skip to Main Content
Menu

Chapitre 1 – Shadow Hunter (Le Chasseur de l’ombre)

Traducteur Français : Hellteach

Checkeur : Zhexiel

Chapitre 1 - Shadow Hunter (Le Chasseur de l'ombre)

Ding –

La voix douce d’une femme résonna alors que la porte d’une petite boutique s’ouvrit en coulissant.

« Bienvenue. »

Au même moment, un beau visage apparut des deux côtés de la porte. Elle avait de grandes boucles blondes, des lèvres rouges brillantes, un sourire étincelant et une douceur affirmée.

Mais la personne qui avait poussé la porte ne regarda pas deux fois son beau visage. En fait, il fronça les sourcils et cria en direction du comptoir : « Cillin, dis à ce vieux Devon de changer le visage ; ça fait tant d’années que c’est le même ! »

Le jeune homme derrière le comptoir qui était occupé avec une bouteille de vin haussa les épaules. « Nan, j’peux pas. Le patron l’adore. »

« Laisse tomber, ça serait plus facile de lui faire arrêter les paris que de changer l’affichage. » Quelques uns des clients dans le bar s’agitèrent et répondirent bruyamment avec un rire.

En tant que petite amie rêvée de toute la population mâle de la planète trente ans auparavant, le visage sur la porte avait définitivement fait chavirer beaucoup de cœurs par le passé. Mais le temps est le plus cruel des assassins et la beauté est un don fragile. Cependant, avant que cet assassin ne puisse agir sur cette magnifique chanteuse et chérie télévisée, elle avait disparu en premier à cause d’une transformation génétique qui avait échoué. Pendant les dix premières années, il y avait encore beaucoup de gens qui conservaient des images holographiques de cette magnifique chanteuse ainsi que des posters électroniques dans leur chambre, mais, en fin de compte, ça faisait trente ans. La marée monte, et la marée descend. Toute chose n’était que transitoire tel les nuages flottants dans le ciel. Une nouvelle beauté submergerait l’ancienne star dans l’oubli, et il n’y avait pas beaucoup de gens qui avaient la volonté de regarder en arrière une illusion depuis longtemps disparue.

Mais, bien sûr, le propriétaire de ce bar était en fait un homme loyal. Même si cela faisait trente ans, il conservait quand même l’image de cette belle chanteuse sur l’écran de bienvenue. Trente ans et au-delà, et cela n’avait pas changé. C’était aussi l’un des sujets dont les clients qui fréquentaient cet endroit parlaient souvent.

Le nouvel arrivant tordit les lèvres comme s’il désapprouvait les pratiques du propriétaire. Il ne s’embêta pas plus à commenter sur le sujet et se dirigea vers une place libre à une table et s’assit. Il y avait des visages familiers partout, et il s’inséra rapidement dans une conversation. Il ne commanda rien.

Cillin, c’est à dire le jeune homme qui se tenait debout derrière le comptoir, prit une bouteille nommée ‘Le Sourire Sous Le Soleil’ de l’étagère à vins et la posa sur la table du visiteur. Il l’ouvrit, puis partit servir des boissons aux autres clients.

Sans gaspiller d’autre mots, pendant qu’il était toujours en train de bavarder avec ses compagnons autour de lui, le nouvel arrivant avait déjà attrapé la bouteille de vin dans ses mains et prit une lampée.

« Ah, finalement, c’est toujours la boisson la plus agréable. Elle est assez épicée et elle envoie du lourd ! »

Cillin lui fit un sourire et retourna au comptoir. Puis il enregistra le compte sur la tablette.

C’était là un bar très normal, et la ville dans laquelle il se trouvait était aussi très normale. Ils étaient presque tous des citoyens du niveau le plus bas, et pour emprunter les mots des gens qui venaient du centre de la ville, ils seraient connus sous le nom de ‘classe inférieure’, ou en termes plus laids, la ‘populace’.

Ceux de la populace avaient leur bonheur propre. Ils adoraient s’asseoir dans un bar où il y avait un humain qui servait plutôt qu’un robot haut de gamme, boire de l’alcool bon marché mais fort , s’asseoir avec des potes de beuverie familiers, parler de tout et de rien dans la journée tout en se plaignant de leurs patrons cruels au passage et faire des ragots au sujet des ragots de quelqu’un d’autre. C’était une vie simple mais heureuse.

Les personnes ‘de classe supérieure’ du centre-ville ne comprenaient pas le bonheur des pauvres. C’était comme si une personne élégamment habillée et qui exsudait le succès, marchait sur le chemin de l’or et de l’autorité, puis ensuite passait près d’une épave humaine qui occasionnellement regardait un petit chat errant excité qui sautait après une mouche. Cette personne penserait en elle-même : mais à quel point ces gens s’ennuient-ils pour faire une chose pareille ? Pas étonnant qu’ils soient considérés comme des formes de vie inférieures.

Qu’est-ce qui est inférieur, et qu’est-ce qui est noble ?

Les sept formes de classes génétiques : A, B, C, D, E, F, G étaient les voies pour tous les différencier. Ceux qui étaient de classe génétique basse seraient considérés comme des gens inférieurs, et ceux qui avaient une génétique avancée seraient considérés comme la noblesse. C’était tout.

Y compris Cillin, tout le monde dans le bar avait un génotype de classe F, et sur cette planète, ils seraient catégorisés comme les pauvres inférieurs. Ceux avec un génotype classé E pourraient avoir la chance de travailler dans la zone du centre-ville, et seuls ceux de classe D ou au-dessus seraient capables d’avoir un pied dans la zone du centre-ville.

Quant à ceux qui avaient un génotype de classe G, c’était là la catégorie de personnes la plus triste de toutes. Parce que leurs gènes naturels étaient inférieurs et défectueux, les maladies qui s’ensuivaient ne pouvaient pas être guéries par de simples traitements. Quelques exemples seraient une difformité sévère, la progéria et autres maladies congénitales. L’ancienne petite amie de Cillin, Hena, était du génotype de classe G. Cette jolie fille n’avait jamais pu passer les plus belles années de la jeunesse à cause d’un facteur de progéria, une autre maladie congénitale et la pauvreté.

Les descendants de ceux avec des gènes de haute qualité et avec un génotype élevé ne manqueraient de rien. En fait, ils n’iraient que mieux. D’un autre côté, ceux avec des gènes de basse qualité et des génotypes inférieurs étaient complètement à l’opposé, et la polarisation sociale était en train de devenir de plus en plus sérieuse. Par conséquent, il y avait bien plus de gens qui avaient un génotype inférieur qui essayaient de subir une transformation génétique. Cependant, ceux qui réussissaient étaient très peu nombreux, et même sans prendre en compte le montant des dépenses, les chances d’une transformation génétique réussie étaient en premier lieu incroyablement basse. Plus on essayait d’augmenter la qualité du génotype, plus cela devenait difficile, et c’était exactement la source de la fierté de ceux avec un génotype élevé. La briseuse de cœurs d’il y a trente ans était aussi entrée dans l’histoire parce qu’elle avait échoué sa transformation génétique.

Le destin des hommes n’est pas de tous être égaux au moment de leur naissance. C’est juste que la familiarité appelle l’indifférence.

« Ah, Cillin, le vieux Devon ne s’est pas montré depuis de nombreux jours déjà, n’est-ce pas ? Il n’est toujours pas revenu de son rendez-vous arrangé ? » cria quelqu’un.

« Ouais, ses chances ne devraient pas être mauvaises cette fois-ci. » répondit Cillin avec un sourire.

« Pfff – » Personne n’avait l’air convaincu alors qu’ils commençaient à bavarder à propos de l’historique des rendez-vous arrangés du vieux Devon.

Cillin écoutait simplement avec un sourire et ne dit pas ce qu’il en pensait. Il ne leur avait pas dit qu’en fait, le vieux Devon avait touché le jackpot et était devenu riche la nuit dernière. Donc il était parti réaliser ses rêves.

Le rêve du vieux Devon – trouver une femme ni trop jeune ni trop vieille, avec un génotype de classe E, et récupérer le sperme qu’il avait conservé à la banque du sperme. Le meilleur scénario serait de donner naissance à un bébé de classe E, ouvrir une petite boutique dans la zone de la ville et mener une vie stable. Tant qu’il aurait de l’argent, ce ne serait pas un problème de trouver une femme avec un génotype de classe E, même si le vieux Devon était d’une classe plus basse, avec un génotype de classe F.

La compétition annuelle de l’eau, de la terre et du ciel, était quelque chose à laquelle la planète entière prêtait attention, et c’était aussi l’évènement le plus attendu des joueurs. C’était parce que le lot était suffisamment important que, même si les paris n’étaient pas totalement exacts, tant que quelqu’un réussirait un standard particulier, cela transformerait un pauvre en riche en l’espace d’une nuit. C’était exactement parce que le vieux Devon avait touché le jackpot qu’il pouvait se permettre de se débarrasser de son état de pauvreté.

Bien entendu, la raison pour laquelle le vieux Devon avait pu gagner le prix était en majeur partie grâce à Cillin. À chaque fois que le vieux Devon faisait un pari, il demandait en premier l’avis de Cillin ; et seulement après, il osait miser.

Le vieux Devon pouvait bien être un radin, mais il traitait très bien Cillin, sinon Cillin ne l’aurait pas aidé en premier lieu. En outre, cette fois le vieux Devon avait envoyé à Cillin les dividendes de son lot le même jour.

On s’avançait graduellement plus profondément dans la nuit, et les clients partirent lentement.

Cillin prit un bain et changea ses vêtements ; il vaporisa un produit chimique spécial pour éliminer les odeurs avant de fermer la porte de la boutique. Il jeta un œil au ciel noir, et il y avait de petits points brillants qui ressemblaient à des étoiles finement broyées.

La météo avait dit qu’à partir de l’heure 0 :00, il y aurait une heure de pluie continuelle, et à présent il restait encore quarante minutes avant l’heure 0 :00.

Quarante minutes … c’est suffisant.

Trente minutes plus tard, sous le couvert de quelques avant-toits et baraquements, Cillin arriva dans une zone industrielle. Évitant avec dextérité et compétence les caméras extérieures, il sortit une carte magnétique qu’il avait préparé à l’avance et se faufila silencieusement dans un quartier des employés derrière l’entrepôt. Après tout, ce n’était pas la région du centre-ville, et le système de sécurité de ce petit endroit n’était ni avancé ni compliqué.

La personne qui était allongée sur le lit sembla remarquer quelque chose, mais avant qu’elle ne puisse réagir, elle avait perdu connaissance et semblait avoir plongée dans un profond sommeil une fois encore. Mais sur une certaine zone derrière les oreilles et le cou de cette personne, cachées derrière les cheveux, il y avait trois fines aiguilles noires qui s’étaient enfoncées silencieusement.

Les mains de Cillin récupérèrent doucement les aiguilles en sa possession, et après s’être assuré qu’il n’avait laissé aucune autre trace derrière lui, partit par le même chemin par lequel il était venu tout d’abord ; sous le couvert des avant-toits et des baraquements.

Dans le ciel il y avait le ‘Sky Eye’, et les armes à feu seraient détectées par le réseau local de détection. Le seul moyen de résoudre un cas silencieusement sans que personne ne le remarque était de le faire à la manière primitive, parce qu’il n’y avait pas de fluctuations d’énergie détectables.

En temps que Hunter, on pouvait dire que Cillin avait cheminé sur une voie difficile. A cause de son âge et de son génotype, il ne pouvait pas devenir un Hunter honnête. Pour parler plus précisément, Cillin était un Shadow Hunter, et un soi-disant Shadow Hunter était le terme générique pour nommer les gens qui travaillaient avec un Hunter mais restaient dans l’ombre à cause de la sensibilité de leur identité, et d’autres choses encore.

Depuis qu’il avait 14 ans jusqu’à maintenant, Cillin avait travaillé comme Shadow Hunter pendant presque trois ans. Son choix de devenir un Hunter était initialement à cause de la maladie de Hena, et après que Hena soit décédée, Cillin continua à persévérer dans ce boulot parce qu’il avait besoin d’une grande somme d’argent pour quitter cette planète en toute sécurité.

Cinq minutes après que Cillin soit parti, une autre ombre se glissa dans la pièce et emporta la personne dont Cillin s’était occupé, de manière à l’échanger contre la prime et partager le lot plus tard.

Cela faisait près de trois ans qu’ils travaillaient ensemble, mais le Hunter n’avait jamais connu la véritable identité de ce ‘Shadow’. Bien sûr, le Hunter s’en fichait tant qu’il pouvaient capturer leurs proies en douceur et l’échanger contre la prime. Le reste n’avait pas d’importance. Cillin croyait aussi que le Hunter qu’il avait choisi ne s’embêterait jamais à dépenser des efforts inimaginables pour traquer l’identité de son ‘Shadow’, parce que bien avant qu’il choisisse son partenaire, Cillin avait déjà fait quelques devoirs en analysant une variété de scénarios potentiels sous tous les angles.

Pour les Hunters qui n’étaient pas vraiment qualifiés pour faire leur boulot, sans un ‘Shadow’, ils ne pourraient jamais compléter leur tâche et gagner la prime, et au contraire, ils y perdraient la vie. Donc, à un certain degré, ces Hunters et Shadows partageaient une relations symbiotique. Quant aux Hunters de top niveau, ils n’avaient pas besoin d’un Shadow du tout. Bien sûr, sauf pour un corps de Hunter, ces personnes étaient une sorte d’existence spéciale en eux-mêmes.

Aussi, le Hunter n’aurait pas réalisé que le Shadow qui travaillait avec lui, un génotype de classe D, ne serait qu’un classe F. Personne ne l’aurait cru, même s’il avait dit la vérité.

Il était minuit, heure 0 :00, et le bruit d’une averse résonnait. Cillin s’assit à l’intérieur d’un bâtiment abandonné pendant qu’il regardait les gouttelettes qui devenaient de plus en plus grosses. La pluie nettoierait toute odeur ou trace subtile que Cillin aurait laissé derrière lui, ce qui était aussi l’une des raisons pour laquelle il avait choisi cette heure pour agir.

A quoi pouvait bien ressembler une pluie naturelle ? Cillin ne le savait pas. Il en avait seulement vu une à la télévision, et il n’y avait pas du tout de pluie naturelle sur cette planète. Il n’y avait que le temps précisément contrôlé par une station météo. L’intensité précise du soleil, et les orages simulés : tout était artificiel.

Une brise souffla à travers les fissures du mur, et Cillin renifla l’odeur du ciment et des scories. De plus, c’était aussi mélangé avec une senteur familière inattendue…

Les sourcils de Cillin se levèrent brusquement alors qu’il identifiait précautionneusement cette odeur particulière dans le vent. Après avoir confirmé ses soupçons, il arbora une expression étrange. Il ne pensait pas qu’il y avait encore des gens qui utilisaient ça  à cet âge et à cette époque.

Cet article comporte 2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé
Back To Top