skip to Main Content
Menu

SRH – Chapitre 91 – Secrets

Traducteur Français : Hellteach

Checkeur : Zhexiel

SRH - Chapitre 91 - Secrets

Lorsque Cillin et les autres arrivèrent au point de rendez-vous désigné par Shawton, le reste des cinq Escadrons B étaient déjà là. Après avoir amarré le vaisseau au vaisseau mère de l’Escadron Six, les butins de chasse furent constatés et marchandés avec les acheteurs qui avaient été informés au préalable.

Mais ces tâches ne requerraient pas que Cillin fasse quoi que ce soit. À ce moment-là, il était assis dans sa chambre en lisant un livre. C’était un livre qui traitait des parasites, qu’il avait emprunté à Enji. Il y avait de nombreuses informations qui ne pouvaient pas être trouvées sur le réseau fédéral, et les magazines électroniques moyens ne feraient pas l’historique de ce genre d’informations de manière trop exhaustive. Certaines des informations qui étaient vraiment utiles étaient verrouillées et demandaient des privilèges de lecture. Avec son identité actuelle de Hunter, Cillin n’avait pas la permission de lire ces documents officiels.

Les Hunters gardaient leurs affaires pour leurs propres gens, et ne les publieraient pas facilement. Ce livre dans les mains de Cillin  en ce moment était juste quelque chose qui appartenait et n’était connu que de la Vanguard.

Le livre ressemblait plus à un journal ; un journal où le rapporteur griffonnerait chaque ligne avec son stylo. Même si ce n’était pas l’original, chaque autre exemplaire avait été copié pour être exactement le même. Par conséquent, Cillin pouvait deviner les sentiments de l’auteur à ce moment par le biais de son écriture manuscrite.

La personne qui avait écrit ce journal se nommait Chamonidine. Cependant, Enji lui avait seulement dit que le journal était quelque chose qui avait été laissé par un senior qui n’était déjà plus de ce monde, et ne donna pas plus d’explications que nécessaire sur la personne nommée Chamonidine. Toutefois, d’après le contenu enregistré, Cillin pouvait plus ou moins deviner l’identité de la personne.

D’après certains contenus notés dans le journal, Cillin savait que ce Chamonidine était quelqu’un de l’Escadron Trois B. Qui plus est, il était probablement un technicien ingénieur à bord d’un vaisseau, tout comme Enji. Cependant, son statut était plus élevé que celui d’Enji, et comme Chamonidine avait fait référence au commandant Nata de l’Escadron Trois B, il semblait que ses relations avec Nata étaient drôlement bonnes. Le problème était que l’actuel commandant de l’Escadron Trois B ne se nommait pas Nata, mais Falvey.

Cela dit, quarante-sept ans, c’était déjà suffisant pour que les personnes ordinaires accueillent  une nouvelle génération.

D’après l’éphéméride noté dessus, ce journal existait déjà depuis pas mal de temps. La dernière page avait été écrite quarante-sept ans auparavant, et il n’y avait plus rien après ça.

Il y avait beaucoup d’images dans le journal, et elles étaient toutes des descriptions des parasites que Chamonidine avait rencontré lorsqu’il était dans l’Escadron Trois B. De plus, il y avait des légendes et des explications sous les images, des définitions concernant les habitudes partielles du parasite, ses préférences pour certaines choses et plus encore.

Pendant que Cillin lisait, la sonnette de la porte résonna. Sur l’écran, il pouvait voir qu’il s’agissait de nul autre que Cary, qu’il n’avait pas vu depuis plus d’une demi-journée. Bien qu’il attendît de l’autre côté de la porte, Cary avait l’air d’être plein d’excitation.

« Quoi, t’as gagné à la loterie ? Tu as l’air si plein d’entrain. » dit Cillin en refermant son livre à Cary qui entrait dans sa chambre.

« Héhé, j’ai quelque chose à te montrer ! »

Cary sortit sa tablette, et fit même apparaître un hologramme en 3D intentionnellement.

« Regarde, c’est notre nouvel équipement ! Ne penses-tu pas qu’il déborde de puissance ? Le commandant n’a vraiment épargné aucun effort cette fois-ci ! »

Cillin était stupéfait rien qu’en regardant les images. La quantité d’armes était nombreuse et variée, allant de l’équipement aux armes à feu, et même s’il y avait beaucoup d’armes étranges et bizarres qu’il ne reconnaissait pas parmi elles, il savait qu’elles devaient coûter cher à en juger uniquement par les fusils à ions et les fusils à balles.

Cary montra du doigt l’une des lames de poignet et dit secrètement : « Sais-tu combien coûte cette lame de poignet ? »

« En quel matériau est-elle fabriquée ? »

« Je ne sais pas, mais j’ai demandé au lieutenant un peu plus tôt, et il m’a donné ce nombre. » Cary montra cinq doigts.

« Cinquante mille ? »

« Cinq cent mille ! »

Il était bel et bien stupéfié.

Cillin avait pensé pendant tout ce temps qu’il était plus ou moins aisé, mais cette nouvelle révélation était vraiment un coup de massue.

« Ce boulot est vraiment un travail qui fait flamber l’argent ! »

En remarquant l’expression de Cillin, Cary dit : « Tu ne pensais pas vraiment que ces fusils de bas étages que nous utilisons pour chasser les ours polaires étaient suffisants pour traverser une mission de cinq ans, n’est-ce pas ? L’exploration spatiale est un boulot qui coûte cher en premier lieu, et si ton équipement n’est pas suffisamment bon, alors tu n’auras pas assez de vies pour combler les vides. Je me souviens que durant la mission de cinq ans précédente, je combattais une forme de vie alien ; et cette chose a pétri mon couteau en alliage de haute densité pour en faire une balle comme si c’était de la boue. J’y ai presque perdu la vie alors. »

Cary tira une chaise et s’assit. « Avant de devenir un Hunter, je voyais tout à travers le prisme de la naïveté. Ce ne fut que lorsque je devins vraiment un Hunter que j’ai compris à quel point j’étais stupide à cette époque. Dame Chance ne va pas toujours te bénir, et la chance n’est pas quelque chose que tu vas toujours trouver au coin de la rue. Pour employer les paroles du Commandant, nous devons être pragmatiques, et la construction de la confiance nécessite l’investissement d’un capital. Par conséquent, les missions ordinaires que nous réalisons habituellement sont toutes des préparations pour la mission de cinq ans. »

Cillin était d’accord avec le discours de Cary. Quelques centaines de millions de crédits pouvaient sembler beaucoup, mais lorsque l’argent était vraiment investi dans des missions de haut niveau, il disparaîtrait en un éclair. C’était juste comme les réussites publiées dans ‘Glory’ et ‘Code’, elles étaient toutes le produits d’innombrables personnes, de vies de sujets de tests, et d’argent. D’où donc pourrait provenir leur succès illustre, capable d’influencer toute l’AG, sinon ?

Cela incluait également le créateur des bio-puces, Horay. Il n’avait pas nécessairement dépensé beaucoup d’argent, mais il avait dû sacrifier les vies de nombreuses personnes pour son expérience. Cillin pouvait encore se souvenir des sujets de test humains qui avaient échoué et qui étaient préservés dans du liquide comme des spécimens dans le laboratoire d’Horay.

En regardant tout autour de la chambre de Cillin, Cary demanda : « Où est-donc ton satané chat ? »

« Il est parti patrouiller sur son domaine. »

Ce p’tit gars patrouillait dans tout le vaisseau une fois par jour, à l’évidence en ayant assimilé l’endroit comme étant son propre territoire. Dough l’avait rejoint dans son jeu également. Cependant, Cillin avait interdit au chat gris d’entrer sur n’importe quel autre vaisseau. Il n’avait que la permission de se déplacer sur le leur.

« C’est vrai, Cary. Connais-tu Chamonidine ? »

« Chamonidine ? » Cary fronça les sourcils en réfléchissant avant de secouer la tête. « Jamais entendu parler de lui. »

« Et à propos de Nata ? »

« Nata… Je crois que j’ai déjà entendu parler de lui auparavant. Oh, tu veux parler du papa du Commandant Falvey de l’Escadron Trois B ! Nata est le précédent commandant de l’Escadron Trois B, mais c’était il y a plus de quarante ans… »

À cet instant, Cary fit une pause et se gratta la tête. « Cillin, il y a des choses dont il n’est pas facile de parler. »

Cillin fit un geste de la main. « Ça va, j’étais juste curieux et je pensais que je devais poser la question. Ce journal a été écrit par Chamonidine, et Chamonidine était autrefois un membre de l’Escadron Trois B. Mais grand frère Enji a dit que ce senior Chamonidine était décédé depuis longtemps, et les dernières lignes de ce livre datent d’il y a quarante-sept ans. »

« Il y a quarante-sept ans, hein. Il y a de nombreuses légendes qui ont disparu cette année-là… » Soupir « Même moi j’ai entendu un ou deux petits mots là-dessus. Si le commandant en personne ne parle pas de ça, alors c’est mieux d’en parler moins aussi. Sais-tu que l’incident de cette année a affecté beaucoup de gens ? C’était vraiment trop compliqué. Les quatre grands régiments de Hunters, l’armée, et quelques personnages politiques furent également impliqués. »

« Très bien, je comprends. » Il disait cela, mais en vérité Cillin était intérieurement très curieux à propos de l’incident survenu quarante-sept ans auparavant. Après tout, il n’avait jamais rien entendu à propos de l’incident de cette année-là jusqu’à aujourd’hui. Cela dit, c’était une chose que d’y penser, et une autre que de le montrer à la surface.

« Très bien. Je suis juste venu te dire qu’on avait des trucs nouveaux. Nous, les combattants en ligne de front, sommes prioritaires pour les biens, bien qu’il y ait une limite évidemment. Je t’envoie l’information, et prends ton temps pour penser à quelle chose tu aimerais choisir en premier. Les lieutenants et les autres devraient avoir terminé leur réunion et devraient revenir assez rapidement. Une fois qu’ils seront rentrés, nous partirons pour le secteur Z. Cette fois, on doit faire un bon show ! »

Cary n’était pas parti depuis longtemps avant que Dias ne soit revenu de sa réunion et notifia aux membres de l’escadron de se rassembler, les instruisant des sujets pertinents. Dès qu’il eût terminé, tout le monde retourna à sa position respective. Bien qu’ils soient en ce moment même connectés au gros vaisseau de l’Escadron A et que donc ils n’avaient pas besoin de réaliser de pilotage supplémentaire, il était cependant nécessaire de prêter attention à certains détails et être prêts pour n’importe quelle urgence au moment où ce serait nécessaire.

Au milieu du thème musical de la Vangard, le vaisseau géant marqué du symbole de la Vangard quitta le secteur et vola vers leur destination en vue : Le Triangle Noir, Secteur Z.

Cet article comporte 14 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top