ignore-le. Faisons ce pour quoi nous sommes venus. » dit Cillin.

Dias hocha la tête. Comme ils s’étaient déjà partagé les tâches plus tôt sur le vaisseau mère, des explications supplémentaires n’étaient pas nécessaires. « Commencez l’opération. »

Tout le monde enfila des combinaisons protectrices et des masques sur le visage. Outre la protection contre les radiation, la résistance à la pression, et le maintien d’une température constante du corps, le but principal de la combinaison protectrice était d’éviter un contact direct avec des plantes empoisonnées. Comme il s’agissait d’une planète inconnue abritant des espèces inconnues, il était nécessaire de prendre toutes les précautions. La combinaison protectrice était équipée d’armes, et la ceinture de chacun était différente de celles des autres. Elles étaient choisies et organisées de la manière qui était la plus familière et la plus commode pour l’utilisateur.

Les masques étaient équipés d’un scanner qui contenait un zoom, un filtre, un dispositif de ciblage et plus d’options encore. Ils proposaient de nombreuses sortes de vision tout en permettant à l’utilisateur de se verrouiller sur ses cibles. Un tel équipement coûtait beaucoup d’argent, et cela corroborait aussi les paroles que Cary avait prononcé précédemment, que ceci était un boulot qui brûlait beaucoup d’argent.

Cet article comporte 8 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
error: Contenu protégé
Back To Top