skip to Main Content
Menu

SRH – Chapitre 38 – Elles Réclament Vengeance

Traducteur Français : Hellteach

Checkeur : Zhexiel

Chapitre 38 - Elles Réclament Vengeance

Shute ne dit rien concernant le silence de Cillin. En fait, Cillin n’avait pas dit grand-chose du tout depuis le début de l’opération. Il avait simplement l’impression que le gamin était trop silencieux ; un jeune homme devrait agir de façon plus joyeuse et animée.

« Cillin, tu peux mettre ces choses de côté pour l’instant. Une fois que nous aurons réglé le sort de toutes les souris noires et que les réparations auront commencé, il y aura du personnel spécialisé qui s’occupera de ces choses. Nous devrions nous diriger de l’autre côté du centre de traitement des déchets maintenant ; c’est là que se trouve leur repaire. » dit Shute en regardant l’heure.

« Donnez moi un instant… très bien, c’est fait ! » Cillin ouvrit l’instrument et entra une série de commandes.

« Qu’est-ce que c’est ? » demanda l’un des membres de l’escadron. Les labels écrits sur l’instrument avaient été déchirés par les souris noires. Ils ne pouvaient pas lire ce qui était inscrit.

« Ce devrait être l’instrument qui analyse les gènes ou quelque chose du genre, je pense. » répondit un autre membre de l’escadron.

« Oui, c’est l’un des analyseurs dernier modèle dans la GA en ce moment. » Cillin sorti une petite aiguille de sa poche de taille et versa son contenu dans une indentation de l’instrument. Ensuite, il poussa l’indentation dans une prise et repris la tape d’une série de formules sur l’instrument.

« Vous voyez, je vous avais dit de lire plus de livres. Si vous tombez sur des instruments dans le futur, alors au moins, vous connaîtrez quelque petites choses à ce sujet. Autrement, vous serez considérés comme des illettrés, vous savez. »

« Bah, je suis un soldat. Tout ce que les soldats ont besoin de savoir c’est comment se battre. Pour quoi aurais-je besoin d’éducation ? »

Quelques membres de l’escadron se mirent à rire tout en bavardant.

Cependant, Shute ne leur emboîta pas le pas. La réaction de Cillin lui avait donné un mauvais pressentiment. Il avait entendu Huo Neil dire il y a longtemps que Cillin était une personne très talentueuse et qu’il menait des recherches dans la division de recherche à Seven Lights. Maintenant, il apparaissait que ce gamin était vraiment compétent et bien informé. Il ne lui avait pas fallu cinq minutes pour réparer cet instrument, et sa technique était également bien éprouvée. Toutefois, la chose que Cillin venait juste de verser sur l’instrument devrait être du sang de souris noire, n’est-ce pas ? Quand s’était-il procuré ça ? »

« Qu’est-ce que ça donne ? » demanda Shute en se glissant plus près de Cillin. Il ne comprenait rien aux trucs avancés qui apparaissaient sur l’écran.

Certainement, ne pas avoir été éduqué était une chose terrifiante. Toutefois, comme son subordonné l’avait dit, tout ce dont un soldat avait besoin c’était de savoir comment se battre. Les trucs qu’ils pouvaient stocker dans leurs cerveaux étaient limités, et s’il n’y en avait trop, alors leurs unités centrales ne feraient pas le poids.

Cillin ne répondit pas directement à la question de Shute. À la place, il dit :  « Capitaine, donnez-moi un coup de main et aidez-moi à rassembler des échantillons de sang de souris noires du labo. Aussi frais que possible. » Certains des endroits contenaient des résidus de sang laissés par les souris qui s’amusaient entre elles, ou qui avaient été blessées par les mécanismes de défense du labo. Tant que le résidus de sang n’avait pas été en contact avec les drogues, alors il ne changeraient pas beaucoup.

« Certainement. » Shute reçut un petit sac de petits flacons vides des mains de Cillin. Chacun de ces flacons contenait un coton-tige stérilisé. Il ne pensait pas que le gamin aurait apporté ça avec lui pendant qu’ils étaient en train de préparer leur équipement dans le vaisseau de guerre.

Rapidement, neuf hommes avaient rapporté vingt-huit échantillons de sang à Cillin.

Après avoir fouillé le labo en cherchant quelques solutions et les avoir fait passer par une série de traitements, Cillin y déposa les vingt-huit échantillons et les analysa immédiatement. Après avoir regardé la série de données affichées sur l’écran, il soupira. « Donnez-moi un moment ; je vais chercher d’autres échantillons. Espérons que je vais pouvoir le trouver. »

« Hé, mais que fait ce gamin exactement ? » se plaignit un membre de l’escadron.

« J’ai un mauvais sentiment à ce sujet. » marmonna une autre personne.

Cillin regarda par un trou et prit une série de photos. Ensuite, il sauta directement dedans.

« Hé, toi ! » Le membre de l’escadron qui lui courut après pouvait sentir ses cheveux se dresser sur la tête. C’était un trou de souris ; ils ne pouvaient même pas étirer leurs membres à l’intérieur, encore moins lever un fusil. Si une souris noire se précipitait soudainement par le bas, alors, la seule chose qui les attendait, c’était la mort. Bien que le bio-scanner n’ait rien détecté, il y avait vraiment trop d’interférences dans ce genre de station de recherche. C’était très commun que les appareils fonctionnent mal.

L’intérieur du trou était noir d’encre, donc les personnes au-dessus ne pouvaient pas voir ce que Cillin était en train de faire. Cillin retira ses gants et pressa ses mains directement sur le mur. Le virus des souris noires n’avait aucun effet sur lui. Pendant qu’il touchait les murs, le cerveau de Cillin était déjà en train d’analyser à grande vitesse les informations récupérées par ses doigts. Les données qu’il acquerrait par l’analyse ADN via les minuscules poils, les squames, la salive et d’autres résidus sur le mur étaient presque les mêmes que celles qu’il avait acquises sur l’instrument.

Ses doigts se promenèrent sur les murs avant de s’arrêter soudainement lorsqu’ils eurent atteint un certain endroit. Cillin remit ses gants et sortit le coton-tige d’un flacon. Il frotta cette zone avec le coton-tige et gratta une petite couche avec son cutter en même temps.

Shute et les autres laissèrent finalement échapper un soupir de soulagement quand ils virent Cillin grimper hors du trou. Sérieusement, ce gamin…

Après avoir scanné et analysé l’échantillon qu’il avait récupéré dans le trou, puis en le comparant avec les vingt et quelques échantillons précédents, une nouvelle série de données fut affichée à l’écran.

« C’est bien ce que je pensais. » Cillin montra du doigt les données affichées sur l’écran et dit au groupe. « Voici la comparaison de l’échantillon que j’ai récolté dans le trou juste à l’instant, et la vingtaine d’échantillons que vous avez collecté. Selon les données déduites à partir de l’analyse de leur matériau génétique – bien, je vais aller droit au but – pour faire court, on s’est fichu de nous. »

Shute fronça les sourcils. « Tu peux expliquer ? »

« Je vais utiliser celui-là comme exemple. » Cillin pointa du doigt une série de données particulières. « Les souris noires que nous avons chassé ont une force des muscles blancs et rouges qui sont au moins cinq fois plus faible que la souris noire qui a percé le trou. C’est-à-dire que cette souris noire est bien plus puissante que n’importe laquelle des souris noires que nous avons rencontré jusqu’à présent, que ce soit en vitesse ou en endurance. Et cela n’est même pas encore l’analyse complète. »

« Tu veux dire que la souris noire qui a percé ces trous est une variante plus forte ? » demanda Shute.

« C’est exact. Les souris noires que nous avons tué ne pouvaient même pas griffer la couche de renforcement en-dessous de cette station ! J’ai vérifié ces trous auparavant, et les marques de griffes à l’intérieur étaient plutôt régulières et claires. Ces variantes plus fortes pourraient même griffer au travers de plateaux d’acier. Cependant, les souris noires que nous avons rencontré pourraient bien ne pas être capables de griffer au travers de la couche de renforcement même si on leur donnait un mois pour le faire. Vous souvenez-vous depuis quand ces trous ont été percés dans la station ? »

Les membres de l’escadron devinrent silencieux.

C’est vrai, combien de temps a-t-il fallu pour que la station succombe ? Quelques heures tout au plus !

« Où sont ces souris noires plus fortes alors ? À l’intérieur de l’usine de traitement des déchets ? »

« Non. Si ce que je devine est correct, alors leurs vraies ‘élites’ sont exactement en-dessous de la zone centrale de la station ! »

Shute était choqué. « Ce n’est pas possible ! Ne sont-elles pas… »

Shute était sur le point de dire ça, les souris noires n’étaient-elles pas incapables de percer un trou à travers la barrière renforcée de sous-sol de la zone centrale ? Mais ensuite, il réalisa immédiatement qu’il pouvait bien avoir eu tort dès le tout début. Ce n’était pas qu’elles soient incapable de percer un trou à travers la barrière. Si les souris noires étaient vraiment aussi fortes, alors, peu importait à quel point la barrière sous la zone centrale était solide, elle ne pourrait pas avoir duré aussi longtemps.

« Que sont-elle en train d’essayer de faire exactement alors ? » un membre de l’escadron ne put s’empêcher de demander.

« Vengeance. Elle veulent la vengeance. » Cillin regarda en direction de la zone centrale. Les chercheurs clé de la station étaient tous là.

Les souris noires qu’ils avaient tué n’étaient que l’avant-garde. Les vraies élites n’avaient pas encore montré leurs museaux pendant tout ce temps. Cillin suspectait même que la capture réussie de la souris noire par la station de recherche n’était que l’intention du chef des souris noires en premier lieu. C’était parce que cette souris noire n’était pas une élite ; elle était complètement incomparable à la souris qui avait percé ce trou.

Ils avaient pendant un moment installé leur repaire en bas de l’usine de traitement des déchets parce qu’on pouvait y trouver à la fois de la nourriture et de l’eau. Mais maintenant, cet endroit n’était rien d’autre qu’une couverture ; une couverture pour gaspiller les munitions et le temps des équipes d’opération.

Une diversion. Ils avaient très bien utilisé la tactique. Dans ce monde, les espèces intelligentes étaient bien au-delà de l’imagination de l’humanité.

« Si tu avais prévu cela depuis longtemps, alors pourquoi n’as-tu rien dit ? » demanda un membre de l’escadron avec colère.

« Est-ce que vous m’auriez cru sans preuves ? » Avec le statut de Cillin comme simple étudiant, personne ne l’aurai cru, que ce soit les militaires ou les chercheurs de la station. Dans ce cas, il fallait bien qu’il se procure des preuves en premier et qu’il parle plus tard. Cillin ne pensait pas de lui qu’il était une personne gentille. Il ne ferait pas des choses dont il n’obtiendrait pas de réciprocité. Que ces gens vivent ou meurent n’était pas ses putain d’affaires.

Si Mo Heng pouvait entendre les pensées de Cillin à cet instant, il serait probablement assez en colère pour lui filer une bonne raclée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
error: Contenu protégé
Back To Top