skip to Main Content
Menu

SRH – Chapitre 119 – Les Oiseaux de Paradis

Traducteur Français : Hellteach

Checkeur : Zhexiel

SRH - Chapitre 119 - Les Oiseaux de Paradis

À l’intérieur du grand hall, Emmus voyait les images en direct projetées sur sa main. Comme prévu, non seulement Carranio avait choisi de ne pas lancer une attaque directe à longue distance contre eux, mais il n’avait même pas mobilisé ses vaisseaux et ses chasseurs pour attaquer les boucliers énergétiques du grand hall. C’était grâce aux parasites de Cillin qui perturbaient la puissance de combat du personnel dans cette zone, ce qui lui faisait gagner du temps.Ce chapitre a été volé de l’Empire des Novels. Soutenez le traducteur !

« Carranio est probablement en train d’envoyer ses hommes pour récupérer les armes à absorption d’énergie dans le dépôt d’armes à cet instant. Si les armes à absorption d’énergie sont mobilisées, alors nous ne pourrons pas tenir longtemps, peu importe la quantité de minerais énergétiques que nous avons. » Emmus tapota sur un panneau de contrôle sur son bras et le manipula. « J’ai perturbé une partie des armes à longue portée sur l’armement des vaisseaux spatiaux, mais c’est tout ce que je peux faire. Ils nous reste environ vingt minutes à ma montre. »

« Où se trouve le dépôt d’armes ? » demanda Cillin.

Emmus réduisit l’échelle de la carte sur le projecteur et pointa un endroit. « Ici, dans la zone du Désert Écarlate. »

« La zone du Désert Écarlate ? »

« Ouais. On l’appelle Désert Écarlate parce que le sable est entièrement rouge. En fait, la majorité de cette planète est constituée de déserts écarlates contenant des radiations extrêmes. Même quelqu’un avec un génotype de Rang B ne pourrait pas survivre au-delà de sa quarantième année dans un tel environnement. C’est pour cela que j’évitais d’aller dehors, et si j’y allais, je vaporisait une couche de peinture isolante sur mon corps préalablement. C’était aussi la raison pour laquelle ils me méprisaient. » Emmus haussa les épaules. « Peu importe à quel point votre génotype est élevé, il n’y a pas de raison de prendre des risques inutiles. Les dingues de Poison Fang peuvent bien ne pas chérir leurs vies, mais moi oui, et j’ai bien peur pour ma vie en ce moment. J’espionne Poison Fang depuis très longtemps. Si vous les gars, vous pouvez avoir le dessus sur Poison Fang, alors je pourrais aussi rentrer chez moi. Ce qui m’attends après cela sera un futur brillant où je serai promu au rang d’officier, et peut-être même au grade de général avant d’atteindre quarante ans. Depuis environ ces vingt dernières années, je n’ai pas pu profiter de la vie comme je l’aurais souhaité, donc je n’ai aucune intention d’être condamné à mort à un si jeune âge. »Ce chapitre a été volé de l’Empire des Novels. Soutenez le traducteur !

Cillin réfléchit pendant un moment avant de dire à Emmus et à Wa Qing. « Je vais sortir. Réduisez la zone couverte par les boucliers énergétiques après et restez à l’intérieur. Si Carranio échoue à mobiliser les armes à absorption d’énergie jusqu’ici, alors restez là jusqu’à ce que les minerais énergétiques dans ces appareils soient épuisés. » Cillin pointa du doigt les autres objets semi-circulaires. Les minerais énergétiques devraient tenir encore vingt minutes environ, et à ce moment-là, tout serait plus ou moins terminé. Il ne serait pas nécessaire d’y mettre une nouvelle source d’énergie.

« Tu y vas tout seul ? » Wa Qing fronça les sourcils. Il pouvait bien être un peu faible à l’instant, mais il pouvait encore se battre.

« Ça suffira. Vous ne ferez que mourir si vous sortez tous les deux. »

Les paroles de Cillin pouvaient paraître un peu laides, directes et blessantes, mais ni Emmus ni Wa Qing n’objectèrent parce qu’ils se souvenaient de ‘l’Oiseau de Paradis’ que Cillin avait mentionné un peu plus tôt. Ils ne savaient pas ce dont il s’agissait, mais c’était probablement beaucoup plus mortel que ces parasites.

« Ne crains-tu pas que je blesse le Lieutenant Commandant Wa Qing ? » dit Emmus en souriant.

« Ça ira. Je t’ai aussi laissé un ‘Oiseau de Paradis’. »

« Oh mon cher, s’il te plaît, n’en fais rien. Je jure que je ne blesserai pas le Lieutenant Commandant Wa Qing en aucune façon, donc s’il te plaît ? » Emmus leva les deux mains en l’air pour prouver sa détermination.

« Si tout se passe bien, tu pourras retourner directement à l’armée. Cela sera une collaboration. »

« Marché conclu ! »

Emmus recalibra les boucliers énergétiques et permit à Cillin de sortir. Dès l’instant où il calibra les boucliers énergétiques les plus à l’extérieur et les ouvrit, les gardes qui observaient dans l’ombre hors des boucliers concentrèrent immédiatement leur puissance de feu sur Cillin qui était sans protection. Néanmoins, Cillin était plus prompt, et il disparu rapidement dans le hall après quelques esquives rapides. Les tirs de rayons frappèrent le bouclier externe et provoquèrent l’apparition de minuscules ondulations, mais les trois autres boucliers énergétiques à l’intérieur demeurèrent parfaitement intacts.Ce chapitre a été volé de l’Empire des Novels. Soutenez le traducteur !

Lorsque Cillin eut disparu, Emmus se soutint le menton et demanda à Wa Qing : « Cillin doit être plutôt influent dans l’Escadron Six B, n’est-ce pas ? »

Wa Qing ne dit rien. Dès le moment où il avait appris qu’Emmus appartenait à l’armée, il avait décidé de ne rien dire. L’armée et les Hunters ne s’étaient jamais appréciés, et il n’était pas inhabituel pour les deux parties d’essayer de se faire des coups bas l’un à l’autre en secret.

Soudain, les yeux de Wa Qing s’étrécirent tandis que son visage devenait lentement blême. De la transpiration s’écoulait de son front comme s’il venait juste de voir quelque chose de terrifiant.

Emmus suivit le regard de Wa Qing et immédiatement sentit un frisson ramper le long de son échine tout du long jusqu’à son cerveau.

Bien que les boucliers énergétiques soient sur le chemin, la distance n’était pas si éloignée qu’ils ne puissent pas voir ce qu’il se passait dans le hall au-delà des quatre boucliers énergétiques.

Big Q et les gens qui avaient été tués par Emmus étaient toujours au même endroit où ils étaient morts. Ils n’avaient pas été emmenés pour un enterrement correct ou une crémation. C’était la marque de cruauté de Poison Fang, où la camaraderie était inexistante. Cependant, Emmus et Wa Qing trouvèrent que les minuscules vers qui foraient lentement leur chemin à travers le corps des hommes étaient bien plus cruels et dégoûtants à l’instant.

Emmus en eut l’estomac retourné à la vue des vers de la taille d’un grain de riz qui perçaient le corps de Big Q et des autres. Il était inconcevable d’imaginer ce qu’il se serait produit s’il n’avait pas ingéré le ‘pesticide’ de Cillin. En fait, maintenant qu’il y pensait, s’il n’avait pas tué Big Q et les autres un peu plus tôt, ceux-ci seraient encore vivants lorsque l’infestation se serait produite. C’était une forme de destruction à la fois pour le corps et l’esprit.

Les gardes de Poison Fang à l’extérieur avaient à l’évidence vu la scène également. On leur avait injecté des inhibiteurs, mais ce n’était pas l’antidote après tout. Si l’inhibiteur perdait de son effet avant que l’antidote ne soit découvert, alors ils deviendraient exactement pareils à Big Q et les autres.

Ce fut à cet instant qu’une panique indescriptible se mit à envahir leurs cœurs.

Poison Fang fut jeté dans le chaos.

 

Bien qu’Emmus, Wa Qing et les gardes à l’extérieur aient perdu la trace de Cillin, celui-ci n’avait pas de fait encore quitté le hall. Au lieu de cela, il entra dans la zone élevée qui avait été cernée par les murs de métal épais ; l’endroit où Carranio s’était échappé et où se trouvait son trône.

 

La bête autochtone était toujours couchée près du trône comme si elle s’était endormie, mais en réalité, elle avait totalement perdu conscience. Sa résistance était à l’évidence plus grande que celle de Big Q, et elle n’avait pas encore poussé son dernier soupir, donc il n’y avait pas encore de ver qui se forait un passage hors de son corps. Ensuite, soudainement, la bête se mit à trembler de tout son corps tandis que le premier, le deuxième, puis le troisième parasite commencèrent à sortir de son corps.

En voyant que tout était presque prêt, Cillin retourna sa main et sortit de nombreuses balles de forme ovales de la taille d’un œuf de caille de sa bague en forme de feuille. Elles étaient identiques à celles que le chat gris avait crachées.

De nombreux petits vers d’un centimètre de long furent révélés après que les coquilles des balles ovales furent dissoutes dans l’air. C’était là les ‘Oiseaux de Paradis’ que Cillin avait mentionné un peu plus tôt.

Bien que Cillin les ait nommé ‘Oiseaux de Paradis’, ils n’avaient rien du tout de commun avec des oiseaux. En réalité, c’était une sorte de demi-parasite que Cillin avait modifié et créé à partir du parasite trouvé dans le corps du gros poisson dans les profondeurs des rivières de la planète verte. Il y avait aussi ajouté quelques gènes de parasites de l’espace de manière à ce qu’ils s’accorde mieux avec ses buts. Il avait choisi le nom ‘Oiseau de Paradis’ d’après le titre d’un poème écrit dans l’un des journaux d’Enji.

Cillin partit après avoir relâché les petits camarades.

Les ‘Oiseaux de Paradis’ semblèrent renifler la nourriture et se ruèrent instantanément sur la bête autochtone près d’eux. Les Oiseaux de Paradis qui venaient à peine de quitter leur coquille déchiquetèrent immédiatement les vers qui sortaient de la bête pour les mettre en pièces et les consommer. Pour ces ‘Oiseaux de Paradis’, ces vers n’étaient rien d’autre qu’un festin extraordinairement riche, et ils devinrent de plus en plus gros tandis qu’ils ouvraient le ventre de la bête et qu’ils mangeaient. En moins de cinq minutes, ils avaient grandi de plus de dix fois leur taille originale, et dix minutes plus tard, ils se mirent à pondre des œufs. Le corps de la bête autochtone était tellement dévasté qu’on ne pouvait plus la reconnaître à cet instant-là.

 

 

Cet article comporte 12 commentaires
  1. Merci pour le chapitre
    après cette opération il aura un traité du nom oiseau de paradis
    donne un aussi poétique a une arme avec de telle effets ,a l avenir je me méfaire des nom code des
    invention Cillin plus son poétique plus son dangereux ,,,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top