skip to Main Content
Menu

SRH – Chapitre 5 – La Capacité des Bio-puces

Traducteur Français : Hellteach

Checkeur : Zhexiel

Chapitre 5 - La Capacité des Bio-puces

Le shérif en personne était venu pour superviser la situation à cause de l’explosion, et chaque jour les personnes qui vivaient dans les alentours de l’explosion étaient interrogées. Les gens étaient inquiets, et il y avait beaucoup de boutiques en ville qui n’étaient pas ouvertes, et c’était pourquoi personne ne s’était aperçu que Cillin n’était pas allé au bar. Qui plus est, l’endroit où Cillin vivait était dans la région la plus pauvre de la zone, donc les shérifs ne firent simplement que des enquêtes superficielles avant de quitter l’endroit. Cillin ne faisait pas partie des personnes interrogées.

Il revint dans les rues de la ville à nouveau, mais Cillin n’avait pas l’intention de rouvrir la boutique et de continuer l’affaire. Au lieu de cela, il contacta le vieux Devon. Après tout, il devait communiquer avec le patron au sujet de sa boutique.

Le vieux Devon était en ce moment ardemment amoureux, et son visage scintillait d’une couleur rougeaude. Exactement comme il l’avait rêvé, le vieux Devon s’était  trouvé une femme avec un génotype de classe E et d’un âge convenable, et en ce moment il faisait des plans pour la vie après le mariage. Lorsqu’il entendit que Cillin était prêt à s’aventurer hors du monde, il avait pensé que Cillin tentait simplement sa chance dans la zone du centre-ville. En tant qu’aîné, le vieux Devon avait prodigué quelques conseils à Cillin, mais il n’en avait pas dit plus. Les jeunes gens avaient toute l’énergie du monde, et il était bon d’avoir un but à atteindre. Après tout, Cillin n’avait que dix-sept ans.

Le vieux Devon lui-même n’avait pas l’intention de revenir, et il offrit la petite boutique à Cillin. En premier lieu, l’emplacement du bar était mauvais, et même s’il avait réussi à le vendre, il ne l’aurait pas vendu pour beaucoup. Le vieux Devon aussi ne connaissait personne dans la région de la ville et ne pouvait pas aider Cillin en termes de contacts, alors il avait planifié de donner un peu d’argent à Cillin à la place. Mais Cillin refusa son offre.

Après avoir refusé l’offre du vieux Devon, Cillin lui dit de prendre soin de lui avant de terminer la conversation. Ses économies étaient bien plus importantes que ce que le vieux Devon n’aurait jamais pu imaginer. Cillin n’avait pas l’intention de vendre le bar immédiatement, et au lieu de cela il le loua à une personne qui vivait dans la zone pauvre également. C’était très bien tant qu’il ne négligerait pas de virer le loyer sur sa carte chaque année.

Il retourna dans sa pauvre petite chambre et emballa ses affaires. La même nuit, Cillin revint à la maison de Genya de nouveau, et contrairement à la dernière fois où il y était allé ouvertement, il s’assura que ce voyage soit bien caché à cause d’un problème critique. De plus, la maison de Genya possédait une excellente sécurité, et les effets des signaux interne et externe de son bouclier défensif étaient très bons. Cela ajoutait une autre couche de sécurité.

À l’intérieur de la chambre, Cillin relaxa en premier son corps avant de commencer à faire passer les changements à l’intérieur de son corps. Puisque les bio-puces qui étaient intégrées dans les gènes de Cillin s’étaient infiltrées dans chacune de ses cellules par réplication de l’organisme hôte et par transport sanguin, le but actuel de Cillin était de subir une expression sélective. Bien entendu, puisque les bio-puces n’avaient pas atteint cent pour cent durant leur activation initiale, toute expression sélective qu’elles subiraient serait limitée.

L’ordre fut envoyé par son cerveau, et l’information venant du système nerveux central fut relayée à chaque bio-puce à l’intérieur de ses cellules. Les bio-puces commencèrent à exprimer sélectivement, et même l’expression du génome fut perturbée et subit une transformation. La plus évidente était celle de l’apparence de Cillin.

L’ossature de son visage commença à changer. Ses cheveux, ses yeux et la couleur de sa peau étaient en train de changer, et même la structure de son squelette avait subi une transformation. Ce n’était ni une coloration éphémère ni de la chirurgie plastique : c’était une transformation qui s’était produite dans le cœur de son ADN. Cela ne pouvait pas être détecté même par un instrument perfectionné parce que c’était un contrôle et un changement à la source même de son être. C’était le vrai atout de Cillin.

D’après les données et les informations laissées par Horay, le corps hôte pouvait théoriquement faire en sorte que l’ADN originel de ses cellules subisse une recombinaison, une fragmentation, une suppression ou une mutation à travers le contrôle des bio-puces.

Par exemple, si quelqu’un essayait d’examiner les informations de l’ADN de Cillin, alors Cillin pouvait contrôler les cellules des fluides de son corps, de ses cheveux ou d’autres parties de son corps afin de leur faire subir un changement avant qu’elles  ne partent de son corps, et par conséquent, il en résultait que l’autre partie échouait à examiner les vraies informations de l’ADN de Cillin.

Mais parce que les bio-puces n’avaient pas été complètement activées, à chaque fois qu’il subissait une transformation massive, une période de stabilisation et de soulagement était nécessaire avant qu’il puisse à nouveau contrôler et changer à partir de la source.

Une fois que les sons de craquements d’os s’arrêtèrent, et que Cillin sentit que le reste de la transformation était terminée, il resta sans voix en regardant la personne dans le miroir.

Le garçon d’avant, aux cheveux noirs, aux yeux noirs, à la peau sombre et saine, s’était transformé en quelqu’un avec les cheveux gris clair, des yeux bleu foncé, une peau pâle et blanche, et même avec une ossature plus fine. Peu importe la manière dont vous le regardiez, il ressemblait à l’un de ces gosses de riches de la ville. Son visage n’était pas exactement extraordinairement beau, mais il était certainement bien proportionné. Dans l’ensemble, il ne semblait pas aussi imposant qu’il l’était auparavant.

Cillin fronça les sourcils. Il n’était pas très impressionné par sa nouvelle apparence, mais parce que les bio-puces n’avait pas été parfaitement activée, il n’avait aucun moyen de s’occuper de quelques changements superficiels. Peu importe. Laissons cela comme ça et utilisons-le pour le moment.

Genya lui avait dit une fois qu’il y avait deux sortes de gens qui pouvaient changer le monde. L’un d’entre eux est Dieu, et l’autre un fou furieux. Cillin pensait que le vieux Horay appartenait à la seconde catégorie. Quant à savoir s’il pouvait réellement atteindre le niveau de ‘Gloire’ et ‘d’Honneur’, cela restait à voir. Mais il devait admettre que ce Horay était un génie diabolique. Quand on y pensait, il avait pu créer quelque chose d’aussi dément avec seulement ce niveau d’équipement et avec essentiellement des opérations manuelles.

Cillin avait dépensé une grosse somme d’argent pour acheter une carte d’identité vierge au marché noir. À la fois son numéro de série et sa piste magnétique étaient vérifiables par les autorités. Cillin y entra d’abord son nom et sa photo et d’autres informations contrefaites dans la carte d’identité. Ensuite il l’inséra dans un lecteur de cartes. L’écran diffusa immédiatement les informations d’identité personnelles actuelles de Cillin. Tant que les autorités n’y regardaient pas plus profondément, cette carte d’identité n’attirerait pas la suspicion des inspecteurs.

Outre la carte d’identité, Cillin avait aussi acheté au marché noir une carte de crédit valable dans toute la galaxie, et après une série d’opérations compliquées mais prudentes, Cillin déposa le reste de son argent dans la carte.

De manière à obtenir ces deux cartes, Cillin avait dépensé plus d’un million de Stars. Il lui restait à peine le dixième de ses économies. Qui plus est, sans un réseau adéquat, il était impossible d’acquérir ces produits avec seulement de l’argent. C’était l’un des avantages dont Cillin jouissait en ayant travaillé pendant trois ans en tant que Hunter.

Le jour suivant, le méconnaissable Cillin s’habilla légèrement et embarqua sur le vol entre X-C362 et X-C100. Il ne rencontra aucun problème avec sa carte d’identité lors de l’inspection de la sécurité du spatioport.

Cillin toucha le dessin de feuille enroulé sur son pouce gauche alors qu’il s’asseyait dans le siège du paquebot spatial. Le contrôle de sécurité avait complètement échoué à le scanner. Si cela avait été juste un objet subspatial ordinaire, alors cela ne se serait pas passé aussi facilement ; sans mentionner les armes à feu et autres articles dangereux qui étaient entreposés à l’intérieur.

Il pressa un bouton sur son siège, et un écran apparut en face de lui. Il montrait le paysage à l’extérieur du vaisseau spatial.

Cillin pouvait bien avoir vécu dans cette pauvre petite ville, mais en tant que Shadow Hunter il avait voyagé dans de nombreux endroits autour de la planète. Mais de son point de vue, c’était encore un autre genre de sentiment auquel les gens se référaient comme des émotions mitigées.

Les gratte-ciels imposants, les villes animées. Ils devenaient doucement plus petits et plus indistincts jusqu’à ce que la planète entière se présentât devant lui. Pour la première fois, Cillin vit la véritable nature du ‘Sky Eye’, un réseau de satellites. Ils surveillaient tout sur le sol et prendraient les premières mesures immédiates, juste comme quand il avait laissé tomber un bouclier de lumière protectrice sur la zone de destruction cette nuit-là.

Cillin sortit le pendentif qui pendait à son cou pour qu’il puisse avoir une bonne vue de cette planète.

« Hena, maître, nous partons. Je me demande quand nous pourrons revenir. »

! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
error: Contenu protégé
Back To Top