skip to Main Content
Menu

SOTR-Chapitre 7

Chapitre précédent                                                                                                                                                                                 Chapitre Suivant

Source : Version anglaise

Traduit et édité par : daotranslator


Chapitre 7 : Jiang Zheng, le moment de vérité


 

Jiang Zheng allait vraiment piquer une dépression nerveuse avec un tel maître.

Les ingrédients sur la liste coutaient dix mille taels d’argent. Utiliser cette liste seulement et en demander en contre partie dix million de tael d’argent, n’était ce pas signe avant coureur de folie ?

« Vas-y pleures, ce n’est pas un crime de pleurer » répliqua Jiang Chen.

« Si je te disais que j’ai à traiter la maladie de la princesse, tu penses que je suis fou ?»

« Même si j’étais fou, tu penses que j’entrainerais mon père et ma famille avec moi? Je suis peut être un bon à rien mais je ne suis pas sans cervelle. »

Jiang Zheng était surpris par les réponses du jeune maitre. Il était vrai que son maitre commettait des bêtises mais il n’était jamais allé aussi loin pour entrainer toute sa famille avec lui.

« Jiang Zheng, je peux te dire que tu ne vendras pas cette liste pour tout l’or du monde. Tu diras aux responsables du manoir de la guérison qu’ils ne sont pas les seuls pharmaciens de la région. S’ils ne veulent rien entendre, alors le temple des fermiers spirituels ou le jardin de la pilule royale se casseront la tête pour l’obtenir.  Le manoir de la guérison regrettera ce geste quand tous ses concurrents le dépasseront. Des que la production des pilules commencera, tous les autres produits dans le marché deviendront obsolètes et seront jetés à la poubelle »

Jiang Chen avait réfléchi sur quel type de pilule choisir. Son choix était fait après avoir filtré toutes les formules qu’il connaissait en éliminant les formules des pilules extraordinaires et miraculeuses. Finalement, son choix s’était porté sur des pilules qui ne sortaient pas trop de l’ordinaire mais qui restaient très rares.

Connaissant le niveau de médecine du royaume d’Eastern, les ingrédients choisis ne dépassaient pas aussi le seuil de tolérance.

Voyant l’expression sceptique de Jiang Zheng, Jiang Chen voulait vraiment le frapper. C’est comme si c’était facile de choisir une formule. Il faut savoir que durant toute sa vie antérieure, Jiang Chen passait son temps à la bibliothèque de Tianglang à étudier l’alchimie et tout ce qui s’y rapporte. Il a pu grimper les échelons un à un et eut le même titre que les alchimistes légendaires reconnus par tout le monde.

Pour Jiang Chen, trouver une formule d’un remède était très facile. Dans un endroit tel que le royaume d’Eastern, une pilule très sophistiquée ne serait pas comprise (formule) même expliquée sur un tableau. Jiang Chen ne voulait pas aussi gaspiller son temps dans des formules trop basiques ou inutiles. Il consacra beaucoup de temps à choisir une formule pas trop complexe de son répertoire qui ferait sensation dans le royaume.

A la fin de la journée Jiang Zheng prît la route.

Ce n’était pas comme s’il était convaincu par Jiang Chen, mais il préféra, voyant le maitre aussi acharné, de ne pas commettre l’erreur de plaisanter avec la maladie de la princesse ni de jouer avec la vie du clan tout entier. Et s’il disait vrai ?

Tout de même, Il était toujours sceptique, surtout quand il se rappela toutes les catastrophes que Jiang Chen avait commises. Il n’avait vraiment pas le choix, tout ce qu’il avait à faire, c’était de serrer les dents et essayer.

Même s’il pouvait glaner un peu d’argent et acheter les ingrédients, en fin de journée, il retournerait à la maison et ferait face à un autre type de désastre ‘sa femme’.

« On me disait qu’être le serviteur du jeune duc serait la meilleure chose qui puisse m’arriver. Pourquoi ai-je la sensation de m’être fait duper ?»

Une fois arrivé aux portes du manoir de la guérison. «  Puisque on est là, je vais juste les laisser se moquer de moi et patienter. Ce n’est tout de même pas la première fois que ça m’arrive»

Le manoir de la guérison était très réputé, une puissance influente dans la capitale. Ses édifices étaient majestueux.

Jiang Zheng avait les pieds qui tremblaient et la sensation de peur commença à surgir quand il pensa à l’attitude et aux tons méprisants des vendeurs associés du manoir de la guérison.

« uh … s’il vou… um… j’ai besoin de quelques ingrédients médicinaux ! »

Les vendeurs associés du manoir de la guérison étaient tous professionnellement bien formés. La première compétence qu’ils apprenaient était de se rappeler des visages. A quel visage on devait sourire, quel visage on devait flatter, à Quel visage on devait se comporter normalement et surtout à Quel visage on devait être méprisant. Jiang Zheng faisait partie de ceux qu’on devait mépriser.

« ahem… monsieur, pour acheter des ingrédients, c’est ok. Parlons d’abord des règles. La maison ne fait pas de crédit. Les ingrédients doivent être payés complètement »

Jiang Zheng répliqua précipitamment « cash ! J’ai du cash »

Le vendeur prit la liste et commença à jouer de son abaque « huit ingrédients de niveau spirituel, ça vous fera 9800 taels d’argent selon leurs poids. Comme d’habitude à payer d’avance »

Jiang Zheng rougit et toussa deux fois de suite. Il serra les poings sur le comptoir et répliqua « Eh, um, Je veux parler à votre responsable »

« Comment ? » le visage du vendeur s’assombrit. « Pas d’argent ? Comment oses-tu demander des ingrédients sans argent ».

« Vous voulez voir le responsable ? Il est très occupé pour le moment ? Chacune de ses minutes équivaut à des milliers de taels d’argent, comment est ce qu’il aurait du temps à vous consacrer ? Pouvez-vous prendre la responsabilité des pertes occasionnées ? »

« Lisez ce qui est marqué sur la pancarte. Est-ce si facile de parler au responsable ? Êtes-vous un prince, un ministre, ou un duc estimé ? »

« Si vous voulez les ingrédients, il faut payer. Sinon sortez de la et laisser nous travailler tranquillement »

Le vendeur avait une expression d’impatience. Il commençait même à postillonner sur la face de Jiang Zheng.

Jiang Zheng avait l’habitude de ce genre de réaction mais cette fois-ci  c’était la goutte d’eau qui faisait déborder le vase.

Jiang Zheng explosa, gifla le vendeur puis jeta un médaillon sur le comptoir « ouvre bien les yeux et regarde bien ce que c’est ».

« Votre responsable vaut des milliers de taels à la minute ? Je vous informe que je vaux des millions à la minute »

« Comment oses-tu retarder mon business, je pourrais fermer votre boutique. Est-ce que votre chef sait que vous êtes si puissant que vous daignez me mépriser »

Le vendeur avait encore la tête dans les étoiles après la gifle,  Il caressait sa joue  ne croyant pas ses yeux.

C’était quand même le manoir de la guérison, une des places les plus proéminentes de la capitale. Même les nobles et riches familles devaient être polis et accommodants dans cet endroit.

Aujourd’hui le vendeur se fait gifler. En plus par une personne habillée sobrement qui n’était surement pas un serviteur d’une riche famille.

Il cria immédiatement « quelqu’un vient causer des problèmes au manoir, il est même violent avec les gens »

Un groupe d’hommes armés se précipita directement après avoir entendu les cris. Quelqu’un qui avait l’air de posséder une certaine autorité était sortie voir ce qui se passait aussi.

Il allait exploser de rage à la vue d’une personne ordinaire. Juste quand il remarqua subitement le médaillon royale sur le comptoir. Il changea d’expression rapidement.

« Administrateur He, c’est ce chien d’esclave qui a osé me frapper. Il offensa aussi le nom de notre manoir ! » Le vendeur qui était battu était venu se plaindre comme un enfant devant ses parents.

Dés qu’il finît de parler.

« pahh »

Une autre gifle, encore plus forte que la première atterrit sur la joue du vendeur. Cette fois-ci c’était l’administrateur He.

« Sale vaut-rien, est tu aveugle ? Comment oses-tu répliquer de cette manière devant un invité aussi prestigieux ? Tu as bien mérité cette gifle, tu mérites même la mort ! »

Le visage menaçant de l’administrateur se transformât en sourire quand il se retourna vers Jiang Zheng.

« Messire, nous sommes désolés de cet affront »

Il se retournât ensuite vers les gardes en hurlant «  qu’est ce que vous êtes en train de regarder, déguerpissez !! »

Les gardes exécutèrent les ordres sans sourciller.

Jiang Zheng ne s’attendait pas  à une telle tournure d’événement. Le jeune maitre lui avait donné ce médaillon d’or. Il ne savait même pas ce que c’était, le jeune maitre lui avait expliqué que ça pouvait l’aider seulement.

Il n’avait rien à perdre mais tout à y gagner en l’essayant. Finalement, ça l’avait vraiment aidé.

Bien sure que ça allait l’aider ! C’était Quand même le médaillon royal gravé de dragon. C’était la plus haute distinction. Quelqu’un pourrait circuler impunément dans le royaume avec ce médaillon.

« Puis-je connaitre votre nom ? S’il vous plait accompagnez-moi. Veuillez excusez ces idiots de subalternes »

Jiang Zheng n’était pas né de la dernière pluie. Il savait que c’était grâce au médaillon que la personne en face lui léchait les bottes. C’était une très bonne sensation.

Jiang Zheng n’avair pas perdu son self control, il avait bien compris la situation « au début, ce n’était rien du tout, mais votre vendeur…je ne dirais rien, pas plus. Puisque l’accueil est si mauvais ici, je vais tenter ma chance au temple des fermiers spirituels ou au jardin de la pilule royale. Peut être là-bas, ils me traiteront comme un être humain »

Administrateur He trembla après ce qu’avait dit Jiang Zheng. Il était évident que son invité était en ébullition. Il observa attentivement Jiang Zheng mais ne trouva aucun indice.

Il était habillé sobrement et ne paraissait pas comme un noble influent.

A moins que cet invité l’ait fait exprès ? Quel genre de rôle jouait-t-il ? Administrateur He était vraiment perdu.

En regardant Jiang Zheng s’éloigner, il pensa instantanément au médaillon. Comment oserait –t-il le laisser partir ? Le détenteur d’un tel médaillon pourrait facilement leurs créer des ennuis.

Le manoir de la guérison n’avait pas peur des ennuis. Il aimait seulement éviter les problèmes avec les gens de ce rang.

« S’il vous plait monsieur, patientez, le responsable n°3 et des anciens sont à la résidence. Vous êtes un invité estimé. Je vais immédiatement notifier les responsables. Je sais que vous êtes très occupé mais permettez nous de vous servir une tasse de thé pour nous faire pardonner »

Le responsable He était un homme d’expérience, il était flexible et savait gérer les évènements proprement.

Jiang Zheng ne faisait que semblant de partir. Il jubilait à l’intérieur. C’était la première fois qu’il avait eu ce genre de sensation depuis qu’il était assigné au jeune maitre.

Avant, un simple vendeur était méprisant en vers Jiang Zheng. Actuellement, l’administrateur devait s’appeler ‘petit He’ devant lui. Au moins Jiang Zheng s’était sentit respecté aujourd’hui et pensa directement à son jeune maitre qui avait gagné son estime.

 

 


Cet article comporte 2 commentaires
  1. Le sens de  » Ceux qui me suivent évolueront et ceux qui m’opposent périront  » prend tous sa signification maintenant 😉

    Merci pour le chapitre =)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top