skip to Main Content
Menu

SOTR-Chapitre 8

Chapitre précédent                                                                                                                                                                                 Chapitre Suivant

Source : Version anglaise

Traduit et édité par : daotranslator


Chapitre 8 : Jiang Zheng, le moment de vérité (2)


 

Le médaillon royal possédait une grande influence. Même le responsable n°3 du manoir de la guérison ne pouvait négliger son détenteur.

Jiang Zheng avait été invité à l’intérieur. Hormis le responsable, il y avait deux anciens présents, un homme et une femme pour montrer leur disponibilité.

Ce n’était pas la première fois que Jiang Zheng soit venu. Le responsable le plus gradé qu’il pût voir était un administrateur et juste passant prés de lui. Il n’avait même pas eut l’opportunité de lui parler.

Aujourd’hui, un grand responsable et deux anciens, un homme et une femme, étaient en face de lui. Ils le traitaient comme un invité spécial.

Jiang Zheng jubilait en son intérieur. Il essayait de se calmer et de ne pas laisser apparaitre des signes de peur. Il savait que ces gens l’avaient reçu maintenant à cause du médaillon seulement.

Puisqu’il avait le médaillon sous la main, de quoi aurait-il peur alors ?

Jiang Zheng était serein, il ne laissait rien paraitre. Les trois responsables ne pouvaient rien tirer de lui après trois tasses de thé. « Messire possède le médaillon royal décerné par le roi en personne. Messire ne peut être un individu ordinaire. Peut-on connaitre la raison de votre visite aujourd’hui ? »

Décerné par le roi lui-même ? Jiang Zheng avait failli laisser tomber la tasse d’entre ses mains.

Quand Jiang Chen lui avait donné le médaillon, il lui avait seulement dit que ça lui serait utile, mais il n’avait rien dit à propos du roi en personne qu’il lui avait décerné. Il comprit maintenant pourquoi les gens du manoir de la guérison étaient devenus si polis.

« Pour être honnête, rien de spécial. Je suis seulement venu acheter certains ingrédients et négocier un marché avec le manoir de la guérison »

Acheter des ingrédients n’était rien de spécial aux yeux des responsables. Mais ils se préoccupèrent beaucoup plus du marché qu’il voulait négocier.

« Peut-on connaitre quel genre de marché voulez vous faire ?» le responsable n°3 était calme, il n’allait pas se précipiter s’il n’avait pas plus d’information.

« Je possède une formule secrète d’une pilule qui a longtemps été perdue » Jiang Zheng était allé droit au but. « Je ne vendrais pas cette formule mais je veux seulement des parts de profits, 50/50, vous serez en charge des ingrédients et je serai le propriétaire de la formule seulement »

Posséder les droits et demander une part de 50/50 étaient trop demandé.

Même s’il avait l’exclusivité de la formule. Cette personne demandait 50/50. De la pure extorsion.

« ahem, on a toujours l’habitude d’acheter les droits de propriété mais on a eu aucun précédent sur le  partage de profits. Sans mentionner que le prix de production nous ait imputé. Ce 50/50… est…vraiment… puis je jeter un coup d’œil d’abord sur la formule ? »

Le responsable n°3 n’avait pas arrêté les négociations mais il n’était pas très enthousiaste. Le geste pour  voir la formule était seulement une forme de courtoisie.

« Vous pouvez jeter un coup d’œil, j’ai bien peur que vous ne pouvez la comprendre. Mais bon allez-y. je possède tout de même le processus de production et j’ai omis certains ingrédients dans la formule. Ne pensez même pas à la voler.»

Jiang Zheng passa la liste et discuta calmement, d’une manière indifférente. Il était serein. On pouvait voir qu’il était calme et interagissait avec les responsables avec aisance.

Le responsable n°3 prît la formule, jeta un coup d’œil et fronça un peu des sourcils. Comment cette formule pouvait-elle être perdue depuis longtemps ?

Une feuille de papier ordinaire, une écriture ordinaire… sa première impression était qu’il s’agissait d’une arnaque.

Si on voulait contrefaire une formule, on aurait utilisé au moins un papier jaunissant et l’écriture serait d’une calligraphie spéciale.

C’est quoi ce bord*** ?

Cette contrefaçon manquait vraiment d’effort. Avait-il l’intention d’utiliser le médaillon royal pour usurper le manoir de la guérison.

Les deux anciens avaient aussi lu cette formule. Avec des expressions bizarres Ils se regardaient mutuellement. On pouvait comprendre à leurs regards qu’il s’agissait d’une fraude.

Le responsable n°3 reprît la formule et la scruta minutieusement. « La pilule du karma céleste, j’en n’avais jamais entendu parler »

« C’est une formule des anciens temps, c’est normal que vous n’ayez jamais entendu parler. Sinon on ne pourrait pas dire que c’est une ancienne formule perdue ? » » Répliqua Jiang Zheng calmement en sirotant son thé.

Il posa la tasse sur la table calmement. « Vous avez lu la formule mais ne pouvez reconnaitre sa valeur. Il y aura surement d’autre gens qui pourront le faire. Je sais que vous pensez que ce type de papier et d’écriture ont l’air très simples et que c’est une fraude. Ah, on ne peut apprendre aux insectes d’été ce qu’est la glace. Si vous l’avez compris, vous n’aurez pas besoin de mots d’explication. Et même si je le faisais, cela ne changerait rien. Je ne vais plus vous déranger. Bon soir »

Bien que Jiang Zheng parle facilement et calmement, son cœur battait à la chamade. C’était son dernier stratagème. S’ils ne mordaient pas à l’hameçon, il serait alors à court d’idées.

« J’espère que le temple des fermiers spirituels ou le jardin de la pilule royale reconnaitront la valeur de cette formule. Espérons seulement qu’il n y’ait pas d’amateur qui la juge »

Jiang Zheng se leva et se prépara à partir.

Le responsable n°3 sentit que Jiang Zheng était mystérieux. S’il partait comme ça, cela voudrait dire qu’ils ne l’avaient pas maltraité. Il serait assez content de cette tournure d’événements.

Mais pour une certaine raison, il sentait qu’il perdrait gros, s’il le laissait partir ainsi.

Le responsable n°3 le rappela « Messire patientez ! Le président et le vice président sont en voyage actuellement. Ils seront de retour dans quelques jours. Bien que je ne connaisse pas cette pilule, peut être que ça serait différent avec eux ».

« Oublions ça, la chance n’attend personne. Je suis venu ici par hasard et je n’ai pas la patience d’attendre quelques jours. Qui l’aurait cru que le manoir de la guérison n’aurait aucune personne qualifiée pour reconnaitre la valeur de cette formule. Quelle honte ! » Répliqua Jiang Zheng et se remît à marcher vers la sortie.

Le responsable et les anciens n’avaient plus rien à dire et ils allaient le laisser filer. Quand soudainement, ils entendirent un cri fort et raisonnant «quelle formule ? Sales vantards ! Ramenez-moi cette formule »

Jiang Zheng hésita, il allait parler quand le responsable sourit « Celui là devrait être maitre Shun. Maitre Shun est un étranger, c’est le consultant expert de notre manoir et c’est un poids lourd dans le monde des pilules médicinales. Même le président du manoir doit baisser les yeux devant lui »

« Est ce qu’un consultant expert peut prendre cette décision ? » répondit Jiang Zheng.

« Si maitre Shun donne son accord, le manoir fera entièrement confiance à ses jugements »

« Un consultant expert ? Comment peut-il avoir ce genre d’influence ? Quel genre de personne est-il ? » Pensa Jiang Zheng, mais il ne souciât pas trop.

La formule a été passée dans une autre salle ou un vieil homme avec des cheveux gris était assis. Il jeta un coup d’œil et pensa la même chose que le responsable n°3. Il fronça ses sourcils ensuite et réfléchît profondément.

Il commença à marmonner tout seul « une pilule de ce genre peut-elle vraiment exister dans ce monde ? Moi qui ai suivi le dao de l’alchimie pendant deux cents ans, suis-je si ignorant ? »

Maitre Shun se leva et ouvra une porte qui mène au jardin d’intérieur. Il y’avait une fille habillée en soie de couleur verte assise sur un banc en bambou. Elle donnait à manger aux oiseaux.

« huang’er » Maitre Shun l’appela.

La fille en se retournant exposa une étonnante beauté qui était aussi hypnotisante qu’une pleine  lune, elle était aussi blanche que la neige. On pouvait lire des traces de tristesse et d’amertume sur son visage angélique.

« Oui, maitre Shun ? »

Maitre Shun sourît «  je viens de mettre la main sur une formule mais je suis incapable de la cerner. Huang’er peux-tu jeter un coup d’œil ? »

La fille sourît, ce sourire adoucit son visage et dispersa cet air de tristesse.

« Si maitre Shun est incapable de le faire, comment Huang’er peut-elle le faire ?… Laissez-moi jeter un coup d’œil. »

Quand elle prît la formule, elle n’avait pas fait de commentaire sur le papier et l’écriture. Mais involontairement, elle soupira «  la pilule du karma céleste ? C’est une ancienne formule »

En parcourant la formule, elle devint de plus en plus étonnée. Quand elle termina la lecture « j’ai déjà vu cette formule dans un précieux livre classique, mais elle était incomplète. Par contre les ingrédients listés étaient les mêmes. D’autant plus, la liste d’ingrédients de l’ancien livre n’était pas aussi compréhensibles que celle-là »

C’était le tour de maitre Shun d’être surpris « ce qui veut dire que la formule de la pilule du karma céleste est réelle !!!?»

« Réelle ou non, Huang’er n’a jamais vu la formule complète. Mais en regardant les ingrédients il y a une grande probabilité qu’elle soit réelle. Maitre Shun, ou avez-vous trouvé cette formule d’abord ?»

Le visage de maitre Shun s’illumina et cette lumière s’en alla quand il sembla réfléchir à quelque chose de triste.

« Même si cette pilule du karma céleste est réelle, elle sera utilisée seulement pour guérir des blessures physiques. C’est inutile pour le traitement de ta maladie, Huang’er »

Malgré cela, Huanger’er garda le sourire « maitre Shun, ces choses sont écrites à l’avance, laissons le destin faire son travail »

La formule était revenue aux mains du responsable n°3 avec un message du maitre Shun, « cette formule semble être réelle, si elle est mise en production, alors toutes les pilules de guérisons de votre royaume et même des seize royaumes voisins deviendront de la camelote comparée à cette pilule. Les commandes vont affluer des que la pilule apparaitra sur le marché. C’est à vous de décider ce qui est de la prochaine étape »

Bien que maitre Shun soit un consultant expert, il avait un statut particulier au sein du manoir de la guérison.

Le responsable n°3 était abasourdit. Il n’avait pas anticipé cette réponse. Les mots de maitre Shun faisaient peur. Cette pilule allait tuer le marché des produits similaires ? C’était trop beau pour être vrai.

Ça serait monopoliser le marcher. Ce qui voulait dire : de grands profits et de grands retours d’investissement.

De l’autre coté, Jiang Zheng avait pu se calmer en entendant les remarques de maitre Shun. C’était un sauveur de vies ; quel expert, il avait vraiment reconnu la valeur des choses.

Jiang Zheng avait peur que ce maitre Shun puisse conclure que la formule soit une arnaque. Dans ce cas là, il serait jeté aux ordures.

Maintenant, armé avec les appréciations de maitre Shun et observant la réaction du responsable, Jiang Zheng sût que le jeune duc avait gagné son pari.

L’attitude de Jiang Zheng ne faisait que grandir « voyant le responsable n°3 sans réaction, je ne gaspillerais plus une seconde ici, au revoir »

« Messire attendez s’il vous plait » le responsable devenait de plus en plus tendus.

Il ne pouvait se permettre que la pilule du karma céleste atterrisse aux mains de la concurrence. Dans un futur proche, non seulement le marché du royaume mais le marché des 16 royaumes avoisinants serait conquis par cette pilule.

C’était quelque chose de terrifiant.

 

 


Cet article comporte 1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
error: Contenu protégé
Back To Top