skip to Main Content
Menu

Chapitre 4 – Le secret de Genya

Traducteur Français : Hellteach

Checkeur : Zhexiel

Chapitre 4 - Le secret de Genya

Une information enregistrée à l’intérieur de la tête de Cillin lui traversa l’esprit dans son rêve, et un changement était aussi en train de se produire à l’intérieur de son corps.

Il ne rouvrit les yeux que deux jours plus tard. Cillin ne se rendit pas à la boutique du vieux Devon, mais au lieu de cela il se dirigea chez Genya, la maison de son maître.

Cillin avait été ramassé par Genya dans les bois du côté ouest de la ville. À cette époque, à cause des fortes radiations d’une éruption solaire qui provoqua sur les planètes avoisinantes l’échec des cultures alimentaires et l’augmentation vertigineuse des prix des médecines alimentaires, ce fut un terrible désastre pour les pauvres. Beaucoup de gens étaient morts de faim, et les enfants qu’ils ne pouvaient plus se permettre de nourrir furent vendus aux gens riches de la ville animée. Cillin faisait partie de ceux qui n’avaient pas pu être vendus à temps. Ce jour-là, une bagarre survint dans les bois Ouest à cause du problème de manque de nourriture. Quand Genya y était allé, le seul qui était encore en vie était Cillin, placé dans un tronc d’arbre creux, et toujours enveloppé de son emmaillotement.

Genya n’était qu’un génotype de classe F, et pourtant il vivait et se battait mieux qu’un classe D. Genya avait appris à Cillin un ensemble d’exercices qui, comparés à ceux qu’il avait vu à la TV, étaient améliorés par de nombreux aspects de la kinésiologie humaine. Ces exercices furent plus tard utilisés par Cillin pour la chasse. Genya avait dit une fois que cet ensemble d’exercices était adapté à l’origine de véritables techniques d’arts martiaux. Il avait ôté l’aspect meurtrier et avait ajouté un peu de modération, mais Cillin fut de lui-même lentement capable de retrouver les parties enlevées au travers d’une pratique réelle.

Genya décéda lorsque Cillin avait douze ans. Personne ne connaissait l’âge de Genya ; Cillin savait seulement que son maître n’était pas une personne ordinaire. Le reste était un mystère.

Chaque mois Cillin venait ici et nettoyait la maison de Genya. Les dispositions à l’intérieur de la maison n’étaient pas miteuses. Elle dégageait un sentiment de simplicité et de paix, et elle était juste humble et sans particularité comme Genya lui-même. À l’évidence, il ne manquait pas d’argent, et pourtant il avait eu la volonté de vivre sa vie tranquillement dans la zone pauvre.

Il y avait un énorme arbre de plus de vingt mètres de haut dans je jardin. Sa canopée était assez grande pour couvrir plus de la moitié du jardin. Genya avait dit une fois qu’il ne devait y avoir qu’un seul arbre comme celui-ci dans toute la galaxie.

Cillin marcha jusqu’à ce qu’il soit près de l’arbre, et sorti le pendentif en cristal qui était autour de son cour.

« Maître, Hena et moi somme venus vous voir. »

Il n’y avait que Genya et Hena dans son monde. Enfin, il supposait que le vieux Devon faisait à peine le compte lui aussi. Mais Genya et Hena étaient déjà partis, et le vieux Devon aussi commençait une nouvelle vie de son côté.

Il s’assit, le dos contre l’arbre. De beaux rayons de lumière brillaient au-dessus de lui, et pourtant il ne pouvait pas en ressentir beaucoup de température.

« Il n’y a que moi à nouveau. »

Cillin leva le bras et en fonction des informations qu’il avaient comprit à l’intérieur de son cerveau, il contrôla l’activation des bio-puces. Il regarda ses bras. Vu de l’extérieur, ils avaient l’air exactement comme avant, et pourtant maintenant il pouvait facilement les faire pénétrer dans une plaque de métal épaisse de dix centimètres, juste comme ce vieux fou avait facilement détruit sa dague en alliage. Il n’avait pas digéré beaucoup des informations stockées dans sa tête ; rien que les bases comme le contrôle de ses muscles comme maintenant, ou l’activation et l’arrêt de ses gènes…

Il valait la peine de mentionner que grâce à l’intégration apportée par les puces injectées, le génotype de Cillin avait atteint le niveau de la classe B maintenant. Avant que Genya ne ferme les yeux pour toujours, il avait dit une fois à Cillin que si un jour il réussissait à augmenter son génotype à la classe C, alors il pourrait ouvrir cette boîte dans sa chambre. S’il n’y arrivait pas, alors il ne devrait jamais l’ouvrir.

Se levant, Cillin marcha dans la chambre où Genya avait vécu et ouvrit le placard. Il y avait une boîte qui avait l’air d’être en bois qui reposait tranquillement à l’intérieur. Il y avait une couche invisible de film protecteur qui entourait la petite boîte, et il était utilisé pour évaluer la classe du génotype d’une personne. Cillin avait rebondi dessus quand il n’était qu’un classe F.

Il plaça sa main sur le film invisible une fois encore, et un fin halo s’étendit jusqu’à ce qu’il disparaisse complètement. Cillin prit la boîte. La clé d’activation était les propres informations génétiques de Cillin ; le double mot de passe à l’intérieur du génome et de l’ADN Mitochondrial.

Tchac –

La boîte s’ouvrit.

L’hologramme de Genya apparut. Même s’il n’était que de la taille d’une paume de la main, il était incroyablement clair.

« Cillin, puisque tu es capable d’ouvrir cette boîte, cela signifie que non seulement ton génotype a atteint la classe C, mais tu n’es pas âgé de plus de 50 ans. »

Les sourcils de Cillin se haussèrent. Il ne savait pas que Genya avait même installé une limite d’âge.

« Cillin, si tu as l’intention d’explorer l’univers, alors continue. Sinon, tu devrais fermer cette boîte et ne jamais la rouvrir. C’est mon ordre en tant que ton maître ! »

Cillin ne bougea pas.

Après un moment, l’hologramme s’alluma une fois encore avant de se clarifier à nouveau.

« Puisque tu as choisi d’explorer l’univers, alors s’il te plaît, fais une faveur à ton maître. Emmène la bague à l’intérieur de la boîte avec toi, et si jamais un jour il y avait une réaction de la bague, alors, ramène-moi à la maison… »

Ce serait un mensonge si Cillin disait qu’il n’était pas choqué en entendant la voix de Genya. La bague était en fait une bague subspatial, et il était impossible sur la planète actuelle de Cillin qu’une telle technologie ait été développée. Seuls les super-riches dans le cœur du centre ville pouvaient s’offrir cela, et c’était pratiquement le luxe parmi le luxe. Mais Genya en possédait véritablement une, et Cillin pouvait sentir qu’elle était même encore plus élaborée et complexe que les bagues et les colliers subspatiaux et autres que les riches possédaient !

Plus Genya parlait, plus Cillin avait le sentiment que son identité était extraordinaire.

« L’arbre dans le jardin s’appelle un Arbre Fuji. L’emblème de ma famille est une feuille de Fuji ; l’Ancien Arbre Fuji – la Famille Gen. Depuis que je suis arrivé dans cet endroit, je n’ai jamais entendu ce nom, pas même une fois… »

Lorsque Genya n’était qu’un enfant, il avait effectué un vol dans le vaisseau spatial de sa famille et avait pénétré par accident dans la « Zone du Démon ». Un trou de ver était apparu d’on ne sait où et avait consumé son vaisseau spatial, et il était rapidement arrivé dans cet univers peu familier. Son vaisseau spatial fut détruit, et après avoir voyagé d’un endroit à un autre, il arriva finalement sur la planète Terre Brune X-C362 ; c’est-à-dire cette planète-ci.

Bien qu’il y eut de nombreux détails que Genya avait négligé de mentionner, Cillin était capable d’en deviner quelques-uns.

« Avant qu’il n’y ait une résonance venant de la bague, tu ne dois jamais mentionner à la légère la Famille Gen ou encore l’Ancien Arbre Fuji… »

Une fois terminé, l’hologramme disparut et laissa derrière lui une bague qui avait l’air d’être en bois.

La bague avait l’air un peu grande, donc il la porta sur son pouce gauche. À la seconde où il la mit, la bague en bois se transforma soudainement en un motif enroulé, ayant la forme d’une feuille, et devint fermement collé sur sa peau. Cela ne ressemblait plus du tout à une bague, mais pratiquement à un tatouage. Un tatouage qu’il ne pouvait ni ôter ni frotter peu importe avec quelle force il essayait.

Putain, je savais d’avance que je n’aurais jamais dû mettre ça sur mon pouce ! Qui donc tatouerait une feuille enroulée sur son pouce ?!

Selon les instructions de Genya, Cillin devait déterrer le cercueil enfoui dans le jardin de l’arbre Fuji. Cette année-là, ils n’avaient pas électro-incinéré son corps ; au lieu de cela, ils avaient respecté la volonté de Genya et l’avaient placé dans un cercueil fabriqué avec le bois de l’arbre Fuji. Ensuite, ils l’avaient enterré près de l’arbre. Bien entendu, Cillin et Hena étaient les seuls au courant de cela.

Il ne déplaça pas beaucoup le cercueil. Cillin pointa le motif en feuille qui était au bout de son pouce vers le cercueil, et après une lueur verte, le cercueil fut aspiré dans la bague. Cillin pouvait ressentir l’endroit où se trouvait le cercueil dans la bague, et Cillin savait aussi qu’il y avait encore un espace suffisamment grand dans la bague – assez pour qu’il puisse faire un bon stock pour un long voyage.

Après avoir tout nettoyé correctement dans le jardin, Cillin embrassa légèrement le pendentif autour de son cou, puis il regarda le motif en feuille à son pouce et sourit.
« Nous partons tous les trois pour l’aventure ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé
Back To Top