skip to Main Content
Menu

SRH – Chapitre 90 – Les Deux Animaux de Compagnie et leurs Méfaits

Traducteur Français : Hellteach

Checkeur : Zhexiel

SRH - Chapitre 90 - Les Deux Animaux de Compagnie et leurs Méfaits

En se tenant face à son placard à provisions dans sa chambre, Cary avait l’air si en colère qu’il était blême de rage. Eudy était déjà là, vêtu d’un pyjama à motifs de fraises et d’une paire de pantoufles duveteuses, alors que Cillin venait juste d’arriver. Il montra d’un doigt tremblant le placard à provisions et dit au duo : « Vous deux, vous devez endosser la responsabilité du mauvais comportement de vos animaux ! »

Cillin jeta un regard au placard à provision et pensa : Wow, ils l’ont vraiment très bien nettoyé. Pas étonnant que Cary soit si en colère.

Eudy laissa échapper un bâillement et dit sans la moindre once de culpabilité : « Je t’ai déjà dit depuis longtemps que tu devrais verrouiller ton garde-manger. Tu ne peux blâmer que toi-même des conséquences. »

Donc, tu dis que ceci est justifié ?!

Cary était si énervé que ses sourcils étaient sur le point de se transformer en deux lignes verticales bien droites : « C’est ce que j’ai fait ! »

« Et la porte ? »

« … »

Il n’avait pas verrouillé la porte de sa chambre.

À la seconde où il vit l’expression constipée de Cary, Eudy savait qu’il devait avoir oublié de verrouiller sa porte une fois encore. Eudy dit paresseusement : « Ça fait déjà combien de fois ? Je ne peux que dire que tu es stupide, sans la moindre once de vigilance en toi. »

« T-toi… Toi… ! »

Cary faisait de son mieux pour ne pas attraper son marteau et le balancer dans la direction d’Eudy. Comment oses-tu même dire cela alors que ton satané caméléon a volé toute ma nourriture dieu sait combien de fois déjà ! Ce n’est qu’un caméléon, et pourtant il est aussi rusé qu’un mauvais esprit. Mais quel genre de caméléon sait comment déguiser sa propre empreinte de patte pour utiliser un décodeur ! Au moment où il pensait cela, Cary bouda de colère.

« Et toi, Cillin, écoute bien ça ! » Cary appuya sur le communicateur dans ses mains, et un son enregistré se fit entendre de l’appareil. Cary l’avait installé sur la serrure, et à la seconde où le placard avait été déverrouillé, il s’était mis à enregistrer automatiquement tout seul.

Quelques sons furtifs plus tard, deux rythme différents de mastication pouvaient s’entendre à travers l’appareil. Le Dough d’Eudy avait une fréquence de mastication spécifique que Cary connaissait extrêmement bien. Il pouvait même entendre le son de ce maudit caméléon aspirer sa nourriture avec sa langue.

On devait bien dire que Dough était un monstre parmi ses semblables. Sa diète était incroyablement variée : capable de manger des légumes, consommer de la viande, lamper du vin et descendre du jus de fruit. Ce n’était pas vraiment un caméléon, mais un genre de putain de démon de quelque part, n’est-ce pas ?!

Ce n’était pas étonnant que la première chose  dont Dias s’était enquis après les salutations lorsque Cillin avait embarqué sur le vaisseau pour la première fois, ce fut Dough, et des vilaines choses qu’il avait faites. Encore.

Puisque les sons de mastication de Dough avaient été identifiés, alors l’autre son devait être celui du chat gris.

« Miaou~ »

Le miaulement de satisfaction après un repas pris à cœur joie provoqua l’apparition de veines bleues sur les tempes de Cary. Son cœur saignait : mes galettes, ma viande séchée, mes tartes au fruits…

Cillin sentit des spasmes rapides au coin de ses yeux en entendant le miaulement. Mais bon sang c’est quoi ce miaulement ! Si tu veux faire des bêtises, au moins fais-les de manière furtive, ou as-tu peur que personne ne réalise que tu es le seul chat dans tout le vaisseau ?

« Pfff, ça suffit, j’ai compris. » Cillin tapota l’épaule de Cary. « Lorsque nous rencontrerons le commandant, nous stockerons de la nourriture ensemble. Je te garantis que ton placard sera rempli à ras bord. Et quant à ce chat, penses-y seulement comme un cadeau pour célébrer votre première rencontre, ou quelque chose du genre. Qui sait, peut-être qu’il repayera ta gentillesse d’aujourd’hui en te sauvant la vie quand tu seras en danger. »

« Ce chat ? Ce chaton qui n’a même pas encore atteint sa taille adulte ? »

« Ne juge pas un chat à son apparence, mon pote, ce petit gars est vraiment formidable. »

Cary sombra dans le silence pendant un moment avant d’agiter les mains. « Hors de ma vue, tous les deux. Je vais changer la serrure ! Eudy, dis à ton Dough qu’il ferait mieux de bien se cacher et de ne pas me laisser l’attraper, ou sinon ! »

Auparavant, Cary utilisait encore une reconnaissance digitale sur son placard, mais après que ce caméléon éhonté ait volé son empreinte digitale, Cary avait depuis réfléchi sur ses erreurs. Ce n’était qu’une empreinte digitale après tout ; où donc dans tout le vaisseau ne pourrait-il pas trouver une telle chose ? Après avoir frayé avec Beaver et Eudy pendant si longtemps, le caméléon avait l’habitude de faire de telles choses, ce qui expliquait pourquoi les serrures de Cary étaient devenues de plus en plus complexes, avec pour seul but de tenir ce caméléon glouton à l’écart.

Quelque part sur le vaisseau.

Le chat gris léchait ses griffes et essuyait son museau, allongeant la langue pour lécher le coin de sa bouche avant de regarder Dough. « Est-ce qu’il reste des taches de nourriture sur mon visage ? »

Dough secoua la tête.

« C’est bien alors. Héhé, c’est pas mal de manger quelque chose d’autre pour changer. » Le chat gris était très satisfait.

Dough sourit. Finalement, il avait un partenaire de crime avec qui il pourrait dérober de la nourriture.

Le nid de Dough se trouvait à l’intérieur de la chambre d’Eudy. C’était un petit arbre luxuriant qui ne mesurait que la moitié de la taille d’un homme, mais qui était bien pourvu en branches et en feuilles. Dough adorait dormir sur la cime de l’arbre.

Dormir après avoir rempli son estomac était la conscience de Dough en tant qu’animal. Toutefois, ses pas étaient un peu sinueux. Après tout, il avait encore commis un méfait.

En arrivant devant la porte d’entrée de chez Eudy, Dough leva ses pattes avant pour appuyer sur un bouton et ouvrit un petit trou. Dough étira sa langue à travers le trou, et après que sa langue fut scannée, une petite porte s’ouvrit avec un ‘bip’.

Dough y grimpa, et juste comme ses pattes avant touchaient le sol, il leva la tête et vit immédiatement Eudy qui l’attendait.

« Qu’est-ce que tu attends ? Ferme la porte. J’ai quelque chose à te demander. » La voix d’Eudy avait l’air tranquille.

Dough entra lentement, et même après que la petite porte se soit refermée, il continua à se coller contre le mur, ses yeux regardant partout sauf vers Eudy.

« Cary a encore découvert que tu lui avait dérobé sa nourriture. »

Dough se figea, et baissa la tête.

« La prochaine fois, n’oublie pas de vérifier s’il y a quelque chose d’installé sur le verrou avant de le déverrouiller. » Après une pause, Eudy continua : « Tu n’es pas celui qui a déverrouillé le placard de Cary, n’est-ce pas ?  Je me souviens que Cary a volontairement changé pour un verrou à encryptage multiple la dernière fois, et je ne t’ai pas encore appris comment déchiffrer ce genre de verrou. »

Doug hocha la tête.

« Comment l’a-t-il ouvert ? » Eudy s’empara d’une planche à dessin électronique.

Dough s’approcha timidement et commença à dessiner sur la planche à dessin avec ses quatre membres. Il était incroyablement difficile d’imaginer qu’un caméléon puisse utiliser ses pattes de manière aussi flexible.

En regardant le dessin sur la planche, les yeux d’Eudy étincelèrent une fois avant de sourire. « Entends-toi bien avec ce chat à l’avenir. Tu en bénéficieras beaucoup. »

Dough hocha la tête répétitivement.

« Très bien, sors d’ici tout seul et trouve-toi un autre endroit pour dormir. Tu n’as pas la permission de dormir dans ton nid cette nuit. Cary t’a dit de te cacher au mieux, et ne le laisse pas t’attraper. » Eudy rangea la planche à dessin et ne jeta plus un regard à Dough, s’étendant sur le lit sur le dos pour dormir. Il avait été réveillé par Cary avant d’avoir pu s’arranger pour faire un bon somme aujourd’hui.

Dough jeta un regard malheureux à son petit nid vert avant de grimper par la petite porte une nouvelle fois. Il devrait trouver un autre endroit pour dormir encore aujourd’hui. Zut, allons trouver ce chat. Au moins, il y aura quelqu’un pour partager ma punition si Cary m’attrape.

Le fait était que le chat gris ne s’en sortait pas mieux que Dough non plus. Il s’était fait tirer l’oreille par Cillin, et il avait une nouvelle dette et une faveur enregistrée sur ses tablettes. Toutefois, sa déprime ne dura qu’un moment avant qu’il ne se roule en boule et se mette à ronfler de façon sonore.

Cette fois-ci, l’objectif de l’Escadron Six était le Secteur Z. Il était aussi l’un des trois Secteurs les plus dangereux qui devaient encore être développés par l’AG. Il y avait peu de publications de cartes stellaires officielles du Secteur Z, et elles étaient pour la plupart celles des zones les plus à l’extérieur.

Le Secteur Z était une forme triangulaire sombre sur la carte générale de l’AG. La couleur sombre signifiait que le Secteur n’était pas encore développé, et comme c’était une forme triangulaire, il était aussi surnommé le Triangle Sombre. Bien entendu, ceci n’était que la déclaration officielle. Si un régiment de Hunters avait exploré de lui-même une zone, alors la carte stellaire aurait été soit vendue à un prix élevé, ou il l’aurait gardé pour lui-même. Normalement, de telles transactions et découvertes ne seraient pas annoncées au public, à moins que quelque chose d’inhabituel se produisit.

Si un régiment de Hunters pouvait découvrir une planète habitable, alors la découverte leur apporterait à la fois la célébrité et la fortune. L’AG avait établi des politiques adéquates depuis bien longtemps, et leur ligne de conduite pour n’importe quelle planète habitable découverte était de récompenser le régiment de Hunters qui l’avait dénichée par une énorme somme d’argent en prime. En même temps, les magazines électroniques avec des points de contribution élevés rapporteraient aussi la nouvelle et accroîtrait la célébrité du régiment de Hunters. Certain donneraient même la chance au régiment de Hunters de nommer lui-même la planète.

La raison pour laquelle les quatre grands régiments de Hunters étaient si célèbres était exactement parce qu’ils apparaissaient assez fréquemment dans ces magazines pour éclipser tout autre régiment de Hunters.

Shawton avait choisi le Secteur Z après des délibérations soigneuses, et le vote des six Lieutenants Commandants effectué à main levée. S’ils voulaient augmenter leur influence maintenant, alors ils devraient avoir quelque chose à montrer. En excluant la découverte de planètes habitables, les endroits qui restaient qui étaient véritablement valables seraient ces zones qui étaient encore à explorer.

Le danger et la fortune sont les deux côtés d’une même médaille.

Cet article comporte 10 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top