skip to Main Content
Menu

Chapitre 49 – L’Incident du Pique-Nique

Traducteur Français : Hellteach

Checkeur : Zhexiel

Chapitre 49 - L’Incident du Pique-Nique

Mo Heng approuva du bout des lèvres que Cillin soit libéré de l’hôpital, et dans ce but il avait écrit un essai de réflexion sur ses actes de dix mille mots, touchant et incisif. Mais peu importait de quelle manière Mo Heng regardait cela, il ne trouva aucune ligne dans tout ça qui formulait ce qu’il voulait réellement lire, comme par exemple ‘Jamais, au grand jamais dans le futur je… » dans la totalité du texte de dix mille mots.

Pour emprunter la remarque de Mo Heng, c’était comme une machine sur laquelle il manquait un composant essentiel, ou, en un mot, de la merde !

Cela dit, bien que ce soit une petite merde, Mo Heng la fit quand même encadrer et l’accrocha dans son bureau, et à chaque fois que Cillin venait pour lui soumettre une mission, Mo Heng pointait du doigt l’essai sur le mur et se mettait à déblatérer.  Bien entendu, ceci était la conséquence.

Lorsque Cillin sortit de l’hôpital et retourna à son logement, la porte s’était automatiquement fermée derrière lui. Il y avait trois personnes assises sur trois chaises dans le salon, donnant l’impression d’une Cour composée de Trois Juges. Le trio, qui normalement était trop occupé pour même retourner à la maison, était présent aujourd’hui.

Ci Jincheng était en train de jouer avec le panneau de commande dans ses mains ; selon toute vraisemblance, Cillin serait attaqué par quelques objets inconnus s’il venait à courir hors de la maison. Knight était en train de tortiller ses poignets et pressait ses doigts jusqu’à ce qu’il craquent de façon audible. Et Lung laissait échapper un rire malfaisant sur le côté.

« Avoue et accepte une punition sévère, ou résiste et cours tout nu dans les rues ! Fais ton choix ! »

Cillin regarda le trio et s’empara calmement d’une chaise, s’asseyant du côté opposé. « J’opte pour le choix C. »

« Va te faire voir ! »

Le trio se rua en avant et plaqua Cillin au sol. Ils l’étranglaient.

« Vite, quelle est ta relation avec la Beauté Sa ?! »

« Même ses supporters se sont rués au pas de notre porte ! Regarde, ils nous ont même lancé des œufs pourris ! » Lung montra du doigt une tache jaune sur la fenêtre et l’accusa.

Conneries, comme s’il y avait quelqu’un à Seven Lights qui oserait vous malmener tous les trois ? C’est évident que c’est vous qui l’avez lancé vous-même pendant que vous essayiez de frire un œuf ! Je peux même voir l’huile dessus ; ou bien pensez-vous que vous pouvez me rouler ?!

« Soyez plus doux, mon cou va finir par se briser si vous m’étranglez plus longtemps. Je me rends, je me rends, d’accord. »

Cela prit un certain temps avant que son cou ne soit finalement relâché. Après avoir repris son souffle, Cillin expliqua alors ‘la cause et la conséquence’ de tout cela.

Après un moment, Knight demanda de façon suspicieuse : « Es-tu sûr qu’elle te connaît à cause du Professeur Mo et du Professeur Lin ? »

« Si tu ne me crois pas, va donc lui demander toi-même. »

Lung lui adressa un regard profond, pensif. « Donc, c’est un cas de ‘premier arrivé, premier servi’ donc ? Les étoiles sont alignées, mec, si tu ne peut toujours pas te la faire avec ces avantages, tu sera une mauviette. »

Knight aussi s’approcha plus près tout en agissant de manière secrète. « Donc… qu’avez-vous fait pendant ces cinq minutes ? »

« Nous avons parlé. »

« Et ensuite ? »

« Nous avons encore parlé. »

Après avoir analysé l’expression du visage de Cillin de toutes leurs forces, le trio dit, de façon désappointée : « Tu es teeeellement talentueux ! »

En parlant de cela, quelques étudiants sonnèrent la retraite lorsque la foule à Seven Lights avait  mis à jour l’identité et les origines de Cillin.

Concernant l’apparence, Cillin était en fait un homme plutôt séduisant. Son tempérament était définitivement brillant lorsqu’il l’affichait. Concernant ses origines et son identité, Cillin venait de la Famille Douance, et récemment, son père Aiflon surfait sur la vague du succès et était près de devenir l’héritier de la famille. Si ceci se produisait, alors Cillin deviendrait le prince de la famille, et il n’y avait vraiment pas beaucoup de familles qui pouvaient dépasser la Famille Douance outre quelques forces des trois Secteurs A, B et C.  Concernant la connaissance, Sir Mo, c’est-à-dire Mo Heng, était son maître. Et comment Cillin aurait-il pu devenir l’étudiant de Sir Mo s’il n’avait pas certaines capacités ?  Et finalement, le sujet de la puissance de Cillin n’était rien d’autre qu’un débat stérile. Le type avait combattu dans l’armée et tué quelques souris. Sa force de combat était classée cinquième dans la division entraînement. Mais comment diable allaient-ils pouvoir entrer en compétition avec ce gars ?

Par conséquent, la majorité des gens penchait pour regarder un bon spectacle à partir du banc de touche et faire des ragots.

Le jour suivant, Cillin se prépara à sortir tout en tenant son hoverboard.

Le trio qui prenait le petit déjeuner regarda vers lui immédiatement. « C’est le weekend aujourd’hui. Il n’y a pas cours. »

« J’invite Theresa à déjeuner aujourd’hui. » Cillin était très direct.

« Putain ! »

« Merde ! »

« Espèce d’animal ! »

Cillin avait à peine mis le pied hors du logement que le trio sortit un tas d’outils.

« Le signal est clair. »

« Débogue la surveillance satellite, veux-tu. »

« Nous devons avoir une bonne vue sur la manière dont Cillin fait des avances à une fille cette fois. »

Cillin savait que les trois racailles dans l’hébergement ne resteraient pas assis à regarder juste comme ça, mais il n’avait rien à cacher de toute manière. Après avoir acheté quelques articles sur son chemin, Cillin arriva dans une forêt à l’extérieur de la zone de l’école, ce qui était le lieu de rendez-vous sur lequel ils s’étaient mis d’accord. Theresa l’attendait déjà. Elle était habillée simplement mais élégamment comme d’habitude ; elle se connectait avec le panorama environnant et cela apparaissait incroyablement harmonieux.

« Excuse-moi, je t’ai fait attendre. » Cillin retira son hoverboard et sortit la nourriture qu’il venait juste d’acheter.

« Ce n’est rien, je suis venue plus tôt volontairement. »

Beaucoup de personnes étaient surprises qu’ils ne soient pas allés dans un restaurant, et qu’au lieu de cela ils soient venus dans la forêt pour un pique-nique.

Et pourquoi donc ‘beaucoup de personnes’ ? C’était parce qu’il y avait de nombreuses personnes qui traçaient les mouvement de Theresa, autres que les trois idiots dans l’hébergement de Cillin. Cependant, que ce soit une surveillance avec des jumelles ou par satellite, la forêt luxuriante serait leur plus grand obstacle. Ils n’auraient pas l’occasion de voir clairement, même au travers d’une verrière. Par conséquent, ils ne pouvaient voir que le duo qui était assis là, regardant le ruisseau qui courrait et savourant leur pique-nique. Il apparaissait qu’ils étaient en train de bavarder très joyeusement.

Il y avait déjà plein de photos qui avaient filtré sur le Forum de Seven Lights. Les feuilles des arbres pouvaient bien être dans le champ de vision, mais il était impossible pour l’imagination des gens de rester tranquille lorsqu’ils pouvaient voir le duo assis près du ruisseau.

Pendant ce temps, Lung râlait sans cesse dans l’hébergement. « Ce Cillin est si rusé. Penser qu’il aurait choisi un endroit aussi reclus ! »

La vidéo est bloquée par les feuilles des arbres. »

« On aurait vraiment dû placer un mouchard sur lui. »

Bien entendu, Lung disait cela sans le penser vraiment. Ils savaient qu’il devait y avoir une limite à tout. Ci Jincheng avait lancé le traceur dans le sac de Cillin sans se cacher, et le fait que Cillin n’ait rien dit signifiait qu’il ne voyait pas du tout d’inconvénient à leur faire savoir où il se trouvait.

« Ils doivent être en train de discuter de leur vie magnifique et de leur futur romantique. »

Les personnes qui pensaient cela étaient innombrables, mais en vérité, les sujets dont Cillin et Theresa discutaient n’avaient rien à voir du tout avec le romantisme.

« Puisque cet incident a eu un grand impact sur ses opposants, Mr. Aiflon Douance t’as payé le triple de la récompense habituelle. Tu peux t’attendre à la même chose pour les deux prochains mois. » dit Theresa.

« Est-ce que c’est dû à mon mentor, le Professeur Mo ? »

« Pas seulement lui. Tes trois colocataires on agit également, et les militaires, le monde du commerce, le gouvernement et le monde académique ont exercé quelques pressions eux aussi. J’ai aussi entendu dire que l’organisation d’assassins avait été mise sur la liste des personnes recherchées. Récemment, ils ont eu l’intention de se venger contre leurs employeurs, tu sais. »

En entendant ces nouvelles, Cillin sourit et ne dit rien.

« Bien que ces personnes vont se retenir un peu après ces pressions exercées de tous côtés, M. Aiflon m’a demandé de te dire ceci : certaines personnes de la famille principale pourraient saisir cette opportunité pour agir, et faire porter le chapeau à ces gars malchanceux. Par conséquent, tu devrait être prudent pendant ce temps. Cela dit, je pense que M. Aiflon s’est trop fait de souci. Avec tes capacités, il n’y a absolument aucune chance que tu sois incapable de t’occuper de ce menu fretin. »

« Tu as certainement une haute opinion de moi. » Cillin tourna la tête et regarda le petit ruisseau.

C’était différent des ruisseaux artificiels de la Planète Terre Brune. Il y avait une beauté dans ce ruisseau qui était plus proche de la nature. Il y avait même un crabe sous un rocher. Lorsqu’il était jeune, il jouait souvent avec Hena dans le ruisseau qui était légèrement plus loin de la zone pauvre, mais il n’y avait que de l’eau et des rochers, rien d’autre. Hena avait même dit qu’un tel ruisseau ne comportait aucune vie. Elle avait dit que si un jour elle pouvait voir un ruisseau rempli d’abondance de vie comme des poissons, des crevettes et des crabes que l’on montrait à la télé, ce serait certainement une chose heureuse.

Cillin toucha le pendentif près de sa poitrine à l’intérieur de ses vêtements. Vois-tu ça, Hena ? Il y a des crabes ici. Ce ruisseau est vivant. Dans le futur, nous verrons même des ruisseaux encore plus vivants.

« À qui penses-tu ? » demanda Theresa. Pendant ce petit instant, la douceur dans les yeux de Cillin était de celles qui pouvaient noyer quelqu’un.

« Je pensais aux crabes. » Cillin s’étira le dos. « Y-a-t’il quelque chose d’autre ? »

« Non. Je te dirai quand je recevrai de nouvelles instructions à l’avenir. »

« Tant que tu te souviens de ma récompense. »

« Nous ne serons absolument pas pingres avec toi. Terminons notre rencontre ici pour aujourd’hui : il semble que ta patience est à sa limite de toute façon. Embrassons-nous pour nous dire au revoir avant de nous séparer. » Une fois qu’elle eut terminé, Theresa se pencha et se rapprocha de Cillin.

D’innombrables étudiants de Seven Lights virent la Beauté Sa se pencher vers Cillin, alors que la distance entre eux s’amenuisait de plus en plus jusqu’à ce que…
BORDEL ! LES FEUILLES DES ARBRES NOUS GÈNENT !

Lung pointa du doigt les feuilles des arbres à l’écran et dit furieusement : « Je récompenserai celui qui abattra cet arbre de la somme d’un demi-milliard ! »

Au même moment, dans un hébergement différent de l’autre côté, Ling Lun avait écrabouillé son cinquième micro-ordinateur à mains nues aujourd’hui.

Tout le monde savait que le duo s’était embrassé, mais l’avaient-ils fait réellement ? C’est vrai. Mais… juste le visage. Theresa avait seulement embrassé la joue de Cillin, mais à cause des feuilles des arbres, tous les autres pensaient à une chose évidente.

La compréhension des angles de vue de Theresa était fantastique. Elle savait par cœur d’où venait exactement la surveillance.

Après avoir nettoyé les choses sur le sol, Cillin étendit son hoverboard pendant que Theresa pressait un bouton sur sa clef. Non loin de là, une voiture volante arriva alors que sa couleur changeait du vert au blanc. Elle avait utilisé une couleur de camouflage un peu plus tôt.

« Tu veux que je te ramène ? » demanda Theresa en s’asseyant dans sa voiture.

« Ça ira. C’est un plaisir de travailler avec toi. Rappelle-toi de la récompense. »

« C’est un plaisir de travailler avec toi. »

Les deux parties se séparèrent dans différentes directions. Cillin vola le long du ruisseau pendant un moment, mais il n’y avait plus beaucoup de personnes qui faisaient attention à lui. Knight et les autres avaient aussi ouvert le forum et vérifié les fils de discussion. Les fils les plus chauds de tout le Forum de Seven Lights parlaient de Cillin et Theresa : ils parlaient de la ‘vérité’ derrière la photo.

Cillin était juste rentré à l’hébergement lorsque Knight et Lung laissèrent tomber leur micro-ordinateur et coururent à sa rencontre.

« Tu ferais mieux de nous raconter ce moment critique directement… putain, des crabes. Où as-tu trouvé ces crabes ? Il sont si frais ! » Knight et Lung ne se souciaient plus de l’incident du baiser du pique-nique ou quoi que ce soit et se frottèrent les mains tout excités à la vue de l’énorme sac de crabes.

Ci Jincheng : « … »  Ces goinfres !

Cette nuit-là, pendant que le reste des gens à Seven Lights salivait dans tout le forum, Cillin et ses amis appréciaient un repas fin composé de crabes autour de la table.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé
Back To Top