skip to Main Content
Menu

Chapitre 20 – Je Suis un Gentleman

Traducteur Français : Hellteach

Checkeur : Zhexiel

Chapitre 20 - Je Suis un Gentleman

Cillin était immergé dans le livre pendant qu’il copiait toutes les informations dans son cerveau. Il se moquait complètement du regards des deux autres personnes dans la zone d’étalage. Tant qu’il n’y avait pas de danger, Cillin ne quitterait pas cet état.

Après avoir feuilleté les livres qu’il pensait être utiles sur l’étagère, Cillin en choisit dix et se retourna. Il vit immédiatement les deux personnes qui le regardaient avec des expressions étranges. Après avoir souri au duo et hoché la tête, il dit alors au commis du magasin : « Ces dix livres, je vous prie. »

« Oh… bien. Bien, veuillez attendre un instant s’il vous plaît. » Finalement, le commis s’approcha, scanna et démagnétisa les dix livres que Cillin avait choisis avant d’y apposer un tampon ‘Premier Prix du Quiz du Centenaire de la Librairie’. Ensuite, il rendit les livres à Cillin. « Veuillez s’il vous plaît récupérer votre carte VIP au comptoir principal. »

« Très bien, merci. »

Après que Cillin soit parti, le commis du magasin était toujours pétrifié par la stupéfaction. « Jincheng, est-ce qu’il a vraiment tout lu ? »

« Il devrait se souvenir de tout les livres qu’il lit. »

« Est-ce qu’il est seulement humain ?! J’ai entendu dire, il y a longtemps, que des gens avaient une mémoire eidétique*, mais c’est effrayant même d’entendre parler de quelqu’un qui peut scanner les choses comme une machine. » Pendant qu’il parlait, le commis du magasin avait même un peu tremblé en réponse.

(* mémoire eidétique = mémoire photographique)

« Il semble qu’il y ait pas mal de dragons cachés ce trimestre. » Ci Jincheng ferma le livre et le reposa sur l’étagère. « Je m’en vais aussi. Je reviendrai après l’enregistrement si j’en ai le temps. Cette cargaison de nouveaux livres arrivera dans deux jours. J’enverrai quelqu’un te contacter à ce moment-là. »

« Ouais, je le dirai au manager. J’ai soumis ma demande d’obtention de diplôme ; la réponse ne devrait pas prendre trop de temps. Lorsque cela arrivera, je compterai sur toi pour arranger les choses. »

Ci Jincheng lui fit le geste de se relaxer avant de quitter le rayon également.

Les dix livres que Cillin avait choisis étaient tous des livres reliés, et ce n’était pas une bonne idée de les mettre sans précautions dans sa bague subspatiale à cet endroit. Il ne pouvait pas risquer d’exposer les secrets de sa bague, mais il était aussi trop fatiguant de les porter sur son dos. Donc, Cillin s’arrangea pour mettre les livres en consigne. Il contacterait un employé de la librairie plus tard pour se les faire envoyer après qu’il ait fini son enregistrement et qu’il ait nettoyé ses quartiers de vie. Puisqu’il était le gagnant du premier prix du quiz, la boutique ne lui fit pas payer d’extra pour ce dépôt.

Cillin fut arrêté juste en sortant de la librairie.

« Cillin Douance, attends un moment s’il te plaît ! » Ci Jincheng s’approcha rapidement de lui, alors qu’il tenait un livre dans ses mains.

« Quel est le problème ? »

« Je veux juste te rappeler que les gagnants font l’objet d’une annonce sur le grand écran du magasin. Il n’affiche pas une photo, mais quelqu’un pourrait tout de même y prêter attention. Il est très commun pour des étudiants des classes supérieures de harceler un nouvel arrivant, et si tu n’as pas de preuve concluante, la police ne te sera pas d’une grande aide. »

Cillin se fendit d’un sourire en entendant ça. « Merci pour ce rappel. Puis-je savoir qui tu es ? »

« Je m’appelle Ci Jincheng. Je suis aussi un nouvel étudiant de ce trimestre. Mais j’ai quelques connaissances à propos de l’Université Seven Lights. Si tu as besoin de quoi que ce soit, alors tu peux essayer de me contacter. »

Après y avoir réfléchi un instant, Cillin dit : « Es-tu familier avec la Zone Commerciale ? Sais-tu quels sont les boutiques qui vendent les hoverboards les plus abordables ? » Puisque Ci Jincheng avait exprimé de la bonne volonté, il n’y avait aucune raison que Cillin ne la rejette. C’était un environnement nouveau et compliqué après tout ; plus il se faisait d’amis, mieux c’était.

« Je connais une boutique qui vend des hoverboards tout à fait abordables ; c’est la saison des admissions maintenant, donc il devrait y avoir des offres spéciales. La qualité de production de leurs hoverboards est plutôt bonne également. J’en ai acheté un là-bas auparavant. »

La boutique où Ci Jincheng mena Cillin avait des hoverboards en promotion exposés à l’entrée du magasin. Cillin jeta un coup d’œil à la chose en substance et découvrit qu’ils étaient plutôt bons et que, comme promis, étaient d’un prix abordable. Ils se retrouvèrent même avec deux coupons pour un salon de thé en terrasse sur le haut d’un building commercial.

De manière à exprimer sa gratitude envers Ci Jincheng, Cillin utilisa les deux coupons pour le salon de thé dans la foulée.

Il y avaient de nombreuses tables rondes ou carrées de différentes tailles sur le toit du building commercial. Il y avait même un énorme parasol sur le haut. Des groupes de personnes prenaient souvent l’ascenseur directement pour le toit afin de se régaler d’un thé et de quelques friandises après avoir fini leurs emplettes  dans le centre commercial.

Ce n’était pas l’heure de pointe pour le moment, donc il y avait quelques tables vides. Cillin et Ci Jincheng s’étaient assis là et buvaient du thé pendant qu’ils prenaient le temps de bavarder un petit peu à propos de Seven Lights.  Mais ils n’étaient pas assis depuis longtemps avant que huit personnes n’arrivent et les encerclent.
« Yo, c’est donc là que vous traînez les gars, hein ? Quel genre d’amis vous êtes pour ne pas nous inviter à prendre le thé avec vous ? » L’un d’entre-eux les salua chaleureusement comme s’ils étaient des frères proches.

Cillin et Ci Jincheng échangèrent des regards. Voilà les ennuis qui arrivent.

Les huit hommes encerclaient la petite table, et la personne qui les avait salué tira une chaise et s’assit près du duo après s’être rapproché. Il attrapa un snack et le mit dans sa bouche tout en disant négligemment : « On dit que vous deux venez juste d’empocher de l’argent. Quels bons, studieux gamins vous êtes pour être capables de répondre à toutes ces folles questions correctement. »

C’est ce qu’il avait dit, mais il était évident que le sarcasme débordait de ses yeux. Pour ces personnes, ceux qui pouvaient répondre à ce genre de question étaient tous des rats de bibliothèque, et les rats de bibliothèque étaient des cibles faciles à harceler. Ils avaient toujours regardé de haut ces érudits maladifs.

Cillin avait changé ses vêtements après avoir quitté le port, et la tenue de Ci Jincheng n’était pas voyante non plus. Ils étaient habillés tous les deux de vêtements modestes, donc leurs identités n’avaient pas l’air importantes. Ce n’était pas étonnant que ces personnes les aient repérés si rapidement ; ils étaient sûr que ni Cillin ni Jincheng étaient d’un milieu qui pourrait les soutenir.

Cependant…

La main de la personne qui tenait le snack se figea dans l’air et commença même à trembler – le canon d’une arme a feu avait été posé directement sur sa tête.

Mis à part Cillin, ces personne n’avaient même pas remarqué les actions de Ci Jincheng. Ils eurent le sentiment qu’une arme à feu était apparue de nulle part juste comme ça, et ce ne fut que lorsque le pistolet fut pressé contre la tête qu’il réalisèrent que leur cible avait sorti une arme dieu sait quand.

Le contrôle des armes à feu était très strict à Seven Lights. La plupart des gens n’avaient pas la qualification pour porter des armes à feu, donc ils ne s’attendaient pas à ce que l’une de ces cibles à l’apparence facile ait en réalité une arme à feu. Qui plus est, ce gars à l’air érudit était certainement puissant !

Les huit personnes étaient pétrifiées sur place. Il était évident que c’était la première fois qu’ils tombaient sur une telle cible. Ils n’osaient pas s’échapper, et ils avaient même peur de parler à voix haute. Même leurs respirations étaient devenues prudentes. Leur nombre ne signifiait rien contre un pistolet. Ils avaient l’impression que l’air était devenu une main glaciale qui les avait attrapé par la gorge alors qu’un frisson froid se répandit instantanément à travers tout leur corps.

Cillin fut surpris pendant une seconde durant l’instant où Ci Jincheng avait sorti son arme, mais à part cela, aucune émotion discernable n’était visible de son apparence. Il continua à boire son thé et à apprécier ses snacks ; ce serait du gaspillage que de ne pas terminer la nourriture qu’il avait acheté.

Ci Jincheng tenait sa tasse de thé avec son autre main et but son thé sans se presser. « Je suis un gentleman. Je n’apprécie pas de résoudre les problèmes par la violence. »

Mon œil que tu es un gentleman !

Tous les huit crièrent au plus profond d’eux. Bordel de merde, si ça ne compte pas comme résoudre un problème par la violence, c’est quoi alors ? Un canon laser à haute énergie ?!

« N…Nous… » Le type avec le pistolet sur la tête bégaya pendant si longtemps qu’il faillit se mordre la langue.

« Dehors. » Ci Jincheng n’avait pas du tout l’intention d’écouter une explication. Une soi-disant explication dans cette situation ne serait que pure connerie. Ses doigts bougèrent, et le pistolet disparut. Ci Jincheng retira sa main et continua à boire son thé. Du début à la fin, il n’avait même pas regardé la personne une seule fois.

Ils savaient que ce n’était pas que le pistolet s’était évanoui dans l’air. C’était juste que les mouvements de l’autre partie étaient trop rapides, et ils n’avaient pas du tout pu les capter.

Même un fou aurait réalisé que l’on ne pouvait pas badiner avec Ci Jincheng au moment où il avait sorti un pistolet. Quiconque continuerait à rester là serait un idiot !

Sans même regarder les bouffons qui s’échappaient, Ci Jincheng continua à arborer son sourire d’érudit. « La meilleure façon de résoudre les problèmes à Seven Lights, c’est la domination absolue. »

Cillin leva sa tasse et fit un toast. « Idée grandiose. »

Après avoir fini leurs boissons, le duo échangea leurs numéros et Cillin pilota son hoverboard tout neuf, puis il se dirigea vers la gare des trains. Il y avait des voies spéciales dans l’air spécifiquement conçues pour les moyens de transports aériens lents, comme les hoverboards ou autres. Quant aux véhicules plus rapides, comme les voitures volantes, ils avaient leurs propres voies.

Cillin acheta quelques snacks et les mit dans son sac, de manière à ce qu’il n’ait pas à chercher une boutique lorsqu’il aurait une petite faim. C’était un genre de sensation spéciale que de piloter un hoverboard dans l’air, tout en regardant les gratte-ciels sur ses deux côtés et les piétons en bas. Cillin n’utilisa pas le gouvernail manuel parce qu’il consommerait trop d’énergie. Les minerais énergétiques et les batteries n’étaient pas bon marché, de plus, Cillin avait confiance qu’il pourrait contrôler le hoverboard sans avoir besoin du gouvernail manuel.

Lorsqu’il atteignit la gare, il fallait attendre encore vingt minutes pour avoir le train suivant. Donc, Cillin posa son hoverboard, acheta un journal et attendit tout en s’asseyant sur une plate-forme non loin de là.

L’avantage du hoverboard c’était qu’il ne prendrait pas trop d’espace après avoir été rétracté. Le hoverboard de plus d’un mètre de long faisait moins de vingt centimètres quand il était rétracté. Comme il conservait de la nourriture dans son sac, Cillin avait déposé le hoverboard sur un côté.

« Hey, le gamin là-bas ! »

Personne ne répondit.

« Hey, le gamin qui lit un journal là-bas ! »

Toujours pas de réponse.

« Hey, le gamin là-bas qui lit un ‘Seven Lights Weekly’ avec un hoverboard à sa gauche et un sac à sa droite ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé
Back To Top