skip to Main Content
Menu

SRH – Chapitre 87 – Règlement de la Dette

Traducteur Français : Hellteach

Checkeur : Zhexiel

SRH - Chapitre 87 - Règlement de la Dette

Cillin fixa du regard le chat qui le méprisait pas très loin de lui. Il ne se souvenait vraiment pas d’avoir lu quelque part dans ces documents qu’un cyborg pouvait parler. Toutefois, c’était peut-être seulement parce qu’il n’avait pas eu accès au véritable cœur de l’étude. Néanmoins, ce genre de forme de vie était réellement ébahissant.

« Je n’arrive pas à croire que tu peux parler. »

« J’ai appris ça il y a plus de cent ans ! » Le chat leva la main, non, sa patte, et pointa dans une direction. « Je me souviens qu’il n’y avait pas autant de bâtiment par là autrefois. La planète entière n’avait qu’une seule zone d’atterrissage pour les aéronefs. »

Il y avait plus d’un siècle que l’AG avait donné la permission de chasser sur cette planète, et il n’y avait pas tant de bâtiments humains à l’époque. La direction vers laquelle le chat pointait était exactement là où leur aéronef était garé.

« Je n’arrive pas à croire que tu aies pu vivre pendant si longtemps. » soupira Cillin avec émotion.

« Sans blague. Je ne sais peut-être pas combien de temps je peux vivre, mais je n’ai certainement pas l’impression d’avoir beaucoup grandi après autant d’années. » Le chat gris était très mécontent que Cillin ait des doutes sur sa longévité.

« Qu’est-ce qu’il se passait avec ton apparence il y a un moment alors ? Est-ce que cette apparence maladive où tu avais l’air si faible au point de rendre l’âme n’était juste qu’une illusion ? » dit Cillin dédaigneusement.

« Il a toujours de telles périodes tous les douze ans à peu près. Je deviens affaibli à ce moment là. Mon état devient extrêmement instable, et mes deux formes deviennent très difficiles à contrôler. Qui plus est, j’émets un genre d’onde magnétique qui attire pas mal d’espèces mal intentionnées afin qu’elles m’attaquent. Ces loups en sont un exemple. »

Cillin réalisa soudainement. Voilà donc pourquoi. Ils étaient instables, mais cela ne signifiait pas nécessairement que leur longévité soit courte. La raison pour laquelle ces chercheurs avaient dit que leur vie était courte se référait probablement à cette phase périodique de faiblesse, et s’ils attiraient une espèce plus puissante qui les attaquait pendant ce temps-là, alors ils seraient certainement morts.

Le chat continua à parler tout seul. « Par le passé, je ne comprenais pas pourquoi mon corps émettait ce genre d’onde magnétique de façon incontrôlée, mais j’ai finalement compris maintenant que c’était pour attirer cette balle blanche. Je ne sais pas ce qu’est cette balle blanche ; je sais seulement qu’elle est utile pour moi et qu’elle peut stabiliser mon état chaotique. »

Il était vrai que Cillin ne pouvait plus sentir l’existence de la balle blanche. Il semblait que la naissance ‘fortuite’ d’un cyborg incluait aussi une telle balle blanche. Sans elle, même un cyborg qui pouvait passer sans encombre entre deux formes, ne pourrait pas maintenir sa stabilité.

« J’ai l’impression que tu est du même genre de forme de vie que moi. » Le chat regardait Cillin. Lorsqu’il était arrivé dans ce monde, il savait déjà qu’il était différent des formes de vie autour de lui. Cependant, à cet instant même, Cillin lui donnait une impression très étrange ; un sens de familiarité indicible.

« Je suis une forme de vie basée sur le carbone normale et un pur humain. Pur. » dit Cillin fermement.

« Je sais que tu es un humain, c’est pourquoi je ne fais que dire que j’ai l’impression que tu es comme moi. Hé, pourquoi ne viendrais-tu pas avec moi. Maintenant que je suis stable, je n’aurai plus de phase de faiblesse comme avant. Sur cette planète, je me tiens au pinacle, tu sais. »

« Pas intéressé. » Cillin se retourna et partit. Il ferait mieux de récupérer son sac-à-dos et de rechercher Dias et les autres.

« Hé, ne t’en vas pas mec. Que dirais-tu que je vienne avec toi alors ? » Le chat courut après Cillin avec impatience.

Cillin arrêta ses pas et regarda le chat. Cette fois-ci, il ne lui dit pas de s’arrêter et lui permit de marcher devant lui.

« Tu veux partir ? »

« Ouais, j’en ai marre de cet endroit. Je veux partir et acquérir un peu de savoir et d’expérience. »

« Tu peux chercher quelqu’un d’autre. Il y a plein de personnes qui chassent ici. Peut-être que tu peux te faufiler dans un quelconque aéronef et profiter d’un voyage gratuit. »

« Non non non. » Le chat secoua la tête de toutes ses forces. « On ne peut pas leur faire confiance. Ils sont soit trop faibles, soit trop immoraux. »

Cillin s’accroupit et fixa sérieusement du regard le chat gris à l’air ennuyeux devant lui. « En parlant de ça, tu me rappelle quelque chose d’important. »

« Quoi donc ? »

« Ça m’a demandé pas mal d’efforts pour obtenir cette balle blanche. Si je la vendais à ces chercheurs fous, peut-être que j’aurais pu en tirer quelques centaines de millions de crédits, mais maintenant, tu me l’as volée. Tu dois donc me donner une compensation, peu importe quoi. Tu peux venir avec moi, mais tu dois régler ta dette alors. »

« Régler ma dette ? »

« Ouais. » Cillin sortit un couteau et se mit à graver des nombres sur le sol.

« Tu sais se que sont les ours polaires de cette planète, n’est-ce pas ?  Un ours polaire peut se vendre pour environ dix mille crédit AG pièce. Si nous convertissons l’argent que tu me dois en ours polaire, tu me dois au moins dix mille ours polaires donc. Bien entendu, certaines bêtes extraterrestres ont plus de valeur que les ours blancs, et certaines espèces sont même évaluées à plus d’un million de crédits. Si nous les chassons tu pourras économiser un peu de ton énergie. » À ce moment-là, Cillin fit une pose d’une seconde et regarda dubitativement le chat qui fixait intensément le sol et l’écoutait compter. « Bien entendu, peut-être que tu ne pourras pas gérer ce genre de bêtes extraterrestres… »

Ne pas pouvoir les gérer ?! Mode griffes sorties et fourrure hérissée allumé !

« Je vais te le prouver ! Je te le dis, je n’ai pas rencontré une seule bête qui peut supporter des baffes de ma part ! »

« Si tu as juste l’intention de me démontrer comment tu peux avaler un loup, alors oublie ça. Ça ne fait que me montrer à quel point tu es un gros mangeur et combien d’argent tu vas me coûter en nourriture. »

Le chat se moqua et souffla par les narines avant de regarder les environs, faisant un tour autour de Cillin. Ensuite, il leva la patte et pointa sa propre tête. « Sors ton arme à feu et tire ici. »

Cillin ne fit pas d’objection à la suggestion. Théoriquement, un cyborg ou un truc du genre devait être drôlement stupéfiant, donc peut-être qu’il pouvait vraiment encaisser une balle et un obus ; voler dans les airs ou forer dans le sol.
Bang !

Le pistolet rugit, et le chat fut soufflé d’un seul coup. La touffe de poils gris s’envola au loin.

Cillin : « … » Tu appelles ça une preuve ?

Cependant, très vite, le chat gris revint sans hâte et cracha la balle hors de sa bouche. La balle en elle-même était parfaitement intacte, et les drogues scellées à l’intérieur n’avaient pas non plus fuité.

La chose la plus stupéfiante c’était que Cillin avait visé et tiré sur le front du chat, et non sa bouche. La tête du chat était parfaitement intacte, mais cependant il avait réussi à cracher la balle parfaitement inaltérée hors de sa bouche. Qui plus est, ce type de balle était fabriquée spécialement pour tirer sur les gros ours polaires extraterrestres, et un seul tir était suffisant pour pénétrer la peau. Il ne pensait pas que ce gars serait vraiment capable de supporter le tir sans la moindre blessure.

« Comment c’était ? Pas mal, hein ? » dit le chat gris de manière complaisante.

« Ouais, il n’y a certainement aucune honte à te faire souffler avec un seul tir. »

« Si j’avais changé de forme, je n’aurai pas été soufflé, d’accord ! »

Cillin rengaina son arme et demanda avec curiosité : « Comment changes-tu entre les deux formes, exactement ? »

Lorsqu’un cyborg était dans une forme biologique, il était aussi une forme de vie basée sur le carbone. La composition de ses éléments n’était pas différente d’un organisme moyen. Toutefois, au moment où il se changeait pour une forme de machine, sa composition élémentaire se modifiait complètement. Malgré avoir appris avec Mo Heng l’assemblage des machines pendant tant de temps, Cillin n’avait jamais vu ce type de métal auparavant.

« Je n’en sais rien, je suis né comme ça. Je peux facilement subir une transition élémentaire directionnelle. » Il continuait à se comporter avec suffisance.

« Pourquoi ne me montrerais-tu pas comment tu changes quelque chose en or ? »

« Ne comprends-tu pas ce que l’on appelle une transition directionnelle ? »

Le chat gris prit un air professoral, et dessina un cercle sur le sol avec sa patte. « Voici la composition élémentaire de ma forme actuelle. » Il dessina un autre cercle. « Voici la composition élémentaire de mon autre forme. » Ensuite, il marqua le centre des deux cercles avec une flèche bidirectionnelle. « Voici la soi-disant transition directionnelle. »

Cillin dit, désappointé : « Donc, te changer en or est impossible. »

Les oreilles du chat gris s’aplatirent en arrière de dépression. Soudain, il eu le sentiment qu’il était méprisé au point d’être de la plus grande inutilité.

« Pas grave, je suppose que ça ira. Contente-toi de me suivre pour l’instant, et paye ta dette lentement. De cette manière, tu pourras peut-être à nouveau tomber sur quelque chose comme cette balle blanche et améliorer ta constitution. De plus, si tu viens avec moi, tu n’aura pas à te soucier d’être vendu à des instituts de recherche, étendu sur des tables d’opération et d’être disséqué en tout petits morceaux par des chercheurs fous cherchant à découvrir tes secrets. »

Le chat qui était sur le point d’objecter à la première partie des paroles de Cillin devint immédiatement humble à l’instant où il entendit la deuxième moitié. En vérité, après avoir réfléchi à la situation, ce n’était pas si mauvais. Il ne s’agissait que de quelques centaines de millions de crédits AG ; quelques bêtes extraterrestres plus tard, sa dette serait directement remboursée.

Cela ne prit pas beaucoup de temps avant que le chat gris ne réalise qu’il était trop naïf.

Cet article comporte 9 commentaires
  1. Merci pour le chapitre!

    Un nouveau compagnon! Ce sont maintenant les frères aux corps de carbone ‘^’

    Sinon, la balle/perle blanche, il l’avait eu ou déjà ?

  2. Mais de rien 😉 Quant à ta question, Cillin avait récupéré cette balle blanche lorsqu’il avait combattu la grosse souris noire … voilà ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
error: Contenu protégé
Back To Top